L’Etat espagnol fait appel à un groupe BDS pour « sensibiliser contre la haine »
Rechercher

L’Etat espagnol fait appel à un groupe BDS pour « sensibiliser contre la haine »

De nombreux tribunaux en Espagne, dont à Valence, ont déclaré le mouvement BDS contre Israël comme étant raciste et discriminatoire

Manifestation du mouvement BDS à Barcelone, en Espagne, en juin 2014. Illustration. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Manifestation du mouvement BDS à Barcelone, en Espagne, en juin 2014. Illustration. (Crédit : capture d'écran YouTube)

JTA — Un gouvernement régional en Espagne a fait appel à une organisation, très largement considérée comme antisémite, pour apprendre aux enseignants comment lutter contre le racisme.

Le groupe, BDS Pais Valencia, doit commencer un séminaire de formation de 20 jours le 8 juin, a indiqué ACOM, une organisation pro-Israël en Espagne, dans un communiqué mercredi.

Le séminaire en ligne a été annoncé sur le ministère espagnol de l’Education le 27 avril sous le titre « Solidarité et droits de l’homme. Apprendre à enseigner la haine et le racisme (Judéophobie, Islamophobie et Palestine-Israël).

En 2015, le BDS Pais Valencia a lancé une initiative qui a conduit à l’éviction du chanteur américain Matisyahu d’un festival de musique.

Un enseignant guide des étudiants dans la ville de Fanzara, à Valence, en Espagne, le 15 décembre 2016. (Jose Jordan/AFP via Getty Images)

Matisyahu, qui est juif mais pas Israélien, a été le seul artiste appelé à prendre position sur un État palestinien par les organisateurs du festival Rototom Sunsplash à Benicassim, en Espagne. Après une pluie de condamnations internationales sur ce que des critiques ont dit être de l’antisémitisme flagrant, les organisateurs ont réinvité Matisyahu et se sont excusés pour leur attitude. Ils ont expliqué avoir agi sous la pression du BDS Pais Valencia.

Le rappeur américain Matisyahu en concert à Jérusalem, le 10 octobre 2015. (Crédit : Flash90)

Ce groupe a défendu ses actions en déclarant que Matisyahu avait été ciblé non pas parce qu’il était Juif mais parce qu’il était « sioniste ».

Sur Twitter, ACOM a comparé le séminaire au fait de laisser « un nazi donner une conférence contre le racisme, ou un membre du Ku Klux Klan parler de persécution raciale ».

De nombreux tribunaux en Espagne, dont à Valence, ont déclaré le mouvement BDS contre Israël comme ayant un comportement raciste et discriminatoire.

L’année dernière, la chambre basse du parlement allemand, le Bundestag, a déclaré dans une résolution le BDS comme étant antisémite.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...