L’Europe et la Jordanie fustigent l’approbation de constructions en Cisjordanie
Rechercher

L’Europe et la Jordanie fustigent l’approbation de constructions en Cisjordanie

Les ministères des Affaires étrangères allemand, français, britannique, espagnol et italien ont déclaré que la construction de logements en Cisjordanie était "contre-productive"

Le quartier de Har Homa à Jérusalem-Est, le 15 février 2017. (AP Photo/Dan Balilty)
Le quartier de Har Homa à Jérusalem-Est, le 15 février 2017. (AP Photo/Dan Balilty)

L’approbation par Israël de la construction de nouveaux logements en Cisjordanie est « contre-productive » et « compromet » la reprise éventuelle d’un « dialogue », ont dénoncé vendredi dans une déclaration commune plusieurs pays européens.

« L’expansion des colonies viole le droit international et met encore plus en péril la viabilité d’une solution à deux États pour apporter une paix juste et durable dans le conflit israélo-palestinien », déplorent les ministères des Affaires étrangères allemand, français, britannique, espagnol et italien dans une déclaration commune.

Les autorités israéliennes ont donné leur feu vert mercredi et jeudi à la construction de près de 5 000 logements, selon l’organisation israélienne anti-implantations « La Paix Maintenant ».

« Nous sommes profondément préoccupés par la décision des autorités israéliennes de poursuivre la construction de plus de 4 900 unités de logement dans les colonies de Cisjordanie occupée », écrivent les diplomaties européennes dans leur déclaration commune.

« Dans le contexte des développements positifs des accords de normalisation entre Israël, les Émirats arabes unis et Bahreïn, il s’agit d’une mesure contre-productive », estiment les cinq pays européens.

Ces nouvelles constructions « compromettent également les efforts visant à mettre en place des mesures de confiance entre les parties en vue de la reprise du dialogue », regrettent-ils.

« Nous demandons donc l’arrêt immédiat de la construction de colonies, des expulsions forcées et de la démolition des structures palestiniennes à Jérusalem-Est et en Cisjordanie », enchaînent les cinq puissances européennes.

« Nous appelons les deux parties à ne pas prendre de mesures unilatérales mais à reprendre un dialogue sérieux et des négociations directes sur toutes les questions relatives au statut final », concluent-elles.

De son côté, la Jordanie a déclaré que cela constituait une violation du droit international et a appelé la communauté internationale à faire pression pour empêcher ces constructions.

Le ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman Safadi lors d’une conférence de presse, le 11 novembre 2019, au ministère jordanien des Affaires étrangères. (Capture d’écran)

Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman al-Safadi, a qualifié cette décision de « violation du droit international… des mesures illégitimes qui compromettent la solution à deux États et les chances de parvenir à une paix globale ».

« Une position internationale claire pour rejeter ces maisons et faire pression pour les bloquer est nécessaire pour protéger la paix et le droit international », a déclaré M. al-Safadi.

Israël a approuvé en 2020 plus de 12 000 nouveaux logements dans les implantations en Cisjordanie, un chiffre record, selon « La Paix Maintenant ».

Elle n’exclut pas que le nombre de logements approuvés en 2020 augmente encore d’ici la fin de l’année.

Plus de 450 000 Israéliens vivent en Cisjordanie où vivent également 2,8 millions de Palestiniens.

Ces autorisations ont mis fin à une période de huit mois de gel effectif de nouvelles constructions et sont survenues un mois après la signature à Washington d’accords normalisant les relations d’Israël avec les Emirats arabes unis et Bahreïn.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...