L’Europe se déconfine, le coronavirus réapparaît à Séoul et Wuhan
Rechercher

L’Europe se déconfine, le coronavirus réapparaît à Séoul et Wuhan

En Europe, gravement touchée par la pandémie, une majorité des habitants vont pouvoir renouer avec un semblant de vie sociale et un minimum de liberté de mouvement

Des employés projettent du désinfectant dans les rues, une mesure préventive contre la propagation du noouveau coronavirus à Caracas, au Venezuela, le 21 mars 2020. (Crédit : AP Photo/Matias Delacroix)
Des employés projettent du désinfectant dans les rues, une mesure préventive contre la propagation du noouveau coronavirus à Caracas, au Venezuela, le 21 mars 2020. (Crédit : AP Photo/Matias Delacroix)

De la « joie », mais aussi de « l’appréhension » : la France et une partie de l’Espagne vivent dimanche leur dernier jour de confinement, mais la peur d’un rebond de la pandémie de coronavirus qui a fait près de 280 000 morts prédomine, des foyers ressurgissant à travers le monde, notamment à Séoul et Wuhan.

Deux mois qu’ils attendaient cela ! Dans ces deux pays parmi les plus endeuillés de la planète, une majorité des habitants vont pouvoir renouer avec un semblant de vie sociale et un minimum de liberté de mouvement, comme les Chinois, les Italiens ou les Allemands avant eux.

« On navigue entre plus de libertés, ce qui nous rend heureux, mais aussi beaucoup d’incertitudes qui peuvent générer du stress », confient Clément Darras et Olivia Guarino, un couple de trentenaires parisiens.

Près de cinq mois après son apparition en Chine fin 2019, la pandémie qui a conduit au confinement de plus de la moitié de l’humanité et mis l’économie mondiale à genoux apparaît sous contrôle dans un nombre croissant de pays.

Mais le spectre d’une deuxième, voire d’une troisième vague, brandi notamment par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), est omniprésent.

La ville chinoise de Wuhan, où le virus avait commencé à frapper, est venue le rappeler : les autorités y ont annoncé dimanche un nouveau cas, après plus d’un mois de répit à la suite d’un confinement draconien.

Des employés portant des masques de protection désinfectent par précaution contre le nouveau coronavirus dans une station du métro de Séoul, en Corée du Sud, le vendredi 13 mars 2020. (AP Photo/Lee Jin-man)

Le rouge et le vert

En Corée du Sud, où la progression du virus avait également été stoppée, la ville de Séoul a dû de son côté ordonner la fermeture des bars et discothèques, après de nouveaux cas de propagation.

Ce nouveau foyer « fait prendre conscience que ce genre de situation peut se présenter n’importe quand », a souligné dimanche le président sud-coréen Moon Jae-in. « Ce ne sera pas fini avant que ce soit vraiment fini », a-t-il martelé.

Egalement citée en exemple, l’Allemagne a pour sa part vu le seuil critique de 50 nouvelles contaminations pour 100 000 habitants être franchi dans trois cantons.

Dans ce pays, où la Bundesliga doit reprendre dans les prochains jours, bars et restaurants ont pu rouvrir dès samedi au Mecklembourg-Poméranie, au bord de la Baltique.

Mais rien n’y est vraiment comme avant. « Nos salariés doivent porter un masque et nos clients doivent respecter la distanciation sociale », souligne Thomas Hildebrand, restaurateur à Schwerin.

En France même, où une réouverture controversée des écoles a été prévue par le gouvernement, deux foyers épidémiques ont été détectés dans le centre du pays, dont l’un après une réunion de… préparation de la rentrée.

Afin de limiter les risques de propagation, seule une partie de l’Espagne sera déconfinée. Plusieurs grandes villes, comme Madrid ou Barcelone, restent soumises à de sévères restrictions.

« La première chose que je vais faire, c’est organiser un dîner à la maison avec mes amis », indique Olegario Yanez, 41 ans, à Linares, une ville d’Espagne bénéficiant du déconfinement.

En France, celui-ci sera également modulé entre régions « vertes » et « rouges ». Comme Paris, où les autorités appellent à la plus grande vigilance. Partout, le masque sera obligatoire dans les transports et les gestes barrières de rigueur.

Un patient sous assistance respiratoire est escorté au CHU de Strasbourg par des membres du SAMU-SMUR portant des combinaisons de protection et des masques, à Strasbourg, le 16 mars 2020, pendant l’épidémie de Covid-19 qui frappe l’Europe. (Crédit : Patrick HERTZOG / AFP)

« Second pic »

Plusieurs autres pays vont également accélérer leur levée des restrictions lundi, après la Turquie dimanche. À l’opposé, la Russie, avec plus de 10 000 cas par jour, a dû renforcer son dispositif. La marque des 200 000 cas y a été atteinte.

C’est dans ce contexte que le Premier ministre britannique Boris Johnson, lui-même rescapé du Covid-19, doit présenter dimanche soir son plan en vue d’un déconfinement dans le deuxième pays au monde le plus endeuillé (plus de 31 500 morts).

Mais seuls de légers assouplissements sont attendus. « Nous ne pouvons pas risquer un second pic » de contaminations, a prévenu M. Johnson sur Twitter.

Accusé, comme le dirigeant britannique à avoir tardé à mesurer l’ampleur de la pandémie, le président américain Donald Trump, dont le pays est le plus touché de la planète avec près de 80 000 morts, voit le virus se rapprocher de son entourage.

Katie Miller, la porte-parole du vice-président Mike Pence, a été testée positive. Et trois membres de l’équipe anti-coronavirus de la Maison Blanche, dont l’épidémiologiste Anthony Fauci, vont rester en isolement après de possibles expositions, selon des médias américains.

Le président américain Donald Trump lors d’une conférence de presse sur le coronavirus à la Maison Blanche en compagnie du secrétaire d’Etat Mike Pompeo et du vice-président Mike Pence, le 8 avril 2020. (Crédit : AP Photo/Alex Brandon)

Bolsonaro en jet-ski

La gestion de la crise par M. Trump a été éreintée par son prédécesseur Barack Obama. « Un désastre chaotique absolu », a-t-il jugé lors d’une conversation téléphonique avec d’anciens collaborateurs de son gouvernement, dévoilée par Yahoo News.

En Amérique du Sud, la marque des 10 000 morts a été franchie au Brésil, un pays de 210 millions d’habitants susceptible de devenir le nouvel épicentre de la pandémie. Ce qui n’a pas empêché le président Jair Bolsonaro d’être vu en train de faire du jet-ski sur un lac de Brasilia, selon le média en ligne Metropoles.

En Iran, pays le plus touché du Moyen-Orient avec 6 500 décès recensés, la réouverture des commerces s’accompagne déjà d’une hausse des infections. Celle-ci « est en partie due (…) aux gens qui vont faire du shopping »,  selon Massoud Mardani, du ministère de la Santé.

À Genève, une des villes les plus riches au monde, le coronavirus révèle la misère des plus précaires. « Tout est tellement plus difficile depuis le début de la crise », explique Silvia, 64 ans, réduite comme des milliers de personnes à faire la queue pour une distribution alimentaire. Le coronavirus coûte à l’économie suisse jusqu’à 16 milliards d’euros par mois, a déclaré le chef de la banque centrale suisse, dans un entretien publié par plusieurs médias suisses dimanche. L’impact des mesures mises en place pour stopper la propagation du virus entraîne des coûts « énormes », a ajouté le directeur de la Banque nationale suisse (BNS), « de l’ordre de 11 à 17 milliards de francs suisses (10,4 à 16,1 milliards d’euros; 11,3 à 17,5 milliards de dollars) chaque mois ».

La Suisse n’a pas ordonné un confinement total de sa population mais a introduit une série de mesures d’urgence à la mi-mars, notamment la fermeture de restaurants et de la plupart des autres entreprises, pour lutter contre la propagation du Covid-19. La riche nation alpine, qui a enregistré plus de 1.500 décès et plus de 30.000 infections, a progressivement commencé à lever ces mesures, et les restaurants, les magasins et les écoles doivent rouvrir lundi.

Quant aux Belges, il peuvent recommencer dès ce dimanche de fête des mères à recevoir quatre personnes à leur domicile. « Nous avons sorti au jardin notre plus grande table et cela afin de garder malgré tout cette sacrée distanciation sociale entre chaque convive », confie Patrick Rodriguez, marchand de journaux à Bruxelles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...