Rechercher

Un ex-chef du Mossad rejoint la société israélienne de cybersécurité NanoLock

Tamir Pardo siégera au conseil consultatif de sécurité de la start-up et XM Cyber, la société de Pardo, sera vendue à une multinationale allemande

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Tamir Pardo, ex directeur du Mossad, prend la parole lors de la conférence Meir Dagan pour la stratégie et la défense au Netanya Academic College, le 21 mars 2018. (Crédit : Meir Vaaknin/Flash90)
Tamir Pardo, ex directeur du Mossad, prend la parole lors de la conférence Meir Dagan pour la stratégie et la défense au Netanya Academic College, le 21 mars 2018. (Crédit : Meir Vaaknin/Flash90)

Tamir Pardo, ex-chef du Mossad, rejoint la start-up israélienne de cybersécurité NanoLock en tant que membre du conseil consultatif de sécurité de la société, a annoncé lundi la société.

NanoLock a déclaré dans un communiqué que la vision de Pardo sur les cybermenaces « cadrait » bien avec la société et que l’ex-chef du Mossad, en poste de 2006 à 2011, serait « déterminant pour soutenir le développement [de la société] aux États-Unis, en Europe et au Japon, où elle a récemment décroché de nouveaux contrats avec de gros clients ».

Fondée en 2017, NanoLock sécurise les appareils connectés d’entreprises d’infrastructures industrielles critiques comme celles des secteurs de l’énergie, de l’eau et du transport, qui souvent appartiennent à l’État. La société basée à Hod Hasharon dit travailler avec des partenaires au Japon, en Italie, en Espagne, en Suisse, aux Pays-Bas, en Inde, à Singapour, en Israël et aux États-Unis.

« Les cyberattaques sont incroyablement dangereuses, car elles peuvent détruire des infrastructures à bas coût, sans armes ni roquettes », a précisé Pardo dans le communiqué. Il est « crucial que nous développions des solutions empêchant les pirates de mettre leurs menaces à exécution, quel que soit le vecteur d’attaque. »

Il s’est déclaré impatient « d’aider NanoLock à faire évoluer son offre afin que les infrastructures critiques, dans le monde entier, soient à l’abri des menaces ».

« Grâce à ses dizaines d’années d’expérience dans le renseignement et la cybersécurité, la valeur ajoutée de M. Pardo au sein de notre conseil consultatif sera considérable alors que nous préparons nos clients à l’aggravation du cyber chaos », a indiqué Eran Fine, PDG et cofondateur de NanoLock.

Selon la cyber-entreprise israélienne Check Point Security, les cyberattaques ont augmenté de 40 % en 2021 par rapport à l’année précédente et une organisation sur 61, dans le monde, est affectée par un ransomware chaque semaine. Le rapport de 2022 estime à 900 le nombre de cyberattaques par semaine.

Pardo arrive chez Nanolock six mois seulement après avoir revendu, pour 700 millions de dollars la société qu’il a cofondée, XM Cyber, au groupe allemand Schwarz, multinationale de vente au détail avec quelque 140 millions de dollars de revenus annuels déclarés.

La société continue d’opérer de manière indépendante et d’offrir ses produits sous sa marque et sa structure actuelles. La société basée à Herzliya aborde les cybermenaces du point de vue d’un pirate informatique et sa plate-forme automatisée de simulation avancée des menaces identifie les vulnérabilités, informations d’identification exploitables, erreurs de configuration et utilisateurs susceptibles de présenter un risque pour les organisations.

XM Cyber (XM signifie ex-Mossad) a été co-fondée en 2016 par Pardo ainsi que Noam Erez et Boaz Gorodissky, tous deux experts du renseignement avec 25 et 30 ans d’expérience dans le monde du renseignement israélien.

Ces entreprises font partie du secteur le plus important et dynamique de l’écosystème technologique israélien, la cybersécurité, avec des levées record de l’ordre de 8,8 milliards de dollars. Selon la Direction nationale israélienne de la cybersécurité, onze nouvelles licornes – ces entreprises privées évaluées à 1 milliard de dollars ou plus – sont apparues en 2021 dans le domaine de la cybersécurité.

Selon ces mêmes données, les financements constatés en 2021 [en Israël] comptent pour 40 % du total des fonds levés par les entreprises de cybersécurité dans le monde entier.

L’Institut israélien des exportations estime à 11 milliards de dollars le montant des exportations israéliennes en matière de cybersécurité en 2021.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...