Rechercher

L’ex-président Katsav donne sa 1ere interview à une chaîne de l’opposition iranienne

Né en Iran, Katsav, qui a été condamné pour viol, critique le régime de Téhéran, dans une interview en persan, à diffuser dimanche en Iran

Moshe Katsav (au fond), ex président reconnu coupable de viol, avec Babak Itzhaki, correspondant en Israël pour Iran International annonçant l'interview à venir. (Copie d'écran /Iran International)
Moshe Katsav (au fond), ex président reconnu coupable de viol, avec Babak Itzhaki, correspondant en Israël pour Iran International annonçant l'interview à venir. (Copie d'écran /Iran International)

La Douzième chaîne a annoncé que Moshe Katsva, l’ex-président israélien reconnu coupable de viol, avait donné ce mercredi une interview des plus rares à Iran international, un média proche de l’opposition politique iranienne.

Dans une présentation de l’interview dont la diffusion est prévue ce dimanche, le journaliste iranien, s’exprimant en persan cite Katsav en disant qu’il « demeure persuadé qu’un jour les relations entre Israël et l’Iran seront à nouveau amicales. »

L’ex-président est présenté dans une bande-annonce de 30 secondes comme né sous alias dans le quartier juif de la ville de Yasd, en Iran, puis élevé à Téhéran jusqu’à l’émigration vers Israël avec ses parents à l’âge de cinq ans.

Le journaliste cite Katsav en disant que le régime iranien est devenu dangereusement destructeur, avec une vocation propre à éradiquer toute possibilité de paix dans la région.

La Douzième chaîne indique que, dans l’interview qui sera diffusée dimanche, Katsav évoque une réunion qu’il aurait eu du temps de sa présidence (2000-2007) avec le président iranien Mohammad Khatami (1997-2005), décrivant leur poignée de main et une discussion au sujet de la ville de Yazd où il est né.

Ce sera la première interview de Katsav depuis son emprisonnement survenu il y a 10 ans.

Katsav a été reconnu coupable de viol et autres délits sexuels en 2010. Il a été remis en liberté sous conditions en décembre 2016, après sept ans de détention à la prison de Ma’asiyahu, à Ramla.

L’interview a été menée entièrement en persan par le journaliste Babak Itzhaki, basé à Jérusalem, décrivant un homme brisé, s’exprimant lentement pendant l’interview.

Il a décrit Katsav et sa femme comme des personnes âgées vivant paisiblement dans leur villa de Kyriat Malachi, ajoutant qu’ils n’avaient rien à voir avec ceux qu’il avait rencontrés par le passé.

Cet entretien rare, mené en Persan, devrait être diffusée dimanche soir sur la chaîne Iran International, suivie par des millions d’Iraniens. (Copie d’écran/Iran International)

Hitzhaki a indiqué que l’ex président clamait toujours son innocence.

En qualité de correspondant pour Iran international en Israël, Hitzhaki a été la cible, le mois dernier, d’une opération des services secrets iraniens, heureusement déjouée par les services secrets israéliens.

L’opération, révélée par l’agence de sécurité Shin Bet, impliquait quatre femmes juives israéliennes et un homme, recrutés par les services secrets iraniens pour mener des missions d’espionnage dans le pays contre de petites sommes d’argent. Parmi les cibles révélées, se trouvent le media Iran International News et Itzhaki lui-même.

Itzhaki est devenu la cible de ceux qui avaient été recrutés par les services secrets en Israël, a indiqué le Shin Bet dans une déclaration. Cela fait partie des tentatives en cours du régime de Téhéran pour intimider les journalistes iraniens et saper la liberté de la presse.

« En usant de coercition et de manipulations envers les membres de la communauté iranienne en Israël, les actions du régime iranien ont volontairement mis en danger la sécurité Babak Itzhaki, de sa famille et d’autres membres du bureau d’Iran International en Israël », peut-on lire dans une déclaration publiée par Iran International suite à la révélation de l’opération.

Créé en 2017 et basé à Londres, Iran international réunit des millions d’Iraniens en Iran et dans le monde entier. Il est considéré comme un média d’opposition au régime iranien et a fait les gros titres en traitant des sujets comme les violations des droits de l’homme, les droits des LGBTQ+ et les droits des femmes en Iran.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...