L’extermination de Roms évoquée à Auschwitz, 75 ans après
Rechercher

L’extermination de Roms évoquée à Auschwitz, 75 ans après

Vingt-trois mille Roms de toute l'Europe ont été déportés à Auschwitz-Birkenau entre mars 1943 et juillet 1944. Presque tous y sont morts

Dans cette photo du 29 juillet 2016, un homme traverse la tristement célèbre voie ferrée de l'ancien camp de la mort nazi d'Auschwitz-Birkenau en Pologne. (AP Photo/Alik Keplicz, FILE)
Dans cette photo du 29 juillet 2016, un homme traverse la tristement célèbre voie ferrée de l'ancien camp de la mort nazi d'Auschwitz-Birkenau en Pologne. (AP Photo/Alik Keplicz, FILE)

Des survivants de l’holocauste des Roms et des Juifs se sont réunis vendredi sur le site d’Auschwitz-Birkenau pour marquer le 75e anniversaire du massacre des derniers Roms internés dans ces deux camps jumeaux.

Le défenseur des droits des Afro-Américains Jesse Jackson, qui a participé aux cérémonies, a parlé d’ « holocauste oublié » des Roms et appelé à la vigilance face à la montée de l’extrême droite en Europe et aux Etats-Unis.

En plus de quelque six millions de Juifs exterminés par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne d’Hitler a réservé le même sort à environ 500 000 membres des communautés ethniques appelées Roms, Sinti ou gitans. Le 2 août a été proclamé la journée de commémoration de leur holocauste.

Vingt-trois mille Roms de toute l’Europe ont été déportés à Auschwitz-Birkenau entre mars 1943 et juillet 1944. Presque tous y sont morts.

Le 2 août 1944, lorsque la défaite de l’Allemagne apparaissait de plus en plus probable, les nazis ont assassiné entre 4 200 et 4 300 derniers survivants roms au camp de la mort de Birkenau.

« Trois de mes quatre frères et sœurs et ma mère biologique ont été assassinés par les nazis. Moi-même j’ai survécu à Auschwitz grâce à la chance et à l’aide désintéressée d’autres gens », a dit Else Baker, une rescapée rom.

« Nous, les survivants, nous devons défendre les droits de l’homme et la démocratie. Nous ne pouvons être sûrs que les crimes nazis ne se répéteront jamais », a-t-elle ajouté.

« Je veux que ceux qui ont assassiné ces gens entendent toute leur vie, et même après, les horribles échos de cette nuit-là et ressentent la peur que les victimes ont vécue », a déclaré une survivante juive, Eva Fahidi, témoin du massacre.

Le pasteur Jackson a comparé les souffrances des Roms en Europe à celles des Afro-Américains aux Etats-Unis et demandé que les mouvements d’extrême droite en train de monter soient « stoppés net ».

« Les peuples roms d’Europe sont pour l’essentiel confrontés à la même épreuve que les Afro-Américains, victimes du génocide et de violences, privation du droit de vote, ségrégation et marginalisation », a-t-il affirmé devant quelques centaines de personnes réunies à Birkenau.

Les Roms, restés longtemps nomades, sont supposés avoir migré vers l’Europe depuis le nord-ouest du sous-continent indien vers le 11e siècle. Leur nombre total en Europe est situé entre 10 et 12 millions. Leurs conditions de vie demeurent souvent difficiles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...