Rechercher

L’homme de ménage accusé d’avoir espionné Gantz nie avoir agi pour l’Iran

Omri Goren déclare avoir travaillé pour "des hackers sur Telegram" et non des Iraniens ; la détention est prolongée jusqu'en janvier, l'audience officielle étant reportée

Capture d'écran de la vidéo d'Omri Goren, accusé d'avoir proposé d'espionner le ministre de la Défense Benny Gantz pour l'Iran, lors d'une audience de détention provisoire au tribunal de district de Lod, le 2 décembre 2021. (Channel 12 News)
Capture d'écran de la vidéo d'Omri Goren, accusé d'avoir proposé d'espionner le ministre de la Défense Benny Gantz pour l'Iran, lors d'une audience de détention provisoire au tribunal de district de Lod, le 2 décembre 2021. (Channel 12 News)

L’homme de ménage de Benny Gantz, qui a été accusé d’avoir tenté d’espionner le ministre de la Défense pour le compte de l’Iran, a contesté jeudi l’accusation selon laquelle les Iraniens orchestraient l’espionnage.

Omri Goren a comparu par liaison vidéo au tribunal de district de Lod pour une audience de renvoi, qui a été reportée car son avocat a affirmé qu’il n’avait pas reçu tous les documents relatifs à l’affaire. L’audience de renvoi a été reportée au début du mois de janvier, mais le tribunal a ordonné que Goren soit néanmoins maintenu en détention jusqu’à cette date.

Avant le début de l’audience, et dans des circonstances peu claires, des journalistes ont réussi à s’adresser à Goren par vidéo alors qu’il attendait le début de la séance du tribunal.

Un journaliste de la Douzième chaîne lui a demandé pourquoi il avait cherché à espionner pour l’Iran.

« Qui a dit que c’était les Iraniens ? C’était des hackers sur Telegram », a répondu Goren. Les journalistes auraient ensuite été empêchés de poser d’autres questions.

L’avocat Gal Wolf, représentant de Goren au bureau de l’avocat commis d’office, a déclaré à la cour que Goren était détenu en tant que prisonnier pour atteinte à la sécurité nationale et qu’il n’avait pas été autorisé à passer des appels téléphoniques.

Wolf a déclaré aux médias que l’audience avait été retardée parce qu’il n’avait pas encore reçu tous les documents relatifs à l’affaire qui, a-t-il dit, « arrivent au compte-gouttes ».

« C’est inconcevable – prendre une personne et la mettre en isolement en guise de punition et ne pas lui permettre de communication externe – et certainement pas avec ses avocats de la défense », a déclaré Wolf.

Capture d’écran de la vidéo de l’avocat Gal Wolf s’adressant aux médias après une audience de détention provisoire pour son client Omri Goren, accusé d’avoir proposé d’espionner le ministre de la Défense de l’Iran, vue au tribunal de district de Lod, le 2 décembre 2021. (Channel 12 News)

Wolf a déclaré au tribunal que toute personne souhaitant rendre visite à Goren au complexe russe, son lieu de détention à Jérusalem, devait obtenir une autorisation spéciale. L’avocat a demandé que son client soit autorisé à passer des appels téléphoniques à sa famille et à parler librement avec son conseiller juridique.

Le juge président Ido Druyan-Gamlielle a ordonné au service pénitentiaire israélien de clarifier la situation et d’expliquer pourquoi Goren n’a pas été autorisé à parler librement au téléphone avec son avocat.

L’agence de sécurité intérieure du Shin Bet a révélé le mois dernier qu’il avait arrêté Goren – un braqueur de banque condamné qui a purgé plusieurs peines de prison – pour avoir apparemment proposé d’espionner Gantz pour l’Iran.

Goren a été engagé avant que Gantz ne devienne ministre de la Défense, et il semble que le Shin Bet n’ait jamais examiné ses antécédents. Gantz était chef d’état-major de Tsahal avant d’entrer en politique.

Le ministre de la Défense Benny Gantz s’exprime lors d’une cérémonie en l’honneur des soldats blessés, à Tel Aviv, le 21 novembre 2021. (Tomer Neuberg/Flash90)

Selon le Shin Bet, Goren a s’est adressé en novembre à « une personnalité affiliée à l’Iran et lui a proposé de l’aider de différentes manières, compte tenu de son accès au domicile du ministre. »

Dans un acte d’accusation contre Goren, la personnalité en question a été identifiée comme un représentant de Black Shadow, qui a mené une cyberattaque majeure contre des sites Web civils israéliens le mois dernier, y compris le vol de données d’un site de rencontres LGBT israélien populaire.

Bien que l’acte d’accusation ne traite pas explicitement des motifs de Goren, il indique qu’il agissait pour des considérations financières, disant apparemment au groupe qu’il « transférerait des informations de la maison à [Black Shadow] en échange d’une somme d’argent ».

Selon l’acte d’accusation, il a pris des photos du bureau, de l’ordinateur, du téléphone et de la tablette de Gantz, d’un coffre-fort fermé et d’une déchiqueteuse à papier, de photos de Gantz et de sa famille, et d’une copie des paiements de la taxe foncière locale du ministre.

Omri Goren (capture d’écran de Channel 12)

La Douzième chaîne a rapporté que Goren avait contacté Black Shadow sur l’application de messagerie Telegram en utilisant une fausse identité, et a dit qu’il travaillait pour le ministre de la Défense et qu’il pouvait aider le groupe de pirates de différentes manières. Il aurait demandé 7 000 dollars pour espionner Gantz.

Wolf a déclaré que son client admettait certaines des infractions dont il était accusé, mais niait avoir commis les crimes liés à la sécurité qui lui étaient attribués.

L’avocat a déclaré au Times of Israel le mois dernier que son client « n’a été exposé à aucun matériel lié à la sécurité » lorsqu’il travaillait au domicile de Gantz, ce qui fait écho à l’affirmation du Shin Bet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...