Rechercher

L’homosexualité dans le cinéma israélien, un cycle de projections au MahJ

Cette journée de projections vise à interroger l’évolution de la représentation de l’homosexualité dans le regard des cinéastes israéliens

« Yossi et Jagger », de Eytan Fox (2002).
« Yossi et Jagger », de Eytan Fox (2002).

Le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, à Paris, propose ce dimanche 22 mai dans son auditorium le cycle « Sortir de la bulle : L’homosexualité dans le cinéma israélien ».

Cette journée de projections vise ainsi à interroger l’évolution de la représentation de l’homosexualité dans le regard des cinéastes israéliens.

« Dans un pays où l’armée, la religion et la famille occupent une place essentielle, l’homosexualité a pu apparaître comme une menace sapant de l’intérieur les bases de la société israélienne », écrit le musée.

« Au travers de trois fictions d’Amos Guttman, d’Eytan Fox et de Tsivia Barkai-Yacov, d’un documentaire de Hadas Ayalon et d’un court-métrage de Samira Saraya, cette journée explore l’évolution de la représentation de l’homosexualité dans le cinéma israélien, et interroge la manière dont celle-ci ébranle certains mythes fondateurs de l’État d’Israël. »

Au programme :
11h-13h30 : « We Were the Others », de Hadas Ayalon (Avant-première, 2019)
14h30-16h30 : « Dérive », de Amos Guttman (1983)
17h-19h : « Yossi et Jagger », de Eytan Fox (2002)
20h-22h : « Red Cow », de Tsivia Barkai-Yacov (Avant-première, 2018)

Le tarif est de 6 € par séance.

Les billets sont en vente sur la billetterie en ligne du musée et sur place.

Les résumés des films, documentaires et courts-métrages présentés sont disponibles sur le site du musée.

Le programme, coordonné par Ophir Levy, est organisé avec le soutien de la Dilcrah et des services culturels de l’ambassade d’Israël en France, en partenariat avec l’association Beit Haverim.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...