L’hypothèse du mikvé se confirme à St-Paul-Trois-Chateaux
Rechercher

L’hypothèse du mikvé se confirme à St-Paul-Trois-Chateaux

Une cave située dans le quartier juif médiéval de la ville, qui semblait être alimentée en eau de manière continue, a éveillé la curiosité des archéologues

Le mikvé de la synagogue de Carpentras, présenté par Françoise Richez, le 7 juillet 2017. (Crédit : Cnaan Liphshiz/JTA)
Le mikvé de la synagogue de Carpentras, présenté par Françoise Richez, le 7 juillet 2017. (Crédit : Cnaan Liphshiz/JTA)

En Provence ou en Alsace, il n’est pas rare de tomber sur une rue nommée « Juiverie », signe que l’on pénètre dans l’ancien ghetto juif de la ville.

Et c’est dans la rue Juiverie de Saint-Paul-Trois-Chateaux (Auvergne-Rhône-Alpes), où un quartier juif s’était établi entre le 13e et le 15e siècle, que l’Institut national de recherches préventives (Inrap) a mis à jour après 2 semaines de fouilles. 

Selon Claude de Mecquenem, spécialiste en histoire hébraïque à l’Inrap, il s’agit d’un potentiel mikvé, un bain rituel juif de purification.

La resurgence d’eau continue de cette cave de 7m sur 4 attire depuis plusieurs années l’attention des chercheurs.

Il y a quelques semaines, ils ont mis à jour au cours de leurs recherches « un ‘déshabilloir’, un accès en escalier et l’existence d’espaces annexes qui pourraient confirmer cette hypothèse, » explique France 3.

« Mylène Lert, conservatrice au musée d’archéologie tricastine, est descendue la première fois dans cette cave, à la fin des années 1990, continue la télévision régionale : « A chaque fois que je descendais dans la cave, il y avait toujours de l’eau. Et compte-tenu de la découverte, dans la maison voisine, de l’arche sainte hébraïque (armoire en pierre permettant de conserver les rouleaux de la torah dans la synagogue), la piste du mikvé a commencé à se révéler. Mais pour aller plus loin, il a fallu convaincre les élus, qu’ils acceptent le financement d’études et de fouilles ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...