Liban : le président suspend le Parlement pour un mois
Rechercher

Liban : le président suspend le Parlement pour un mois

La décision de Michel Aoun vise à empêcher les députés d'étendre leurs propres mandats, qui devaient se terminer en 2013

Michel Aoun, président du Liban, en 2015. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Michel Aoun, président du Liban, en 2015. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le président libanais Michel Aoun a annoncé mercredi la suspension des séances du Parlement pour une durée d’un mois afin d’empêcher que la Chambre se réunisse pour prolonger son mandat pour une troisième fois en moins de quatre ans.

Dans un discours télévisé, le président Aoun a dit avoir décidé « d’ajourner les réunions du Parlement pendant un mois » comme l’y autorise « le texte de l’article 59 de la Constitution ».

Cet article permet au président de la République de suspendre les séances de la Chambre des députés pendant un mois sans préciser de circonstances particulières entraînant une telle mesure.

Le mandat du Parlement devait se terminer en juin 2013, mais les députés avaient eux-même voté pour sa prolongation de 13 mois. Ils l’ont ensuite prolongé une deuxième fois en novembre 2014 pour une durée de deux ans et sept mois, sur fond de crise politique.

Un portrait géant de Michel Aoun, alors candidat à la présidence libanaise, au nord de Beyrouth, le 28 octobre 2016. (Crédit : Joseph Eid/AFP)
Un portrait géant de Michel Aoun, alors candidat à la présidence libanaise, au nord de Beyrouth, le 28 octobre 2016. (Crédit : Joseph Eid/AFP)

Cette fois-ci, les forces politiques ne sont pas parvenues à se mettre d’accord sur une nouvelle loi électorale, qui devait permettre de fixer la date et l’organisation des élections législatives dans les délais constitutionnels, désormais dépassés.

La Chambre devait se réunir jeudi pour prolonger son mandat.

Le Courant patriotique libre, parti fondé par Michel Aoun, et le parti des Forces libanaises dirigé par Samir Geagea, actuel allié d’Aoun, ont appelé à manifester en masse jeudi dans le centre de Beyrouth près du siège du Parlement pour empêcher que la Chambre se réunisse et prolonge elle-même son mandat jusqu’au 20 juin 2018.

Saad Hariri, le 14 février 2013. (Crédit : capture d'écran Youtube/mtvlebanon)
Saad Hariri, le 14 février 2013. (Crédit : capture d’écran Youtube/mtvlebanon)

Michel Aoun a été élu en octobre, après deux ans et demi de vacance à la présidence et grâce à l’appui inopiné de deux de ses adversaires politiques : Samir Geagea et l’ex-Premier ministre sunnite Saad Hariri, redevenu chef du gouvernement.

La plupart des forces politiques sont représentées au sein du gouvernement mais elles sont divisées sur la loi électorale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...