Rechercher

Liban: sans Hariri, la communauté sunnite fragmentée à l’approche des élections

Une bannière portant la photo de l'ancien premier ministre libanais Saad Hariri et un slogan en arabe qui dit "engagé dans la décision du premier ministre Saad Hariri de boycotter les élections", est suspendue dans une rue du quartier Tariq al-Jdideh de la capitale Beyrouth, le 27 avril 2022. (Crédit : ANWAR AMRO / AFP)
Une bannière portant la photo de l'ancien premier ministre libanais Saad Hariri et un slogan en arabe qui dit "engagé dans la décision du premier ministre Saad Hariri de boycotter les élections", est suspendue dans une rue du quartier Tariq al-Jdideh de la capitale Beyrouth, le 27 avril 2022. (Crédit : ANWAR AMRO / AFP)

Avant les législatives prévues au Liban le 15 mai, les sunnites, importante communauté parmi les 18 que compte ce pays multiconfessionnel, se retrouvent fragmentés après la décision de leur leader politique, l’ancien Premier ministre Saad Hariri, de boycotter le scrutin.

Les sunnites ont longtemps été un acteur essentiel sur la scène politique de ce petit pays du Proche-Orient, régi par un laborieux système de partage du pouvoir entre communautés religieuses.

Les législatives se tiennent sur fond d’effondrement économique et d’impasse politique, mais elles ne devraient pas apporter de changement important à un paysage politique dominé par les partis traditionnels, estiment des experts, même si des candidats anti-système pourraient réaliser des percées.

M. Hariri, 52 ans, avait annoncé fin janvier son retrait de la vie politique et appelé en mars son parti à boycotter les élections. Son bloc parlementaire comptant 18 députés (sur 128), il sera le grand absent des prochaines législatives.

Mais « dans le but d’éviter que le Hezbollah ne profite » de l’absence de Saad Hariri pour attirer le vote des sunnites, « il y a eu une mobilisation des figures sunnites traditionnelles », explique à l’AFP le politologue Karim Bitar.

Des affiches exprimant le soutien au chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah sont accrochées sur une route principale de la capitale Beyrouth, le 14 mai 2022, à la veille des élections législatives. (Crédit : LOUAI BESHARA / AFP)

Saad Hariri bénéficiait autrefois du soutien indélébile de l’Arabie saoudite. Mais leurs relations se sont détériorées ces dernières années, Ryad estimant qu’il était trop complaisant envers le puissant mouvement chiite Hezbollah, proche de l’Iran, grand rival régional du royaume saoudien.

Propulsé sur la scène politique à la suite de l’assassinat de son père Rafic Hariri en 2005, également ancien Premier ministre, Saad Hariri a dirigé trois gouvernements et a été contraint de composer avec le Hezbollah, qui domine la vie politique.

« Il ne fait aucun doute que pour éviter une guerre civile, j’ai dû faire des compromis », a-t-il déclaré en janvier. « Ce souci a guidé tous mes pas, m’a fait perdre ma fortune personnelle, ainsi que certains amis à l’étranger et beaucoup d’alliés », a-t-il déploré.

« Plusieurs pôles sunnites » 

Omniprésente sur la scène politique depuis la fin de la guerre civile (1975-1990) et bénéficiant d’une relation privilégiée avec plusieurs pays, dont la France, la famille Hariri a longtemps eu le dernier mot au sein du camp sunnite lorsqu’il s’agit des législatives.

Mais Dar el-Fatwa, la plus haute instance de l’islam sunnite au Liban, a mis en garde à quelques jours du scrutin contre le « danger » du boycott des élections et appelé à une participation massive de la communauté.

Cet appel a aussitôt reçu le soutien de figures politiques sunnites comme l’ancien Premier ministre Fouad Siniora ou le chef du gouvernement actuel Najib Mikati.

Selon M. Bitar, l’absence de Saad Hariri a propulsé d’anciens dirigeants sunnites ainsi que de nouveaux visages, dont des candidats indépendants, sur la scène politique.

« Je pense qu’on se dirige vers la réémergence de plusieurs pôles sunnites, (…) qui chercheraient à combler le vide en attendant un éventuel retour de l’influence saoudienne et de Saad Hariri », estime M. Bitar.

Ancien numéro deux du parti de M. Hariri, Moustapha Allouche ne s’est pas conformé aux consignes et a démissionné de la formation pour présenter sa candidature.

Une bannière portant la photo de l’ancien premier ministre libanais Saad Hariri et un slogan en arabe qui dit « engagé dans la décision du premier ministre Saad Hariri de boycotter les élections », est suspendue dans une rue du quartier Tariq al-Jdideh de la capitale Beyrouth, le 27 avril 2022. (Crédit : ANWAR AMRO / AFP)
Une femme libanaise a voté pour les élections législatives dans un bureau de vote de la ville de Jounieh, au nord de la capitale Beyrouth, le 15 mai 2022. (Crédit : Joseph EID / AFP)

Pour lui, mieux vaut diviser le camp sunnite que boycotter les législatives.

« Quand on se retire de la scène, on donne la chance aux adversaires », déclare-t-il à l’AFP, préconisant la formation d' »un front uni contre le projet du Hezbollah, si celui-ci obtient la majorité » à l’issue du scrutin.

A Beyrouth, le quartier sunnite de Tarik Jdidé est parsemé de portraits géants de Saad Hariri alors que des panneaux y appellent au boycott des élections.

Mais parmi les résidents, certains refusent de baisser les bras.

« Nous allons voter car nous n’acceptons pas que d’autres partis profitent de la situation ou manipulent la communauté pour leurs intérêts personnels », martèle Ahmad, 60 ans, père de famille au chômage.

Mais « la division du camp sunnite sert les intérêts du Hezbollah. C’est le seul bénéficiaire » de cette situation, estime Anwar Ali Beyrouti, 70 ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...