Liberman annonce une refonte des allocations versées pour la garde des enfants
Rechercher

Liberman annonce une refonte des allocations versées pour la garde des enfants

Le ministre a annoncé que les étudiants en yeshiva à plein-temps ne recevraient plus d'aides financières pour les crèches, une décision qui concerne 21 000 enfants

Le leader de Yahadout HaTorah, Moshe Gafni, à gauche, le dirigeant du Shas Aryeh Deri et le député de Yahadout HaTorah, Yaakov Litzman, lors d'une conférence de presse à la Knesset, le 8 juin 2021. (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)
Le leader de Yahadout HaTorah, Moshe Gafni, à gauche, le dirigeant du Shas Aryeh Deri et le député de Yahadout HaTorah, Yaakov Litzman, lors d'une conférence de presse à la Knesset, le 8 juin 2021. (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre des Finances, Avigdor Liberman, a annoncé qu’il prévoyait de modifier les allocations versées pour les frais de garde des enfants jusqu’à l’âge de trois ans, en cessant d’en verser pour environ 21 000 enfants d’étudiants à plein-temps dans les yeshivas.

Liberman a expliqué que ce type d’allocation ne serait dorénavant versé que si les deux parents de l’enfant concerné travaillaient au moins 24 heures par semaine. Actuellement, seules les mères doivent répondre à ce critère pour qu’une famille puisse revendiquer l’allocation mensuelle à hauteur de mille shekels – les pères étant exemptés de cette obligation s’ils font des études.

Ce changement devrait priver d’allocation environ 18 000 foyers où les pères étudient la Torah à plein-temps. Il sera mis en vigueur au début de la prochaine année scolaire, au mois de septembre.

Les familles dont le père ne travaille pas au moins 24 heures par semaine mais qui est par ailleurs impliqué dans une formation professionnelle ou universitaire pourront être éligibles à ces aides à la garde des enfants – qui cesseront uniquement pour les étudiants en yeshiva.

Liberman, de son côté, a déclaré que cette décision reflétait son intention de « changer les priorités et d’accorder la priorité à ceux qui travaillent et qui paient des impôts. Le système frappe actuellement les parents qui travaillent tout en donnant la priorité à ceux qui ne travaillent pas ».

Au total, ces allocations coûteraient, selon les estimations, 1,2 milliard de shekels à l’État. Un tiers concerne les familles dont le père étudie dans un séminaire religieux.

« Aujourd’hui, j’ai donc décidé de mettre un terme à une distorsion des choses, au sein de l’État d’Israël – un pays qui discrimine les Israéliens qui travaillent », a déclaré Liberman, à la tête du parti laïc de droite Yisrael Beytenu.

Il a ajouté que « je continuerai à lancer moi-même les initiatives nécessaires pour éliminer l’absence d’incitation à rejoindre le marché du travail et à accorder la priorité aux Israéliens qui travaillent, qui paient des impôts, qui font leur service militaire et qui assument leur devoir de réserviste ».

Des employés nettoient une salle de la crèche d’Emunah, dans la ville de Modiin, le 7 mai 2020 (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

Les députés des partis ultra-orthodoxes d’opposition ont dénoncé cette décision que le chef du parti Shas, Aryeh Deri, a qualifié de « destructrice et perverse », ajoutant que cette initiative visait à « s’en prendre aux familles qui ont beaucoup d’enfants simplement parce qu’elles sont haredim« .

« Le Premier ministre Naftali Bennett et le ministre de la Justice Gideon Saar qui avaient promis de s’occuper des ultra-orthodoxes ont formé un gouvernement de haine », a accusé Deri.

Le leader de Yahadout HaTorah, Moshe Gafni, a déclaré que Liberman était « malfaisant » et le numéro deux de sa formation a accusé le chef du Trésor d’afficher sa « révulsion » et sa « haine » des étudiants de yeshiva.

« Cette mesure fait partie des politiques de ce gouvernement issu du judaïsme réformé qui mène une véritable guerre contre tout ce qui est sacré pour nous et contre tout ce qui nous est cher, en adéquation parfaite avec les incitations que Liberman a proféré ces dernières années », a continué Litzman.

Il a ultérieurement déclaré au site d’information Ynet que Liberman « est tout simplement dément. Il est fou de haine ».

Le leader de Yahadout HaTorah, Moshe Gafni, à gauche, le dirigeant du Shas Aryeh Deri et le député de Yahadout HaTorah, Yaakov Litzman, lors d’une conférence de presse à la Knesset, le 8 juin 2021. (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)

Le député de Yahadout HaTorah Yaakos Asher a transmis un courrier à la ministre de l’Économie, Orna Barbiva, issue du parti centriste Yesh Atid, lui recommandant vivement de ne pas soutenir la décision de Liberman, a fait savoir la Douzième chaîne.

« Ne répétez pas les erreurs du passé », aurait écrit Asher dans la lettre.

La missive a aussi été envoyée au ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, leader de Yesh Atid. Elle se réfère apparemment à des changements politiques que Lapid avait entrepris lorsqu’il était lui-même ministre des Finances entre 2013 et 2014 – Shas et Yahadout HaTorah ne siégeaient pas au gouvernement – et auxquels les ultra-orthodoxes s’étaient opposés.

Parmi ces réformes, il y avait eu l’introduction de l’exigence pour les deux parents de travailler pour recevoir des allocations – une exigence abandonnée en 2015 après la formation par le Premier ministre d’alors, Benjamin Netanyahu, d’un nouveau gouvernement avec les partis haredim.

Yahadout HaTorah et le Shas, qui sont des alliés proches du parti du Likud de Netanyahu, ont fustigé le gouvernement de partage du pouvoir qui a été formé, le mois dernier, par Bennett et Lapid, affirmant qu’il mettrait en péril l’État juif. Ils avaient qualifié le nouveau Premier ministre de « pervers ».

Selon la Douzième chaîne, certains membres du gouvernement – et notamment la ministre de l’Intérieur issue du parti Yamina de Bennett, Ayelet Shaked – espèrent encore un ralliement des ultra-orthodoxes à la coalition au pouvoir.

Si Bennett avait connaissance du projet de Liberman de couper les allocations, la chaîne a indiqué qu’il ignorait qu’il avait pris sa décision définitive et qu’il allait l’annoncer. La chaîne a aussi noté que des membres du gouvernement – dont l’identité n’a pas été précisée – avaient promis aux formations ultra-orthodoxes qu’il n’y aurait plus de mesure supplémentaire de la part de Liberman à laquelle ils seraient susceptibles de s’opposer.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...