Liberman critique le gouvernement pour les livraisons de carburant à Gaza
Rechercher

Liberman critique le gouvernement pour les livraisons de carburant à Gaza

L'ex-ministre de la Défense démissionnaire a déclaré que la révélation du réseau terroriste du Hamas en Cisjordanie aurait dû entraîner des sanctions dans la bande

L'ancien ministre de la Défense Avigdor Liberman lors d'une conférence à Netanya, le 22 novembre 2018 (Capture d'écran)
L'ancien ministre de la Défense Avigdor Liberman lors d'une conférence à Netanya, le 22 novembre 2018 (Capture d'écran)

Le chef du parti Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, qui vient de démissionner du poste de ministre de la Défense, s’en est pris au gouvernement vendredi, dénonçant sa politique dans la bande de Gaza et l’accusant à nouveau de faire preuve de faiblesse face au terrorisme.

Au cours d’une visite effectuée dans la ville de Sdérot, sur la frontière avec Gaza, qui est souvent la cible d’attaques à la roquette palestiniennes, Liberman a noté la découverte récente par le Shin Bet d’un réseau terroriste du Hamas en Cisjordanie en déplorant qu’à la suite de cette révélation, aucune sanction collective n’ait été décidée par Israël contre Gaza.

« Hier, nous avons pu voir dans quelle situation absurde nous nous trouvons désormais », a-t-il commenté. « Les services du Shin Bet ont découvert une cellule terroriste qui était contrôlée depuis Gaza mais hier et aujourd’hui, le carburant en provenance du Qatar continue à entrer dans la bande alors que des attentats sont commis en Judée-Samarie et en Israël ».

Liberman a insisté : « Nous ne devons pas capituler face au terrorisme. J’ai l’intention d’ouvrir ici un bureau parlementaire et de venir chaque semaine à Sdérot ».

« Il est crucial que nous changions la politique gouvernementale que nous avons vu appliquée cette semaine », a-t-il ajouté. « Ce n’est pas un gouvernement en mode fonctionnement, c’est plutôt un gouvernement en mode survie ».

Israël autorise l’approvisionnement au sein de la bande de Gaza de carburant acheté par le Qatar de manière à ce que les résidents palestiniens puissent bénéficier de plus d’heures d’électricité quotidiennes, dans un contexte de mises en garde face à un possible effondrement humanitaire au sein de l’enclave côtière isolée.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...