Liberman ne prendra pas part à un « gouvernement halakhique » avec Netanyahu
Rechercher

Liberman ne prendra pas part à un « gouvernement halakhique » avec Netanyahu

Le chef d'Yisrael Beytenu a dénoncé la "machine de propagande" du Likud lui attribuant l'échec des négociations. Le Likud, pour sa part, l'implore de le rejoindre

Avigdor Liberman, président de Yisrael Beytenu, dirige une réunion du parti à la Knesset, le 13 mai 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)
Avigdor Liberman, président de Yisrael Beytenu, dirige une réunion du parti à la Knesset, le 13 mai 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le président du parti Yisrael Beytenu Avidgor Liberman a indiqué lundi qu’il était impossible que sa formation rejoigne un gouvernement dirigé par Netanyahu, affirmant que « au cours des négociations, nous avons clairement établi que nous n’avions aucunement l’intention de compromettre nos valeurs ».

« Nous ne prendrons pas part à un gouvernement halakhique », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse avant un vote en plénière portant sur la dissolution de la Knesset.

Il a expliqué que sa formation Yisrael Beytenu voterait en faveur d’un projet de loi soumis par le Likud réclamant la dissolution du Parlement israélien, dans l’après-midi.

Liberman a accusé le Likud d’avoir laissé se propager des mensonges sur les négociations pour faire en sorte de faire passer son opposition à l’accord de coalition comme une vendetta personnelle.

« Nous nous sommes montrés très clairs mais le Likud tente de créer le récit d’une vendetta personnelle en utilisant sa machine de propagande », a-t-il expliqué.

Liberman a également critiqué le quotidien pro-Netanyahu Israel Hayom, disant qu’il était plus biaisé que ne l’était le journal de propagande soviétique Pravda pendant les années staliniennes.

« Même la Pravda à l’époque de Staline était plus crédible et plus objective qu’Israel Hayom », a-t-il clamé.

« Le Likud s’efforce de prendre le beau rôle et de m’attribuer la responsabilité de l’échec des pourparlers de coalition », a ajouté Liberman.

« Si le Likud cherche un coupable, qu’il se regarde dans un miroir », a-t-il poursuivi.

Ce matin, la Une de Israel Hayom titrait : « Fourberie : Et son nom est Liberman ».

Cependant, dans un effort de dernière minute, le Likud a imploré Liberman d’éviter de participer au renversement du futur gouvernement de droite dirigé par Netanyahu.

« Les chefs de faction ont convenu qu’à la minute où Liberman signera l’accord de coalition, alors les négociations cesseront avec toutes les autres parties sur la base des conventions déjà trouvées », a fait savoir la formation dans un communiqué.

« Nous invitons Liberman à nous rejoindre dès aujourd’hui, et à ne pas prendre part au renversement d’un gouvernement de droite », a dit le communiqué émis en réponse à la conférence de presse de Liberman.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...