Likud : Netanyahu veut renforcer sa mainmise sur fond de primaires
Rechercher

Likud : Netanyahu veut renforcer sa mainmise sur fond de primaires

Les élections législatives du mois d'avril devraient coûter 1,8 milliard de shekels, avec un financement public des campagnes à hauteur de 365 millions de shekels

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors d'une conférence organisée par le quotidien financier Globes à Jérusalem, le 19 décembre 2018. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors d'une conférence organisée par le quotidien financier Globes à Jérusalem, le 19 décembre 2018. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a demandé à de hauts-responsables du Likud mardi de lui donner la possibilité de nommer deux députés issus du parti sur sa liste pour la Knesset avant les élections parlementaires du mois d’avril.

Le Likud a fait savoir qu’il organiserait des primaires le 5 février. Les élections nationales sont prévues en date du 9 avril.

La requête soumise par Netanyahu est conforme à la pratique mise en oeuvre par la formation au cours des scrutins récents. En 2015, Netanyahu avait obtenu le droit de nommer deux députés sur la liste, leur évitant de devoir se présenter lors des primaires : Il avait choisi alors les législateurs Benny Begin (11ème place) et Anat Berko (23ème place).

La décision d’accorder ces nominations à Netanyahu sera prise par le comité central du Likud, qui est présidé par le ministre des Affaires sociales Haim Katz.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu annonce la tenue d’élections en avril 2019, lors d’une réunion de faction du Likud à la Knesset, le 24 décembre 2018. (Yonatan Sindel/FLASH90)

Katz doit présenter sa décision au comité avant les primaires.

Les responsables de la formation ont indiqué mardi que le Premier ministre pourrait avoir du mal à obtenir ces deux nominations, la course pour les 30 sièges qu’obtiendrait le parti – selon les prévisions – attirant de plus en plus de monde. Il pourrait devoir se satisfaire d’une seule.

Dates clés

Les ministres du cabinet ont approuvé un projet de loi de dissolution de la Knesset mardi matin qui devrait être adopté – lançant officiellement la campagne électorale – soit mercredi, soit au début de la semaine prochaine.

Des primaires au parti travailliste, au sein de HabaYit HaYehudi ou du Meretz restent encore indéterminées. Les listes des formations doivent être soumises d’ici le 22 février.

Les listes des partis seront approuvées ou rejetées le 12 mars et les campagnes électorales officielles commenceront le 26 mars. Les derniers sondages avant le vote seront publiés le 5 avril.

Le coût de la démocratie

Les élections devraient coûter 1,8 milliard de shekels à l’économie israélienne. Ce chiffre a été soumis par le ministère des Finances sur la base d’une perte de revenus de 1,1 milliard de dollars pour l’Etat, les entreprises fermant le jour des élections – considéré par la loi comme jour férié.

Le financement public pour les campagnes du parti devrait atteindre la somme de 365 millions de shekels, Les primaires devraient coûter 31 millions et la logistique et le coût des opérations impliquées dans la gestion des élections pour les primaires devrait atteindre 274 millions de shekels.

Les fonds sont déjà prévus dans le budget et alloués dans le budget 2019, les élections devant initialement se tenir au mois de novembre de cette année-là.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...