Rechercher

LinkedIn de Microsoft rachète la start-up israélienne Oribi

L'entreprise ouvrira un bureau local à Tel Aviv ; Oribi, fondée en 2016, développe des instrument de suivi et d'analyses du web

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Iris Shoor, fondatrice et directrice-générale d'Oribi, une firme qui va être rachetée par LinkedIn, au mois de février 2022. (Autorisation)
Iris Shoor, fondatrice et directrice-générale d'Oribi, une firme qui va être rachetée par LinkedIn, au mois de février 2022. (Autorisation)

LinkedIn, le site de réseautage professionnel propriété de Microsoft, va acheter la compagnie d’analyse marketing israélienne Oribi et ouvrir un bureau local à Tel Aviv, ont annoncé les deux parties dans la journée de lundi.

Les détails de la transaction n’ont pas été révélés mais CTech par Calcalist a fait savoir que la transaction était évaluée à 80 millions de dollars.

Oribi, dont les bureaux se trouvent à Tel Aviv et qui est une start-up qui a été fondée en 2016, développe des outils de suivi et d’analyse sur internet similaires à ceux de Google Analytics, qui permettent d’avoir un aperçu sur les comportements des utilisateurs dans le but de mieux cibler les stratégies de publicité et les campagnes de marketing. La firme israélienne déclare que si Google Analytics est un outil puissant, il a été créé pour les experts de l’analyse tandis que la plateforme développée par Oribi est à la fois plus simple et plus accessible.

LinkedIn et Oribi ont fait savoir que l’intégration de la technologie développée par la compagnie israélienne dans la plateforme de solutions marketing de LinkedIn aiderait les usagers de LinkedIn à bénéficier de meilleures campagnes numériques en direction du public professionnel.

Tomer Cohen, cheffe de produit de LinkedIn, a fait savoir dans un communiqué « qu’avec plus de 810 millions de membres et 57 millions d’entreprises dans le monde sur LinkedIn, nos clients et nos partenaires se tournent vers nous en tant que plateforme susceptible d’asseoir leur marque, d’entrer en contact avec leurs différents publics professionnels et de faire croître leurs entreprises ».

Cohen a déclaré que LinkedIn cherchait à aider ses clients – entrepreneurs et recruteurs – « à avoir des aperçus exploitables, à prendre des décisions plus raisonnées et à obtenir de meilleurs résultats commerciaux ».

« L’équipe d’Oribi va amener une expertise analytique profonde qui va nous aider à accélérer nos capacités d’attribution à travers nos secteurs d’activité, et elle représentera nos premiers employés en Israël alors que nous nous préparons à ouvrir un nouveau bureau dans la région », a continué Cohen, qui a ajouté que ce nouveau bureau venait s’ajouter à une présence déjà internationale de LinkedIn qui s’efforce de répondre aux « besoins toujours en évolution » de ses clients et de ses membres dans le monde entier.

Dans une autre publiaction, Cohen a écrit que les activités de solution marketing de LinkedIn avait augmenté de 43% d’une année sur l’autre en termes de revenu, alors même que la compagnie cherche à investir davantage dans les outils de commercialisation.

« Les commerçants, aujourd’hui, s’appuient sur des stratégies à plusieurs volets pour atteindre leur public. Comprendre quels sont les canaux et les messages qui ont le plus grand impact pour prendre une décision sur une initiative souhaitée est déterminant pour l’efficacité d’une campagne de marketing », écrit-elle.

Cohen note que LinkedIn est enthousiaste à l’idée d’ouvrir un bureau en Israël, « un marché connu pour son talent et pour son innovation », alors que plusieurs membres de l’équipe d’Oribi – avec parmi eux sa fondatrice et directrice-générale, Iris Shoor, une créatrice d’entreprises en série, doivent également rejoindre les opérations de LinkedIn à Tel Aviv.

Shoor explique de son côté que l’équipe d’Oribi « est impatiente de redimensionner sa technologie pour aider un plus grand nombre de clients à atteindre et à transformer leurs publics professionnels et à optimiser leurs retours sur investissement ».

Oribi a soulevé près de 30 millions de dollars au près d’investisseurs comme TLV Partners et Sequoia Capital.

C’est la troisième start-up à avoir été fondée par Shoor. Elle avait cofondé la firme OverOps, une plateforme de débogage, qui avait des bureaux à Tel Aviv et à San Francisco et la compagnie de création de logiciel Visual Tao, qui a été achetée en 2013 par la firme multinationale américaine spécialisée dans les logiciels Autodesk.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...