Rechercher

L’Institut Weizmann développe des virus de « précision tueurs de bactéries nuisibles »

Des chercheurs de l’Institut Weizmann vantent l'approche d'une "solution miracle" qui pourrait guérir les patients atteints de la maladie de Crohn et de la colite ulcéreuse

Image d'illustration : Des virus, appelés Bactériophage - ou phages - n'infectant que des bactéries. L'Institut Weizmann a mis au point des phages qui, selon lui, pourraient contrer les bactéries nocives dans l'intestin. (Crédit : iStock by Getty Images)
Image d'illustration : Des virus, appelés Bactériophage - ou phages - n'infectant que des bactéries. L'Institut Weizmann a mis au point des phages qui, selon lui, pourraient contrer les bactéries nocives dans l'intestin. (Crédit : iStock by Getty Images)

Des chercheurs israéliens travaillent à la mise au point d’une « arme de précision » contre les troubles intestinaux, composée de virus qui combattent les bactéries.

Deux « cocktails » de virus différents ont fait l’objet d’essais cliniques précoces (ou essai de phase 1). Les premiers résultats indiquent qu’ils sont sûrs et des tests approfondis in vitro et sur des animaux suggèrent qu’ils combattent les bactéries.

Des recherches évaluées par des pairs, publiées dans la revue Cell, indiquent que le virus a effectivement réduit le nombre de Klebsiella pneumoniae (ou Bacille de Friedländer), une bactérie que l’on trouve en grande quantité dans les intestins des personnes atteintes de la maladie de Crohn et de la colite ulcéreuse.

« À notre connaissance, il s’agit de la première approche ‘miraculeuse’ promettant une suppression précise des microbes intestinaux pathogènes, sans nuire au microbiote environnant », a déclaré le professeur Eran Elinav de l’Institut Weizmann des Sciences, qui dirigeait l’équipe de recherche.

L’approche consistant à utiliser des virus dans les médicaments pour combattre les bactéries, une approche appelée bactériophage ou phagothérapie, n’est pas nouvelle et a fait l’objet d’intenses recherches au début du 20e siècle. Cependant, avant toute avancée significative, les antibiotiques ont été inventés et les tentatives d’utilisation clinique des virus ont été largement abandonnées – bien que les scientifiques aient continué à utiliser les phages en laboratoire.

Aujourd’hui, on assiste à un regain d’intérêt pour d’éventuelles thérapies à base de phages dans le contexte des préoccupations liées aux bactéries résistantes aux antibiotiques. Certains chercheurs ont suggéré qu’elles pourraient constituer une solution au problème, et plusieurs thérapies par phages sont en cours de développement, bien qu’aucune ne soit encore utilisée à grande échelle.

Les chercheurs de l’Institut Weizmann des Sciences (de gauche à droite) : Rafael Valdés Mas, Sara Federici, Eran Elinav et Denise Kviatcovsky. (Crédit : Avec l’aimable autorisation de l’Institut Weizmann des Sciences)

Le projet Weizmann a commencé par des scientifiques qui ont analysé le microbiome de personnes atteintes de la maladie de Crohn et de la colite ulcéreuse pour identifier quelles bactéries il serait utile de combattre.

Le Dr Sara Federici, membre de l’équipe de recherche, a déclaré au Times of Israel avoir « examiné quatre groupes différents et avons trouvé une bactérie présente chez les personnes atteintes de la maladie de Crohn et de la colite ulcéreuse, Klebsiella pneumoniae, et avons décidé de la cibler avec des phages bactériens qui ne nuisent pas aux cellules ou aux autres bactéries. En d’autres termes, avec des bactéries qui sont super spécifiques ».

Federici a déclaré que l’équipe « a identifié des virus – ou phages – qui avaient le potentiel de combattre les bactéries, et les a testés contre des bactéries in vitro, puis chez des souris atteintes de la maladie de Crohn et de la colite ulcéreuse. » À partir de ces résultats, dit-elle, « nous avons pu voir quels virus étaient les plus efficaces. Nous avons ensuite choisi les meilleurs virus et les avons testés sur un dispositif de laboratoire qui imite un intestin humain, et nous avons obtenu de bons résultats. »

Dans le dernier développement, deux combinaisons de virus – ou « cocktails » – ont été traitées dans un essai clinique de phase 1. « Les participants à l’étude ont pris les phages pendant six jours et il n’y a pas eu d’effets indésirables », a déclaré Federici. Les phages ont persisté et se sont même multipliés dans les intestins humains au fil du temps, sans provoquer de changements indésirables dans le reste des microbes intestinaux, a-t-elle ajouté.

Les phages vont maintenant faire l’objet d’autres tests cliniques, afin de déterminer s’ils combattent les bactéries et sont bénéfiques pour la santé dans un contexte réel.

Les chercheurs de l’Institut Weizmann espèrent les transformer en médicaments qui traiteront la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse ou qui permettront d’éviter ces maladies chez les personnes présentant des taux élevés de Klebsiella pneumoniae.

« Notre projet est de développer à terme des thérapies personnalisées pour une variété de troubles », a déclaré Elinav, « dans lesquelles les souches de bactéries intestinales responsables de la maladie seront identifiées chez chaque patient et un cocktail de phages sera conçu pour tuer uniquement ces souches. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...