L’Internet des objets, future épine dorsale de la technologie israélienne
Rechercher

L’Internet des objets, future épine dorsale de la technologie israélienne

Shlomo Gradman estime qu'Israël est bien placé pour devenir un centre important du développement de l'Internet des objets

David Shamah édite notre section « Start-Up Israel ». Spécialiste depuis plus de dix ans en technologies et en informatique, il est un expert reconnu des start-up israéliennes, de la high-tech, des biotechnologies et des solutions environnementales.

Shmuel Barkan (à gauche) et Shlomo Gradman à ChipEx2015 (Crédit Photo: Autorisation)
Shmuel Barkan (à gauche) et Shlomo Gradman à ChipEx2015 (Crédit Photo: Autorisation)

« L’Internet des objets » (IdO) a mis le monde de la technologie en effervescence comme étant la nouvelle future découverte majeure, et tout le monde – des développeurs de logiciels aux concepteurs d’interfaces pour utilisateurs – se précipitent pour réclamer leur crédit comme ceux grâce à qui « cela arrive ».

Mais s’il est vrai que vous avez besoin de logiciel, d’interface utilisateur, et d’une douzaine d’autres choses pour transformer un réfrigérateur stupide en un appareil capable de se connecter à Internet, rien de tout cela ne peut se produire si les puces qui vont dans ce réfrigérateurne parviennent pas à communiquer, télécharger des commandes et fonctionner pendant des mois et des années sans nécessiter un changement de batteries, selon Shlomo Gradman, le PDG d’ASG Ltd et président du Forum des PDG de la High-Tech israélienne.

Gradman s’exprimait à ChipEx 2015, le plus grand événement annuel de l’industrie microélectronique israélienne, qui a eu lieu la semaine dernière. L’industrie des semi-conducteurs, en position de force au ChipEx, a connu des hauts et des bas ces dernières années, admet Gradman, mais, selon lui, l’IdO va complètement changer les règles du jeu et pourrait devenir « un moteur de croissance primordial ».

En fait, l’industrie des puces en Israël s’est toujours bien portée avant même l’apparition de l’IdO, note-t-il. « Je sais que la perception qui a prévalu est que les semi-conducteurs ont été il y a longtemps éclipsés par d’autres domaines, comme la technologie mobile et les réseaux, et qu’il n’y avait aucun moyen pour que nous puissions rivaliser avec la Chine et l’Inde en raison des économies d’avantage de taille, mais les semi-conducteurs ont toujours été là, sous la surface. »

Il suffit de demander à Apple, affirme Gradman. « Ils ont acheté Anobit et PrimeSense, deux sociétés dont l’activité principale était la conception de puces, et embauché des centaines de concepteurs de puces qui venaient d’autres sociétés, comme Texas Instruments. »

Tout cela n’est arrivé que dans les trois dernières années – avant lesquelles Apple n’était pas du tout présent en Israël, rappelle Gradman.

Maintenant, Apple a plus de 700 ingénieurs en Israël, et prévoit d’en embaucher encore d’autres – « et ils travaillent tous dans la conception de puces ».

Et si la croissance d’Apple Israël n’était pas assez convaincante pour ceux qui font l’éloge de l’industrie israélienne des semi-conducteurs, il y a MobilEye, la société israélienne qui fabrique des capteurs visuels de sécurité utilisés dans les automobiles.

Etant maintenant la norme dans presque toutes les nouvelles voitures des fabricants du monde entier, le système de MobilEye – et l’activité principale de la société – est basé sur des puces. L’introduction en bourse d’un montant de 800 millions de dollars l’année dernière fut la plus grande dans l’histoire d’Israël.

Mais ce qui semble une faiblesse est en fait une force. Les informations selon lesquelles le fabricant néerlandais de puces NXP rachèterait Freescale Semiconductor pour 40 milliards de dollars ne signalent pas un signe de faiblesse chez Freescale – mais au contraire, elles signalent la force de l’industrie.

« Vous ne dépensez pas de telles sommes si les affaires ne sont pas bonnes, et si vous ne vous attendiez pas à ce qu’elles aillent mieux », a déclaré Gradman. « Si l’activité de Freescale a un peu baissé, comme cela a été le cas en 2012 lorsqu’ils ont licencié du personnel, leurs ingénieurs ont immédiatement été happés par d’autres sociétés. »

Et ce qui a été dans le passé n’est en aucun cas le reflet de l’avenir – encore une fois, grâce à l’IdO – selon Shmuel Barkan, le directeur de Freescale Israël, qui a parlé au ChipEx de l’avenir de l’IdO dans son entreprise. « Il y a peu d’entreprises aussi bien placées que nous le sommes pour tirer avantage de l’avenir de l’IdO », a-t-il affirmé.

« Nous concevons les puces, les capteurs et le logiciel et les intégrons tous dans la microélectronique qui est utilisée pour contrôler les systèmes d’IdO. » Ce qui est particulièrement important, selon Barkan, ce sont les microcontrôleurs, « qui régissent l’interaction entre la machine, et les systèmes de communication, y compris par WiFi et Bluetooth, qui les connectent aux nuages ».

Selon l’investisseur en série israélien, Isser Zak, la capacité d’Israël à réunir ces éléments permettra au pays de rester un innovateur dans l’IdO.

« Le processus de fabrication est vulnérable à la concurrence de l’Extrême-Orient, et il y a de nombreux concepteurs de puces dans des endroits comme l’Inde, mais le talent d’Israël est de réunir ensemble tous les éléments – la conception, les communications et la technologie de la puce. C’est une combinaison que vous ne trouvez pas dans beaucoup d’endroits, et c’est ce qui va garantir qu’Israël reste très performante pour l’IdO. »

Selon les estimations de sociétés comme Intel, il y aura bientôt environ 50 milliards d’appareils IdO dans le monde – mais le business, et le rôle d’Israël en son sein, est encore en développement.

« Si les prévisions sont justes, l’IdO devrait être un élément très important de l’économie technologique d’Israël dans les années à venir », a estimé Gradman.

« La situation actuelle est comparable à la situation de l’Internet il y a une décennie – il y avait beaucoup de discussions et de spéculations, dont certains ont abouti et d’autres non. Mais à la fin une véritable industrie a surgi ; et cette industrie est très importante pour l’économie mondiale, et pour l’économie en Israël. Voilà, je crois, ce qui va se passer avec l’IdO. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...