Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

L’Irak va payer ses importations de gaz iranien avec du pétrole

Bagdad trouve ici un manière de contourner le laborieux mécanisme actuellement suivi et initialement négocié avec Washington pour ne pas contrevenir aux sanctions américaines

Drapeaux nationaux de l'Iran et de l'Irak. (Crédit : iStock)
Drapeaux nationaux de l'Iran et de l'Irak. (Crédit : iStock)

L’Irak va payer ses importations de gaz iranien en fournissant du pétrole à Téhéran, une manière de contourner le laborieux mécanisme actuellement suivi et initialement négocié avec Washington pour ne pas contrevenir aux sanctions américaines, a annoncé mardi le Premier ministre.

En raison des sanctions américaines contre l’Iran, Bagdad ne peut pas payer directement Téhéran pour son gaz. L’argent est alors déposé sur un compte bancaire irakien, qui ne permet à l’Iran d’acheter que des produits spécifiques dans les secteurs agroalimentaire et pharmaceutique.

Le processus est toujours très ardu et les retards s’enchaînent. Pour obliger Bagdad à verser ses impayés, Téhéran suspend régulièrement ses approvisionnements en gaz, qui sont essentiels pour les centrales électriques irakiennes puisqu’ils couvrent un tiers des besoins du pays.

Depuis dix jours, l’Iran a divisé par deux son approvisionnement de gaz à l’Irak, à cause d’impayés de plus de onze milliards d’euros, déposés sur ce compte bancaire mais que Téhéran ne peut pas utiliser, a reconnu mardi soir le Premier ministre irakien, Mohamed Chia al-Soudani, lors d’une allocution télévisée.

« La partie américaine n’ayant pas donné les autorisations requises pour le transfert des fonds (…), la fourniture de gaz iranien a été stoppée », a déploré M. Soudani.

« Nous n’avons pas pu obtenir l’autorisation de transférer tous ces impayés pour que notre voisin iranien puisse continuer à nous approvisionner » en gaz, a-t-il ajouté, évoquant la « complexité » du « mécanisme de transfert », la « sévérité des sanctions » et les « procédures compliquées du Trésor américain », mais reconnaissant toutefois un récent versement de 1,8 milliard d’euros.

Washington n’a pas réagi dans l’immédiat à la déclaration irakienne.

Un « accord » a cependant été négocié avec une délégation iranienne venue à Bagdad : « l’échange en nature, c’est-à-dire que nous allons donner du pétrole brut ou du fioul lourd en échange du gaz iranien », a annoncé le Premier ministre.

« De la sorte, nous pourrons garantir la continuité de l’approvisionnement en gaz », a-t-il résumé.

Ces derniers jours, les coupures de gaz iranien ont fait empirer les délestages électriques quotidiens, au moment où les températures à Bagdad et dans le sud du pays frôlent les 50 degrés, provoquant un fort mécontentement au sein de l’opinion publique, dans un pays aux infrastructures en déliquescence et miné par la corruption.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.