L’Iran accuse Israël de vouloir semer le chaos et s’attaquer aux USA en Irak
Rechercher

L’Iran accuse Israël de vouloir semer le chaos et s’attaquer aux USA en Irak

Le ministre Javad Zarif a mis en garde Trump contre un "piège" de Jérusalem, au milieu de tensions régionales accrues entre l’Iran, Israël et les USA

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, lors de la conférence de Munich sur la sécurité, le 15 février 2020. (Crédit : AP Photo / Jens Meyer)
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, lors de la conférence de Munich sur la sécurité, le 15 février 2020. (Crédit : AP Photo / Jens Meyer)

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a affirmé samedi que des agents israéliens prévoyaient d’attaquer des cibles américaines en Irak afin de déclencher une réaction américaine agressive contre l’Iran et de déclencher un conflit armé, demandant au président Donald Trump d’éviter un tel « piège ».

Il a averti que toute attaque contre la République islamique par les États-Unis « se retournerait » contre les « meilleurs amis » de Washington, faisant référence à l’État juif.

« De nouveaux renseignements en provenance d’Irak indiquent (sic) que des agents provocateurs israéliens prévoiraient des attaques contre des Américains – laissant un Trump sortant dans l’impasse, avec un faux casus belli« , a tweeté Zarif.

« Faites attention aux pièges, [Trump]. Tout feu d’artifice se retournera avec violence, en particulier contre vos meilleurs amis. »

Les États-Unis sont le principal allié d’Israël, et Jérusalem et Washington coopèrent étroitement au Moyen-Orient en général, et sur la menace posée par l’Iran en particulier, partageant leurs renseignements et travaillant de front pour contrer Téhéran militairement – ce qui rend les affirmations de Zarif très peu probables.

Les responsables américains ont exprimé leur inquiétude à l’idée que l’Iran pourrait planifier des attaques contre des cibles alliées aux États-Unis en Irak voisin ou ailleurs dans la région. Ces dernières semaines, l’armée américaine a pris une série de mesures destinées à dissuader l’Iran, tout en soulignant publiquement qu’elle n’envisageait pas et qu’elle n’avait pas reçu d’ordre de prendre des mesures contre l’Iran, si celle-ci ne lançait pas de provocation initiale.

Le président américain Donald Trump a mis en garde l’Iran contre toute attaque, et les États-Unis ont fait voler des bombardiers au-dessus du golfe Persique, dans une démonstration de force destinée à dissuader l’Iran d’attaquer des cibles américaines ou alliées au Moyen-Orient.

Un sous-marin nucléaire américain a également traversé le détroit d’Ormuz lundi.

Les tensions au Moyen-Orient se sont aggravées ces dernières semaines alors qu’Israël et les États-Unis ont échangé des menaces avec l’Iran avant le premier anniversaire de la frappe aérienne américaine qui a tué le général iranien Qassem Soleimani.

Les responsables iraniens ont lancé une série de menaces contre les États-Unis à l’approche de l’anniversaire de la mort de Soleimani. Le général a été tué lors d’une frappe aérienne américaine à Bagdad le 3 janvier 2020.

Vendredi, la chaine Kan a rapporté que l’armée israélienne se préparait à la possibilité d’une frappe par des milices soutenues par l’Iran basées en Irak ou au Yémen.

De possibles attaques pourraient consister en des frappes de missiles et de drones, de la part de milices irakiennes et de groupes houthis au Yémen.

L’Iran a également menacé d’attaquer Israël depuis l’élimination de son principal scientifique nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, fin novembre, dans un raid imputé à l’État juif.

Face aux tensions, l’Agence internationale de l’énergie atomique de l’ONU a déclaré vendredi que l’Iran avait l’intention de produire de l’uranium enrichi jusqu’à 20 % de pureté, bien au-delà du seuil fixé par l’accord de Vienne de 2015 – un chiffre se rapprochant de celui nécessaire à la fabrication de matériaux de qualité militaire.

Le reportage de Kan de vendredi faisait écho à des commentaires faits la semaine dernière par le porte-parole de l’armée israélienne, Hidai Zilberman, qui a déclaré à un média saoudien qu’Israël n’était pas au courant de plans spécifiques de l’Iran visant à attaquer l’État juif, mais que les forces iraniennes pourraient mener une attaque depuis l’Irak ou le Yémen.

Il a affirmé qu’Israël disposait d’informations selon lesquelles l’Iran développait des véhicules aériens sans pilote et des « missiles intelligents » en Irak et au Yémen, et que les armes pourraient avoir la capacité de frapper Israël.

Zilberman a déclaré qu’Israël suivait les mouvements iraniens dans la région et que les sous-marins israéliens « naviguaient partout ». Son interview a été publiée après qu’un sous-marin israélien aurait franchi ouvertement le canal de Suez dans une démonstration de force dirigée contre l’Iran.

Un jour après la publication de l’interview, un responsable iranien anonyme a déclaré à Al Jazeera que « la réponse de Téhéran à toute attaque contre sa sécurité nationale sera puissante et élargie ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...