L’Iran demande à l’ONU de superviser le programme nucléaire israélien
Rechercher

L’Iran demande à l’ONU de superviser le programme nucléaire israélien

La demande de l'ambassadeur survient alors qu'un responsable du nucléaire israélien a déclaré qu’Israël travaillait à protéger ses installations nucléaires des menaces iraniennes

Gholamali Khoshroo, ambassadeur d’Iran aux Nations unies. (Crédit : capture d’écran YouTube / Dialogue of Civilizations Research Institute)
Gholamali Khoshroo, ambassadeur d’Iran aux Nations unies. (Crédit : capture d’écran YouTube / Dialogue of Civilizations Research Institute)

L’ambassadeur d’Iran aux Nations unies a imploré l’organisme mondial de censurer Israël concernant les menaces proférées contre la République islamique et de placer le programme nucléaire de l’État juif sous surveillance internationale.

« Les membres des Nations unies ne doivent pas fermer les yeux sur ces menaces et doivent prendre des mesures afin d’éliminer toutes les armes nucléaires israéliennes », a déclaré jeudi Gholamali Khoshroo dans une lettre adressée au secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, et au Conseil de sécurité de l’ONU, selon Reuters.

Khoshroo a également appelé l’ONU à contraindre Israël de rejoindre le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et à le soumettre à la supervision de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Israël n’a jamais reconnu ouvertement posséder des armes nucléaires, mais a maintenu une politique stratégique ambigüe. Selon des reportages étrangers, l’arsenal nucléaire israélien compterait des dizaines voire des centaines d’armes.

L’appel de Khoshroo à condamner les menaces israéliennes semblait faire référence à un discours prononcé le mois dernier par le Premier ministre Benjamin Netanyahu au centre de recherche nucléaire de Dimona, où il a lancé un avertissement catégorique contre ceux qui réclament la destruction d’Israël, comme l’Iran.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu durant la cérémonie pour renommer le réacteur nucléaire de Dimona d’après l’ancien président Shimon Peres, le 29 août 2018. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Israël a régulièrement vivement critiqué le programme nucléaire iranien, exhortant les signataires de l’accord international de 2015 visant à limiter le développement nucléaire de Téhéran à quitter l’accord, suite au retrait des États-Unis, et à réimposer des sanctions.

L’Iran a démenti la poursuite de ses recherches en armement nucléaire, bien qu’au mois d’avril Netanyahu ait révélé que des dossiers interceptés montraient que la République islamique avait travaillé durant des années au développement d’armes nucléaires et qu’elle avait mis en place des programmes visant à en obtenir, malgré la signature de l’accord nucléaire avec diverses puissances mondiales.

Lors d’une conférence de l’AIEA à Vienne mardi, le directeur général de la Commission israélienne de l’énergie atomique a critiqué l’Iran pour ses menaces contre les installations nucléaires israéliennes.

« Ces menaces scandaleuses obligent Israël à agir et à continuer à protéger et à défendre ses installations nucléaires », a déclaré Ze’ev Snir. « Ces installations sont constamment améliorées et renforcées, conformément aux directives de sécurité de l’AIEA, afin de résister à toute attaque. »

Snir a également appelé l’AIEA à procéder à une « vérification robuste » sur les recherches nucléaires de l’Iran et a déclaré que la raison même de l’accord nucléaire de 2015 était les violations du TNP par l’Iran.

« Le programme d’armement nucléaire iranien secret est un fait documenté », a-t-il déclaré, soulignant le contenu des dossiers nucléaires interceptés par Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...