L’Iran dit n’avoir « aucune base militaire en Syrie »
Rechercher

L’Iran dit n’avoir « aucune base militaire en Syrie »

Le ministre des Affaires étrangères iranien nie la présence des soldats de son pays sur le sol syrien et accuse Israël de violer l'espace aérien syrien

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif assiste à une réunion des ministres des Affaires étrangères des Etats riverains de la mer Caspienne à Moscou le 5 décembre 2017. (Crédit : AFP / Kirill KUDRYAVTSEV)
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif assiste à une réunion des ministres des Affaires étrangères des Etats riverains de la mer Caspienne à Moscou le 5 décembre 2017. (Crédit : AFP / Kirill KUDRYAVTSEV)

Rejetant les affirmations israéliennes selon lesquelles l’Iran cherche à s’implanter militairement en Syrie, le ministre des Affaires étrangères du pays, Mohammad Javad Zarif, a insisté lundi sur le fait qu’il n’y avait pas de bases militaires iraniennes dans ce pays déchiré par la guerre.

Répondant à une question d’un journaliste en marge de la Conférence de Munich sur la sécurité, il a déclaré aux journalistes : « Non, nous n’avons pas de bases [en Syrie] ».

Zarif a déclaré que bien que l’Iran envoie des conseillers militaires en Syrie, il n’y a pas de présence de soldats iraniens de combat.

Sa déclaration contredit les évaluations politiques et militaires israéliennes selon lesquelles Téhéran, qui a soutenu le président Bachar el-Assad dans la guerre civile syrienne, a déployé des bases aériennes et navales syriennes à partir desquelles il pourra armer le Hezbollah, organisation terroriste basée au Liban, ainsi que d’autres groupes terroristes chiites et mener ainsi ses propres attaques contre l’Etat juif.

En novembre, des photos satellite israéliennes semblaient confirmer un reportage de la BBC selon lequel l’Iran construisait une base militaire permanente en Syrie, à seulement 50 kilomètres de la frontière nord d’Israël.

Les débris du drone iranien abattu par les forces aériennes israéliennes après avoir pénétré dans l’espace aérien israélien le 10 février 2018. (Forces de défense israéliennes)

Les images d’ImageSat International, publiées par Hadashot TV, ont montré que des travaux de rénovation et de modification avaient été entrepris récemment sur le site d’Al-Kiswah, à 13 kilomètres au sud de Damas, la capitale syrienne.

Plus tôt en février, un drone iranien piloté par un opérateur iranien a pénétré dans l’espace aérien nord-israélien près de la frontière jordanienne, déclenchant une série de frappes aériennes israéliennes contre des sites militaires iraniens en Syrie, selon les Forces de défense d’Israël.

Le drone a été abattu par un hélicoptère d’attaque Apache, selon l’armée israélienne, et les avions israéliens ont mené des raids de représailles contre des positions militaires en Syrie.

Pendant les raids, un F-16 a été abattu par un missile anti-aérien syrien et s’est écrasé dans le nord d’Israël, après que son pilote a été éjecté. Le pilote a été grièvement blessé, mais a depuis été libéré de l’hôpital.

Une deuxième série de frappes de l’armée de l’air israélienne visait, entre autres, quatre positions iraniennes en Syrie, dont le centre de commandement mobile à partir duquel le drone a été piloté sur la base aérienne T-4 en dehors de la ville syrienne de Palmyre, sous contrôle iranien depuis des mois, a déclaré un responsable militaire israélien.

Le centre de commandement mobile d’où, selon Israël, un drone iranien aurait été activé depuis la Syrie avant de pénétrer dans l’espace aérien israélien, le 10 février 2018 (Crédit : Armée israélienne)

Selon les forces rebelles, les troupes syriennes et iraniennes ont été tuées dans les frappes de l’armée israélienne.

Par la suite, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré dans un message vidéo en anglais que les événements avaient prouvé les affirmations d’Israël concernant les intentions de l’Iran.

« Ce matin, l’Iran a violé effrontément la souveraineté d’Israël. Ils ont envoyé un drone iranien du territoire syrien en Israël », a-t-il dit. « Et cela démontre que nos avertissements étaient corrects à 100 %. »

Lors d’un discours dimanche, il a exhibé un fragment du drone et a averti qu’Israël pouvait frapper directement la République islamique. S’exprimant lors de la conférence de Munich sur la sécurité, il s’est tourné vers Zarif, qui était également présent, et a déclaré : « M. Zarif, reconnaissez-vous cela? Vous devriez, c’est à vous. Vous pouvez repartir avec un message qui d’adresse aux tyrans de Téhéran – ne mettez pas à l’épreuve Israël! »

Les Iraniens, pour leur part, ont nié les commentaires Israéliens, affirmant que le drone volait à l’intérieur de la Syrie dans le cadre d’une mission de reconnaissance visant des groupes djihadistes dans le pays.

Répondant à Netanyahou lundi, Zarif a accusé Israël de violer l’espace aérien de la Syrie et a affirmé le droit de l’Iran à se défendre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...