Israël en guerre - Jour 146

Rechercher

L’Iran et le Pakistan d’accord pour un retour à la normale après un échange de frappes

Les deux pays sont confrontés depuis des décennies à des insurrections larvées dans la région du Baloutchistan, située des deux côtés de leur frontière commune

Capture d'écran d'une vidéo montrant, semble-t-il, les suites d'une frappe du Pakistan contre l'Iran, le 17 janvier 2024. (Capture d'écran : (X. Used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law
Capture d'écran d'une vidéo montrant, semble-t-il, les suites d'une frappe du Pakistan contre l'Iran, le 17 janvier 2024. (Capture d'écran : (X. Used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law

L’Iran et le Pakistan ont annoncé lundi le retour à la normale dans leurs relations diplomatiques et une prochaine visite du chef de la diplomatie iranienne à Islamabad après un échange de frappes meurtrières entre les deux pays.

« A la suite d’une conversation téléphonique entre les ministres des Affaires étrangères du Pakistan et de la République islamique d’Iran, les deux parties sont convenues que les ambassadeurs des deux pays retourneraient sur leur lieu de travail d’ici au 26 janvier », selon un communiqué commun.

« A l’invitation de Jalil Abbas Jilani, le ministre des Affaires étrangères du Pakistan, son homologue iranien, Amir-Abdollahian, effectuera une visite le 29 janvier » à Islamabad, précise le communiqué.

Le Pakistan avait rappelé mercredi son ambassadeur à Téhéran et annoncé que l’ambassadeur d’Iran au Pakistan, qui se trouvait dans son pays, serait empêché de revenir à Islamabad.

Cette décision a été prise au lendemain d’une attaque au missile et au drone menée par l’Iran contre un groupe « terroriste » sur le sol pakistanais, qui a riposté jeudi matin en visant à son tour des « caches terroristes » en Iran.

Ces deux attaques ont fait au total 11 morts, essentiellement des femmes et des enfants, selon les autorités.

Les deux pays, qui n’avaient jamais mené de frappes d’une telle ampleur sur le territoire du voisin, sont confrontés depuis des décennies à des insurrections larvées dans la région du Baloutchistan, située des deux côtés de leur frontière commune, longue d’un millier de km.

Après cette brusque montée des tensions, ils avaient annoncé vendredi avoir convenu d’une « désescalade ».

Ces bombardements réciproques ont provoqué l’inquiétude de la communauté internationale au moment où le Proche-Orient est secoué par la guerre qui oppose le groupe terroriste islamiste palestinien Hamas à Israël dans la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.