Rechercher

L’Iran porte des « coups confidentiels » à Israël, affirme un ex-commandant du CGRI

Ali Jafari a dit que des attaques de Téhéran ont eu lieu "en Palestine occupée" ainsi que dans des pays régionaux, après qu'Israël a demandé aux citoyens de ne pas aller en Turquie

Le chef des gardiens de la révolution paramilitaires iraniens, le général Mohammad Ali Jafari, lors d'une conférence à Téhéran, en Iran, le 31 octobre 2017 (Crédit : Vahid Salemi/AP)
Le chef des gardiens de la révolution paramilitaires iraniens, le général Mohammad Ali Jafari, lors d'une conférence à Téhéran, en Iran, le 31 octobre 2017 (Crédit : Vahid Salemi/AP)

L’ancien commandant du Corps des Gardiens de la Révolution islamique a assuré mercredi que l’Iran portait des « coups » constants à l’État d’Israël.

« Le régime sioniste et ses responsables savent très bien quels coups ils ont essuyé de la part de la République islamique jusqu’à présent et certains sont notamment encore en cours », a déclaré Mohammad Ali Jafari dans un entretien accordé à l’agence de presse semi-officielle Tasnim, en Iran.

Jafari a noté qu’un grand nombre des opérations et des attaques menées contre Israël par les Gardiens de la révolution devaient rester confidentielles.

L’ex-commandant a déclaré que ces « coups » avaient été portés en Israël, en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et même dans des pays de la région – des propos tenus après la mise en garde émise par l’État juif à l’égard de ses citoyens, leur demandant de ne pas se rendre en Turquie par crainte d’attaques de la part d’agents iraniens. Il y a eu un certain nombre d’informations, dans les médias israéliens, portant sur des tentatives d’enlèvement de touristes israéliens par des agents des Gardiens de la Révolution, des tentatives qui ont toutes échoué.

Jafari a expliqué que les attaques iraniennes étaient à l’opposé « du lâche assassinat » du colonel iranien Hassan Sayyad Khodaei, abattu dans sa voiture le mois dernier par deux hommes masqués et non-identifiés qui circulaient à moto au centre de Téhéran. Le véhicule avait essuyé cinq balles.

Il a affirmé que l’État juif avait fait publiquement état de son rôle dans la mort du militaire, même si Jérusalem ne l’a pas fait. Jafari a aussi insisté sur le fait que Khodaei n’avait aucune charge opérationnelle au sein des Gardiens de la Révolution – les médias israéliens affirment qu’au contraire, l’officier avait pour mission de planifier des attaques à l’encontre d’Israéliens à l’étranger.

Jafari a déclaré que l’Iran avait porté plusieurs coups significatifs à l’État juif avant et après l’assassinat de Khodaei, refusant d’en dire plus.

« Quand le régime sioniste mène une opération, il est parfaitement conscient qu’il y aura des réponses qui seront apportées à plusieurs occasions », a-t-il dit Tasnim, affirmant qu’Israël utilise des outils de guerre psychologique en s’attribuant l’origine d’attaques dans lesquelles il n’est nullement impliqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...