L’Iran prévient Washington contre une violation de l’accord sur le nucléaire
Rechercher

L’Iran prévient Washington contre une violation de l’accord sur le nucléaire

Ali Larijani, chef du Parlement iranien, reproche aux Etats-Unis de bloquer la reprise des relations commerciales de Téhéran avec les autres pays du monde

Le chef du Parlement iranien a accusé mercredi les Etats-Unis d’entraver la mise en application de l’accord sur le nucléaire, ajoutant que son pays n’avait pas d’autre choix que de réagir.

« Le Parlement met en garde les Etats-Unis, la chambre des représentants et le sénat car les obstacles (devant l’application de l’accord) sont arrivés au point qu’il n’y a d’autres options que la confrontation », a déclaré Ali Larijani, un influent conservateur, cité par la télévision d’Etat.

S’exprimant devant les députés qui ont répondu par des cris de « mort à l’Amérique », il a demandé à l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA) de « préparer un plan pour démarrer une usine d’enrichissement d’uranium correspondant aux besoins du pays ».

L’accord signé entre l’Iran et les grandes puissances il y a un an, a permis la levée d’une partie des sanctions internationales contre Téhéran en échange d’une limitation de son programme nucléaire à un usage civil.

Selon les Nations unies, l’Iran a appliqué ses engagements pour limiter son programme nucléaire mais Téhéran accuse les Etats-Unis d’empêcher dans les faits une normalisation des relations commerciales de l’Iran avec le reste du monde.

Depuis la conclusion de cet accord, « 52 propositions de loi et résolutions ont été présentées dans différents comités du Sénat et de la chambre des représentants américains qui violent l’esprit de l’accord », a déploré le chef du Parlement iranien

Larijani a parallèlement critiqué l’attitude des Occidentaux qui, selon lui, ne reconnaissent pas le rôle de l’Iran dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI).

Il a dénoncé le maintien par l’ONU et les Etats-Unis de sanctions contre le chef de la « force al-Qods » des Gardiens de la révolution, chargée des opérations extérieures, le général Qassem Soleimani, principal dirigeant militaire iranien en Syrie et en Irak.

« Au lieu de remercier l’Iran et la force al-Qods pour avoir aidé le gouvernement irakien à expulser les terroristes sauvages de Daesh (acronyme en arabe de l’EI) de nombreuses villes d’Irak, vous publiez des déclarations » hostiles à Téhéran, a déclaré Larijani.

« Vous n’osez pas et vous ne savez pas comment affronter Daesh qui parade impunément dans trois pays européens pour mener des opérations sanglantes », a-t-il ironisé.

L’Iran soutient le gouvernement irakien et le régime syrien en y envoyant des armes et des conseillers militaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...