L’Iran refuse de revenir à 20 % d’enrichissement contre déblocage d’avoirs gelés
Rechercher

L’Iran refuse de revenir à 20 % d’enrichissement contre déblocage d’avoirs gelés

Abbas Araghchi a exclu un éventuel échange sur les fonds détenus dans d'autres pays, qui sont inaccessibles en raison des sanctions américaines

Le vice-ministre des Affaires étrangères iranien Abbas Araghchi, également négociatieur de l'accord sur le nucléaire iranien, durant une conférence de presse à Téhéran, le 15 janiver 2017. (Crédit : AP /Vahid Salemi)
Le vice-ministre des Affaires étrangères iranien Abbas Araghchi, également négociatieur de l'accord sur le nucléaire iranien, durant une conférence de presse à Téhéran, le 15 janiver 2017. (Crédit : AP /Vahid Salemi)

Le négociateur en chef de l’Iran a déclaré que la République islamique n’acceptera pas de réduire son taux d’enrichissement de l’uranium de 20 % – ce qui, techniquement, n’est qu’à quelques étapes de la qualité militaire – en échange du déblocage d’un milliard de dollars d’avoirs gelés, a rapporté Reuters mardi.

Abbas Araghchi a exclu un éventuel échange sur les fonds détenus dans d’autres pays, qui sont inaccessibles en raison des sanctions américaines. Il a également affirmé que les discussions avec les puissances mondiales sur le retour des États-Unis dans l’accord nucléaire ont été « constructives » et qu’une autre réunion aura lieu vendredi.

Les représentants de cinq puissances mondiales ont entamé mardi de nouveaux efforts pour tenter de ramener les États-Unis dans l’accord nucléaire de 2015 qu’ils ont signé avec l’Iran, une danse diplomatique délicate qui doit équilibrer les préoccupations et les intérêts de Washington et de Téhéran.

La réunion à Vienne des émissaires de la Russie, de la Chine, de l’Allemagne, de la France, de la Grande-Bretagne et de l’Iran a eu lieu alors que les États-Unis devaient entamer leurs propres négociations indirectes avec l’Iran. Ce serait l’un des premiers signes de progrès tangibles dans les efforts visant à ramener les deux pays à l’accord, qui a limité le programme nucléaire iranien en échange d’un allègement des sanctions américaines et internationales.

« La levée des sanctions américaines est la première action et la plus nécessaire pour relancer l’accord », a déclaré Araghchi, cité par la télévision d’État iranienne. « L’Iran est tout à fait prêt à inverser ses activités et à reprendre la mise en œuvre complète de l’accord dès qu’il aura été vérifié que les sanctions sont levées ».

 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...