L’Iran va vendre 40 tonnes d’eau lourde aux Etats-Unis
Rechercher

L’Iran va vendre 40 tonnes d’eau lourde aux Etats-Unis

Des médias iraniens rapportent que le coeur de l’installation d’eau lourde aurait été rempli avec du ciment, remplissant une condition clé de l’accord iranien

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le réacteur nucléaire d'Arak en Iran, en 2012. (Crédit : Nanking2012/CC BY/WikiCommons)
Le réacteur nucléaire d'Arak en Iran, en 2012. (Crédit : Nanking2012/CC BY/WikiCommons)

L’Iran serait sur le point de finir les travaux pour démanteler son réacteur nucléaire d’eau lourde d’Arak, ouvrant la voie à une levée complète des sanctions internationales, ont annoncé des officiels lundi.

Le porte-parole de l’organisation pour l’énergie atomique iranienne, Behrouz Kamalvandi, a déclaré au quotidien iranien Etemad que les travaux seraient achevés d’ici une semaine, selon l’agence de presse semi-officielle Fars.

L’Iran a accepté de démanteler le réacteur controversé en échange d’un allègement des sanctions dans le cadre de l’accord nucléaire historique conclu avec des puissances mondiales l’année dernière.

« Nous avons presque achevé tous les engagements de l’accord nucléaire, et rien ne reste à faire », a déclaré Kamalvandi.

Il a ajouté que les travaux restants « pouvaient être mené en moins de sept jours ».

Une source a déclaré à Fars que le composant central du réacteur avait été enlevé.

« Le cœur du réacteur d’eau lourde d’Arak a été enlevé aujourd’hui, a déclaré la source. L’opération a été accomplie aujourd’hui et le cœur a été rempli de ciment ».

Le porte-parole du département d’Etat américain, John Kirby, a déclaré qu’il ne pouvait pas confirmer les informations selon lesquelles le cœur du réacteur avait été scellé.

L’Iran va vendre aux Etats-Unis une partie de son stock d’eau lourde, utilisée dans les réacteurs du même type, dans le cadre de l’accord nucléaire avec les grandes puissances, a déclaré un haut responsable iranien.

« L’Iran va vendre 40 tonnes d’eau lourde aux Etats-Unis par l’intermédiaire d’un autre pays », a déclaré le vice-président de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), Ali Asghar Zarean, cité par les médias.

Il n’a pas donné d’indications sur cet « autre pays », le montant de la transaction et la date de l’opération.

Il a précisé que, une fois vendues, « six tonnes seront utilisées dans les centres atomiques et le reste dans les centres de recherche américains ».

« Nous devons avoir un accord solide avec la partie étrangère, notamment la Chine (…) Les documents de l’accord seront officiellement échangés à la fin de la semaine prochaine ou cette semaine », a déclaré M. Zarean.

« Tant que l’accord n’est pas finalisé, nous ne prendrons certainement aucune mesure concrète pour sortir le coeur du réacteur d’Arak », a-t-il ajouté.

Le démantèlement du réacteur, qui peut produire du plutonium, donnant ainsi à l’Iran une seconde voie pour produire une arme nucléaire, était vu comme un point de friction important pendant les années de négociations entre l’Iran et les puissances mondiales.

Selon les termes de l’accord, la centrale devait être transformée pour ne plus pouvoir produire de matériel de nature militaire.

John Kirby (Crédit : domaine public/Defense.gov News Photos archive)
John Kirby (Crédit : domaine public/Defense.gov News Photos archive)

Téhéran doit aussi contrôler le nombre de centrifugeuses qu’il utilise et envoyer à l’étranger ses stocks existants d’uranium enrichi. En échange, les puissances mondiales devraient lever les sanctions qui ont affaibli l’économie de la République islamique depuis une décennie.

AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...