L’Iran salue un joueur d’échecs ayant refusé d’affronter un Israélien
Rechercher

L’Iran salue un joueur d’échecs ayant refusé d’affronter un Israélien

La télévision d'état a rendu hommage à Aryan Gholami qui a fait 'échec' au dollar et 'mat' à l'oppression

L’Ayatolla Ali Khamenei, guide suprême de l’Iran, rencontre le joueur d’échec Aryan Gholami, le 24 février 2019 (média iranien)
L’Ayatolla Ali Khamenei, guide suprême de l’Iran, rencontre le joueur d’échec Aryan Gholami, le 24 février 2019 (média iranien)

Un jeune joueur d’échecs iranien qui a refusé de jouer contre un Israélien lors d’un récent tournoi international a été salué en héros national dans les médias iraniens. Cette semaine, il a même rencontré le Chef suprême de l’Iran, l’Ayatollah Ali Khamenei.

Le 5 janvier, Aryan Ghomali, âgé de 17 ans, a renoncé à une occasion de remporter un prix de 10 000 dollars en refusant de jouer contre l’Israélien Ariel Erenberg lors de la Rilton Cup en Suède.

Le joueur iranien a expliqué au site internet suédois d’échecs Schack.se qu’il n’avait rien contre l’Israélien, mais que « si je jouais contre un Israélien, cela aurait des conséquences graves pour moi ».

Aryan Gholami a ensuite dit au réseau d’information palestinien Quds : « J’ai refusé cette partie afin de défendre le peuple palestinien. Je ne reconnais pas l’endroit appelé Israël ».

Le jeune Iranien aurait pu se voir interdire par la fédération d’échecs d’Iran de participer à d’autres tournois internationaux pour avoir joué contre un Israélien.

Tavaana – une initiative financée par le Département d’État américain de défense de la société civile iranienne, a publié une caricature à la suite de l’événement qui critiquait la diabolisation des Israéliens par l’Iran.

Cette semaine, la télévision iranienne a rendu hommage au joueur d’échecs alors que Khamenei rencontrait le jeune joueur et a également applaudi son attitude, a annoncé l’Institut de Recherche des médias du Moyen-Orient (MEMRI).

« Ce sportif a fait ‘échec’ au dollar et ‘mat’ à l’oppression afin d’infliger une autre défaite au régime sioniste », a déclaré un journaliste de la Première chaîne iranienne.

« J’avais deux ou trois minutes pour prendre ma décision. J’ai dit à l’arbitre que si c’était le cas, je ne jouerais pas », a expliqué Aryam Gholami à la chaîne.

Le journaliste a ajouté que l’adolescent « avait montré qu’il savait comment jouer aux échecs de la vie. L’humanité et la foi valent plus que les échecs de l’échiquier ».

« Il a refusé de jouer contre un représentant du régime sioniste, perdant ainsi la médaille d’or et les dollars, mais il a remporté celle de l’humanité et d’honneur ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...