L’Iran se démènerait pour dissimuler le site nucléaire récemment révélé
Rechercher
Netanyahu : L’IAEA doit agir ; l’Iran a triché

L’Iran se démènerait pour dissimuler le site nucléaire récemment révélé

Une source affirme que l’annonce de Netanyahu sur l’entrepôt a provoqué une "pression croissante" en Iran et prétend que les 15kg de matières radioactives ont été déplacées en août

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Benjamin Netanyahu à l'Assemblée générale de l'ONU, le 27 septembre 2018. (Crédit : AFP/TIMOTHY A. CLARY)
Benjamin Netanyahu à l'Assemblée générale de l'ONU, le 27 septembre 2018. (Crédit : AFP/TIMOTHY A. CLARY)

La révélation du Premier ministre Benjamin Netanyahu à l’ONU jeudi concernant un site nucléaire iranien précédemment inconnu a provoqué « une pression croissante en Iran », a déclaré ce week-end un haut responsable israélien.

« Ils se demandent comment gérer cette installation, comment l’évacuer, comment la dissimuler », a déclaré le fonctionnaire. « Il ne fait aucun doute que c’est un site très important pour eux ; ils cherchent à le dissimuler et à le bloquer de toutes les façons possibles. »

Selon le même responsable, les 15 kilogrammes de matières radioactives évoquées par Netanyahu ont été enlevés début août et dispersés autour de Téhéran.

Netanyahu, quant à lui, a déclaré vendredi à des journalistes israéliens qu’il était temps que l’AIEA agisse et que l’Iran soit dénoncé « comme trompant la communauté internationale ». Il a également déclaré que l’Iran visait à se procurer un arsenal nucléaire quand il estime que le moment serait venu : « Il y aura une crise quelque part, et ils profiteront de la distraction pour se lancer dans un arsenal nucléaire », a-t-il averti. « C’est le projet iranien. »

Les États-Unis ont demandé vendredi à l’AIEA d’enquêter sur les nouvelles allégations de Netanyahu, bien que Reuters ait également cité un responsable américain selon lequel les informations du Premier ministre étaient trompeuses et que le site contenait des documents et non des matières nucléaires.

Le responsable israélien a rejeté cette affirmation vendredi. « Ce ne sont pas que des documents. Il y a d’autres choses là-bas », a-t-il déclaré, ajoutant : « L’a-t-il vérifié ? Tout d’abord, laissez-les vérifier. » Il a noté qu’il semblait « très important pour l’Iran de le dissimuler et de disperser les équipements à travers Téhéran ».

Le responsable a reconnu qu’Israël ne disposait pas d’informations sur tout ce qui se trouvait sur le site et a déclaré que c’était la raison pour laquelle l’AIEA devrait « aller vérifier ».

Interrogé sur l’accord nucléaire iranien de 2015 et de sa possible violation de par l’existence de cet entrepôt secret et de son contenu, le responsable israélien a répondu : « Tout d’abord, laissez-les vérifier… Pourquoi ont-ils enlevé 15 kilos de matières radioactives ? C’est une question qui doit être examinée. »

« Nous avons connaissance des matières radioactives là-bas. Ils ont déplacé ce matériel radioactif tout autour de Téhéran. Ces 15 kilos sont un fait. Pourquoi l’ont-ils dispersé ? Qu’est-il arrivé ? Il faut le vérifier. »

Vendredi, les Iraniens ont publié des selfies sur les réseaux sociaux devant l’installation et se sont moqués de la revendication de Netanyahu selon laquelle il s’agissait d’une installation nucléaire secrète. Le responsable a déclaré : « Le fait que de jeunes Iraniens prennent des selfies là-bas est incroyable. »

Un Iranien pose devant le site identifié par le Premier ministre Benjamin Netanyahu comme une installation nucléaire iranienne secrète, le 28 septembre 2018. (Twitter)

Le haut fonctionnaire a nié l’idée selon laquelle Netanyahu avait exposé du matériel de renseignement sensible. « C’est absurde. Nous avons eu des discussions à ce sujet, ce qu’il fallait révéler et ce qu’il ne fallait pas, et il a été décidé de le révéler à ce stade. »

Lors d’un entretien avec des journalistes israéliens qui voyageaient avec lui aux États-Unis, Netanyahu a lui-même déclaré vendredi qu’il était temps que l’AIEA agisse. Quant à savoir si cela se produirait, il a affirmé qu’ils « pourraient agir ou ne pas agir », mais qu’il était désormais évident que l’Iran « trompait la communauté internationale ». « Cela a été révélé et c’est le but principal. Tout le reste est un bonus », a-t-il affirmé.

Netanyahu a une nouvelle fois critiqué l’accord nucléaire de 2015, affirmant que l’Iran avait utilisé « immédiatement » les fonds rendus disponibles par l’accord pour renforcer sa machine de guerre. « Cela leur a apporté des centaines de millions de dollars de fonds, en crédit et à l’entrée d’investisseurs » et l’Iran a depuis vu « une augmentation de 40 % de son budget de défense ».

« L’essence de l’accord nucléaire de 2015 était que, en échange de ne pas enrichir d’uranium pour une seule bombe, l’Iran aurait le droit d’en enrichir pour des centaines de bombes dans quelques années », a dénoncé Netanyahu. « L’Iran a déjà annoncé qu’il construirait 200 000 centrifugeuses, dont certaines 20 fois plus rapides que la génération actuelle. »

L’Iran, a-t-il dit, possède des « montagnes » de concentrés d’uranium. « Leurs informations [sur la fabrication de bombes] sont archivées dans leurs archives atomiques secrètes. Ils peuvent poursuivre non pas sur juste une bombe, mais sur des centaines de bombes simultanément. »

« Il y aura une crise quelque part, et ils [profiteront de la distraction] pour se lancer dans un arsenal nucléaire », a-t-il averti. « C’est le projet iranien. Et c’est ce que l’accord leur a donné. »

Les Iraniens, a-t-il dit, « ont également été obligés [en vertu de l’accord] de faire la lumière sur toutes leurs activités [nucléaires]. Les 15 kilogrammes [de matière radioactive] sont une preuve supplémentaire de leur incapacité à le faire. »

Selon Netanyahu, l’entrepôt nouvellement révélé n’abritait pas simplement des documents, comme certains responsables américains l’ont affirmé. « Il y a d’autres choses aussi. Mais le fait est qu’ils l’ont caché. »

Vendredi, un responsable anonyme a déclaré à la Dixième chaîne que le Mossad avait découvert cette installation il y a quelques mois et qu’elle avait été placée sous surveillance.

Alors que l’AIEA n’agissait pas, le gouvernement israélien s’est apparemment interrogé sur la suite à donner à ces informations, et a décidé après des discussions au sein du cabinet du Premier ministre que Netanyahu les dévoilerait dans son discours annuel à l’Assemblée générale des Nations unies de jeudi, afin d’inciter l’AIEA à prendre des mesures.

Une image montrée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu durant un discours à l’Assemblée générale des Nations unies montrant un « entrepôt atomique présumé » à Téhéran, dans le quartier de Turquzabad. (Crédit : GPO)

« Il n’y avait pas d’autre choix que de révéler cette information, car l’objectif est d’inciter l’AIEA à prendre des mesures », a déclaré le haut responsable. « Nous voulions réveiller le monde et faire pression sur l’AIEA afin qu’elle agisse contre les installations suspectes en Iran. »

La Dixième chaine a rapporté que le haut responsable avait révélé que l’installation nucléaire se trouvait sous la supervision d’un département secret du ministère iranien de la Défense dirigé par Mohsen Fakhrizadeh, décrit en avril par Netanyahu lors de sa présentation des archives nucléaires interceptés comme le physicien iranien à la tête du programme nucléaire du pays.

« Rappelez-vous ce nom, Fakhrizadeh », avait déclaré Netanyahu en avril, présentant le matériel qui prouvait que l’Iran avait menti en affirmant qu’il n’avait pas cherché à obtenir d’armes nucléaires et que l’accord nucléaire de 2015 reposait sur « une tromperie iranienne ».

En revanche, le responsable israélien a affirmé que ce que les Iraniens avaient stocké dans l’entrepôt révélé était considérablement plus grave que le contenu des archives. Le responsable n’a pas élaboré davantage, affirmant seulement qu’il s’agissait de « matière nucléaire interdite », selon le reportage télévisé.

En mai, un reportage télévisé israélien avait suggéré que Jérusalem avait peut-être décidé de ne pas assassiner Fakhrizadeh, préférant le maintenir en vie et observer ce qu’il faisait, alors que d’autres experts nucléaires iraniens ont été assassinés ces dernières années.

Dans son discours de jeudi devant l’Assemblée générale des Nations unies (texte intégral ici), le Premier ministre a déclaré que l’AIEA n’avait pris aucune mesure après qu’il lui eut révélé en avril une archive nucléaire que des espions israéliens avaient réussi à subtiliser à l’Iran, et qu’il révélait donc présentement ce qu’il a présenté comme un « entrepôt atomique secret » situé dans le district de Turquzabad à Téhéran.

Netanyahu a déclaré que les archives et l’entrepôt étaient des preuves que l’Iran n’avait pas abandonné son programme nucléaire. « L’Iran n’a pas abandonné son objectif de développer des armes nucléaires… Soyez assuré que cela n’arrivera pas. Ce que l’Iran cache, Israël le trouvera », a ajouté Netanyahu.

Jeudi, Netanyahu a également rencontré le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, et l’a exhorté d’ordonner à l’AIEA d’enquêter sur cette installation.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, à New York, le 27 septembre 2018. (Avi Ohayon / GPO)

Il a exhorté le directeur général de l’AIEA, Amano, qu’il a qualifié « d’homme bon », à « faire ce qui est juste » et à « inspecter immédiatement cet entrepôt atomique – avant que les Iraniens finissent de le nettoyer ». Inspectez-le « maintenant », a-t-il insisté, « et inspectez les autres sites dont nous vous avons parlé… Dites au monde la vérité sur l’Iran ».

Les responsables iraniens ont rejeté les affirmations de Netanyahu concernant l’entrepôt atomique, déclarant qu’elles étaient non fondées et « obscènes ».

Décrivant les déclarations de Netanyahu comme « ridicules », un reportage de la télévision iranienne a annoncé que le pays était engagé dans la non-prolifération et que le programme nucléaire iranien se trouvait sous la surveillance de l’AIEA. Le site Internet de la télévision d’État a brièvement fait mention de l’accusation de Netanyahu en la qualifiant d’illusoire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...