L’Iran stoppe les commandes de voitures américaines
Rechercher

L’Iran stoppe les commandes de voitures américaines

L'ayatollah Ali Khamenei veut lutter contre "la présence de symboles américains" et soutenir la "production nationale"

L'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de l'Iran (Crédit : Wiki Commons)
L'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de l'Iran (Crédit : Wiki Commons)

Les commandes de voitures américaines ont cessé en Iran, ont rapporté mardi plusieurs agences de presse, à la suite de critiques contre ces véhicules formulées par le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei.

Selon l’agence Mehr, « l’autorisation d’importer des voitures américaines a été annulée ».

Les médias iraniens avaient auparavant indiqué que le ministère de l’Industrie autorisait l’importation de 24 modèles de Chevrolet du constructeur américain General Motors, via un pays tiers.

« Depuis dimanche, il n’est plus possible d’inscrire les commandes pour importer des Chevrolet sur le site » spécialisé du ministère pour importer ces modèles selon Farhad Ehtesham, président de l’Association des importateurs de voitures.

Mercredi, l’ayatollah Khamenei, qui ne cesse de s’en prendre aux Etats-Unis, avait critiqué les importations de voitures américaines lors d’un discours devant des milliers d’ouvriers.

« Je ne sais pas quelle est cette histoire d’importer des (voitures) américaines (…). Les Américains eux-mêmes ne les utilisent pas, c’est dans les médias américains. Les gens disent qu’elles consomment trop et sont trop lourdes », avait-il déclaré.

Dans ces conditions, pourquoi en importer, s’était-il interrogé, ajoutant : « Cela doit cesser ».

Il n’existe pas de voitures américaines en Iran, sauf celles datant d’avant la révolution islamique de 1979 ou des modèles importés dans les zones franches qui ne peuvent circuler que dans un périmètre limité.

L’Iran n’a plus de relations diplomatiques avec les Etats-Unis depuis 1980. Un timide rapprochement s’est opéré dans le cadre des négociations nucléaires qui ont permis un accord historique entre l’Iran et les grandes puissances, conclu en juillet 2015 et entré en vigueur en janvier en même temps que la levée d’une grande partie des sanctions internationales.

Les importations de voitures sont restreintes en Iran.

Depuis l’accord nucléaire, Téhéran est en discussion avec de grandes compagnies européennes (Renault, Peugeot, Volkswagen, Mercedes Benz ou Fiat) et asiatiques pour entamer ou reprendre la production de voitures en Iran.

La production iranienne d’automobiles, qui s’élevait à 1,65 million d’unités en 2011, a fortement chuté à 740 000 en 2013 à cause des sanctions internationales. Elle est repartie à la hausse pour atteindre 1,1 million de véhicules en 2014. On estime qu’elle atteindra 1,6 million en 2018 et deux millions en 2022.

En novembre, les importations de produits de consommation courante des Etats-Unis avaient déjà été interdites pour empêcher « la présence de symboles américains » en Iran et soutenir la « production nationale ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...