Lisbonne libère un Israélien recherché pour meurtre en Colombie
Rechercher

Lisbonne libère un Israélien recherché pour meurtre en Colombie

Assi Ben-Mosh est également accusé d'avoir prostitué des filles mineures

Capture d'écran d'une vidéo montrant le boss du milieu Assi Ben-Mosh, à droite, dans un vol après avoir été expulsé de Colombie. (Capture d'écran : YouTube)
Capture d'écran d'une vidéo montrant le boss du milieu Assi Ben-Mosh, à droite, dans un vol après avoir été expulsé de Colombie. (Capture d'écran : YouTube)

JTA — Un juge portugais a libéré un homme israélien qui est recherché en Colombie pour le meurtre d’un autre Israélien et pour l’exploitation sexuelle des filles mineures.

Le tribunal de Lisbonne a ordonné qu’Assi Ben-Mosh soit libéré de prison le 28 juin après plus d’un mois en détention. Il a déclaré que les procureurs colombiens n’ont pas réussi à déposer une requête formelle d’extradition pendant le temps maximum imparti au cours duquel les autorités portugaises étaient légalement autorisées à le détenir, a annoncé le Jornal de Notícias dimanche.

Selon le site israélien Posta, la Colombie n’a pas réussi à présenter la moindre preuve liant Mosh à la disparition et le meurtre suspecté en Colombie d’Ofer Hazan, qui était le rival de Mosh en tant qu’organisateur de fêtes dans la ville balnéaire colombienne de Taganga. Hanza a été porté disparu en février 2018.

Pourtant, un journal portugais a déclaré que les procureurs colombiens disposaient bien de preuves mais que pour des raisons liées à la bureaucratie et à la langue, ils n’ont pas pu déposer une demande d’extradition. Le Portugal et la Colombie n’ont pas de traité d’extradition.

Mosh, qui a été arrêté en mai à la demande d’Interpol à Oeiras, non loin de Lisbonne, a nié tout lien avec la disparition d’Hazan. Il a également nié les accusations selon lesquelles il aurait forcé des filles mineures à se prostituer en échange de drogue lors de fêtes.

Eitan On, l’avocat de Mosh, a dit que la libération de son client était une preuve que « toute la vérité était révélée: il n’y a pas la moindre preuve contre Assi, ni dans l’affaire du meurtre, ni dans l’affaire de prostitution ni dans celle de la drogue ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...