Rechercher

L’Israélienne Lonah Chemtai Salpeter arrive 5e au marathon de Londres

Cette course est une forme de rédemption pour la coureuse israélienne, après un résultat décevant aux Jeux olympiques de Tokyo cet été

La coureuse israélienne Lonah Chemtai Salpeter participe au marathon des Championnats du monde d'athlétisme à Doha, au Qatar, le 28 septembre 2019. (Crédit : AP Photo/Martin Meissner)
La coureuse israélienne Lonah Chemtai Salpeter participe au marathon des Championnats du monde d'athlétisme à Doha, au Qatar, le 28 septembre 2019. (Crédit : AP Photo/Martin Meissner)

La coureuse israélienne Lonah Chemtai Salpeter a terminé cinquième parmi les femmes qui ont couru le marathon de Londres dimanche, une forme de rédemption après son classement décevant aux Jeux olympiques de Tokyo plus tôt cette année.

Chemtai Salpeter – originaire du Kenya et devenue citoyenne israélienne en 2016 – a terminé la course avec un temps de 2:18:54, un peu plus d’une seconde après la gagnante de la première place et à peine une demi-seconde après la troisième place. Joyciline Jepkosgei du Kenya a terminé la course en première position, suivie de Degitu Azimeraw d’Éthiopie et d’Ashete Bekere du Kenya.

Aux Jeux de Tokyo 2020, Chemtai Salpeter était pressentie comme l’une des favorites pour le marathon féminin, et a été en tête du peloton pendant une grande partie de la course. Mais à quatre kilomètres de l’arrivée, elle s’est arrêtée sur le bord de la piste après avoir ressenti de fortes douleurs dues à des crampes menstruelles. Elle est finalement revenue pour terminer la course et s’est classée 66e sur 88 coureurs.

Un an plus tôt, elle a remporté le marathon de Tokyo, établissant un nouveau record et son propre meilleur temps personnel, en terminant en 2:17:45. En 2019, elle est arrivée quatrième au marathon de Francfort avec un temps de 2:23:11.

Aux Jeux olympiques de 2016 à Rio, Chemtai Salpeter a également enregistré un classement décevant, lorsqu’elle a dû s’arrêter avant la fin de la course pour cause de douleur à l’épaule provoquée le poids supplémentaire du lait maternel, car elle allaitait encore son fils à l’époque.

Après son arrivée aux Jeux de Tokyo, elle a déclaré qu’il était inconfortable pour elle d’admettre que les crampes menstruelles l’avaient obligée à interrompre sa course, mais qu’elle espérait qu’en parler inciterait d’autres femmes à être plus ouvertes. « Je me sens aussi mal à l’aise de le dire, mais je dis que c’est la nature, je n’ai pas besoin de cacher quoi que ce soit [juste] parce que les hommes ne peuvent pas ressentir ce que nous ressentons. »

Chemtai Salpeter, qui est devenue citoyenne israélienne après avoir épousé son mari israélien, Dan Salpeter, a déclaré en août qu’elle était fière de représenter Israël et qu’elle avait hâte de concourir au nom du pays lors de futurs événements, notamment les Championnats du monde d’athlétisme de 2022 et les Jeux olympiques de 2024.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...