Israël en guerre - Jour 138

Rechercher
En direct

Halevi : les troupes font des progrès à Gaza, seule la pression militaire fera libérer les otages

Une source syrienne de renseignements affirme qu'une base aérienne a été visée par une frappe attribuée à Israël * Les Saoudiens rejettent toute normalisation sans cessez-le-feu à Gaza

  • Le secrétaire d'État américain Antony Blinken saluant à son arrivée à l'aéroport Ben Gurion le 6 février 2024 ; et le chef d'état-major de Tsahal Herzi Halevi faisant une déclaration aux médias dans une base du sud d'Israël le 26 décembre 2023. (Crédit : AP Photo/Mark Schiefelbein, Pool et Flash90)
    Le secrétaire d'État américain Antony Blinken saluant à son arrivée à l'aéroport Ben Gurion le 6 février 2024 ; et le chef d'état-major de Tsahal Herzi Halevi faisant une déclaration aux médias dans une base du sud d'Israël le 26 décembre 2023. (Crédit : AP Photo/Mark Schiefelbein, Pool et Flash90)
  • Le Premier ministre Benjamin Netanyahu tient une conférence de presse à Jérusalem, le 7 février 2023. (Capture d'écran)
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu tient une conférence de presse à Jérusalem, le 7 février 2023. (Capture d'écran)
  • Des soldats de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo autorisée à la publication le 7 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Des soldats de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo autorisée à la publication le 7 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
  • Le secrétaire d'État américain Antony Blinken arrivant à l'aéroport Ben Gurion, le 6 février 2024. (Crédit : Mark Schiefelbein/AP Photo/Pool)
    Le secrétaire d'État américain Antony Blinken arrivant à l'aéroport Ben Gurion, le 6 février 2024. (Crédit : Mark Schiefelbein/AP Photo/Pool)
  • Une vue générale du village libanais de Maroun al-Ras depuis le moshav nord de Dalton, près de la frontière libanaise, le 29 janvier 2024. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
    Une vue générale du village libanais de Maroun al-Ras depuis le moshav nord de Dalton, près de la frontière libanaise, le 29 janvier 2024. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Point de situation de Halevi sur la guerre, l’aide à Gaza et l’offensive à Rafah ; nouvelle confrontation avec Ben Gvir

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le chef de l'armée israélienne Herzi Halevi au début d'une réunion du cabinet de sécurité, à Tel Aviv, le 16 novembre 2023. (Crédit : Haïm Zach/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le chef de l'armée israélienne Herzi Halevi au début d'une réunion du cabinet de sécurité, à Tel Aviv, le 16 novembre 2023. (Crédit : Haïm Zach/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est entretenu avec certains de ses ministres sur la base de Tsahal de Julis, près d’Ashdod, où le chef d’État-major, Herzi Halevi, leur a fait un point sur la guerre.

Selon plusieurs médias, la présentation de Halevi aurait été bien accueillie et il aurait dit aux ministres souhaiter les voir plus souvent pour leur parler de la guerre.

Halevi a dit aux ministres avoir déjà donné à trois reprises son feu vert pour une opération à Rafah et être fin prêt à la mener, avec l’accord du gouvernement, a rapporté la Treizième chaine.

Le ministre de la Sécurité intérieure, Itamar Ben Gvir, souvent très critique du chef d’État-major lors du Conseil des ministres, s’est querellé avec Halevi au sujet du durcissement des règles d’ouverture de feu à la frontière.

Selon Israel National News, il aurait déclaré : « Ceux qui s’approchent de la barrière et mettent en danger les citoyens israéliens et nos valeureux soldats doivent être abattus ». « C’est ainsi que ça se passe dans les pays normaux. Ne revenons pas aux concepts du 6 octobre. »

Halevi aurait répondu avoir expliqué à Ben Gvir les règles de tir à plusieurs reprises, ajoutant que l’ouverture de feu systématique en réponse à un coup de feu ferait courir un risque accru de blessure par tir ami aux soldats.

Ils se sont également querellés sur l’action de l’armée, qui empêche les manifestants opposés à l’aide à Gaza de se rendre à Kerem Shalom, et sur l’aide humanitaire en général.

Selon Maariv, Halevi aurait rappelé que si l’aide ne passait pas par Kerem Shalom, alors elle passerait par Rafah, mais cette fois sans contrôle israélien.

Gallant optimiste quant à « un accord réaliste pour la libération des otages »

Le ministre de la Défense Yoav Gallant fait une déclaration vidéo à propos de la découverte d'armes du Hamas et de renseignements par l'armée dans la bande de Gaza, sur la base de Julis, le 11 février 2024. (Crédit : Elad Malka/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant fait une déclaration vidéo à propos de la découverte d'armes du Hamas et de renseignements par l'armée dans la bande de Gaza, sur la base de Julis, le 11 février 2024. (Crédit : Elad Malka/Ministère de la Défense)

A l’occasion d’une démonstration organisée par l’unité de collecte et d’exploitation du renseignement de la Direction du renseignement militaire – connue sous son acronyme hébreu Amshat – le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a déclaré que les données des services de renseignement du Hamas récupérées par l’armée israélienne à Gaza faisaient augurer un accord « réaliste » sur les otages.

« Vous voyez ici une infime partie de ce sur quoi Tsahal a mis la main, missiles, explosifs, mines, cartes, appareils de communication, documents, ordinateurs, disques durs », a expliqué Gallant.

« Nous avons pénétré au cœur des sites les plus sensibles du Hamas, et nous utilisons maintenant leurs propres renseignements contre eux », a-t-il dit.

« Plus cette opération progresse, plus nous nous rapprochons d’un accord réaliste pour la libération des otages », a-t-il ajouté.

Ces éléments seront présentés au gouvernement aujourd’hui-même.

Tsahal mène des frappes supplémentaires sur des cibles du Hezbollah dans le sud du Liban

Tsahal déclare que des avions de combat ont effectué des frappes supplémentaires sur des cibles du Hezbollah dans le sud du Liban aujourd’hui.

Elle indique que des postes d’observation, un bâtiment et d’autres infrastructures appartenant au Hezbollah dans la ville de Khiam ont été frappés.

Selon l’armée, le Hezbollah utilise Khiam pour ses activités. Un sixième des roquettes tirées par le groupe terroriste sur le nord d’Israël pendant la guerre ont été lancées depuis la ville.

Deux projectiles ont également été tirés plus tôt depuis le Liban sur la région du Mont Dov, Tsahal affirmant qu’ils ont touché des zones ouvertes. Des roquettes ont également été tirées sur Goren et Margaliot.

Les forces israéliennes affirment qu’elles bombardent les sites de lancement avec leur artillerie.

Tsahal élimine un terroriste de haut-rang et deux autres hommes armés en Cisjordanie

L’armé et la police déclarent que les troupes ont tué un terroriste de haut rang et deux autres hommes armés dans le camp de réfugiés de Nur Shams en Cisjordanie, près de Tulkarem.

Des agents infiltrés de la police des frontières et des réservistes de Tsahal du 8105e bataillon ont opéré à Nur Shams pendant plus de quatre heures sur la base d’informations fournies par le Shin Bet.

Dans une déclaration commune, l’armée et la police indiquent que les troupes ont encerclé le bâtiment où le Palestinien recherché, Moatasem Ali, était retranché, et ont appliqué une tactique connue sous le nom de « cocotte-minute ».

Ali est accusé d’être un agent terroriste de haut rang à Nur Shams, et d’être responsable de précédents attentats contre les troupes de Tsahal.

La déclaration indique qu’après avoir utilisé divers moyens, et au milieu d’une fusillade, Ali a été tué.

Deux autres hommes armés qui tentaient de s’enfuir de l’immeuble où l’homme recherché était retranché ont également été tués, selon Tsahal et la police.

Les troupes ont également saisi des armes dans le bâtiment, selon Tsahal.

Le communiqué précise qu’aucun soldat ou officier n’a été blessé lors du raid.

Le chef de Tsahal et le contrôleur de l’État évoquent l’enquête sur les défaillances du 7 octobre

À gauche : Le chef d'état-major de l'armée israélienne, Herzi Halevi, faisant une déclaration aux médias sur une base militaire dans le sud d'Israël, le 26 décembre 2023 ; à droite : Le contrôleur de l'Etat, Matanyahu Englman, à la Knesset, à Jérusalem, le 28 décembre 2022. (Crédit : Flash90)
À gauche : Le chef d'état-major de l'armée israélienne, Herzi Halevi, faisant une déclaration aux médias sur une base militaire dans le sud d'Israël, le 26 décembre 2023 ; à droite : Le contrôleur de l'Etat, Matanyahu Englman, à la Knesset, à Jérusalem, le 28 décembre 2022. (Crédit : Flash90)

Le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, a rencontré plus tôt dans la journée le contrôleur de l’État, Matanyahu Englman, qui souhaite enquêter sur les multiples défaillances avant, pendant et après le massacre perpétré par l’organisation terroriste du Hamas le 7 octobre 2023.

La réunion, organisée dans le quartier général de Tsahal à Tel-Aviv, « s’est tenue dans la bonne humeur et un désir commun d’agir sans porter préjudice aux combats », ont déclaré l’armée et les services du contrôleur de l’État dans un communiqué conjoint.

Ce communiqué précise que l’armée et les services d’Englman se concerteront sur la question de l’enquête, après quoi les deux hommes se reverront.

Le mois dernier, Halevi avait adressé un courrier à Englman pour lui demander de reporter cette enquête, de crainte qu’elle ne « détourne l’attention des commandants des combats en cours, porte préjudice à l’enquête sur le terrain et ne permette pas au final d’en tirer des enseignements nécessaires à l’atteinte des objectifs de guerre ».

Halevi : les troupes font des progrès à Gaza, seule la pression militaire fera libérer les otages

Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi (à gauche), rencontre le chef du commandement sud, le général de division Yaron Finkelman, dans le nord de la bande de Gaza, le 6 février 2024. (Crédit : armée israélienne)
Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi (à gauche), rencontre le chef du commandement sud, le général de division Yaron Finkelman, dans le nord de la bande de Gaza, le 6 février 2024. (Crédit : armée israélienne)

Lors d’une visite dans le nord de la bande de Gaza hier, le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, a répété que seule la pression militaire sur le Hamas permettra de libérer les otages détenus par le groupe terroriste.

« Aujourd’hui, nous en sommes au 122e jour, mais nous progressons, nous ne restons pas immobiles. Lorsque nous avons parlé de démanteler le Hamas, nous ne pensions pas que cela se ferait en une semaine, ni en un mois, il s’agit d’éplucher des strates », déclare Halevi lors d’une évaluation.

Il affirme que les nouveaux raids de Tsahal dans le nord de la bande de Gaza se traduisent par « plus de terroristes morts, plus de commandants morts, plus d’infrastructures détruites ».

« J’espère que cette pression nous permettra également d’atteindre un autre objectif important, à savoir le retour des otages », a déclaré Halevi.

« C’est pourquoi, dans toute la bande de Gaza, nous exerçons une pression par le feu, par une manœuvre [terrestre], par des raids surprises, et nous continuerons à le faire de manière très, très qualitative », ajoute-t-il.

Netanyahu prédit une normalisation accrue avec le monde arabe après la défaite du Hamas

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prédit que « le cercle de la paix s’élargira » si le Hamas est vaincu, après que l’Arabie saoudite a déclaré qu’elle ne normalisera pas ses relations avec Israël tant que la guerre à Gaza ne sera pas terminée et qu’un État palestinien n’aura pas été créé.

Netanyahu confirme également qu’il a rejeté une demande américaine visant à ce que le secrétaire d’État Antony Blinken rencontre en privé le chef d’état-major de Tsahal, Herzi Halevi, déclarant qu’il ne rencontrait pas de commandants militaires sans la présence de dirigeants politiques lorsqu’il se rendait aux États-Unis ou dans d’autres pays.

« Je pense que c’est ainsi que nous devons agir », déclare-t-il.

Netanyahu nie que le Hamas réinvestit le nord de Gaza, alors que Tsahal s’en retire

Après le discours du Premier ministre, un journaliste demande à Netanyahu comment une victoire complète sera possible si Israël retire actuellement ses forces, si l’aide continue d’entrer dans Gaza et si le Hamas se réinstalle dans le nord de la bande de Gaza.

« C’est un processus qui prend du temps », répond-il.

Netanyahu nie que le Hamas est en train de se reconstituer dans le nord de la bande de Gaza et insiste sur le fait que l’armée a démantelé les brigades et la chaîne de commandement militaire du groupe terroriste.

« Il n’y a pas d’alternative à l’effondrement militaire [du Hamas]. Il n’y aura pas d’effondrement civil [du régime du Hamas] sans effondrement militaire », déclare-t-il.

Il dénonce également les exigences du Hamas en matière de prise d’otages et affirme qu’Israël ne s’est engagé à rien.

Netanyahu : la victoire à Gaza « à portée de main » ; l’après-guerre, « c’est l’après-Hamas »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu tient une conférence de presse à Jérusalem, le 7 février 2023. (Capture d'écran)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu tient une conférence de presse à Jérusalem, le 7 février 2023. (Capture d'écran)

Lors d’une conférence de presse, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a de nouveau appelé à une « victoire écrasante » sur le Hamas.

« Nous sommes sur la voie d’une victoire complète. La victoire est à portée de main », déclare-t-il, prédisant que la guerre sera gagnée en « quelques mois » et non en quelques années.

Il rappelle les objectifs de la guerre : détruire le Hamas, rapatrier les otages et faire en sorte que Gaza ne constitue plus une menace pour Israël.

Netanyahu qualifie de « sans précédent » les réalisations de l’armée dans le cadre de l’offensive contre le Hamas, et vante les dommages qu’Israël a infligés au groupe terroriste au pouvoir à Gaza.

Le premier ministre indique qu’après Khan Younès, l’armée se prépare à combattre à Rafah.

« Nous continuerons jusqu’au bout », affirme-t-il. « Il n’y a pas d’autre solution que la victoire totale. »

Netanyahu déclare également que la défaite du Hamas sera la « victoire du monde libre tout entier » et affirme que le retour des otages reste une priorité absolue, arguant qu’une pression militaire accrue augmentera les chances de libération des captifs.

Selon lui, céder aux exigences du Hamas serait un désastre.

« L’après-guerre, c’est l’après-Hamas », ajoute-t-il, précisant seulement qu’Israël est le seul à être en mesure de veiller à ce que Gaza soit démilitarisée.

EN DIRECT : Conférence de presse de Netanyahu sur les exigences du Hamas

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu organise une conférence de presse à Jérusalem au sujet d’un potentiel accord de libération des otages et des exigences posées par le Hamas.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour visionner la conférence de presse.

 

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.