Rechercher

Herzog appelle à transformer le Moyen-Orient en un « écosystème de paix durable »

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président Isaac Herzog et le président américain Joe Biden, à la résidence du président à Jérusalem, le 14 juillet 2022. (Crédit : MANDEL NGAN / AFP)
Le président Isaac Herzog et le président américain Joe Biden, à la résidence du président à Jérusalem, le 14 juillet 2022. (Crédit : MANDEL NGAN / AFP)

S’exprimant aux côtés du président américain Joe Biden à la résidence présidentielle à Jérusalem, le président Isaac Herzog a déclaré que les États-Unis et Israël « sont unis dans leur opposition au terrorisme iranien et à sa volonté de se doter d’une capacité d’armement nucléaire, ce qui constitue la plus grande menace pour cette région, et peut-être pour le monde entier ».

Herzog a brossé le tableau d’un « ordre mondial remis en question », avec l’effet de la pandémie COVID-19 superposé à l’invasion russe de l’Ukraine. Il a souligné que des relations fortes entre Israël et les États-Unis sont essentielles à la stabilité, la paix et la prospérité régionales et mondiales.

« Ensemble, nous pouvons créer non seulement un nouveau Moyen-Orient, mais un Moyen-Orient renouvelable – un écosystème régional de paix durable », a déclaré Herzog.

« Sous votre direction, nous pouvons continuer à transformer notre région d’une source de tension mondiale à une source de stabilité et de progrès mondiaux. Le Moyen-Orient peut devenir un point de rencontre pour l’innovation climatique et la recherche médicale combinée, l’énergie propre et les échanges pacifiques entre les religions et les peuples. C’est la bénédiction que vous apporterez dans les prochains jours lors de vos réunions à Riad. »

Herzog a salué également la position ferme de Biden contre l’antisémitisme et la délégitimation d’Israël.

Le président a conclu en révélant que lors de leur tête-à-tête, il a remis à Biden le procès-verbal de la rencontre de ce dernier avec l’ancien Premier ministre israélien Golda Meir il y a près de 50 ans, trouvé dans les archives nationales israéliennes.

« Le sénateur était plein de respect et d’admiration pour la Première ministre et a répété à plusieurs reprises qu’il était venu pour apprendre, mais, d’un autre côté, il était emporté par son enthousiasme », a écrit le diplomate qui a rédigé le procès-verbal.

« Votre plaidoyer inlassable en faveur du partenariat durable entre les États-Unis et Israël, en paroles et en actes, a véritablement résisté à l’épreuve du temps », déclare Herzog.

C’est vous qui le dites...