Rechercher

« Jour de colère » à haut risque en Cisjordanie

L’ensemble des mouvements palestiniens ont appelé vendredi à un « jour de colère » en Cisjordanie, avec des manifestations à haut risque contre l’opération militaire israélienne à Gaza, selon des sources politiques palestiniennes.

Jeudi soir, qui marquait la Nuit du Destin, une date importante du ramadan, des heurts violents avec les forces de sécurité israéliennes ont eu lieu près de Ramallah, à Jérusalem-Est et, selon des correspondants de l’AFP, dans plusieurs villes de Cisjordanie, telles Naplouse, Hébron, Bethléem ou Tulkarem.

A Qalandia, un point de passage militaire au nord de Jérusalem, un manifestant de 25 ans a été tué dans l’une des marches les plus importantes des dernières années en Cisjordanie.

Plus de 10 000 manifestants avaient répondu à un appel à se rassembler « pour la liberté et la dignité » et à « prier pour les âmes des martyrs », avant d’être empêchés de se rendre au mont du Temple à Jérusalem. Les heurts, très violents, ont duré une grande partie de la nuit selon des photographes de l’AFP.

Des responsables de la police et des services de secours palestiniens ont indiqué que quelque 150 manifestants avaient été blessés, dont trois sont dans un état critique.

Capture d'écran du rassemblement jour de colère près de Qalandiya dans la nuit du 24 au 25 juillet (Crédit : Deuxiième chaîne)
Capture d’écran du rassemblement jour de colère près de Qalandiya dans la nuit du 24 au 25 juillet (Crédit : Deuxiième chaîne)

Les forces israéliennes ont riposté à balles réelles après avoir été la cible de pierres, d’engins pyrotechniques et de cocktails Molotov jetés en direction de gardes-frontières et des soldats, selon l’armée.

Des forces de l’ordre en nombre quadrillaient vendredi matin le secteur de la Vieille Ville de Jérusalem-Est, où 39 manifestants ont été arrêtés dans la nuit, tandis que 27 policiers ont été légèrement blessés dans les violences.

« Plusieurs unités ont été mobilisées à l’intérieur et aux alentours de la Vieille Ville. Nous sommes prêts à faire face à quelque trouble que ce soit », a déclaré à l’AFP le porte-parole de la police, Micky Rosenfeld.

C’est vous qui le dites...