Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

Le chef de l’ONU exhorte Israël à « reconsidérer » l’ordre d’évacuation de Gaza

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'adressant aux médias lors d'une visite au bureau de l'ONU à Nairobi, au Kenya, le 3 mai 2023. (Crédit : Khalil Senosi/AP/Dossier)
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'adressant aux médias lors d'une visite au bureau de l'ONU à Nairobi, au Kenya, le 3 mai 2023. (Crédit : Khalil Senosi/AP/Dossier)

Vendredi, dans une tribune du New York Times, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a exhorté Israël à « reconsidérer » son avertissement aux civils de Gaza, selon lequel ils devraient quitter la partie nord de la bande de Gaza dans les 24 heures.

Le message, diffusé vendredi à minuit, indiquait que Tsahal pourrait se préparer à lancer une invasion terrestre après des jours de bombardements aériens en réponse à l’attaque massive du Hamas de samedi, au cours de laquelle 1 300 personnes ont été tuées en Israël, en majorité des civils.

L’avertissement s’applique au personnel de l’ONU et à ceux hébergés dans les installations de l’ONU dans ces zones, notamment les écoles, les centres de santé et les cliniques, soit plus de 200 000 personnes. Cela s’applique aussi à des centaines de milliers d’enfants : près de la moitié des habitants de Gaza ont moins de 18 ans.

« Les Nations unies considèrent qu’il est impossible qu’un tel mouvement ait lieu sans conséquences humanitaires dévastatrices », a déclaré un porte-parole de l’ONU. « Les Nations unies appellent vivement à ce que tout ordre de ce type, s’il est confirmé, soit annulé pour éviter ce qui pourrait transformer ce qui est déjà une tragédie en une situation calamiteuse. »

Environ 1,1 million de Palestiniens vivent au nord de Wadi Gaza, selon l’ONU.

Israël a également averti l’hôpital Al Awda, dans le nord de la bande de Gaza, d’évacuer avant 6h du matin samedi, a déclaré l’organisation de défense des droits de Médecins Sans Frontières (MSF) dans un communiqué.

Dans son texte, Guterres écrit que les avertissements sont « dangereux et profondément troublants » et affirme que « toute demande d’évacuation massive dans un délai extrêmement court pourrait avoir des conséquences humanitaires dévastatrices ».

L’ordonnance, dit-il, s’applique à « environ 1,1 million de personnes ». Elle s’applique à un territoire déjà assiégé, sous bombardements aériens et sans carburant, sans électricité, sans eau et sans nourriture. Les routes et les infrastructures ont aussi subi des dommages critiques au cours de la semaine écoulée, rendant l’évacuation presque impossible en premier lieu.

« En tant que secrétaire général des Nations unies, j’appelle les autorités israéliennes à reconsidérer leur décision, écrit-il.

« Nous sommes à l’approche d’un moment d’escalade calamiteuse et nous nous trouvons à un carrefour critique. Il est impératif que toutes les parties – et ceux qui ont de l’influence sur elles – fassent tout leur possible pour éviter de nouvelles violences ou un débordement du conflit en Cisjordanie et dans la région au sens large », écrit Guterres – une référence probable à Washington qui a donné à Israël tout son soutien au lendemain du massacre du Hamas.

Plus tôt vendredi, la Maison Blanche a déclaré que l’avertissement israélien représentait un « défi de taille », ajoutant que les États-Unis comprenaient qu’Israël essayait de donner aux civils un « avertissement équitable ».

« Nous comprenons ce qu’ils essaient de faire. Ils tentent de mettre les civils hors de danger », a déclaré à CNN le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, John Kirby. « Maintenant, c’est un défi de taille. C’est un million d’habitants et c’est un environnement très urbain et dense. C’est déjà une zone de combat. Je ne pense donc pas que quiconque sous-estime le défi que représente ici cette évacuation. »

Guterres, dans son texte, exprime : « Nous avons besoin de toute urgence d’un moyen de sortir de cette impasse désastreuse avant que d’autres vies ne soient perdues. »

Il affirme que « tous les otages de Gaza doivent être libérés » et que « les civils ne doivent pas être utilisés comme boucliers humains », et que l’ONU et ses partenaires « ont besoin dès maintenant d’un accès humanitaire rapide et sans entrave dans tout Gaza ».

« L’aide humanitaire, notamment le carburant, la nourriture et l’eau, doit pouvoir entrer », insiste-t-il.

Il condamne les « attaques odieuses du Hamas et d’autres qui ont terrorisé Israël » et affirme que « les griefs ressentis par le peuple palestinien ne justifient pas la terreur déclenchée contre les civils en Israël ».

Il se dit « horrifié d’entendre le langage du génocide entrer dans le discours public. Les gens perdent de vue l’humanité de chacun ».

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.