Israël en guerre - Jour 262

Rechercher

Israël frappe la Syrie après une alerte aérienne dans le Golan

Le Hezbollah et l'armée israélienne échangent des tirs dans le nord ; Ryad suspend les discussions sur une possible normalisation avec Israël ; Guterres met en garde contre les "conséquences humanitaires" et demande la libération des otages ; Erdan critique l'ONU ; Cette guerre, sujet prioritaire de Biden ; 1 400 morts coté israélien

  • Un responsable militaire du centre médico-légal du quartier général du rabbinat militaire à Ramle devant les dépouilles de victimes de l'attaque terroriste du Hamas le 7 octobre en Israël, le 13 octobre 2023. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
    Un responsable militaire du centre médico-légal du quartier général du rabbinat militaire à Ramle devant les dépouilles de victimes de l'attaque terroriste du Hamas le 7 octobre en Israël, le 13 octobre 2023. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
  • De la fumée suite à une frappe aérienne israélienne dans la ville de Gaza, le 13 octobre 2023. (Crédit : Atia Mohammed/Flash90)
    De la fumée suite à une frappe aérienne israélienne dans la ville de Gaza, le 13 octobre 2023. (Crédit : Atia Mohammed/Flash90)
  • Des familles palestiniennes fuyant suite à l'avertissement de l'armée israélienne de quitter leurs maisons pour le sud avant une possible opération terrestre, dans la ville de Gaza, le 13 octobre 2023. (Crédit : MAahmud Hams/AFP)
    Des familles palestiniennes fuyant suite à l'avertissement de l'armée israélienne de quitter leurs maisons pour le sud avant une possible opération terrestre, dans la ville de Gaza, le 13 octobre 2023. (Crédit : MAahmud Hams/AFP)
  • Une famille sur une charrette tirée par un âne fuiyant suite à l'avertissement de l'armée israélienne de partir vers le sud avant une possible opération terrestre, dans la ville de Gaza, le 13 octobre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
    Une famille sur une charrette tirée par un âne fuiyant suite à l'avertissement de l'armée israélienne de partir vers le sud avant une possible opération terrestre, dans la ville de Gaza, le 13 octobre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
  • Des Palestiniens fuient vers des zones plus sûres de la ville de Gaza après des frappes aériennes israéliennes, le 13 octobre 2023. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)
    Des Palestiniens fuient vers des zones plus sûres de la ville de Gaza après des frappes aériennes israéliennes, le 13 octobre 2023. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)
  • Des chars israéliens se dirigeant vers la frontière de la bande de Gaza, dans le sud d’Israël, le 13 octobre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)
    Des chars israéliens se dirigeant vers la frontière de la bande de Gaza, dans le sud d’Israël, le 13 octobre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)

Un homme légèrement blessé par une roquette tirée du Liban

Le fragment d'une roquette tirée depuis le Liban sur Kiryat Shmona, dans le nord d'Israël, près de la frontière avec le Liban, le 18 octobre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
Le fragment d'une roquette tirée depuis le Liban sur Kiryat Shmona, dans le nord d'Israël, près de la frontière avec le Liban, le 18 octobre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Un homme a été légèrement blessé par la chute d’une roquette tirée depuis le Liban, plus tôt dans la soirée.

Il a été évacué par hélicoptère vers l’hôpital Rambam de Haïfa. Son pronostic vital ne serait pas engagé.

L’Iran met en garde contre des « conséquences considérables » si Israël n’arrête pas sa campagne à Gaza

La mission iranienne auprès de l’ONU a réitéré son avertissement selon lequel le conflit entre Israël et le Hamas pourrait s’élargir si Israël continue de frapper Gaza – une menace voilée de déployer son groupe terroriste mandataire, le Hezbollah, ou d’agir lui-même.

Accusant Israël de « crimes de guerre et de génocide », la mission a affirmé que « la situation pourrait devenir incontrôlable et avoir des conséquences de grande envergure », rejetant la faute sur le Conseil de sécurité de l’ONU.

Jeudi, le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amirabdollahian avait averti que « l’Axe de la Résistance » pourrait répondre aux « crimes » israéliens, après une réunion au Liban avec le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah et d’autres.

Biden : Le Hamas utilise des innocents comme boucliers humains

Le président Joe Biden s'exprimant sur la guerre entre Israël et le Hamas dans la salle à manger d'État de la Maison Blanche, à Washington, le 10 octobre 2023. (Crédit : Evan Vucci/AP)
Le président Joe Biden s'exprimant sur la guerre entre Israël et le Hamas dans la salle à manger d'État de la Maison Blanche, à Washington, le 10 octobre 2023. (Crédit : Evan Vucci/AP)

S’exprimant lors d’un dîner de gala pour la Campagne des droits de l’homme à Washington, le président américain Joe Biden a accusé le groupe terroriste du Hamas d’utiliser des civils palestiniens pour se protéger des représailles israéliennes.

« La crise humanitaire à Gaza, les familles palestiniennes innocentes et la grande majorité n’ont rien à voir avec le Hamas », a-t-il dit. « Ils sont utilisés comme boucliers humains. »

Biden a noté que le massacre de samedi avait été le jour le plus meurtrier pour les Juifs depuis la Shoah.

Le président a indiqué avoir parlé la veille pendant une heure avec des proches d’Américains portés disparus sur Zoom et qu’il avait relié cela à la perte de proches durant sa vie – sa première femme et sa première fille dans un accident de voiture en 1972.

« Ils ont enduré l’agonie sans savoir ce qui se passait. Ce n’est pas la même chose, mais je peux vous dire à quoi ça ressemble. C’est quelque chose, de perdre quelqu’un que l’on sait que l’on va perdre… Comme j’ai pu connaitre avec mon fils [Beau Biden, mort des suites d’un cancer du cerveau en 2015] », a-t-il dit. « C’est tout autre chose de recevoir un appel téléphonique, comme je l’ai reçu il y a des années, disant ‘qu’il y a eu un accident, votre femme et votre fille sont mortes, je ne suis pas sûr que vos garçons s’en sortiront’. L’incertitude de ces deux ou trois heures-là, à essayer de comprendre, c’est la pire sensation au monde, c’est déchirant. »

Montréal : Des « centaines de personnes » à une manifestation anti-Israël islamiste

Une manifestation anti-Israël a été organisée samedi après-midi dans un parc de Montréal, réunissant « quelques centaines de personnes » selon la presse canadienne.

« Israël terroriste, Trudeau complice ! », a notamment crié la foule devant le bureau de circonscription du Premier ministre Justin Trudeau.

« Trudoniste Zioniste » et « Trudeau, il n’y a pas de différence entre vous et Hitler », pouvait-on lire sur des pancartes.

L’évènement était organisé par Adil Charkaoui, militant islamiste, enseignant et imam maroco-canadien ayant émigré au Canada en 1995.

Soupçonné d’appartenir à Al-Qaïda, l’homme avait été arrêté par le gouvernement canadien en mai 2003 et libéré 21 mois plus tard dans le cadre d’un contrôle judiciaire strict. Il est citoyen canadien depuis juillet 2014, président du Collectif canadien anti-islamophobie depuis 2010 et a fondé le Centre islamique de l’Est de Montréal-Assahaba en 2010.

Selon la presse canadienne, certains des élèves de l’individu sont partis faire le djihad en Syrie et il prêchait encore il y a quelques années en faveur des talibans.

Le Hamas indique que 3 membres qui ont infiltré Israël depuis le Liban ont été tués

Le Hamas a indiqué que trois de ses combattants terroristes au Liban avaient été tués samedi par Tsahal après avoir fait sauter une section de la barrière frontalière avec Israël et tenté de s’infiltrer, a rapporté Reuters.

L’armée israélienne a déclaré plus tôt que des avions de l’armée de l’air avaient frappé un groupe d’individus soupçonnés d’avoir voulu traverser la frontière et de tirer des missiles antichar vers des cibles israéliennes.

Le ministère syrien de la Défense confirme que la frappe met hors service l’aéroport d’Alep

L'aéroport international d'Alep, le 7 février 2023. (Crédit : AFP)
L'aéroport international d'Alep, le 7 février 2023. (Crédit : AFP)

Le ministère syrien de la Défense a confirmé les récentes frappes sur l’aéroport d’Alep, attribuées à Israël.

« Vers 23h35 (…) l’ennemi israélien a mené une frappe aérienne en direction de la mer Méditerranée (…) visant l’aéroport international d’Alep, causant des dégâts matériels à l’aéroport et le mettant hors service », indique le ministère dans un communiqué.

Le ministère a fustigé Israël, affirmant que l’attaque « confirmait l’approche criminelle de l’occupation israélienne », l’accusant de « crimes contre le peuple palestinien ».

29 Américains tués selon le Département d’État américain

Un porte-parole du Département d’État américain a confirmé que le nombre d’Américains tués depuis le début de l’attaque du Hamas il y a une semaine s’élevait à 29.

Le Département d’État a déclaré qu’il ne fera pas de commentaires supplémentaires « sur les circonstances du décès des citoyens américains ou sur l’identité des personnes décédées ».

Le communiqué ajoute qu’il est également au courant de la disparition de 15 citoyens américains.

« Le gouvernement américain travaille 24 heures sur 24 pour déterminer où ils se trouvent et travaille avec le gouvernement israélien sur tous les aspects de la crise des otages », ajoute le communiqué.

Le secrétaire américain à la Défense s’entretient avec Gallant et insiste sur la protection des civils

Le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, à droite, accueilli par le ministre de la Défense Yoav Gallant, à Tel Aviv, le 13 octobre 2023. (Crédit : Lolita Baldor/AP Photos)
Le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, à droite, accueilli par le ministre de la Défense Yoav Gallant, à Tel Aviv, le 13 octobre 2023. (Crédit : Lolita Baldor/AP Photos)

Peu après avoir quitté Israël, le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin s’est à nouveau entretenu avec son homologue israélien, Yoav Gallant, a indiqué son bureau.

Selon le Pentagone, Austin a réitéré « l’engagement inébranlable des États-Unis envers la sécurité d’Israël ».

Austin a souligné également « l’importance d’adhérer au droit de la guerre, y compris aux obligations de protection des civils, et de faire face à l’aggravation de la crise humanitaire à Gaza ».

Le secrétaire a également informé Gallant des efforts américains « pour continuer à fournir des capacités de défense aérienne et des munitions » à Israël.

L’armée affirme avoir frappé une cellule de terroristes du Hamas sortant d’un tunnel souterrain à Gaza

Des panaches de fumée après une frappe israélienne sur Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 14 octobre 2023. (Crédit : Said Khatib/AFP)
Des panaches de fumée après une frappe israélienne sur Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 14 octobre 2023. (Crédit : Said Khatib/AFP)

L’armée israélienne affirme avoir éliminé une cellule de terroristes alors qu’ils sortaient d’un tunnel souterrain du Hamas.

L’armée affirme également avoir frappé un certain nombre de sites du Hamas ces dernières heures, en se concentrant sur les régions de Jabalya, Zaytun, al-Furqan et Beit Hanoun. Elle affirme avoir détruit des dizaines de lance-mortiers.

L’armée a publié des images des frappes.

Le ministère de la Santé annonce la reprise des opérations non urgentes dimanche

Le ministère de la Santé a indiqué que les opérations médicales non urgentes devraient reprendre dès demain dans les hôpitaux du centre et du nord, dans les centres où des zones renforcées appropriées sont disponibles.

Le ministère a affirmé que cela dépendait également de la disponibilité des salles d’opération et des lits de soins intensifs.

Cela ne s’applique pas aux hôpitaux du sud, notamment Soroka, Barzilai et Assuta à Ashdod.

Biden dit à Netanyahu que Washington oeuvre pour l’accès des civils à la nourriture, l’eau, les soins

Le président américain Joe Biden a dit samedi au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu que les Etats-Unis oeuvraient avec l’ONU et des pays du Moyen-Orient « pour veiller à ce que les civils innocents aient accès à l’eau, à la nourriture et aux soins médicaux ».

« Le président Biden a affirmé son soutien à tous les efforts visant à protéger les civils », a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué faisant état du dialogue téléphonique entre les deux dirigeants, une semaine après les massacres du groupe terroriste du Hamas en Israël et les représailles sur la bande de Gaza.

5e entretien téléphonique Netanyahu-Biden

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu parlant au téléphone avec le président américain Joe Biden, le 10 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu parlant au téléphone avec le président américain Joe Biden, le 10 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il avait parlé par téléphone pour la cinquième fois avec le président américain Joe Biden depuis que la guerre avec le Hamas à Gaza a éclaté il y a une semaine.

Le bureau de Netanyahu indique que le Premier ministre a remercié Biden pour le soutien profond des États-Unis, ainsi que pour les visites du secrétaire d’État américain Antony Blinken et du secrétaire à la Défense Lloyd Austin au cours des derniers jours.

Les deux hommes ont convenu de rester en contact, ajoute le bureau du Premier ministre.

Les familles d’otages US remercient Biden pour son soutien après une visioconférence

Le président américain Joe Biden parle du programme économique de son administration lors d'un événement au Prince George's Community College à Largo, dans le Maryland, le 14 septembre 2023. (Crédit : AP Photo/Alex Brandon)
Le président américain Joe Biden parle du programme économique de son administration lors d'un événement au Prince George's Community College à Largo, dans le Maryland, le 14 septembre 2023. (Crédit : AP Photo/Alex Brandon)

Les familles des citoyens américains retenus en otage à Gaza ont publié une déclaration dans laquelle elles remercient le président américain Joe Biden de s’être engagé à ramener leurs proches à la maison.

« Nous ressentons l’étreinte de l’administration et son soutien alors que nous traversons cette période terrible », déclarent les familles.

Les familles réitèrent leur déclaration selon laquelle les États-Unis ont la responsabilité de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour obtenir la libération des citoyens américains retenus en otage par le Hamas à Gaza. Elles exhortent Joe Biden à « utiliser tous les moyens et ressources à sa disposition » pour s’assurer que les blessés reçoivent des soins médicaux urgents et vitaux « avant qu’il ne soit trop tard » et pour agir en faveur de la libération immédiate de tous les otages.

« Le temps est compté et chaque jour qui passe met nos proches en plus grand danger », affirment les familles.

Biden s’est entretenu en visioconférence vendredi avec les familles de 14 Américains portés disparus à la suite des attaques du Hamas.

« Elles doivent savoir que le président des États-Unis d’Amérique se soucie profondément de ce qui se passe. Profondément », a déclaré Biden durant l’émission « 60 Minutes » diffusée jeudi sur la chaîne CBS.

Israël va autoriser l’entrée de nourriture, d’eau et de médicaments à Gaza – élu US

Une photo prise à Sderot montre des panaches de fumée s'élevant au-dessus des bâtiments lors d'une frappe israélienne sur le nord de la bande de Gaza, le 14 octobre 2023. (Crédit : Aris Messinis/AFP)
Une photo prise à Sderot montre des panaches de fumée s'élevant au-dessus des bâtiments lors d'une frappe israélienne sur le nord de la bande de Gaza, le 14 octobre 2023. (Crédit : Aris Messinis/AFP)

Un législateur américain a déclaré au Times of Israel que des responsables israéliens leur avaient indiqué qu’ils autoriseraient l’entrée de nourriture, d’eau et de médicaments dans la bande de Gaza après avoir imposé un siège à l’enclave, alors qu’Israël semble se préparer à une incursion terrestre visant à anéantir le Hamas.

Le législateur américain précise qu’Israël ne s’est pas engagé à laisser entrer l’électricité et le carburant à Gaza, qui ne sont pas couverts par les mêmes règles en vertu du droit des conflits armés.

Daniel Hagari : les familles des 126 otages détenus à Gaza ont été informées

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, annonçant qu'Israël est en guerre, après une infiltration massive et meurtrière du Hamas depuis Gaza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Porte-parole de l'armée israélienne)
Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, annonçant qu'Israël est en guerre, après une infiltration massive et meurtrière du Hamas depuis Gaza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Porte-parole de l'armée israélienne)

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que l’armée avait jusqu’à présent informé les familles de 126 otages que leurs proches étaient détenus dans la bande de Gaza.

Le Hamas et le Jihad islamique affirment détenir 130 otages dans la bande de Gaza, certains médias estimant leur nombre à au moins 200.

Deux roquettes tirées depuis la Syrie ont atterri dans des zones ouvertes – Tsahal

Des barrages routiers en Haute Galilée, au nord d'Israël, le 13 octobre 2023. (Crédit : Ayal Margolini/Flash90)
Des barrages routiers en Haute Galilée, au nord d'Israël, le 13 octobre 2023. (Crédit : Ayal Margolini/Flash90)

L’armée israélienne indique que deux roquettes ont été lancées depuis la Syrie vers le nord d’Israël plus tôt, déclenchant des sirènes dans la ville d’Avnei Eitan sur le plateau du Golan.

Tsahal précise que les deux roquettes ont atterri dans des zones ouvertes, ne causant aucun dommage.

Par ailleurs, Tsahal dit avoir lancé un missile du Dôme de fer sur une « cible suspecte » qui a pénétré dans l’espace aérien israélien depuis le Liban, mais d’autres détails sont en cours d’investigation.

Le second incident a déclenché une alarme dans la ville d’Alma, dans le nord du pays, près de la frontière libanaise.

Ces derniers jours, Israël a échangé des tirs avec le Hezbollah et des factions palestiniennes alliées à plusieurs reprises au Liban. Ces derniers ont notamment procédé à des tirs de roquettes et des lancements de drones en direction d’Israël.

Le Hezbollah affirme qu’un de ses combattants a été tué par Israël

Des partisans du Hezbollah portant les cercueils de deux terroristes tués par des bombardements israéliens, lors de leur procession funéraire dans le village de Kherbet Selem, au sud du Liban, le 10 octobre 2023. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)
Des partisans du Hezbollah portant les cercueils de deux terroristes tués par des bombardements israéliens, lors de leur procession funéraire dans le village de Kherbet Selem, au sud du Liban, le 10 octobre 2023. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)

Le mouvement armé libanais pro-iranien Hezbollah a annoncé samedi que l’un de ses combattants avait été tué dans le sud du Liban par une frappe ou un affrontement dont il a rendu Israël responsable.

Selon l’un de ses porte-paroles, ce « martyr » a été tué par des « frappes israéliennes » ou à l’issue d' »affrontements ».

Plus tôt, le Hezbollah a indiqué avoir ciblé des positions israéliennes dans une zone frontalière contestée.

Cette frappe intervient après qu’un journaliste de Reuters a été tué vendredi et plusieurs autres, dont deux de l’AFP, blessés, dans un tir attribué à Israël par les autorités libanaises.

Les Libanais et le Hezbollah doivent « rester à l’écart du conflit » entre Israël et le Hamas, et Paris juge « très préoccupante » la situation tendue à la frontière entre le Liban et Israël, a déclaré samedi la présidence française.

Sommet par visioconférence des dirigeants européens convoqué mardi

Le Premier ministre belge, Charles Michel, à Bruxelles, le 17 mars 2016. (Crédit : John Thys/AFP)
Le Premier ministre belge, Charles Michel, à Bruxelles, le 17 mars 2016. (Crédit : John Thys/AFP)

Le président du Conseil européen Charles Michel a convoqué pour mardi un sommet des dirigeants des 27 pays de l’Union européenne par visioconférence à la suite du déclenchement de la guerre entre Israël et le Hamas palestinien.

« J’aimerais convoquer une réunion extraordinaire du Conseil européen, qui se tiendra par vidéoconférence mardi 17 octobre à 17h30 (15h30 GMT). Il est de la plus haute importance que le Conseil européen, conformément aux traités et à nos valeurs, définisse notre position commune et établisse une ligne de conduite claire et unifiée qui reflète la complexité de la situation actuelle », a déclaré samedi le responsable belge dans un communiqué.

Israël frappe la Syrie après une alerte aérienne dans le Golan

L’artillerie israélienne a frappé samedi soir la Syrie après que des alertes aériennes eurent résonné dans la partie israélienne du plateau du Golan, a annoncé l’armée israélienne.

« Après un rapport initial concernant les sirènes qui ont retenti dans les communautés d’Avnei Eitan et d’Alma, l’artillerie (israélienne) frappe actuellement l’origine des tirs en Syrie », a déclaré l’armée dans un communiqué.

L’UE annonce tripler son aide humanitaire à Gaza, à 75 millions d’euros

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, en gauche, en visite à Kfar Azza, le 13 octobre 2023. (Crédit : Ursula von der Leyen/X)
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, en gauche, en visite à Kfar Azza, le 13 octobre 2023. (Crédit : Ursula von der Leyen/X)

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé samedi un triplement de l’aide humanitaire de l’UE, à 75 millions d’euros, pour la population de la bande de Gaza, où Israël mène des bombardements intenses en riposte à l’attaque du Hamas.

« La Commission va immédiatement augmenter de 50 millions d’euros l’enveloppe actuelle d’aide humanitaire prévue pour Gaza. Cela portera le total à plus de 75 millions d’euros », a déclaré la responsable allemande après s’être entretenue avec le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

Erdan critique une rencontre entre Wennesland et le chef de la diplomatie iranienne

L'ambassadeur israélien à l'ONU Gilad Erdan s'adressant à l'Assemblée générale ,le 20 janvier 2022. (Crédit : Capture d'écran)
L'ambassadeur israélien à l'ONU Gilad Erdan s'adressant à l'Assemblée générale ,le 20 janvier 2022. (Crédit : Capture d'écran)

L’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Gilad Erdan, a critiqué le coordinateur spécial de l’ONU pour le Moyen-Orient, Tor Wennesland, pour avoir rencontré le ministre iranien des Affaires étrangères.

« N’oubliez pas de laver le sang des bébés israéliens de vos mains après cette poignée de main », a déclaré Erdan, en partageant une photo de Wennesland serrant la main du ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, un peu plus tôt dans la journée.

« Tor Wennesland a non seulement rencontré le ministre des Affaires étrangères du régime iranien, mais n’a même pas pris la peine de condamner l’Iran pour son rôle dans le massacre des femmes et des enfants israéliens », écrit Erdan sur X. « Ce n’est pas un secret que les terroristes du Hamas remercient ouvertement l’Iran de les avoir financés, armés et entraînés ».

« Le soutien et la légitimation des terroristes génocidaires par l’ONU est une menace pour la civilisation », ajoute-t-il.

Paris : L’Iran doit « s’abstenir d’ajouter aux tensions » et de « soutien opérationnel » au Hamas

L’Iran doit « s’abstenir d’ajouter aux tensions » et « de soutien opérationnel » au Hamas, a déclaré samedi la présidence française, tout en précisant « ne pas disposer d’informations spécifiques » sur l’implication de l’Iran dans l’offensive du Hamas menée contre Israël le 7 octobre.

« L’Iran a un rôle à jouer qui peut être très négatif dans la situation actuelle, il peut avoir aussi un rôle positif, c’est l’abstention » pour « éviter une escalade régionale », a ajouté l’Elysée.

L’armée affirme que le Hamas empêche les civils d’évacuer le nord de Gaza

Des barrages routiers du Hamas installés à Gaza, le 14 octobre 2023, selon Tsahal. (Crédit : Armée israélienne)
Des barrages routiers du Hamas installés à Gaza, le 14 octobre 2023, selon Tsahal. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a affirmé que le groupe terroriste du Hamas empêchait les Palestiniens d’évacuer la partie nord de la bande de Gaza.

L’armée israélienne a averti les habitants de Gaza de la partie nord de la bande d’évacuer face aux préparations d’une incursion terrestre possible ou d’une offensive renforcée. La région abrite environ 1 million d’habitants.

L’armée a depuis affirmé avoir identifié les mouvements de centaines de milliers de Palestiniens se dirigeant vers le sud, mais nombre d’entre eux se retrouvent coincés dans les embouteillages causés par les barrages routiers du Hamas.

« Le Hamas rend difficile la circulation des habitants de la bande de Gaza sur les routes principales et empêche le passage des véhicules sur ces routes », a déclaré l’armée israélienne.

L’armée a publié une vidéo montrant une circulation intense dans la bande de Gaza, provoquée, selon elle, par les barrages routiers du Hamas.

« Nous constatons un effort actif de la part du Hamas pour bloquer et empêcher la population de se diriger vers le sud. Le Hamas veut montrer au monde qu’il a des victimes et des morts », a déclaré le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, lors d’une conférence de presse.

« Nous continuons d’exhorter les habitants de la ville de Gaza à aller vers le sud… Le Hamas veut que vous soyez des boucliers humains… C’est pour votre sécurité personnelle », a ajouté Hagari. « Nous allons attaquer très largement la ville de Gaza dans un avenir proche. »

Certaines écoles rouvrent cette semaine

Le système scolaire israélien devrait reprendre les cours demain, mais les cours seront dispensés à distance, comme cela a été le cas lors des confinements pendant la pandémie du COVID en 2020-21.

Le ministère autorisera les écoles à organiser des cours ou des activités en présentiel, sous réserve de l’approbation des autorités locales, du ministère et du Commandement du Front intérieur. Si les conditions de sécurité s’améliorent, les écoles pourraient reprendre les cours normalement dans certaines secteurs.

Les épreuves du baccalauréat seront repoussées d’au moins un mois

Le système scolaire israélien compte quelque 2,5 millions d’élèves et plus de 5 500 écoles.

Hanegbi: Israël a fait « passer des messages » au Hezbollah l’avertissant de ne pas se joindre aux combats

Répondant aux inquiétudes selon lesquelles le Hezbollah pourrait ouvrir un front nord dans la guerre en cours en Israël, le chef du Conseil de sécurité nationale, Tzachi Hanegbi, déclare qu’Israël a fait passer des « messages » pour dissuader le groupe terroriste de se joindre au Hamas, soutenu par l’Iran, dans la guerre contre Israël.

« Notre objectif est de ne pas nous laisser entraîner dans une guerre sur deux fronts », déclare Hanegbi.

« Nous pensons que le Hezbollah n’invitera pas à la destruction du Liban, parce que ce ne sera pas moins que cela s’il y a une guerre là-bas, parce que c’est ce qu’il y aura » si le Hezbollah ouvre le front nord, a déclaré Hanegbi.

Les combattants du Hezbollah ont fait des incursions en territoire israélien et le groupe terroriste a revendiqué les tirs sur le nord d’Israël au cours de la semaine qui a suivi l’attaque terroriste dévastatrice et meurtrière du Hamas.

Hanegbi confirme que 150 à 200 otages sont à Gaza, mais « aucun moyen de négocier »

Le chef du Conseil national de sécurité, Tzachi Hanegbi, confirme qu’environ 150 à 200 otages israéliens sont détenus dans la bande de Gaza, mais précise que le gouvernement, sept jours après leur capture, ne connaît toujours pas leur identité ni leur situation.

Hanegbi confirme qu’aucune négociation active n’est en cours pour rapatrier les Israéliens enlevés par le Hamas samedi dernier, affirmant qu' »il n’y a aucun moyen pour l’instant de mener des négociations ».

« Israël ne négociera pas avec un ennemi que nous avons juré d’éradiquer de la surface de la terre », ajoute-t-il.

Il affirme que l’agent de liaison du gouvernement pour les otages, Gal Hirsch, tient le Premier ministre Benjamin Netanyahu au courant « plusieurs fois par jour ».

Le gouvernement et son représentant, Gal Hirsch, ont été critiqués par les familles des otages car ils n’ont pas communiqué ni même initié de contact avec les familles des Israéliens pris en otage.

Le Likud annonce que Liberman rejoint le gouvernement d’urgence

Le chef d’Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, s'exprimant lors d'une réunion de sa faction, à la Knesset, le 10 juillet 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Le chef d’Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, s'exprimant lors d'une réunion de sa faction, à la Knesset, le 10 juillet 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Le chef du parti d’opposition Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, rejoint « immédiatement » le gouvernement d’urgence nationale et son cabinet de sécurité, selon un communiqué du Likud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Liberman, ancien ministre de la Défense, a manifesté le souhait de rejoindre le gouvernement de Netanyahu peu après le déclenchement de la guerre. L’ancien allié de Netanyahu a rompu politiquement avec le Premier ministre en 2019 et, depuis, se positionne comme un adversaire acharné.

Liberman rejoindra le cabinet de sécurité – mais pas le cabinet de guerre restreint – et un deuxième membre de Yisrael Beytenu rejoindra le cabinet élargi.

L’arrivée de Liberman au sein du cabinet de sécurité devrait affaiblir l’influence des ministres d’extrême droite Itamar Ben Gvir et Bezalel Smotrich.

Les familles des otages de Gaza accusent le gouvernement de les avoir abandonnés

Des proches d’otages israéliens à Gaza lors d’une conférence de presse, à Tel Aviv, le 14 octobre 2023. (Capture d'écran)
Des proches d’otages israéliens à Gaza lors d’une conférence de presse, à Tel Aviv, le 14 octobre 2023. (Capture d'écran)

Le porte-parole des familles d’Israéliens disparus et retenus captifs à Gaza a fustigé le gouvernement, l’accusant d’avoir abandonné les otages après avoir déclaré qu’il ne s’engagerait pas dans des négociations.

Ronen Tzur, chef du « Quartier général des familles », a déclaré lors d’une conférence de presse à Tel Aviv que, si Israël ne négociait pas avec des ennemis qui veulent détruire Israël – selon la déclaration faite plus tôt par le conseiller à la sécurité nationale Tzachi Hanegbi –, alors le gouvernement abandonnerait, dans les faits, les captifs.

Tzur a indiqué que les familles attendaient des éclaircissements sur la déclaration de Hanegbi.

Les intervenants à la conférence de presse, dont le Dr. Hagai Levine et le diplomate Eviatar Manor, exigent une réponse du gouvernement et de la Croix-Rouge dans les prochaines heures. Levine et Manor ont souligné tous deux la nécessité d’offrir des soins médicaux immédiats aux captifs.

« Il est essentiel que cela soit fait maintenant, ce soir, immédiatement », a déclaré Manor.

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que l’armée avait jusqu’à présent informé les familles de 126 otages que leurs proches étaient détenus dans la bande de Gaza.

Le Hamas et le Jihad islamique affirment détenir 130 otages dans la bande de Gaza, mais certaines sources estiment leur nombre à au moins 200.

Le Hamas a également déclaré que toute négociation sur un échange de prisonniers n’aurait lieu qu’après la fin des combats.

Sondage : 20 % des Danois estiment que les massacres du Hamas sont légitimes

D’après un sondage de l’institut Voxmeter publié vendredi par l’agence Ritzau, 20 % des Danois estiment que les Palestiniens ont le droit de se défendre contre Israël, par exemple avec une attaque comme celle que le groupe terroriste palestinien du Hamas a perpétrée samedi dernier et qui a fait des milliers de victimes et plus d’une centaine d’otages.

41 % sont en désaccord avec cette affirmation.

Autour d’un millier de personnes ont défilé samedi à travers Copenhague – une marche autorisée mais sous surveillance policière une semaine après l’attaque sanglante lancée en Israël par le mouvement islamiste Hamas.

Les participants, dont de nombreuses familles ont défilé brandissant drapeaux palestiniens et des pancartes – portant des slogans tels que « Un génocide est en train de se produire » ou « Arrêtez de tuer des enfants palestiniens innocents » – et scandant « Vive la Palestine » ou « Down USA, down Netanyahu », a constaté une journaliste de l’AFP.

L’armée nomme 14 autres soldats tombés au combat, bilan total de 279 morts militaires

Les funérailles du colonel Jonathan Steinberg, commandant de la brigade Nahal, au cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem, le 8 octobre 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)
Les funérailles du colonel Jonathan Steinberg, commandant de la brigade Nahal, au cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem, le 8 octobre 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)

L’armée israélienne a nommé 14 autres soldats tués lors de combats avec des terroristes palestiniens depuis le 7 octobre, principalement à la frontière avec la bande de Gaza.

Ces noms portent le bilan des soldats tués dans l’opération en cours à 279.

Ces nouveaux noms sont :

Le major (réserviste) Noy Shush, 36 ans, agent de sécurité local, de Beeri

Le capitaine (réserviste) Adi Bahrav Rabinovich, 62 ans, agent de sécurité local, de Netiv Haasara

Le capitaine (réserviste) Yaakov Nadlin, 36 ans, soldat combattant de la Brigade Samaria, d’Or Akiva

L’adjudant (réserviste) Gil Boyum, 55 ans, agent de sécurité local, de Beeri

Le premier sergent (réserviste) Yiftah Gurni, 51 ans, agent de sécurité local, de Beer Milka

Le premier sergent Ibrahim Kharuba, 39 ans, traqueur dans la division de Gaza, de Maghar

Le sergent-chef (réserviste) Shachar Tzemach, 39 ans, un agent de sécurité local, de Beeri

Le sergent-chef (réserviste) Dan Asulin, 38 ans, agent de sécurité local, de Mivtahim

Le sergent-chef (réserviste) Shachaf Bergstein, 33 ans, agent de sécurité local, de Kfar Aza

Le sergent Yam Goldstein Almog, 20 ans, commandant de la Direction des services informatiques, de Kfar Aza

Le sergent Adi Landman, 19 ans, soldat de l’unité 414, de Yokneam Illit

Le caporal Tomer Leibovitz, 19 ans, soldat de la 7e brigade blindée, de Tel Aviv

Le caporal Rotem Kutz, 18 ans, commandant de la Direction des services informatiques, de Kfar Aza

Le caporal Osher Simcha Barzilai, 19 ans, soldat de la division de Gaza, de Mazkeret Batya

Tsahal rapporte qu’un soldat a été tué dans un incident de tir ami en Cisjordanie

L’armée israélienne a rapporté qu’un officier réserviste avait été tué hier par un probable tir ami près du village d’Immatin en Cisjordanie.

Selon l’enquête initiale de Tsahal, les soldats poursuivaient des Palestiniens qui avaient lancé des pierres sur des voitures appartenant à des Israéliens et ouvert le feu sur ce qu’ils pensaient être un Palestinien armé dans une voiture.

Au même moment, un autre groupe de soldats avait été appelé sur les lieux, et l’un d’eux aurait été touché par les tirs.

L’officier, nommé le capitaine (réserviste) Yaakov Nadlin, 36 ans, soldat combattant de la Brigade Samaria d’Or Akiva, a été tué et un autre soldat a été légèrement blessé.

La police militaire a ouvert une enquête sur cet incident.

Des roquettes de Gaza frappent Ashkelon et Bat Yam ; pas de blessés

Les roquettes lancées depuis la bande de Gaza lors du dernier barrage ont causé des dégâts dans la ville d’Ashkelon, au sud, et dans la ville de Bat Yam, au centre d’Israël.

Les services d’incendie et de secours indiquent qu’ils examinent la scène de l’impact d’une roquette entre deux maisons.

Des images de Bat Yam montrent les dégâts causés à un mur près de magasins dans le centre ville.

Aucun blessé n’a été signalé.

 

Paris demande à Israël et à l’Egypte l’ouverture d’un couloir humanitaire

Emmanuel Macron a multiplié samedi les échanges avec des dirigeants étrangers, exhortant notamment l’Égypte et l’Israël à ouvrir un couloir humanitaire à Gaza, via Rafah, pour « l’évacuation de nos compatriotes », a indiqué samedi la présidence française.

« La France multiplie les contacts auprès de tous les acteurs qui ont un rôle à jouer dans l’immédiat: auprès des autorités israéliennes et égyptiennes afin que le terminal de Rafah puisse servir aux opérations humanitaires à Gaza et, notamment, à l’évacuation de nos compatriotes », a indiqué l’Elysée, précisant qu’Emmanuel Macron s’était notamment entretenu ce samedi avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu et le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi.

Israël a retrouvé « des cadavres » d’otages israéliens dans Gaza – armée

Le lieutenant-colonel Peter Lerner (Crédit : capture d’écran Youtube/IDFnadesk)
Le lieutenant-colonel Peter Lerner (Crédit : capture d’écran Youtube/IDFnadesk)

L’armée israélienne a annoncé samedi avoir retrouvé dans la bande de Gaza « des cadavres » d’otages israéliens enlevés par des commandos du Hamas lors de leur attaque du 7 octobre en Israël.

« Nous avons trouvé et localisé dans le périmètre de la bande de Gaza des cadavres d’Israéliens qui avaient été enlevés », a déclaré le lieutenant colonel Peter Lerner, un porte-parole de l’armée israélienne, lors d’un briefing au ministère des Affaires étrangères.

La police israélienne nomme trois autres officiers morts au combat

La police nomme trois autres officiers tués lors de combats avec des terroristes palestiniens dans le sud d’Israël.

La police a dévoilé, au total, le nom de 51 officiers tués dans les combats jusqu’à présent.

Les trois officiers tués sont :

  • Le surintendant Avi Amar, commandant de l’unité Yoav
  • L’inspecteur en chef Dan Ganot, commandant de l’unité de coordination des opérations de maintien de l’ordre
  • Le sergent-chef Sharon Leibovich, patrouilleur au poste d’Ofakim

Selon 2 analystes israéliens, il s’agit d’une bataille régionale orchestrée par l’Iran

Ehud Yaari (Crédit : Autorisation)
Ehud Yaari (Crédit : Autorisation)

Ehud Yaari et Amos Yadlin, deux commentateurs chevronnés du studio d’information de la Douzième chaîne, analysent la stratégie du Hamas et de l’Iran dans la guerre.

Ehud Yaari, analyste de longue date des affaires arabes sur la chaîne de télévision, explique qu’il ne s’agit pas uniquement d’un conflit entre le Hamas et Israël, mais plutôt d’une bataille régionale orchestrée par l’Iran.

L’un des principaux objectifs était d’empêcher l’effort de normalisation entre Israël et l’Arabie saoudite, sous l’égide des États-Unis, et cet objectif est déjà en passe d’être atteint.

Yaari affirme que le Hamas a reçu l’assurance qu’il ne serait pas seul. Bien qu’il ne sache pas si le Hezbollah s’impliquera davantage, il note que « Metula n’a pas été évacuée sans raison », en référence à la fermeture par l’armée de certaines parties de la ville la plus septentrionale d’Israël et au départ de la plupart de ses habitants.

Il fait remarquer que le chef adjoint du Hezbollah a déclaré vendredi que son groupe terroriste était prêt à s’impliquer.

Yaari indique qu’il a vu des milices soutenues par l’Iran en Syrie se diriger vers cette frontière, et des milices soutenues par l’Iran en Irak se diriger vers la Syrie. « Il s’agit d’un événement régional.

Les États-Unis, qui renforcent progressivement leurs effectifs dans la région, cherchent à dissuader les Iraniens.

Le chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, « n’aurait pas attaqué 22 communautés et 11 bases et positions de Tsahal » dans l’unique but de libérer des prisonniers palestiniens des prisons israéliennes », estime Yaari.

Le directeur général de l’Institut des études de sécurité nationale (INSS) Amos Yadlin prenant la parole lors d’une manifestation contre le Premier ministre israélien de l’époque, Benjamin Netanyahu, sur la place Rabin à Tel Aviv, le 14 novembre 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Amos Yadlin, ancien chef des services de renseignement militaire de Tsahal, propose deux théories sur la stratégie iranienne :

La pire des deux théories, dit-il, est que cela fait partie du plan mis en place par les Iraniens contre Israël. Ils ont commencé par semer le trouble en Cisjordanie, incitant Israël à y déployer des forces supplémentaires, et se sont maintenant déplacés à la frontière de Gaza, dans le but de voir Tsahal bloqué à Gaza par une invasion terrestre, avant que le Hezbollah ne s’en mêle.

La seconde théorie est qu’ils ne considèrent pas que le moment est venu de le faire, reconnaissant que l’armée israélienne reste extrêmement forte « bien que nous ayons connu une catastrophe ».

Il affirme que le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, ne veut pas que Beyrouth devienne Gaza et que les États-Unis ont été clairs qu’une pluie de missiles Tomahawk s’abattrait sur Beyrouth si Nasrallah frappait Israël.

Gallant à la base du commandement Nord de Tsahal

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a tenu une évaluation à la base du commandement Nord de Tsahal à Safed plus tôt dans la journée, au milieu d’affrontements répétés à la frontière libanaise cette semaine.

Le bureau de Gallant affirme que le ministre « a mis l’accent sur les efforts de défense déployés par les forces dans la région pour protéger les citoyens et a été informé des opérations menées pour contrecarrer les groupes terroristes et autres cibles terroristes ».

Casques, gilets de céramique : Des dons aux soldats autorisés par le ministère de la Défense

Des Israéliens emballent de la nourriture et d'autres produits de première nécessité pour les soldats et civils israéliens dans le sud, à Tel Aviv, le 9 octobre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des Israéliens emballent de la nourriture et d'autres produits de première nécessité pour les soldats et civils israéliens dans le sud, à Tel Aviv, le 9 octobre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le ministère de la Défense a autorisé le don de milliers d’instruments de protection à destination des soldats de Tsahal.

Cette décision intervient alors que de nombreux soldats se plaignaient du manque d’équipement adéquat lors de la mobilisation de plus de 300 000 réservistes.

Des plaintes similaires ont été formulées par l’armée permanente.

Le ministère affirme avoir approuvé des dons de plus de 50 000 gilets en céramique, 20 000 casques et des dizaines de milliers d’autres articles utilisés pour la protection individuelle, comme des genouillères et des lunettes.

Le bilan monte à 17 Français tués et 15 disparus

Le bilan des ressortissants français tués dans les attaques du Hamas contre Israël s’est encore alourdi avec 17 morts et 15 disparus, a indiqué samedi à l’AFP l’entourage de la ministre française des Affaires étrangères, qui vient d’arriver à Tel-Aviv.

Les personnes décédées ont été identifiées parmi les victimes des attaques, a-t-on indiqué, précisant que Catherine Colonna allait rencontrer dimanche des familles françaises qui sont sans nouvelle de leurs proches.

La France appelle les Libanais et le Hezbollah à « rester à l’écart du conflit »

Les Libanais et le groupe terroriste pro-iranien Hezbollah doivent « rester à l’écart du conflit » entre Israël et le Hamas, alors que la France juge « très préoccupante » la situation tendue à la frontière entre le Liban et Israël, a déclaré samedi la présidence française.

Le Hezbollah et les Libanais doivent « impérativement faire preuve de retenue pour éviter d’ouvrir un deuxième front dans la région », « dont la première victime sera le Liban », a souligné l’Elysée lors d’un briefing avec la presse.

Le Hezbollah a annoncé samedi avoir ciblé des positions israéliennes dans une zone frontalière contestée.

Dans un communiqué, le Hezbollah pro-iranien a indiqué avoir attaqué des « positions sionistes dans les fermes libanaises occupées de Chebaa avec des missiles guidés et obus de mortier », en référence au mont Dov.

189 actes antisémites en France depuis le début des massacres du Hamas

Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin, à Paris, le 14 novembre 2022. (Crédit : Thomas SAMSON / POOL / AFP)
Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin, à Paris, le 14 novembre 2022. (Crédit : Thomas SAMSON / POOL / AFP)

Le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin a affirmé samedi qu’il y avait eu 189 actes antisémites recensés sur le territoire français depuis l’attaque d’Israël par le Hamas samedi dernier.

« 189 actes antisémites sont relevés depuis samedi dernier et également 2 449 signalements à la plateforme Pharos en lien avec l’apologie du terrorisme ou des propos antisémites sur internet », a déclaré M. Darmanin lors d’une conférence de presse au ministère de l’Intérieur.

Netanyahu visite pour la première fois les lieux de l’assaut du Hamas

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'adressant à des officiers de Tsahal dans l'une des communautés touchées par l'attaque meurtrière du Hamas, le 14 octobre 2023 (Crédit : Avi Ohayon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'adressant à des officiers de Tsahal dans l'une des communautés touchées par l'attaque meurtrière du Hamas, le 14 octobre 2023 (Crédit : Avi Ohayon/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a visité le kibboutz Beeri et le kibboutz Kfar Azza, deux des communautés frontalières de Gaza les plus touchées par l’attaque sanglante du groupe terroriste palestinien du Hamas la semaine dernière, annonce son bureau une fois qu’il a quitté la région.

Un bref communiqué indique que Netanyahu « a marché entre les ruines des maisons où ces terribles massacres ont eu lieu ».

Le Premier ministre a été informé par les officiers de Tsahal présents sur place, notamment par le chef du bataillon de parachutistes.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’adressant à des officiers israéliens dans l’une des communautés touchées par l’attaque meurtrière du Hamas, le 14 octobre 2023. (Crédit : Avi Ohayon/GPO)

Cette visite était la première de Netanyahu sur les lieux, plus d’une semaine après les massacres qui ont coûté la vie à plus de 1 400 Israéliens, pour la plupart des civils, lorsque des hordes de terroristes du Hamas ont franchi la frontière.

Netanyahu est de plus en plus critiqué pour ne pas s’être rendu sur les lieux, ni avoir assisté aux funérailles ni rendu visite aux blessés.

Les efforts israéliens d’évacuation des civils de Gaza sont un crime de guerre – OLP

Le secrétaire général du comité exécutif de l'OLP, Hussein al-Cheikh, accordant une interview à l'Associated Press dans son bureau de Ramallah, le 13 juin 2022. (Crédit : Nasser Nasser/AP Photo)
Le secrétaire général du comité exécutif de l'OLP, Hussein al-Cheikh, accordant une interview à l'Associated Press dans son bureau de Ramallah, le 13 juin 2022. (Crédit : Nasser Nasser/AP Photo)

Le secrétaire-général du comité exécutif de l’OLP, Hussein al-Sheikh, a indiqué que l’appel lancé par Israël aux résidents du nord de Gaza, avant une incursion terrestre attendue, était « un crime de guerre ».

Dans un communiqué, il a indiqué que « les dirigeants palestiniens rejettent totalement les tentatives israéliennes qui visent à déplacer les citoyens de la bande de Gaza, ils considèrent cela comme un crime de guerre qui vient se rajouter à la série des crimes de guerre d’ores et déjà commis par Israël et ils appellent la communauté internationale à intervenir pour mettre un terme à cette guerre génocidaire dans la bande de Gaza. »

Les dirigeants du Hamas utilisent les civils comme bouclier humains pour leur réseau terroriste – comme l’a rappelé la chef de la diplomatie allemande.

Hanegbi : Israël reconnaît des « erreurs » de ses services de renseignement

Tzachi Hanegbi à une conférence de presse le 14 octobre 2023 (Crédit : capture d'écran)
Tzachi Hanegbi à une conférence de presse le 14 octobre 2023 (Crédit : capture d'écran)

Le conseiller à la sécurité nationale du gouvernement israélien a reconnu samedi des « erreurs » des services de renseignement en amont des attaques sanglantes perpétrées par surprise le 7 octobre par des terroristes palestiniens du Hamas en Israël.

« C’est mon erreur, et cela reflète les erreurs de tous ceux qui réalisent les évaluations » dans les services de renseignement, a déclaré lors d’un point presse Tzachi Hanegbi, qui avait récemment indiqué ne pouvoir prédire d’attaques du Hamas.

« Nous pensions vraiment que le Hamas avait retenu la leçon » de sa dernière guerre majeure contre Israël, en 2021, a-t-il ajouté.

Risque terroriste : l’Italie envisage d’annuler la fête annuelle de ses forces armées

L’Italie envisage d’annuler cette année, en raison du risque terroriste, la fête de ses forces armées qui a lieu traditionnellement le 4 novembre à Rome, a indiqué samedi le ministre italien de la Défense.

Guido Crosetto n’a pas évoqué de menace précise mais dans le contexte du conflit entre le groupe terroriste palestinien du Hamas et Israël et après l’assassinat d’un enseignant par un jeune homme radicalisé vendredi en France, il dit craindre un acte isolé.

« Je pense à annuler la fête des Forces armées qui se tient le 4 novembre, parce que je pense qu’il n’est pas utile d’augmenter les facteurs de risque, ce n’est pas une manifestation ordinaire », a-t-il dit en marge d’un déplacement à Florence.

« Pourquoi dois-je risquer d’offrir une estrade à un déséquilibré ou un groupe de déséquilibrés qui veulent mener une action ? J’ai l’obligation de penser au pire », a justifié le ministre.

« Malheureusement nous avons vu récemment des événements qui ne doivent rien à des organisations criminelles, qui auraient planifié une action pendant des années, mais à un fou qui sort de chez lui armé d’un couteau », a encore expliqué M. Crosetto dans une allusion à l’assassinat d’un professeur de français poignardé à mort vendredi par un ancien élève radicalisé devant un collège-lycée d’Arras (nord de la France).

La colère contre Netanyahu monte lors d’un rassemblement en solidarité avec les otages

Monica Levy avec un panneau disant "Démissionnez" lors d'un rassemblement en solidarité avec les otages enlevés par le Hamas, à Tel Aviv, le 14 octobre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)
Monica Levy avec un panneau disant "Démissionnez" lors d'un rassemblement en solidarité avec les otages enlevés par le Hamas, à Tel Aviv, le 14 octobre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)

La colère a monté lors d’un rassemblement en solidarité avec les otages capturés par le Hamas, avec une attention particulière qui s’est tournée vers le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Monica Levy, qui est une survivante du terrorisme mais qui a perdu une membre de sa famille, Mapal Adam, 25 ans, lors du massacre commis par le Hamas, samedi dernier, a déclaré que Netanyahu et son gouvernement s’intéressaient davantage à leur survie qu’à la gouvernance.

« Je veux que Benjamin Netanyahu et tous les siens retournent chez eux parce qu’ils ont abandonné les résidents du sud, que la vie des résidents, là-bas, ne les intéresse pas et qu’ils sont, à la place, obsédés par la politique politicienne, » a déploré Levy, 62 ans, qui est originaire de Tel Aviv.

« Il veut se sauver lui-même et il est prêt à nous sacrifier tous pour ça », a-t-elle ajouté.

Levy est une survivante de l’explosion à la bombe survenue sur la ligne 5, dans un bus, à Tel Aviv et la fille de son cousin, Adam, a été tuée lors de la rave organisée aux abords du kibboutz Reim, où le Hamas a tué 260 Israéliens.

Les manifestants ont entonné les slogans « En prison, Bibi », et « Va-t-en », affichant leur soutien aux familles des Israéliens tués et gardés en captivité par le Hamas.

Dans la foule, des panneaux disaient : « Bibi, tu as du sang sur les mains », « Nous avons été abandonnés », « Faites revenir les otages immédiatement » et « il n’y a plus de confiance, pars ».

Un manifestant pro-Netanyahu, qui était seul, a fait part de son soutien du gouvernement, s’adressant à voix forte à la foule. Il a rapidement été séparé des autres protestataires par la police.

Israël dit finaliser les préparatifs en vue d’une « attaque aérienne, maritime et terrestre »

L’armée israélienne est actuellement en train de finaliser les préparatifs d’une « importante opération terrestre » dans la bande de Gaza.

Dans un communiqué, Tsahal indique qu’elle se prépare à « étendre l’offensive » en mettant en œuvre un « large éventail de plans opérationnels offensifs » qui, selon elle, comprennent une « attaque conjointe et coordonnée depuis l’air, la mer et la terre ».

Tsahal indique qu’elle est en train de finaliser le recrutement de centaines de milliers de réservistes, tandis que la direction de la logistique s’efforce de fournir aux troupes tout l’équipement dont elles auront besoin pour l’offensive terrestre.

« Ces derniers jours, les outils nécessaires au combat ont été transférés dans les zones d’assemblage, et à ce stade, les différentes unités de la direction technologique et logistique s’efforcent d’achever la qualification des outils et de les équiper de moyens de combat avancés, selon les besoins », indique Tsahal.

« Les bataillons et les soldats de Tsahal sont déployés dans tout le pays et sont prêts à améliorer leur niveau de préparation pour les prochaines étapes de la guerre, en mettant l’accent sur une opération terrestre importante », ajoute l’armée.

L’armée devrait lancer une invasion terrestre dans la bande de Gaza, mais son ampleur et le moment où elle sera menée pourraient être influencés par des considérations opérationnelles, notamment l’évacuation des civils palestiniens du nord de Gaza et les tensions croissantes à la frontière septentrionale d’Israël.

Gigantesque manifestation anti-israélienne à Londres

Des gens manifestant, avec un énorme drapeau palestinien, à l'occasion d'une "marche pour la Palestine" à Londres, le 14 octobre 2023. (Crédit : Adrian Dennis/AFP)
Des gens manifestant, avec un énorme drapeau palestinien, à l'occasion d'une "marche pour la Palestine" à Londres, le 14 octobre 2023. (Crédit : Adrian Dennis/AFP)

Des milliers de personnes se sont rassemblées, dans le centre de Londres, lors d’une manifestation anti-israélienne suite à des mises en garde de la police, qui a fait savoir que toute personne affichant son soutien au groupe terroriste du Hamas était susceptible d’être arrêtée comme l’exige la loi britannique.

Les participants, qui se sont rassemblés à proximité du siège de la BBC pendant la matinée, ont commencé à défiler dans la capitale britannique avant un rassemblement organisé, cet après-midi, aux abords du Parlement britannique et de Downing Street, résidence et bureau du Premier ministre Rishi Sunak.

Certains ont brandi des drapeaux palestiniens et des panneaux arborant des slogans comme « Liberté pour la Palestine », « Cessez le massacre » et « Des Sanctions pour Israël », alors qu’ils avançaient vers un lieu de rendez-vous où une série de discours seront prononcés.

« Je pense que les gens du monde entier, et pas seulement la Grande-Bretagne, doivent se lever pour demander la fin de cette folie », a estumé Ismail Patel, le président de la campagne « Friend of Al-Aqsa », à l’AFP lors de la manifestation.

« Le cas échéant, nous pourrions bien assister, dans les prochains jours, à une catastrophe », a-t-il prédit.

Avant le mouvement de protestation, la police métropolitaine de Londres avait fait savoir qu’elle allait déployer plus d’un millier d’agents.

La police et le gouvernement ont noté une recrudescence des crimes et des incidents antisémites depuis l’assaut lancé par le Hamas tandis que les forces de l’ordre du Sussex, dans le Sud-Est de l’Angleterre, ont arrêté vendredi une jeune femme de 22 ans soupçonnée d’avoir tenu des propos en soutien au Hamas.

Organisation terroriste interdite en Grande-Bretagne, les membres du Hamas – ou ceux qui invitent à soutenir le groupe terroriste – risquent une peine de prison allant jusqu’à 14 ans, selon la loi du Royaume-Uni.

La police a indiqué, cette semaine, que les expressions générales de soutien en faveur des Palestiniens, notamment le drapeau palestinien, n’étaient pas des délits passibles de sanction mais elle a répété que soutenir le Hamas était un crime.

Un drone a frappé une cellule anti-char sur la frontière libanaise

Une photo prise depuis la ville libanaise de Marjayoun montre de la fumée d'élever de la zone frontalière disputée du mont Dov, le 14 octobre 2023. (Crédit :  Joseph EID / AFP)
Une photo prise depuis la ville libanaise de Marjayoun montre de la fumée d'élever de la zone frontalière disputée du mont Dov, le 14 octobre 2023. (Crédit : Joseph EID / AFP)

L’armée israélienne a dit avoir mené une frappe au drone contre une cellule terroriste, dans le sud du Liban, qui était soupçonnée de vouloir lancer des attaques aux missiles anti-char de précision contre les troupes déployées dans le secteur.

L’armée a indiqué que la cellule avait été remarquée alors que les soldats ripostaient au lancement de trente mortiers tirés vers les sites militaires israéliens, dans le secteur du mont Dov.

Tsahal n’a pas fourni d’information sur d’éventuelles victimes de ces tirs de mortier.

Alerte à la bombe au château de Versailles, évacuation en cours

Le château de Versailles (Crédit : ToucanWings / CC BY SA 3.0)
Le château de Versailles (Crédit : ToucanWings / CC BY SA 3.0)

Le château de Versailles, en France, est en cours d’évacuation samedi après-midi après une alerte à la bombe, a appris l’AFP de sources policières.

L’alerte à la bombe est passée par un message anonyme sur le site moncommissariat.fr, a précisé à l’AFP une source proche du dossier. Cette même source a indiqué que le monument ne rouvrirait pas aujourd’hui.

La BBC apparemment prise pour cible pour son refus de qualifier le Hamas de terroriste

Les bureaux de la BBC recouverts de peinture rouge. (Capture d'écran : Twitter)
Les bureaux de la BBC recouverts de peinture rouge. (Capture d'écran : Twitter)

Les bureaux de la BBC ont été recouverts de peinture rouge, apparemment pour protester contre le refus de la chaîne de qualifier le Hamas d’organisation terroriste.

La BBC a été très critiquée pour ne pas utiliser le mot « terroriste » pour parler du Hamas qui a tué plus de 1 400 personnes en Israël, en majorité des civils.

La BBC affirme qu’elle tente d’éviter ce mot dans le cadre de ses efforts de « neutralité », même si le Hamas figure sur la liste noire des organisations terroriste en Grande-Bretagne, en Israël, dans l’Union européenne et aux États-Unis. Ses membres – ou les personnes reconnues coupables d’inviter à soutenir l’organisation – risquent d’ailleurs une peine de prison de 14 ans, selon la loi britannique.

Les bureaux de la BBC se situent également à proximité du point de départ d’une manifestation pro-palestinienne qui a lieu actuellement à Londres.

Washington autorise le départ des familles de diplomates et de certains employés

Le site de l'ambassade américaine sur la route de Hébron, à Jérusalem. (Autorisation)
Le site de l'ambassade américaine sur la route de Hébron, à Jérusalem. (Autorisation)

Le département d’État américain a autorisé le départ des membres des familles des diplomates et des travailleurs non-essentiels d’Israël dans un contexte de guerre avec Gaza, tout en indiquant que l’ambassade restera ouverte.

« Le département d’État n’a pas de plus grande priorité que la sûreté et la sécurité des citoyens américains à l’étranger et notamment des personnels du gouvernement américain stationnés à l’étranger », a dit un porte-parole de la mission.

« L’ambassade reste ouverte. Nous restons engagés au plus haut niveau au point de vue diplomatique et cela continuera », a ajouté le porte-parole.

Blinken demande à la Chine d’user de son « influence » au Moyen-Orient

Wang Yi (Crédit : capture d'écran YouTube)
Wang Yi (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, a appelé samedi la Chine, partenaire de l’Iran, à user de son influence pour apaiser la situation au Moyen Orient.

Le chef de la diplomatie américaine, qui était en visite en Arabie saoudite, a eu un appel « productif » d’une heure avec son homologue chinois, Wang Yi, a affirmé le porte-parole du département d’Etat, Matthew Miller.

Yi a lui déclaré samedi que Washington devait « jouer un rôle constructif et responsable » dans le conflit entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, lors d’une conversation téléphonique avec son homologue américain Antony Blinken.

« Les Etats-Unis doivent concrètement jouer un rôle constructif et responsable, en remettant sur la table la question d’un règlement politique dès que possible », a dit Yi à Blinken, selon un communiqué du ministère chinois des Affaires étrangères.

Neuf otages seraient morts dans les raids israéliens depuis 24 heures – Hamas

Des affiches montrant les personnes prises en otage par les terroristes de Gaza collées au mur, aux abords du ministère de la Défense à Tel Aviv, le 14 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/FLASH90)
Des affiches montrant les personnes prises en otage par les terroristes de Gaza collées au mur, aux abords du ministère de la Défense à Tel Aviv, le 14 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/FLASH90)

L’aile armée du groupe terroriste du Hamas a annoncé que neuf otages, dont quatre étrangers, avaient été tués au cours des dernières vingt-quatre heures suite aux bombardements, par Israël, de la bande de Gaza.

Les brigades al-Qassam ont ajouté que les otages sont morts lorsque l’armée israélienne a frappé les sites où ils se trouvaient en détention.

Le groupe terroriste avait déclaré, hier, que 13 otages qu’il gardait en captivité avaient été tués dans ces bombardements – ce qui élève le bilan total d’otages ayant perdu la vie à 22.

Ces affirmations n’ont pas pu être vérifiées de façon indépendante. Israël a estimé, dans le passé, que des affirmations similaires n’étaient que des tentatives de propagande, disant détenir ses propres informations.

Les terroristes du Hamas qui avaient lancé une attaque sans précédent contre les communautés frontalières de Gaza avaient pris, selon les estimations, 150 à 200 personnes en otage pendant leur assaut meurtrier et brutal contre Israël, samedi dernier.

Plusieurs personnes retenues en captivité sont âgées. Des enfants figurent parmi elles.

10 millions de shekels alloués pour aider les communautés frontalières

Une maison brûlée, après l'assaut meurtrier du Hamas, au kibboutz Beeri, le 11 octobre 2023. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)
Une maison brûlée, après l'assaut meurtrier du Hamas, au kibboutz Beeri, le 11 octobre 2023. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)

Le ministère de la Défense a établi une agence d’aide chargée de la remise en état et de la reconstruction des communautés frontalières de Gaza qui ont été dévastées dans l’assaut du Hamas, la semaine dernière.

Le directeur-général du ministère, Eyal Zamir, a alloué une somme initiale de dix millions de shekels en assistance immédiate.

Une assistance qui servira à gérer la question de l’électricité, du gaz et des infrastructures liées à l’eau et à enlever les décombres des maisons détruites. Une opération de nettoyage sera aussi faite dans le sillage des massacres.

Un travail qui sera effectué en coopération totale avec ces communautés, a indiqué le ministère.

Zamir a aussi décidé que les travaux commenceraient immédiatement, sans attendre la fin de la guerre.

Le Hezbollah confirme des attaques au mortier et des tirs de missiles guidés antichar

Des soldats israéliens gardent un point de contrôle près de la frontière avec le Liban, le samedi 14 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Petros Giannakouris)
Des soldats israéliens gardent un point de contrôle près de la frontière avec le Liban, le samedi 14 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Petros Giannakouris)

Le groupe terroriste Hezbollah revendique une attaque au mortier contre des sites militaires israéliens dans la région du Mont Dov, à la frontière libanaise.

Dans un communiqué, le Hezbollah affirme avoir lancé des mortiers et des missiles guidés antichar sur ces sites.

L’armée israélienne affirme qu’elle riposte contre la source de l’incendie au Liban.

Lapid se rend à Sderot après une réunion sécuritaire

Le chef de l'opposition et leader du parti Yesh Atid, Yaïr Lapid, s'exprimant lors d'une conférence de presse à la Knesset, à Jérusalem, le 12 octobre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le chef de l'opposition et leader du parti Yesh Atid, Yaïr Lapid, s'exprimant lors d'une conférence de presse à la Knesset, à Jérusalem, le 12 octobre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le leader de l’opposition, Yair Lapid, a été informé de l’évolution de la situation sécuritaire par Avi Gil, le secrétaire militaire du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a fait savoir le bureau de Lapid.

Lapid a aussi visité la ville de Sderot, une localité durement touchée située à la frontière avec Gaza, et il s’est entretenu de l’évacuation prévue des civils avec le maire Alon Davidi.

« Je suis venu à Sderot pour embrasser les résidents et pour parler avec le maire et avec la population, pour voir comment nous pouvons apporter notre aide d’une manière ou d’une autre », a dit Lapid.

« Nous resterons tous ensemble, unis, jusqu’à ce que nous en ayons fini avec le Hamas et que nous puissions assurer une vie tranquille pour les résidents de Sderot et des communautés frontalières de Gaza », a-t-il ajouté.

Le musée du Louvre annonce être fermé samedi « pour raisons de sécurité »

Le Louvre à Paris, le musée le plus visité au monde, a fermé ses portés pour la deuxième journée d'affilée le 2 mars 2020, après que le personnel a refusé de travailler à cause des craintes suscitées par le coronavirus, a déclaré un syndicat. (Photo par Ludovic Marin / AFP)
Le Louvre à Paris, le musée le plus visité au monde, a fermé ses portés pour la deuxième journée d'affilée le 2 mars 2020, après que le personnel a refusé de travailler à cause des craintes suscitées par le coronavirus, a déclaré un syndicat. (Photo par Ludovic Marin / AFP)

Le musée du Louvre à Paris, le plus grand du monde, a exceptionnellement fermé samedi à la mi-journée « pour raisons de sécurité », alors que la France est en alerte « urgence attentat » au lendemain d’une attaque islamiste à Arras, a-t-il annoncé.

« Le Louvre a reçu un message écrit faisant état d’un risque pour le musée et pour ses visiteurs », a précisé une porte-parole à l’AFP, après l’annonce de la fermeture sur le réseau social X (ex-Twitter).

« Nous avons choisi, dans le contexte national actuel de passage en alerte ‘urgence attentat’, de l’évacuer et de le fermer pour la journée, le temps de procéder aux vérifications indispensables », a ajouté cette porte-parole.

La France a décidé vendredi soir de relever le niveau d’alerte Vigipirate au niveau « urgence attentat » -le plus élevé de ce dispositif de sécurité, qui permet la mobilisation exceptionnelle de moyens -, après l’assassinat d’un enseignant, Dominique Bernard, poignardé à mort par un jeune homme radicalisé devant un collège-lycée d’Arras.

Cet acte a été qualifié de « terrorisme islamiste » par le président de la République Emmanuel Macron.

Des images de l’unité navale Snapir dans la matinée de l’assaut diffusées

Capture d'écran d'un soldat de l'unité snapir repoussant les terroristes qui arrivaient par voie maritime sur la côte israélienne lors de l'assaut brutal et meurtrier du Hamas, le 7 octobre 2023. (Capture d'écran : Armée israélienne)
Capture d'écran d'un soldat de l'unité snapir repoussant les terroristes qui arrivaient par voie maritime sur la côte israélienne lors de l'assaut brutal et meurtrier du Hamas, le 7 octobre 2023. (Capture d'écran : Armée israélienne)

De nouvelles images qui ont été diffusées par l’armée israélienne montrent les membres de l’unité Snapir, une unité de la marine israélienne, tuer des terroristes du Hamas qui tentaient d’entrer en Israël depuis la bande de Gaza par voie maritime, dans la matinée du 7 octobre.

Sur la vidéo, des soldats de l’unité affrontent des terroristes qui avaient survécu au naufrage des hors-bords du Hamas, coulés par d’autres navires de la marine appartenant au 916e escadron de patrouille.

L’armée a précisé que les terroristes avaient alors tenté de rejoindre la côte à la nage.

« Les soldats de l’unité Snapir, à leur poursuite, ont ouvert le feu sur les terroristes. Ils ont mis en échec un certain nombre de terroristes au large et ils ont continué à le faire après avoir rejoint la côte », a noté l’armée.

Les familles des otages transmettent des informations médicales à la Croix Rouge

Sharon Lifschitz, à gauche, et Noam Sagi lors d'une conférence de presse des enfants britanniques d'otages israéliens dans un hôtel de Londres, le 12 octobre 2023 (Crédit : Kirsty Wigglesworth/AP)
Sharon Lifschitz, à gauche, et Noam Sagi lors d'une conférence de presse des enfants britanniques d'otages israéliens dans un hôtel de Londres, le 12 octobre 2023 (Crédit : Kirsty Wigglesworth/AP)

Un groupe représentant les familles des portés-disparus et des otages actuellement détenus par le Hamas a indiqué avoir transmis des informations médicales et des médicaments utilisés par leurs être chers au Comité international de la Croix Rouge (CICR).

Hier, le CICR a répété qu’il tentait d’accéder aux 150 otages environ.

« Nous nous tenons aux côtés des personnes qui ont perdu des membres de leur famille ou qui sont fous d’inquiétude au sujet de leurs proches retenus en otage. Nous répétons notre appel en faveur de leur libération immédiate et nous sommes prêts à effectuer des visites humanitaires », a fait savoir le CICR.

Le groupe réunissant les familles a indiqué que cette initiative avait commencé hier soir et que des contacts étaient pris avec les autres familles pour garantir que toutes les informations pertinentes arriveraient à bon port.

Il y aurait des personnes âgées et des enfants parmi les otages.

L’armée a arrêté 280 Palestiniens en Cisjordanie depuis l’assaut du Hamas

Un policier israélien tenant un drapeau palestinien pris aux Palestiniens lors des affrontements qui ont suivi une manifestation de soutien à la bande de Gaza dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 13 octobre 2023. (Majdi Mohammed/AP Photo)
Un policier israélien tenant un drapeau palestinien pris aux Palestiniens lors des affrontements qui ont suivi une manifestation de soutien à la bande de Gaza dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 13 octobre 2023. (Majdi Mohammed/AP Photo)

L’armée israélienne déclare que les troupes ont arrêté 280 Palestiniens recherchés en Cisjordanie, dont 157 affiliés au groupe terroriste palestinien du Hamas, depuis le début des combats le week-end dernier dans le sud d’Israël.

La nuit dernière, 25 terroristes du Hamas ont été arrêtés par Tsahal, dont deux membres importants détenus à Naplouse, selon l’armée.

Il y a eu plusieurs affrontements entre Tsahal et les Palestiniens en Cisjordanie ces derniers jours, et au moins 10 tentatives d’attaques terroristes, selon l’armée.

Selon le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne, au moins 54 Palestiniens de Cisjordanie ont été tués par les forces israéliennes depuis le 7 octobre.

Un jeune homme frappé par une roquette à Abu Ghosh succombe à ses blessures

Majed Ibrahim, 19 ans, a succombé à ses blessures, annonce la presse israélienne.

Le jeune homme avait été grièvement blessé lorsqu’une roquette tirée par des groupes terroristes de Gaza est tombée à Abu Ghosh, près de Jérusalem, en début de semaine.

Appel à la démission de Netanyahu lors d’une manifestation à Tel Aviv

Des Israéliens manifestent aux abords du ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 14 octobre 2023. (Autorisation : Niki Sharir)
Des Israéliens manifestent aux abords du ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 14 octobre 2023. (Autorisation : Niki Sharir)

Une manifestation qui avait été lancée aux abords du ministère de la Défense à Tel Aviv par le parent d’un otage retenu par le Hamas à Gaza a finalement attiré des dizaines de personnes.

Un grand nombre des protestataires ont brandi des panneaux portant les noms et les photos des portés-disparus ou des captifs suite à l’attaque massive qui a été lancée par le groupe terroriste samedi dernier, une attaque qui a fait plus de 1 300 morts – des civils en particulier.

D’autres ont brandi des drapeaux israéliens et des panneaux affirmant que le Premier ministre Benjamin Netanyahu était responsable de l’échec catastrophique à anticiper l’assaut, l’appelant à démissionner.

Des Palestiniens qui lançaient des missiles anti-char frappés par un drone de Tsahal

Des chars israéliens se dirigeant vers la frontière de la bande de Gaza, dans le sud d’Israël, le 13 octobre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)
Des chars israéliens se dirigeant vers la frontière de la bande de Gaza, dans le sud d’Israël, le 13 octobre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)

L’armée israélienne a annoncé une frappe au drone contre une brigade du Hamas qui lançait des missiles de précision anti-char sur la frontière avec la bande de Gaza.

Elle a ajouté que l’attaque avait eu lieu après un tir de missile – qui aurait fait un blessé dans le sud d’Israël.

L’OMS envoie du matériel médical pour Gaza à la frontière égyptienne

Des roquettes tirées de Gaza vers Israël, vu de Rafah, dans le sud de la Bande de Gaza, le 10 octobre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Des roquettes tirées de Gaza vers Israël, vu de Rafah, dans le sud de la Bande de Gaza, le 10 octobre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a indiqué samedi que du matériel médical couvrant les besoins de 300 000 personnes dans la bande de Gaza a été acheminé vers un aéroport égyptien près de l’enclave palestinienne, dans l’attente d’un accès humanitaire.

Selon l’OMS, les équipements pourront être livrés une fois que l’accès humanitaire pourra être établi via le poste-frontière de Rafah à la frontière avec l’Egypte, dans le sud de la bande de Gaza.

Un avion transportant 78 m3 de matériel venant du centre logistique de l’agence onusienne à Dubaï a atterri à l’aéroport égyptien d’El-Arich, a indiqué l’OMS dans un communiqué.

Selon l’agence de presse officielle émiratie WAM, les Emirats arabes unis ont envoyé vendredi un avion transportant de l’aide médicale d’urgence à El-Arich en Egypte, qui doit être acheminée vers Gaza via le poste-frontière de Rafah.

Pas d’infiltration de drones à Gornot HaGalil, à la frontière libanaise

Une alerte à l’infiltration de drones a été écartée dans la communauté de Gornot HaGalil, au nord de la frontière libanaise.

Plus tôt dans la matinée, Tsahal a déclaré avoir intercepté trois drones au-dessus du nord d’Israël.

Il y a également eu plusieurs fausses alertes dans le nord ces derniers jours, au milieu des affrontements entre l’armée israélienne et le Hezbollah et ses alliés palestiniens dans le sud du Liban.

1 blessé lors d’un tir de missile antichar guidé dans la région d’Eshkol

Un missile antichar guidé aurait été tiré depuis la bande de Gaza en direction de la région d’Eshkol, dans le sud d’Israël.

Selon la presse israélienne, il y aurait au moins un blessé.

Le groupe terroriste du Hamas affirme que ses membres ont franchi la barrière frontalière de Gaza près de Khan Younis et qu’ils sont engagés dans des combats avec les forces israéliennes.

Otages : Un diplomate russe espère rencontrer le Hamas la semaine prochaine

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhail Bogdanov. (Crédit: Capture d'écran vidéo)
Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhail Bogdanov. (Crédit: Capture d'écran vidéo)

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères et émissaire du Kremlin pour le Proche-Orient et l’Afrique, Mikhaïl Bogdanov, espère rencontrer des représentants du groupe terroriste palestinien du Hamas au Qatar la semaine prochaine, a rapporté samedi l’agence de presse russe Ria Novosti.

M. Bogdanov a déclaré à l’agence qu’il « n’exclut pas » une rencontre avec le Hamas, en ajoutant : « s’ils sont partants, nous sommes toujours favorables aux contacts, tout particulièrement dans la situation actuelle, (la rencontre) serait utile pour résoudre des questions pratiques, dont la libération d’otages ».

L’armée demande aux Gazaouis d’évacuer : « Nous allons attaquer avec une grande force »

L'artillerie israélienne tirant en direction de l'enclave de la bande de Gaza, depuis un champ près de la ville israélienne de Sderot, le 14 octobre 2023. (Crédit : Thomas Coex/AFP)
L'artillerie israélienne tirant en direction de l'enclave de la bande de Gaza, depuis un champ près de la ville israélienne de Sderot, le 14 octobre 2023. (Crédit : Thomas Coex/AFP)

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que l’armée israélienne se préparait pour les prochaines étapes de la guerre contre les terroristes palestiniens dans la bande de Gaza et a exhorté les Palestiniens dans le nord de l’enclave à évacuer, affirmant qu’Israël allait « attaquer avec une grande force ».

« Nous sommes déployés et fortement préparés pour les prochaines étapes de la guerre », a déclaré Hagari lors d’une conférence de presse.

« Nous préparons les forces, nous revoyons les plans, nous nous préparons sur tous les fronts, au sud, au nord et au centre », ajoute-t-il.

« Nous nous concentrons sur Gaza mais nous sommes largement déployés [à travers le pays], ce qui nous permet d’opérer simultanément dans toutes les arènes », ajoute-t-il.

Hagari indique que des centaines de milliers de civils palestiniens ont évacué le nord de la bande de Gaza vers le sud, après que Tsahal a prévenu qu’elle allait bientôt cibler massivement cette zone.

« Il y a encore des citoyens qui n’ont pas encore évacué. Quiconque choisit de ne pas évacuer se met en danger, lui et sa famille. Nous attaquerons avec force les zones qui ont été évacuées », déclare-t-il.

Hagari affirme que le groupe terroriste palestinien du Hamas tente d’empêcher les civils palestiniens d’évacuer, « parce que les dirigeants du groupe se cachent en dessous d’eux ».

Hossein Amir Abdollahian : L’entrée en guerre du Hezbollah sera un « énorme tremblement de terre » pour Israël

Des partisans du Hezbollah brandissant des drapeaux libanais, palestiniens et de leur groupe, alors qu'ils tiennent des pancartes pro-Gaza lors d'une manifestation pour montrer leur solidarité avec les Palestiniens, dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban, le 13 octobre 2023. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)
Des partisans du Hezbollah brandissant des drapeaux libanais, palestiniens et de leur groupe, alors qu'ils tiennent des pancartes pro-Gaza lors d'une manifestation pour montrer leur solidarité avec les Palestiniens, dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban, le 13 octobre 2023. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)

Le ministre iranien des Affaires étrangères demande à Israël de cesser ses attaques contre Gaza, avertissant que la guerre pourrait s’étendre à d’autres régions du Moyen-Orient si le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah se joignait à la bataille, ce qui ferait subir à Israël « un énorme tremblement de terre ».

Hossein Amir Abdollahian a déclaré aux journalistes à Beyrouth que le Hezbollah libanais avait pris en considération tous les scénarii d’une guerre et qu’Israël devait cesser ses attaques contre Gaza dès que possible.

Amir Abdollahian dit avoir rencontré le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui l’a informé de la situation du groupe terroriste au Liban.

« Je connais les scénarii que le Hezbollah a mis en place », déclare Amir Abdollahian.

« Toute mesure prise par la résistance [nom que se donnent les groupes terroristes islamistes] du Hezbollah provoquera un énorme tremblement de terre dans l’entité sioniste. »

« Je veux avertir les criminels de guerre et ceux qui soutiennent cette entité avant qu’il ne soit trop tard pour arrêter les crimes contre les civils à Gaza, parce qu’il pourrait être trop tard dans quelques heures », ajoute Amir Abdollahian.

Israël affirme avoir tué un chef du Hamas qui a mené l’attaque du 7 octobre

Un chef du mouvement terroriste islamiste Hamas qui a mené l’attaque sanglante contre Israël le 7 octobre, a été tué par l’armée israélienne, a affirmé samedi un porte-parole militaire.

« Un commandant de l’unité ‘Nukhba’ (« élite » en arabe) du Hamas, qui a mené l’attaque contre les localités israéliennes proches de la bande de Gaza le weekend dernier, a été tué dans une attaque aérienne », a indiqué un communiqué du porte-parole militaire israélien.

Accord pour laisser les étrangers sortir de Gaza

L’Égypte, Israël et les États-Unis ont convenu d’autoriser les étrangers se trouvant à Gaza à passer par le poste frontière de Rafah pour entrer en Égypte, a déclaré un haut responsable égyptien.

Le responsable a déclaré qu’Israël avait accepté de s’abstenir de frapper les zones par lesquelles passeraient les étrangers en sortant du territoire palestinien assiégé. Il ajoute que le Qatar a été impliqué dans les négociations et que les participants ont reçu l’approbation des groupes terroristes palestiniens, du Hamas et du Jihad islamique.

Un deuxième responsable du côté égyptien du point de passage de Rafah affirme avoir reçu des « instructions » pour le rouvrir samedi après-midi aux étrangers en provenance de Gaza.

Le premier responsable a déclaré que des négociations étaient toujours en cours pour permettre l’acheminement de l’aide humanitaire à Gaza via le point de passage.

Les deux responsables ont parlé sous couvert d’anonymat car ils n’étaient pas autorisés à informer les médias.

Israël a ordonné une évacuation massive des Palestiniens du nord de la bande de Gaza.

355 Israéliens toujours hospitalisés à la suite de l’assaut du Hamas

Des Israéliens donnant leur sang à l'hôpital Ichilov de Tel Aviv, le 10 octobre 2023. (Crédit : Hôpital Ichilov)
Des Israéliens donnant leur sang à l'hôpital Ichilov de Tel Aviv, le 10 octobre 2023. (Crédit : Hôpital Ichilov)

Dernière mise à jour du ministère de la Santé : à 11 heures samedi matin, 3 526 personnes avaient été transportées dans des hôpitaux du pays pour des blessures subies lors des massacres perpétrés par des terroristes du Hamas à partir de Gaza et des combats qui ont suivi.

355 blessés sont toujours hospitalisés. Parmi eux, 95 sont dans un état grave, 186 dans un état modéré et 74 dans un état léger.

Le diplomate en chef iranien rencontre Nasrallah

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amirabdollahian, lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue libanais Abdallah Bouhabib, à Beyrouth, le 13 octobre 2023. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amirabdollahian, lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue libanais Abdallah Bouhabib, à Beyrouth, le 13 octobre 2023. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amirabdollahian, a déclaré que les groupes terroristes mandatés par Téhéran dans la région sont « pleinement prêts » à répondre à toute action d’Israël.

Le ministre s’exprime à Beyrouth au terme d’une tournée qui l’a conduit en Syrie, en Irak et au Liban, où l’Iran jouit d’une très grande influence et où sont déployés des dizaines de milliers de combattants soutenus par l’Iran.

Amirabdollahian a déclaré samedi aux journalistes à Beyrouth qu’il avait rencontré les dirigeants du Hezbollah, ajoutant que « la résistance [Hezbollah] est en excellente condition et pleinement prête à répondre aux actes criminels de l’entité sioniste ».

Il ajoute que « la résistance décidera si la guerre va s’étendre ou si de nouveaux fronts doivent être ouverts ».

Hassan Nasrallah, chef du groupe terroriste libanais du Hezbollah, lors d’un discours télévisé pour la commémoration chiite d’ Arbaeen, le 17 septembre 2022. (Crédit : Twitter/Capture d’écran)

Lors de sa visite à Beyrouth, Amirabdollahian a rencontré le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah et ils ont discuté de la guerre.

« Nous ferons tout notre possible pour mettre fin aux crimes sionistes à Gaza », a déclaré Amirabdollahian.

Deux terroristes qui tentaient d’entrer en Israël depuis Gaza tués

Vue de la clôture de sécurité le long de la frontière entre Israël et Gaza, le 8 décembre 2021. (Crédit: Flash90)
Vue de la clôture de sécurité le long de la frontière entre Israël et Gaza, le 8 décembre 2021. (Crédit: Flash90)

Deux terroristes palestiniens ont été tués alors qu’ils tentaient d’entrer en Israël depuis la bande de Gaza, dans la nuit de vendredi à samedi, a fait savoir l’armée.

Selon Tsahal, un char a tiré un obus en direction des deux hommes armés à proximité de Nahal Oz, une communauté du sud.

Les noms des victimes du carnage du Hamas en Une d’un journal allemand

Des personnes se rassemblent et allument des bougies à la mémoire des victimes israéliennes de la guerre de Gaza sur le Kikar Dizengoff, à Tel Aviv, le 13 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Des personnes se rassemblent et allument des bougies à la mémoire des victimes israéliennes de la guerre de Gaza sur le Kikar Dizengoff, à Tel Aviv, le 13 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le quotidien allemand Die Welt a mis en Une tous les noms des victimes des massacres commis par le groupe terroriste palestinien du Hamas, samedi dernier.

Une journaliste a toutefois précisé qu’à peu près la moitié des noms avait pu être publiée sur la page, faute de place.

Israël d’accord pour des « zones sécurisées » pour les Palestiniens à Gaza

Des camions transportant du carburant pour la bande de Gaza entrent à Rafah par le point de passage de Kerem Shalom entre Israël et le sud de la bande de Gaza le 16 mars 2014. (AFP Photo/Said Khatib)
Des camions transportant du carburant pour la bande de Gaza entrent à Rafah par le point de passage de Kerem Shalom entre Israël et le sud de la bande de Gaza le 16 mars 2014. (AFP Photo/Said Khatib)

Israël serait d’accord pour la création de « zones sécurisées » pour les Palestiniens à l’intérieur de la bande de Gaza, a déclaré vendredi un haut responsable américain.

« L’une des questions que nous avons abordées lors de nos rencontres de jeudi (à Tel-Aviv) est le besoin d’établir certaines zones sécurisées où les civils pourraient s’installer pour ne pas s’exposer aux opérations de sécurité légitimes d’Israël », a déclaré sous couvert d’anonymat ce responsable, au lendemain de la visite en Israël du secrétaire d’Etat américain, Anthony Blinken.

« Nous nous sommes engagés avec le CICR (Comité international de la Croix-Rouge), avec les agences de secours des Nations unies, à travailler sur les détails de ce à quoi cela pourrait ressembler », a ajouté ce responsable, accompagnant M. Blinken dans sa tournée régionale.

Les Etats-Unis sont également en négociation avec Israël et l’Egypte pour l’ouverture du passage de Rafah pour les étrangers qui souhaitent quitter la bande de Gaza, selon le même responsable américain.

Le seul point de sortie de Gaza côté égyptien est fermé depuis mardi, après avoir été la cible de trois bombardements israéliens en l’espace de 24 heures, la plupart des dégâts ayant été subis du côté palestinien.

« C’est ce qu’on discute avec Israël et nous continuons de discuter de cela avec l’Egypte », a dit le responsable. Il s’agit, selon lui, de « l’ouverture du passage de Rafah devant les citoyens américains et d’autres pays étrangers qui veulent ou doivent quitter » la bande de Gaza, bombardée sans relâche par Israël en représailles à l’attaque du Hamas.

Sirènes à Ashkelon et Tel Aviv suite au barrage de roquettes tiré par le Hamas

Des Israéliens tentent de se protéger alors qu'une sirène retentit pour avertir de l'arrivée de roquettes tirées depuis la bande de Gaza à Rehovot, en Israël, le vendredi 13 octobre 2023. (Crédit : Dor Kedmi/AP)
Des Israéliens tentent de se protéger alors qu'une sirène retentit pour avertir de l'arrivée de roquettes tirées depuis la bande de Gaza à Rehovot, en Israël, le vendredi 13 octobre 2023. (Crédit : Dor Kedmi/AP)

Les sirènes d’alerte aux roquettes ont retenti dans les régions d’Ashkelon et de Tel Aviv suite à un important barrage de roquettes tiré par le Hamas dans la région.

Le Hamas a revendiqué l’attaque.

Selon le service de secours Magen David Adom, aucun impact direct ni blessé n’a été signalé dans l’immédiat, mais des recherches sont en cours.

L’armée israélienne se dit « très désolée » de la mort d’un journaliste au Liban

Issam Abdallah, vidéaste pour l’agence de presse Reuters, prend un selfie alors qu’il travaille à Maras, en Turquie, le 11 février 2023. (Crédit : Issam Abdallah/Reuters via AP)
Issam Abdallah, vidéaste pour l’agence de presse Reuters, prend un selfie alors qu’il travaille à Maras, en Turquie, le 11 février 2023. (Crédit : Issam Abdallah/Reuters via AP)

L’armée israélienne est « très désolée » de la mort d’un journaliste au Liban vendredi soir, a déclaré samedi son porte-parole lors d’un point presse.

« Nous sommes très désolés pour sa mort. Nous enquêtons », a déclaré le lieutenant-colonel Richard Hecht.

Un journaliste de l’agence Reuters a par ailleurs été tué lors d’un bombardement aux abords du village d’Alma el-Chaab, dans le sud du Liban. Plusieurs autres, parmi lesquels deux de l’AFP, ont été blessés lors de ce même incident.

La France en alerte après la mort d’un enseignant dans un attentat islamiste

Des manifestants tiennent une pancarte indiquant « J'enseigne donc je suis » et un portrait du professeur d'histoire Samuel Paty alors qu'ils se rassemblent place de la République à Paris, le 18 octobre 2020, deux jours après avoir été décapité par un agresseur abattu par les policiers. (Crédit : Bertrand GUAY / AFP)
Des manifestants tiennent une pancarte indiquant « J'enseigne donc je suis » et un portrait du professeur d'histoire Samuel Paty alors qu'ils se rassemblent place de la République à Paris, le 18 octobre 2020, deux jours après avoir été décapité par un agresseur abattu par les policiers. (Crédit : Bertrand GUAY / AFP)

La France s’est réveillée samedi en état d’alerte attentat, au lendemain du meurtre d’un professeur de français devant un collège-lycée d’Arras (nord), poignardé à mort par un jeune homme fiché pour radicalisation, un acte qualifié de « terrorisme islamiste » par Emmanuel Macron.

Jusqu’à 7 000 soldats de la force Sentinelle (lutte antiterroriste) vont être déployés sur le territoire « d’ici à lundi soir et jusqu’à nouvel ordre », a annoncé samedi l’Elysée au lendemain de cette attaque survenue à trois jours de la commémoration de l’assassinat de Samuel Paty.

Cet enseignant d’histoire-géographie avait été décapité le 16 octobre 2020, peu après être sorti de son collège en banlieue parisienne, pour avoir montré des caricatures de Mahomet lors de cours sur la liberté d’expression.

L’attaque d’Arras survient aussi dans une « atmosphère extrêmement négative » en raison du conflit entre Israël et le Hamas, a souligné le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, affirmant qu’il existait un « lien entre ce qu’il s’est passé sans doute dans le Proche-Orient et le passage à l’acte » de l’assaillant.

Le bilan alourdi à 24 morts thaïlandais

Le bilan des Thaïlandais tués dans la guerre entre Israël et le Hamas a été porté à 24, a annoncé samedi le Premier ministre Srettha Thavisin alors que les autorités du pays sont sans nouvelles de 16 otages thaïlandais.

« J’ai été informé que trois autres personnes sont mortes, ce qui fait un total de 24 », a déclaré le dirigeant aux journalistes. Deux autres ressortissants thaïlandais ont été blessés, a indiqué le ministère thaïlandais des Affaires étrangères, portant le total à 16.

Environ 30 000 Thaïlandais travaillaient en Israël, principalement comme ouvriers agricoles, selon le ministère du Travail du royaume.

Ryad suspend les discussions sur une éventuelle normalisation avec Israël

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken arrive à Ryad, en Arabie saoudite, le vendredi 13 octobre 2023, et est accueilli par le sous-secrétaire du ministère des Affaires étrangères chargé des Affaires protocolaires, Abdulmajeed Alsmari, après des escales en Jordanie, au Qatar et à Bahreïn le même jour. (Crédit : AP/Jacquelyn Martin, POOL)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken arrive à Ryad, en Arabie saoudite, le vendredi 13 octobre 2023, et est accueilli par le sous-secrétaire du ministère des Affaires étrangères chargé des Affaires protocolaires, Abdulmajeed Alsmari, après des escales en Jordanie, au Qatar et à Bahreïn le même jour. (Crédit : AP/Jacquelyn Martin, POOL)

L’Arabie saoudite a décidé de suspendre les discussions sur une éventuelle normalisation avec Israël, en pleine guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien Hamas, soutenu par l’Iran, a affirmé samedi à l’AFP une source proche du gouvernement saoudien.

Le royaume « a décidé de suspendre les discussions sur une éventuelle normalisation avec Israël et en a informé les responsables américains », a-t-elle indiqué, alors que le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, se trouve actuellement à Ryad dans le cadre d’une tournée régionale.

Plus de 1 300 bâtiments détruits à Gaza – ONU

Plus de 1.300 bâtiments ont été complètement détruits dans la bande de Gaza, a annoncé l’ONU samedi, après une semaine de bombardements intenses par les forces israéliennes suite aux massacres perpétrés par le groupe terroriste palestinien Hamas qui dirige l’enclave.

Le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha) a déclaré que 5 540 maisons « ont été détruites », tandis que près de 3 750 autres ont été tellement endommagées qu’elles sont inhabitables.

Quatre roquettes s’abattent à Sderot sans faire de blessé

Des roquettes tirées vers Israël depuis la bande de Gaza, le 11 octobre 2023(Crédit : Fatima Shbair/AP)
Des roquettes tirées vers Israël depuis la bande de Gaza, le 11 octobre 2023(Crédit : Fatima Shbair/AP)

Quatre roquettes lancées dans le cadre du dernier tir de barrage émanant de la bande de Gaza sont retombées dans la ville de Sderot, à la frontière avec Gaza, entraînant d’importants dégâts, ont indiqué les responsables de la ville.

Aucun blessé n’est à déplorer.

Un projectile s’est abattu sur le toit d’une yeshiva et l’autre sur un institut d’éducation.

Une autre roquette est tombée sur les rails d’une ligne ferroviaire et la quatrième s’est écrasée sur une route.

Une équipe de la Treizième chaine se trouvait à quelques mètres de la roquette qui s’est abattue sur la route et elle est parvenue à trouver un refuge.

Plusieurs terroristes tués lors d’une tentative d’infiltration à partir du Liban

Plusieurs terroristes ont été tués samedi matin lors d’une tentative d’infiltration en Israël à partir du Liban déjouée par l’armée, a annoncé un porte-parole de l’armée israélienne.

« Des soldats de l’armée israélienne ont identifié il y a quelques heures un commando terroriste qui tentait de pénétrer en territoire israélien à partir du Liban. Un drone a pris pour cible ce commando et a tué plusieurs terroristes », a précisé le porte-parole dans un communiqué.

L’armée dit aux résidents de Gaza de quitter le nord de 10 heures à 16 heures

Les Palestiniens fuyant le nord de la bande de Gaza après un avertissement de l'armée israélienne demandant une évacuation sans précédent du nord de l'enclave côtière, le 13 octobre 2023. (Crédit : Hatem Moussa/AP Photo)
Les Palestiniens fuyant le nord de la bande de Gaza après un avertissement de l'armée israélienne demandant une évacuation sans précédent du nord de l'enclave côtière, le 13 octobre 2023. (Crédit : Hatem Moussa/AP Photo)

Dans un message écrit en arabe, l’armée israélienne a demandé aux résidents du nord de la Bande de Gaza de partir pour le sud de l’enclave côtière en utilisant les couloirs d’évacuation, entre dix heures du matin et 16 heures.

« Si vous vous préoccupez de vous et de ceux que vous aimez, partez dans le sud, comme l’instruction vous en a été donnée », a fait savoir l’armée. « Soyez assurés que les leaders du Hamas ont fait attention à eux et qu’ils se réfugient actuellement face aux bombardements dans la région ».

L’armée israélienne a indiqué aux Nations unies que toute la population palestinienne qui se trouve au nord du Wadi Gaza devait aller dans le sud de la bande.

Un message qui laisse entendre que Tsahal pourrait se préparer à lancer une incursion terrestre après une semaine de bombardements aériens intensifs en riposte à l’assaut meurtrier et brutal qui a été lancé par le Hamas, samedi dernier et qui a fait 1 400 Israéliens, en particulier des civils.

Tsahal affirme que le chef des forces aériennes du Hamas a été tué lors d’une frappe nocturne à Gaza

De la fumée s'élevant de la bande de Gaza, vue depuis la ville d'Ashkelon, le 13 octobre 2023. (Crédit : Thomas Coex/AFP)
De la fumée s'élevant de la bande de Gaza, vue depuis la ville d'Ashkelon, le 13 octobre 2023. (Crédit : Thomas Coex/AFP)

L’armée israélienne affirme avoir tué un haut responsable du groupe terroriste du Hamas lors d’une frappe aérienne nocturne dans la bande de Gaza.

La frappe, visant un quartier général à partir duquel le groupe terroriste gérait son activité aérienne, a tué Murad Abu Murad, le chef du dispositif aérien du Hamas, selon Tsahal.

L’armée israélienne affirme qu’Abou Murad « a joué un rôle important dans la direction des terroristes lors du massacre » du week-end dernier, au cours duquel des assaillants sont entrés en Israël depuis les airs à bord de deltaplanes.

Lors de frappes distinctes « généralisées » durant la nuit, Tsahal affirme avoir touché des dizaines de sites appartenant aux forces commando du Hamas, qui ont mené l’infiltration en Israël le 7 octobre.

L’appel d’Israël à évacuer le nord de Gaza en un jour est « totalement impossible » – Borrell

Josep Borrell, haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, participe au dialogue stratégique de haut niveau UE-Chine à la Maison d'hôtes d'État Diaoyutai, à Pékin, le 13 octobre 2023. (Crédit : Pedro Pardo/AFP)
Josep Borrell, haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, participe au dialogue stratégique de haut niveau UE-Chine à la Maison d'hôtes d'État Diaoyutai, à Pékin, le 13 octobre 2023. (Crédit : Pedro Pardo/AFP)

Le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a déclaré que l’avertissement israélien visant à faire évacuer plus d’un million de personnes du nord de Gaza en une seule journée était « totalement impossible à mettre en œuvre ».

Israël a averti les habitants de la région d’évacuer avant une offensive terrestre probable contre le Hamas en représailles à l’attaque la plus meurtrière de l’histoire d’Israël samedi dernier.

« Je dis que, représentant la position officielle de l’Union européenne… [le plan d’évacuation] est totalement, totalement impossible à mettre en œuvre », a déclaré Borrell lors d’une conférence de presse à Pékin au dernier jour d’une visite diplomatique de trois jours en Chine.

« Imaginer que l’on puisse déplacer un million de personnes en 24 heures dans une situation comme celle de Gaza ne peut causer qu’une crise humanitaire », a-t-il ajouté.

Plus de 400 000 Gazaouis fuient leur foyer – ONU

Les Nations unies ont affirmé que plus de 423 000 personnes avaient déjà fui leurs foyers à travers Gaza, avant même que la directive israélienne d’évacuer le nord de la bande de Gaza ne soit adoptée vendredi.

Vendredi à minuit, Tsahal a informé les Nations unies que l’ensemble de la population palestinienne au nord de Wadi Gaza devait se diriger vers le sud de Gaza dans les 24 heures.

Le message indiquait que Tsahal pourrait se préparer à lancer une invasion terrestre après une semaine de bombardements aériens en réponse à l’attaque massive du Hamas samedi dernier.

Les terroristes du Hamas ont tué 1 300 personnes en Israël, dont une majorité de civils.

Un responsable du Hamas : Les dirigeants non militaires « surpris par la date » de l’assaut, « pas des actions »

Le responsable du Hamas, Moussa Abu Marzouk, le 18 septembre 2014. (Crédit : Khalil Hamra/AP)
Le responsable du Hamas, Moussa Abu Marzouk, le 18 septembre 2014. (Crédit : Khalil Hamra/AP)

Moussa Abu Marzouk, membre du bureau politique du Hamas basé à Doha, a affirmé que tous les membres non militaires du groupe terroriste n’avaient aucune connaissance préalable de l’attaque surprise contre Israël le 7 octobre dernier, quand des terroristes se sont infiltrés par voie terrestre, maritime et aérienne en Israël, lançant une attaque dévastatrice qui a tué plus de 1 300 personnes, dont une majorité de civils.

Les terroristes ont également capturé entre 150 et 200 otages et les ont emmenés à Gaza, notamment des bébés, de jeunes enfants, des femmes et des personnes âgées.

« Tous les dirigeants du Hamas qui ne sont pas des combattants ont reçu la nouvelle tôt samedi matin », a-t-il déclaré au New Yorker.

Abu Marzouk affirme que les dirigeants « politiques » ont été « surpris par la date mais pas par les actions ». Les responsables basés au Qatar ont déclaré que la branche militaire du Hamas « est celle qui planifie, exécute, etc, mais elle respecte les politiques générales proposées par notre bureau politique ».

Il dit que le Hamas, qui a juré de détruire Israël, a été surpris par le succès de son attaque dévastatrice tôt le matin et s’attendait à ce que les unités de Tsahal autour de Gaza soient « les divisions les plus fortes et les plus entraînées », avec « beaucoup d’informations et fortifications », et qu’elle recevaient l’assistance « d’officiers du renseignement qui en savent beaucoup sur nos mouvements ».

Il dit que le Hamas « ne s’attendait pas » à cette confusion et à un retrait face à l’infiltration massive.

Abu Marzouk nie également – contre des preuves accablantes, y compris des images postées fièrement par des terroristes – que le Hamas ait tué des civils, mais admet qu’une partie de la violence aveugle pourrait avoir été commise par d’autres terroristes et des civils qui avaient suivi les premiers escadrons terroristes du Hamas lorsqu’ils ont fait exploser la barrière de sécurité.

Concernant les otages, dit-il, « les innocents qui ont été emprisonnés, nous ne les garderons pas ». Il ajoute qu’« il est trop tôt pour parler d’échanges » entre soldats israéliens capturés et prisonniers de sécurité palestiniens dans les prisons israéliennes.

Les dirigeants du Hamas à Gaza ont menacé d’exécuter des otages et de publier ces exécutions en ligne si Israël cible des bâtiments de Gaza sans en avertir au préalable les occupants, comme il l’a fait lors d’opérations précédentes.

Israël a lancé d’intenses frappes aériennes sur Gaza, promettant de « démanteler » le Hamas. Vendredi, les troupes israéliennes sont entrées dans la bande de Gaza lors de « raids localisés » pour débarrasser la zone de terroristes potentiels et localiser les Israéliens portés disparus, ce qui pourrait être un signe précurseur d’une incursion à grande échelle, a indiqué l’armée.

Le ministère de la Santé du Hamas à Gaza a déclaré que quelque 1 900 Palestiniens avaient été tués depuis le début des combats le 7 octobre. Il n’a pas fait de distinction entre les membres des groupes armés et les civils.

Israël a déclaré qu’il ciblait les infrastructures terroristes et toutes les zones où le Hamas opère ou se cache et que les forces israéliennes avaient également tué quelque 1 500 terroristes du Hamas qui se sont infiltrés sur son territoire depuis samedi.

Abu Marzouk a dit au New Yorker que la menace de tuer des otages était « une erreur – nous ne pouvons pas exécuter des otages », et a affirmé que quatre captifs – des soldats israéliens – étaient déjà morts, accusant les frappes israéliennes.

« Que la situation se calme et que les bombardements cessent pour que nous puissions différencier les prisonniers des différentes factions. Ils sont très nombreux. Arrêtons la guerre et cette question pourra être discutée. »

Interrogé sur ce que le Hamas espérait réaliser avec ce massacre meurtrier qui ne ferait qu’entraîner des représailles israéliennes punitives, il a répondu que c’était la première fois que les Palestiniens « traversent les frontières et combattent sur leur terre historique », accusant Israël, les États-Unis, les Européens et tous les autres d’être responsables de l’échec « de la réalisation des droits du peuple palestinien ».

« Israël nous faisait la guerre en dehors de ses frontières, nous tuait et nous emprisonnait. Maintenant, c’est le contraire. Désormais, les futures générations israéliennes sauront qu’elles ne peuvent pas continuer à occuper les Palestiniens – elles ne peuvent pas continuer leurs guerres éternellement. C’est la plus grande réussite », a-t-il dit.

Il affirme que les États arabes continueront probablement à entretenir leurs liens avec Israël et que l’attaque dévastatrice ne ferait probablement que retarder les avancées dans cette direction.

Biden déclare que la crise humanitaire à Gaza est une priorité

Le président américain Joe Biden prononce un discours sur l'énergie propre au terminal maritime de Tioga, le 13 octobre 2023, à Philadelphie. (Crédit : AP/Evan Vucci)
Le président américain Joe Biden prononce un discours sur l'énergie propre au terminal maritime de Tioga, le 13 octobre 2023, à Philadelphie. (Crédit : AP/Evan Vucci)

Le président américain Joe Biden a déclaré que la réponse à la crise humanitaire en cours dans la bande de Gaza était une priorité de son administration.

S’exprimant lors d’un événement à Philadelphie, Biden a évoqué la détérioration de la situation des Palestiniens dans l’enclave palestinienne alors qu’Israël continue de bombarder la bande en représailles aux attaques du week-end dernier.

Biden a déclaré qu’il avait demandé à son équipe de travailler avec les gouvernements d’Israël, d’Égypte, de Jordanie et d’autres pays arabes ainsi que les Nations unies pour accroître l’aide humanitaire aux personnes touchées par la guerre.

« Nous ne pouvons pas perdre de vue le fait que l’écrasante majorité des Palestiniens n’a rien à voir avec le Hamas », a déclaré Biden. « Et ils en souffrent aussi. »

Biden s’en est de nouveau pris au Hamas, affirmant que le groupe terroriste qui contrôle Gaza donnait au groupe terroriste Al-Qaïda « une apparence saine ».

La Russie appelle à un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas à l’ONU

L’ambassadeur de Russie auprès de l’ONU a appelé vendredi à un « cessez-le-feu humanitaire » dans la bande de Gaza et en Israël, tout en accusant les États-Unis d’être responsables du conflit en cours.

Le projet de résolution russe, présenté au Conseil de sécurité et consulté par l’AFP, appelle à un cessez-le-feu « immédiat » et à la libération sécurisée de tous les otages, et « condamne fermement toutes les violences et hostilités dirigées contre les civils et tous les actes de terrorisme ».

Le document ne nomme pas spécifiquement le Hamas, le groupe terroriste qui dirige Gaza et qui a fait irruption samedi à travers la frontière fortement militarisée avec Israël et tué 1 300 personnes, pour la plupart des civils.

Le Hamas, classé comme organisation terroriste par l’Union européenne et les États-Unis, a capturé environ 150 à 200 otages israéliens, étrangers et binationaux lors de l’attaque initiale, a déclaré Israël.

Les États-Unis ont appelé le Conseil de sécurité à condamner les terroristes palestiniens et leur attaque, la plus meurtrière de l’histoire d’Israël.

« Nous sommes convaincus que le Conseil de sécurité doit agir pour mettre fin à l’effusion de sang et relancer les négociations de paix en vue d’établir un État palestinien comme il était censé le faire il y a longtemps », a déclaré l’ambassadeur russe Vassily Nebenzia après la clôture de la réunion du Conseil de sécurité vendredi.

L’envoyé israélien à l’ONU organise un événement pour les otages

L'envoyé israélien auprès de l'ONU, Gilad Erdan, organisant un événement pour les familles des Israéliens retenus en otage à Gaza par le groupe terroriste du Hamas, le 13 octobre 2023. (Crédit : Antony Hatuel)
L'envoyé israélien auprès de l'ONU, Gilad Erdan, organisant un événement pour les familles des Israéliens retenus en otage à Gaza par le groupe terroriste du Hamas, le 13 octobre 2023. (Crédit : Antony Hatuel)

L’ambassadeur d’Israël auprès des Nations unies a organisé une manifestation de solidarité pour les otages détenus par le Hamas à Gaza suite à son attaque en Israël samedi dernier, a indiqué son bureau.

L’événement, organisé avant une réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur la guerre, a mis en avant les familles d’Israéliens et de doubles nationaux capturés lors de l’attaque massive de l’organisation terroriste en Israël la semaine dernière, où plus de 1 300 personnes, en majorité des civils, ont trouvé la mort dans les communautés du sud d’Israël et à festival de musique.

Le groupe terroriste détient entre 150 et 200 otages à Gaza, dont des bébés, des jeunes enfants et des femmes, alors qu’Israël se lance dans des bombardements aériens de représailles et semble se préparer à une incursion terrestre. Israël s’est engagé à démanteler le Hamas.

Une courte vidéo a été projetée lors de l’événement « montrant les atrocités commises par le Hamas sur des civils innocents, notamment des femmes, des enfants et des personnes âgées, et expliquant pourquoi le Hamas est identique à l’EI », a indiqué son bureau.

Les membres des familles des otages Yoni Asher, Alana et Liam Zeitchik, ainsi que le rabbin Burton Visotzky, ont pris la parole lors de la rencontre.

Des représentants de plus d’une vingtaine de pays étaient présents, notamment des États-Unis, d’Ukraine, du Royaume-Uni, de la République tchèque, d’Argentine, de Belgique, de Bulgarie, du Chili, de Chypre, du Danemark, de la République dominicaine, de l’Équateur, d’Estonie, du Gabon, de Grèce, du Guatemala, d’Italie, de Lettonie, de Roumanie, de Pologne, de Serbie et d’autres.

« Pendant des années, l’ONU a fait l’autruche. Alors que les ressources et les fonds affluaient à Gaza et allaient directement dans les coffres du terrorisme du Hamas, l’ONU est restée silencieuse. Alors que le Hamas creusait des tunnels terroristes sous les quartiers résidentiels, l’ONU est restée silencieuse », a déclaré Erdan, selon son bureau.

Il a critiqué l’ONU pour vouloir « minimiser les dommages collatéraux, et qui condamne dans le même temps l’évacuation des civils ».

Après qu’Israël a averti vendredi les habitants du nord de Gaza d’évacuer en prévision d’une éventuelle incursion terrestre ou d’une offensive aérienne renforcée, un porte-parole a déclaré que l’ONU « considère qu’il est impossible qu’un tel mouvement ait lieu sans des conséquences humanitaires dévastatrices » et « appelle vivement pour qu’un tel ordre, s’il est confirmé, soit annulé pour éviter ce qui pourrait transformer ce qui est déjà une tragédie en une situation calamiteuse ».

« Ce que nous entendons tous, ce n’est pas la préoccupation de l’ONU pour les civils. Ce que nous entendons, c’est l’indifférence de l’ONU face au meurtre de 1 300 Israéliens », a déclaré Erdan. « L’ONU indique clairement qu’elle ne veut pas qu’Israël se défende. »

« Le Hamas, le groupe terroriste djihadiste génocidaire, porte l’entière responsabilité de tout ce qui se passe à Gaza », a-t-il ajouté.

« Et si votre enfant – votre bébé – était détenu à Gaza par une organisation djihadiste génocidaire ? Et si c’était vos parents ? Que feriez-vous? Que ferait votre pays ? », a-t-il demandé aux participants.

« Israël est pleinement déterminé à rapatrier les otages et à anéantir les capacités terroristes du Hamas », a-t-il déclaré.

Le chef de l’ONU exhorte Israël à « reconsidérer » l’ordre d’évacuation de Gaza

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'adressant aux médias lors d'une visite au bureau de l'ONU à Nairobi, au Kenya, le 3 mai 2023. (Crédit : Khalil Senosi/AP/Dossier)
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'adressant aux médias lors d'une visite au bureau de l'ONU à Nairobi, au Kenya, le 3 mai 2023. (Crédit : Khalil Senosi/AP/Dossier)

Vendredi, dans une tribune du New York Times, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a exhorté Israël à « reconsidérer » son avertissement aux civils de Gaza, selon lequel ils devraient quitter la partie nord de la bande de Gaza dans les 24 heures.

Le message, diffusé vendredi à minuit, indiquait que Tsahal pourrait se préparer à lancer une invasion terrestre après des jours de bombardements aériens en réponse à l’attaque massive du Hamas de samedi, au cours de laquelle 1 300 personnes ont été tuées en Israël, en majorité des civils.

L’avertissement s’applique au personnel de l’ONU et à ceux hébergés dans les installations de l’ONU dans ces zones, notamment les écoles, les centres de santé et les cliniques, soit plus de 200 000 personnes. Cela s’applique aussi à des centaines de milliers d’enfants : près de la moitié des habitants de Gaza ont moins de 18 ans.

« Les Nations unies considèrent qu’il est impossible qu’un tel mouvement ait lieu sans conséquences humanitaires dévastatrices », a déclaré un porte-parole de l’ONU. « Les Nations unies appellent vivement à ce que tout ordre de ce type, s’il est confirmé, soit annulé pour éviter ce qui pourrait transformer ce qui est déjà une tragédie en une situation calamiteuse. »

Environ 1,1 million de Palestiniens vivent au nord de Wadi Gaza, selon l’ONU.

Israël a également averti l’hôpital Al Awda, dans le nord de la bande de Gaza, d’évacuer avant 6h du matin samedi, a déclaré l’organisation de défense des droits de Médecins Sans Frontières (MSF) dans un communiqué.

Dans son texte, Guterres écrit que les avertissements sont « dangereux et profondément troublants » et affirme que « toute demande d’évacuation massive dans un délai extrêmement court pourrait avoir des conséquences humanitaires dévastatrices ».

L’ordonnance, dit-il, s’applique à « environ 1,1 million de personnes ». Elle s’applique à un territoire déjà assiégé, sous bombardements aériens et sans carburant, sans électricité, sans eau et sans nourriture. Les routes et les infrastructures ont aussi subi des dommages critiques au cours de la semaine écoulée, rendant l’évacuation presque impossible en premier lieu.

« En tant que secrétaire général des Nations unies, j’appelle les autorités israéliennes à reconsidérer leur décision, écrit-il.

« Nous sommes à l’approche d’un moment d’escalade calamiteuse et nous nous trouvons à un carrefour critique. Il est impératif que toutes les parties – et ceux qui ont de l’influence sur elles – fassent tout leur possible pour éviter de nouvelles violences ou un débordement du conflit en Cisjordanie et dans la région au sens large », écrit Guterres – une référence probable à Washington qui a donné à Israël tout son soutien au lendemain du massacre du Hamas.

Plus tôt vendredi, la Maison Blanche a déclaré que l’avertissement israélien représentait un « défi de taille », ajoutant que les États-Unis comprenaient qu’Israël essayait de donner aux civils un « avertissement équitable ».

« Nous comprenons ce qu’ils essaient de faire. Ils tentent de mettre les civils hors de danger », a déclaré à CNN le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, John Kirby. « Maintenant, c’est un défi de taille. C’est un million d’habitants et c’est un environnement très urbain et dense. C’est déjà une zone de combat. Je ne pense donc pas que quiconque sous-estime le défi que représente ici cette évacuation. »

Guterres, dans son texte, exprime : « Nous avons besoin de toute urgence d’un moyen de sortir de cette impasse désastreuse avant que d’autres vies ne soient perdues. »

Il affirme que « tous les otages de Gaza doivent être libérés » et que « les civils ne doivent pas être utilisés comme boucliers humains », et que l’ONU et ses partenaires « ont besoin dès maintenant d’un accès humanitaire rapide et sans entrave dans tout Gaza ».

« L’aide humanitaire, notamment le carburant, la nourriture et l’eau, doit pouvoir entrer », insiste-t-il.

Il condamne les « attaques odieuses du Hamas et d’autres qui ont terrorisé Israël » et affirme que « les griefs ressentis par le peuple palestinien ne justifient pas la terreur déclenchée contre les civils en Israël ».

Il se dit « horrifié d’entendre le langage du génocide entrer dans le discours public. Les gens perdent de vue l’humanité de chacun ».

Blinken arrive en Arabie saoudite et poursuit ses efforts diplomatiques

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken est arrivé en Arabie saoudite, alors qu’il poursuit son voyage diplomatique dans différents pays du Moyen-Orient pour discuter de la guerre en cours à Gaza.

L’administration Biden s’engage de manière agressive avec ses alliés du Moyen-Orient afin de monter une coalition contre le Hamas, empêcher d’autres acteurs de se joindre à la guerre contre Israël et tenter d’obtenir la libération des otages de Gaza.

Au cours de la dernière journée et demie, Blinken s’est rendu en Israël, en Jordanie, au Qatar et à Bahreïn.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.