Trump maintient son avance en Floride
Rechercher
Dernière info: Nouveau liveblog pour suivre cette élection

Trump en tête dans une élection serrée

Les résultats de beaucoup d'états sont encore trop serrés pour être annoncés ; les marchés boursiers sont en baisse

  • Des électeurs votent pour l'élection présidentielle américaine au centre communautaire juif d'East Midwood, à Brooklyn, le 8 novembre 2016. (Crédit : AFP/Angela Weiss)
    Des électeurs votent pour l'élection présidentielle américaine au centre communautaire juif d'East Midwood, à Brooklyn, le 8 novembre 2016. (Crédit : AFP/Angela Weiss)
  • Israel Jacobowitz offre des shots aux partisans de Trump dans un bar de Jérusalem, le 9 novembre 2016. (Crédit : Melanie Lidman/ Times of Israel)
    Israel Jacobowitz offre des shots aux partisans de Trump dans un bar de Jérusalem, le 9 novembre 2016. (Crédit : Melanie Lidman/ Times of Israel)
  • Carol Minor explose pendant la soirée électorale du candidat républicain Donald Trump à New York, le 8 novembre 2016. (Crédit : AFP/Chip Somodevilla/Getty Images)
    Carol Minor explose pendant la soirée électorale du candidat républicain Donald Trump à New York, le 8 novembre 2016. (Crédit : AFP/Chip Somodevilla/Getty Images)
  • Les démocrates de Tel Aviv regardent la soirée électorale à l'Abraham Hostel, le 9 novembre 2016. (Crédit : Judah Ari Gross/ Times of Israel)
    Les démocrates de Tel Aviv regardent la soirée électorale à l'Abraham Hostel, le 9 novembre 2016. (Crédit : Judah Ari Gross/ Times of Israel)
  • Le candidat républicain à l'élection présidentielle américaine Donald Trump vote avec son gendre Jared Kushner dans une école publique de New York, le 8 novembre 2016. (Crédit : AFP/Chip Somodevilla/Getty Images)
    Le candidat républicain à l'élection présidentielle américaine Donald Trump vote avec son gendre Jared Kushner dans une école publique de New York, le 8 novembre 2016. (Crédit : AFP/Chip Somodevilla/Getty Images)

Les Américains votent également pour le Congrès et divers référendums locaux.

Donald Trump a choisi le grand hôtel Midtown relativement banal sur la 6e Avenue. Hillary Clinton a loué l’immense centre de conférences Javits, sur les bords de la rivière Hudson, au célèbre plafond de verre, qu’elle espère crever en devenant première présidente des Etats-Unis.

« D’une façon ou d’une autre, ce sera le chaos. Qu’il perde ou qu’il gagne », souffle d’une voix douce Mark, un employé qui balaie devant l’hôtel. « D’autant qu’il n’est pas du genre à avoir la défaite gracieuse ».

« Je suis une fan d’Hillary de la première heure, ça fait huit ans que j’attends ce moment », dit Patricia venue du New Jersey.

Micki Gibson fait une pause sous les panneaux lumineux géants de Times Square, après être venue voir le marathon avec ses enfants adultes. Tous les cinq vont rentrer chez eux juste à temps pour aller voter.

« Chez nous en Caroline du Sud, dit-elle, on est tous républicains et on vote tous pour Trump, même si on n’aime pas beaucoup son attitude, on n’a pas trop le choix. Il est imprévisible et ne sait pas tenir sa langue…Mais je suis très impressionnée par (son colistier) Mike Pence, lui devrait être président un jour ! »

Le Times of Israel suit pour vous les élections.

L’OSCE juge « gratuites » les accusations de Trump sur un éventuel trucage du scrutin

La coordinatrice de la mission d’observation de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe pour la présidentielle américaine, Christine Muttonen, a déploré mardi les propos du candidat républicain Donald Trump sur un éventuel trucage de l’élection présidentielle américaine, les qualifiant de « spéculations gratuites ».

« De telles spéculations gratuites sont très néfastes pour la politique » et contribuent à ce que les électeurs se « détournent » de celle-ci, a estimé Mme Muttonen sur l’antenne de la radio publique autrichienne Oe1.

« La démocratie est toujours affaiblie par les propos et les spéculations injustes, véhémentes et très polémiques » de ce type, a ajouté l’experte autrichienne.

L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), dont le rôle est notamment de s’assurer du bon déroulement des élections dans ses pays membres, a annoncé mardi avoir dépêché 300 observateurs provenant de 43 pays membres pour le scrutin présidentiel américain.

Le nombre d’observateurs de l’OSCE, qui n’avaient été que de 57 lors de la précédente présidentielle en 2012, a été plus que quintuplé en raison du « très grand intérêt » que suscite le scrutin parmi les pays membres, a relevé Mme Muttonen.

Christine Muttonen (Crédit : OSCE/Flicker)
Christine Muttonen (Crédit : OSCE/Flicker)

– AFP

L’impact d’une présidence Trump sur Israël

Si le candidat républicain gagne, ses proches conseillers affirment qu’il déplacera l’ambassade américaine à Jérusalem, ne dira pas à Israël où il ne doit pas construire en Cisjordanie, et ne ferait peut-être pas pression pour une solution à deux états ; il honorerait également avec prudence l’accord iranien… pour l’instant

Pour lire l’article passionnant d’Eric Cortellessa

Voter depuis l’espace, c’est possible ! L’Américain Shane Kimbrough l’a fait

Le seul astronaute américain actuellement dans l’espace Shane Kimbrough a voté pour l’élection présidentielle de mardi depuis la Station spatiale internationale (ISS), a indiqué lundi la Nasa.

Il est arrivé à l’avant-poste orbital le 19 octobre à bord d’un vaisseau spatial russe Soyouz pour une mission de plusieurs mois.

Shane Kimbrough n’a pas indiqué pour qui il avait voté.

Les astronautes américains peuvent exercer leur droit électoral depuis l’espace en vertu d’une loi de 1997 adoptée au Texas, où la plupart résident. Le centre spatial Johnson de la Nasa se trouve à Houston.

Le premier Américain à avoir voté depuis l’orbite terrestre était David Wolf, qui se trouvait alors à bord de l’ancienne station spatiale russe Mir.

Pour pouvoir voter depuis l’espace, les astronautes doivent entamer des démarches un an avant le lancement en choisissant les scrutins (local, de l’Etat et fédéral) auxquels ils souhaitent participer quand ils seront sur orbite.

Six mois avant l’élection, ils reçoivent un formulaire d’inscription pour voter par correspondance, dans ce cas via internet.

– AFP

A voir : Les comiques juifs américains s’unissent contre Trump

Rachel Bloom, Daveed Diggs et Amy Schumer ont publié des vidéos exhortant les jeunes à aller voter pour Hillary Clinton.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

L’équipe de Clinton se fige pour appeler au vote

Qui a dit que les candidats à l’élection présidentielle et leur entourage ne pouvaient pas rire le jour de l’élection ?

Hillary Clinton publie sur Twitter une amusante vidéo pour rappeler aux citoyens d’aller voter.

Sous le slogan : « Ne restez pas figés. Votez aujourd’hui », la caméra filme l’équipe et les proches de Clinton, dont son mari, l’ancien président Bill Clinton. Tous sont figés. Quand la caméra arrive sur Hillary, tout le monde bouge à nouveau et rit.

Pas un mauvais moyen d’évacuer les tensions de ce qui est probablement l’une des journées les plus éprouvantes de la vie d’un candidat.

Hillary Clinton a voté

La candidate démocrate à la présidentielle Hillary Clinton a voté mardi peu après 08H00 du matin (13H00 GMT) dans une école élémentaire près de son domicile de Chappaqua, dans l’Etat de New York.

Attendue plus d’une heure par une foule enthousiaste d’environ 150 personnes, elle a voté en compagnie de son mari, l’ancien président Bill Clinton.

« Tellement de gens comptent sur le résultat de cette élection, ce que ça signifie pour notre pays, et je ferai de mon mieux si j’ai la chance de gagner aujourd’hui », a-t-elle dit en sortant du bureau de vote.

Hillary Clinton a voté le 8 novembre 2016 (Crédit : AFP/Eduardo Munoz Alvarez)
Hillary Clinton a voté le 8 novembre 2016 (Crédit : AFP/Eduardo Munoz Alvarez)

– AFP

Madonna chante en soutien à Clinton

Quiconque se promenant dans le célèbre Washington Park à New York lundi soir a peut-être eu la chance de voir Madonna, qui soutient Hillary Clinton, présenter un concert improvisé à la guitare acoustique au milieu du parc légendaire.

Madonna avait appelé ses fans à venir sur ses comptes Instagram et Twitter, qui se sont présentés par centaines alors qu’elle jouait « Imagine » de John Lennon, accompagnée par deux guitaristes acoustiques.

Vêtue d’un legging noir et d’un chapeau rouge-blanc-bleu, la New Yorkaise a crié à la foule : « Croyez-vous en la puissance de l’unité, croyez-vous à la puissance de la prière, croyez-vous au pouvoir de l’amour ? Amen ».

Entourée de fans qui brandissaient des pancartes et d’une foule de partisans de Hillary portant des pantalons rouges, le cercle des personnes était épais autour de l’interprète, qui est apparue à 19h30 et a disparu juste une demi-heure plus tard.

"You May say I'm a Dreamer………. But I'm not the only one! 😂🙏🏻🇺🇸 Vote for H.R.C.🇺🇸" -Madonna

Posted by Madonna on Monday, 7 November 2016

– Jessica Steinberg

Que fait Obama les jours d’élection ? Il joue au basket

Barack Obama a sacrifié mardi, jour d’élection, à un rituel qui touche à la superstition : il est allé jouer au basket.

Quelques heures après le début du scrutin visant à désigner son successeur – Hillary Clinton ou Donald Trump – le président américain a rejoint Fort McNair, base militaire de la banlieue de Washington, pour une partie avec des amis.

C’est dans ce lieu qu’il s’était blessé à la lèvre en jouant au basket fin 2010. Il a depuis considérablement ralenti sa pratique de ce sport, lui préférant les joies plus paisibles du golf.

En 2008 comme en 2012, Barack Obama avait joué au basket le jour même de l’élection, dans son fief de Chicago, pour tromper l’attente.

Le président Barack Obama s'entraîne avant de jouer à un match de basket-ball à Fort McNair à Washington, DC, le samedi 9 mai 2009 (Crédit : Bailer in chief).
Le président Barack Obama s’entraîne avant de jouer à un match de basket-ball à Fort McNair à Washington, DC, le samedi 9 mai 2009 (Crédit : Bailer in chief).

Il avait observé le même rituel durant le long processus des primaires à l’investiture démocrate qui l’avait opposé à Hillary Clinton.

Le respect scrupuleux de cette tradition lui a, jusqu’ici, porté chance. Reste à savoir si elle fonctionne aussi pour d’autres que lui. Et si, comme il le souhaite, Hillary Clinton lui succédera à la Maison Blanche.

– AFP

Emmanuel Macron sera candidat à la présidentielle en France

L’ancien ministre français de l’Economie Emmanuel Macron va être candidat à la présidentielle l’an prochain, a affirmé mardi son entourage à l’AFP, mettant fin à des mois de doute sur ses intentions.

L’ancien protégé du président socialiste François Hollande, qui avait démissionné en août du gouvernement, officialisera cette décision « avant le 10 décembre », a précisé son entourage. « Toutes les conditions sont réunies », a ajouté cette source.

A 38 ans, Macron, qui n’a jamais affronté une élection, jouit de 49 % de bonnes opinions, selon un sondage publié mardi. Son discours transpartisan, appelant à dépasser le clivage entre la gauche et la droite, plaît notamment aux jeunes urbains et aux milieux d’affaires.

En mars, il avait posé les jalons de cette candidature, créant son mouvement « En marche », avant de multiplier les piques contre l’exécutif. Ce mouvement a depuis été organisé en 1 700 comités locaux et a récolté 2,8 millions d’euros de dons, assure son entourage.

Ancien haut fonctionnaire formé aux écoles de l’élite, ex-banquier d’affaires, Emmanuel Macron, doit sa carrière gouvernementale au président socialiste qui en avait fait une pièce maîtresse de l’exécutif.

Emmanuel Macron (Crédit : Facebook)
Emmanuel Macron (Crédit : Facebook)

Ancien secrétaire général adjoint et conseiller économique de François Hollande à l’Elysée, il avait été nommé ministre de l’Économie fin août 2014. A ce ministère, il a cherché à incarner un réformisme de gauche, plus libéral que le parti socialiste.

Sa candidature renforce encore la confusion qui règne à gauche à moins de six mois de la présidentielle. L’impopulaire François Hollande ne dira qu’en décembre s’il compte briguer un second mandat.

S’il décide de le faire, il devra en passer par une primaire en janvier et affronter notamment un autre ancien ministre de l’Economie, Arnaud Montebourg, chantre du patriotisme économique.

Si François Hollande renonce, son Premier ministre Manuel Valls, qui est sur le même positionnement social-libéral qu’Emmanuel Macron, pourrait jouer les recours.

Du fait de ces divisions, les sondages prédisent que la gauche ne se qualifiera pas pour le second tour de l’élection et annoncent un duel entre la droite et l’extrême droite.

– AFP

Eric et Donald Jr. : Papa acceptera la défaite, tant que les élections sont « justes »

Eric Trump et Donald Trump Jr. ont affirmé que leur père accepterait les résultats de l’élection s’il perd, tant que l’élection est « juste ».

Lors d’une interview dans l’émission ‘Morning Joe’ de MSNBC, Eric Trump a affirmé que son père va accepter les résultats des élections si les résultats sont « légitimes et équitables », signalé l’AP.

Sur CNN, Donald Trump, Jr. a souligné qu’il accepterait une élection « juste ».

Eric a expliqué : « Tout ce que nous voulons, c’est un combat équitable, pas seulement pour cette élection, mais pour toutes les élections ».

Le candidat républicain aux élections présidentielles a à plusieurs reprises mis en garde contre une « élection frauduleuse », bien qu’il n’y ait aucune preuve de fraude généralisée dans le système électoral.

Eric Trump a noté « nous avons vu des Etats où quelques milliers de voix peuvent faire la différence ».

Pressé par les présentateurs de MSNBC, il a dit de son père que « s’il perd et que c’est légitime et juste, et qu’il n’y a pas de choses évidentes [comme de la triche] alors sans aucun doute, oui », il accepterait les résultats des élections.

L’élection présidentielle américaine, mode d’emploi

L’élection présidentielle américaine a toujours lieu le mardi suivant le premier lundi de novembre, obligation inscrite dans une loi de 1845.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

« On sait déjà comment Wall Street vote »

Wall Street a ouvert en légère baisse mardi, la prudence régnant alors que les Américains votent pour choisir leur prochain président entre la démocrate Hillary Clinton et le républicain Donald Trump : le Dow Jones perdait 0,14 % et le Nasdaq 0,23 %.

Vers 14H40 GMT, l’indice vedette Dow Jones Industrial Average cédait 25,13 points à 18.234,47 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 12,00 points à 5.154,17 points. L’indice élargi S&P 500 reculait de 0,24% à 2.126,50 points.

Lundi, la Bourse de New York avait bondi face à une actualité jugée favorable à Mme Clinton, les investisseurs préférant largement la candidate démocrate: le Dow Jones avait pris 2,08% à 18.259,60 points et le Nasdaq 2,37% à 5.166,17 points.

Désormais, Wall Street se replie un peu à l’image de « marchés mondiaux évoluant prudemment au moment où les électeurs américains se déplacent aux urnes pour choisir leur prochain président », ont résumé dans une note les experts de la maison de courtage Charles Schwab, rappelant que des élections législatives pour le Congrès américain avaient aussi lieu mardi.

A l’issue d’une campagne sans précédent en raison de la personnalité singulière de M. Trump, candidat extérieur au monde politique, les derniers sondages donnaient Mme Clinton légèrement favorite mais les investisseurs évitaient tout pari risqué.

« On ne connaîtra pas les résultats avant que la soirée soit bien avancée », a écrit Patrick O’Hare, de Briefing. « Mais on sait déjà comment la Bourse vote ».

Autrement dit, les investisseurs préfèrent largement la stabilité représentée par une présidence Clinton, comme en a témoigné le bond de lundi après que le FBI a renoncé à poursuivre la candidate pour l’emploi d’une messagerie privée lors de son passage au Département d’Etat. Mais ils penchent pour une majorité républicaine au Congrès afin d’éviter un programme de régulations agressif de la part des démocrates.

En attendant, « la séance boursière du jour ne devrait pas rester dans les annales tant les volumes seront vraisemblablement faibles », ont conclu les experts de Mirabaud Securities Genève.

Le marché obligataire avançait très légèrement, le rendement des bons du Trésor à 10 ans baissant à 1,822% contre 1,824% lundi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,586%, contre 2,602% précédemment.

– AFP

Donald Trump vote sous les huées à Manhattan

Le candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump a été accueilli par des huées en allant voter mardi matin à Manhattan, bastion démocrate où le magnat immobilier devrait être largement devancé par sa rivale démocrate Hillary Clinton.

Arrivé vers 11H00 locales (16H00 GMT) avec un cortège de limousines devant une école de la 56e rue, où étaient rassemblés plusieurs centaines de journalistes et électeurs, le milliardaire et magnat de l’immobilier, bien connu à New York où il a fait fortune, a été accueilli aux cris de « New York te déteste ».

Quelques-unes des personnes présentes, notamment des ouvriers qui travaillaient dans la rue, l’ont cependant aussi applaudi, même s’ils étaient moins bruyants.

Costume sombre et cravate bleu vif, le candidat républicain, accompagné de sa femme Melania, de sa fille Ivanka et de l’un de ses petits-enfants, a serré quelques mains et acheté un gâteau à un stand tenu par un enfant avant de remplir son bulletin.

A un journaliste qui lui demandait pour qui il avait voté, M. Trump, 70 ans, a répondu en souriant: « Décision difficile… ».

– AFP

Trump en cas de défaite : « Nous verrons ce qui se passe »

Alors qu’on l’interrogeait une nouvelle fois pour savoir s’il reconnaîtrait sa défaite en cas d’annonce d’une victoire de sa rivale démocrate Hillary Clinton, il est resté évasif : « Nous verrons ce qui se passe », a-t-il simplement répondu.

La même réponse floue lors du dernier face-à-face télévisé avec Hillary Clinton le 19 octobre lui avait valu les foudres des démocrates et des observateurs politiques, qui avaient dénoncé une remise en cause du système électoral américain, basé sur une transition pacifique après reconnaissance des résultats par les deux candidats.

Donald Trump devait rejoindre dans l’après-midi ses supporters pour une « soirée de la victoire » dans un hôtel de la 6e Avenue situé à quelques encablures de la Trump Tower, son QG électoral.

Donald Trump, né à New York, qui n’a jamais eu de mandat électif, a déjoué tous les pronostics en arrivant d’abord en tête des primaires républicaines puis en rivalisant avec Hillary Clinton dans les sondages pendant les dernières semaines de campagne.

Se présentant comme le « porte-voix » des électeurs délaissés, et notamment des blancs défavorisés, Donald Trump a stigmatisé la mondialisation et l’immigration comme les grands maux de l’Amérique, et accusé « Hillary la crapule » d’avoir fait toute sa carrière dans un système politique corrompu.

Une vidéo de 2005 le montrant tenant des propos dégradants sur les femmes, avec lesquelles il se vantait de « faire ce qu’il veut », a aussi antagonisé une partie de l’électorat féminin.

Le candidat républicain Donald Trump récupère son bulletin de vote avec son gendre Jared Kushner le jour du scrutin dans une école publique de New York, le 8 novembre 2016 à New York. (Crédit : Chip Somodevilla / Getty Images / AFP)
Le candidat républicain Donald Trump récupère son bulletin de vote avec son gendre Jared Kushner le jour du scrutin dans une école publique de New York, le 8 novembre 2016 à New York. (Crédit : Chip Somodevilla / Getty Images / AFP)

– AFP

Frank-Walter Steinmeier : La campagne électorale américaine a « divisé » l’Amérique

La campagne électorale américaine a « divisé » les Etats-Unis et constitue un « héritage difficile » pour le 45e président des États-Unis, a estimé mardi le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier.

« Nous en Europe, mais aussi beaucoup d’Américains, sont contents que cette campagne électorale particulière soit terminée. Elle laisse derrière elle un héritage difficile pour les futurs responsables puisqu’elle a divisé le pays », a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères après une rencontre avec ses homologues suédois, danois et finnois.

« Il sera difficile pour le prochain président américain de combler le fossé entre les camps politiques, qui est devenu encore plus profond », a-t-il estimé.

Il n’a cependant pas voulu se prononcer sur l’effet que cela pourrait avoir sur les futures relations diplomatiques entre les États-Unis et l’Allemagne.

« Comme je l’ai déjà dit la semaine dernière, c’est dangereux de mener le combat politique en n’ayant que le conflit en tête et sans ouvrir la voie aux compromis qui sont nécessaires dans une démocratie », a-t-il souligné.

Frank-Walter Steinmeier (Crédit : Kuebi = Armin Kübelbeck/Domaine public/Wikimedia commons)
Frank-Walter Steinmeier (Crédit : Kuebi = Armin Kübelbeck/Domaine public/Wikimedia commons)

– AFP

De longues files d’attente devant les bureaux de vote

Le nom du vainqueur ne devrait pas être connu avant 03H00 GMT mercredi (5h heure du matin heure israélienne).

Les deux candidats devaient accorder de nombreuses interviews par téléphone à la radio et à la télévision durant le reste de la journée, avant la soirée électorale pour laquelle ils seront tous deux à New York, à seulement quelques kilomètres l’un de l’autre.

Quelque 42 millions d’Américains, sur les près de 225 millions ayant le droit de vote, se sont déjà exprimés de façon anticipée pour éviter les files d’attente de mardi.

Si Mme Clinton a toujours un avantage de quelques points dans les sondages, Donald Trump reste en mesure de l’emporter.

La campagne a été longue et pénible: 82% des Américains s’en sont dits dégoûtés dans un récent sondage.

Et à l’étranger, elle a été souvent suivie avec sidération et parfois avec inquiétude.M. Trump talonne Mme Clinton dans plusieurs Etats-clés, où se jouera le scrutin. Elle était en tête de 3,3 points dans la moyenne des derniers sondages nationaux (45,3% contre 42% pour son rival).

Les Américains votent aussi mardi pour renouveler 34 des 100 sièges du Sénat à Washington, et les 435 sièges de la Chambre des représentants. Les démocrates espèrent reprendre le Sénat actuellement dominé, comme la Chambre, par les républicains.

Douze des 50 Etats américains élisent aussi de nouveaux gouverneurs, et des dizaines de référendums locaux, sur des questions allant de la légalisation de la marijuana à la suppression de la peine de mort sont organisés dans une trentaine d’Etats. Des milliers d’élections locales sont aussi prévues, juges, procureurs, maires et autres élus de proximité.

Le candidat à la présidentielle républicain, Donald Trump, à Cleveland, Ohio, le 22 octobre 2016, et la candidate démocrate Hillary Clinton à Las Vegas, au Nevada, le 19 octobre 2016. (Crédits : AFP / Jay LaPrete, AFP / Saul Loeb)
Le candidat à la présidentielle républicain, Donald Trump, à Cleveland, Ohio, le 22 octobre 2016, et la candidate démocrate Hillary Clinton à Las Vegas, au Nevada, le 19 octobre 2016. (Crédits : AFP / Jay LaPrete, AFP / Saul Loeb)

– AFP

Les piñatas de Trump en tête des ventes au Texas

AUSTIN, Texas — Amelia De La Cruz, 26 ans, peut à peine se faufiler à travers la porte du magasin de piñatas Partyland de Raquel, avec six “Trumpiñatas” accrochées à ses épaules.

Les piñatas à l’effigie du candidat républicain à la présidentielle Donald Trump ont été “en tête des ventes” de cette boutique située dans la rue Cesar Chavez de ce quartier historique américano-mexicain d’Austin.

De La Cruz explique qu’elle en a vendu plus de 500 au cours de ces derniers mois.

“Nous en avons vendu une de la [candidate démocrate] Hillary [Clinton] mais elle avait été spécialement commandée”, raconte-t-elle, ajoutant dans la foulée que la piñata de Clinton n’était pas destinée à être détruite mais qu’elle avait servi de décoration lors d’une fête électorale donnée en l’honneur de la candidate.

De La Cruz explique avoir voté pour la première de sa vie aujourd’hui en faveur de Clinton dans un contexte de crainte causé par la rhétorique employée par Trump à l’égard des américano-mexicains et autres immigrants aux Etats-Unis.

Cette peur, atteste-t-elle, est tellement réelle que même sa fillette de huit ans était en larmes un jour lorsqu’on lui avait demandé pour qui elle voterait si elle le pouvait.

“Elle a juste éclaté en sanglots”, dit De La Cruz visiblement troublée par ce souvenir. “Elle a seulement dit que Trump était un homme méchant et que s’il était président, nous irions tous au Mexique.”

Des pinatas vendues à Austin au Texas, le jour de l'élection présidentielle américaine, le 8 novembre 2016 (Crédit : Ricky Ben-David/Times Of Israel)
Des pinatas vendues à Austin au Texas, le jour de l’élection présidentielle américaine, le 8 novembre 2016 (Crédit : Ricky Ben-David/Times Of Israel)

– Ricky Ben-David

Le signe d’une campagne différente : Une baisse de 2/3 des dépenses des pubs TV

Parmi les nombreux aspects étranges de ce cycle électoral figure la pénurie de la publicité à la télévision.

La rédactrice principale de FiveThirtyEight Farai Chideya rapporte ainsi :

Tim Wesolowski, directeur financier du groupe de radiodiffusion E.W. Scripps, a indiqué en présentant les résultats financiers du troisième trimestre que les deux candidats ont dépensé environ un tiers de ce que leurs prédécesseurs avaient investi dans les stations de l’entreprise lors du troisième trimestre 2012.

« Donald Trump en particulier a dépensé une fraction de ce que les candidats républicains avaient dépensé dans le passé en termes de publicité télévisuelle », a-t-il déclaré.

L’entreprise a engrangé 27 millions de dollars pour l’achat de publicités politiques au cours de cette période, soit la moitié de ce qui avait été anticipé.

Chideya explique :

Au mois de juin, Trump avait affirmé qu’il n’avait pas besoin de payer pour s’exposer : “Je fais des discours, je parle aux journalistes”, avait-il déclaré.

« Je n’ai même pas besoin de publicités”. Sa stratégie de s’appuyer sur les couvertures journalistiques plutôt que sur les publicités au cours d’une grande partie de la campagne a également signifié que Clinton pouvait se permettre de réduire réciproquement ses dépenses.

Trump et son fils gardent un oeil sur leurs épouses

Les commentateurs – et en particulier ceux opposés à Donald Trump – partagent une capture d’écran présentant une photo de lui votant aujourd’hui dans une école publique de Manhattan aux côtés de sa femme Melania.

Sur le cliché, on le voit jeter un oeil curieux sur l’isoloir de Melania – un acte dans lequel certaines âmes non charitables ont vu la volonté de s’assurer qu’elle ne votait pas pour son adversaire Hillary Clinton.

Tel père, tel fils :

https://twitter.com/bpcoffey/status/796046160058322952

Les rabbins progressistes diffusent la prière du Jour de l’élection

T’ruah : L’appel rabbinique pour les Droits de l’Homme a fait connaître une prière qui peut être récitée avant le vote et en attendant les résultats du scrutin.

“Une méditation sur le vote” est une demande visant à être guidé vers la paix durant cette saison électorale.

“En votant, nous nous engageons à être pleinement des membres de la société, à accepter nos responsabilités individuelles pour le bien de tous”, dit la prière.

« Puissions-nous placer au-dessus de nous des responsables à toutes nos portes… Qui jugeront le peuple avec équité (Deut 16:18), et puissions-nous tous mériter d’être comptés parmi ceux qui travaillent fidèlement pour le bien public.

“Ouvrez nos yeux pour voir le visage de Dieu dans tous les candidats et dans tous les officiels élus, et puissent-ils voir l’image de Dieu dans tous les citoyens de la terre”, continue-t-elle.

La prière apparaît sur le site du groupe en version imprimable.

Un homme vendant des kippas rouges et bleues à la Trump Tower exhorte à la paix

Marc Daniels se tenait à l’autre bout de la rue de la Trump Tower sur la Cinquième Avenue, son tablier blanc recouvert des badges en hébreu et en anglais, une pile de kippas rouges et bleues à la main, racontant son histoire à tous ceux qui écoutaient.

Après avoir demandé une kippa gratuite – elles coûtaient 10 $ pièce, qu’elle soit rouge pour Trump ou bleue pour Hillary – les passants s’arrêtaient souvent pour écouter l’histoire de Daniels.

« J’ai offert une kippa Hillary à Joe Biden, et il a dit : ‘je n’en ai pas besoin, je suis plus juif qu’elle ne l’est », se remémore Daniels.

Daniels n’essaie de convertir personne. Il est plus intéressé par la diffusion d’un message de paix et par l’élimination de la haine de cette campagne électorale controversée.

Il est parti mardi de sa maison à Springfield, dans l’Illinois pour se rendre à New York, l’épicentre de cette élection et la maison des deux candidats.

En fait, même si Daniels a voté pour Hillary Clinton, il travaillera avec n’importe quel président élu qui soutiendra son propre message.

« Je vote pour Hillary parce qu’elle s’est engagée pour éliminer la haine », a-t-il révélé. « Mais Donald aurait pu gagner s’il avait embrassé ce message. Il peut encore le faire. »

– Jessica Steinberg

L’équipe de Trump poursuit en justice le Nevada pour la fermeture tardive de ses bureaux de vote

L’équipe de campagne de Trump va poursuivre en justice les bureaux de vote du Nevada qui ont fermé plusieurs heures après l’horaire autorisé pour s’adapter aux longues files d’attente.

Rudy Giuliani, un substitut de Trump, est tout particulièremebnt furieux.

Mel Leonor, du Politico, déclare :

“Les démocrates appellent cela de la paranoïa et les républicains de la suspicion raisonnable”, a expliqué Giuliani sur MSNBC. “Et que dire simplement de suivre les règles ? Si vous fermez à 9 heures, vous fermez à 9 heures. »

Une plainte a été déposée aujourd’hui par l’équipe de campagne de Trump, qui prétend qu’un bureau de vote situé dans le comté de Clark, dans le Nevada, est encore resté ouvert deux heures après l’horaire autorisé.

Rudy Giuliani (Crédit : wikimedia commons)
Rudy Giuliani (Crédit : wikimedia commons)

Le contrôleur des urnes républicain, là-bas, a déclaré que ce prolongement de l’horaire avait permis à 150 à 300 personnes supplémentaires de voter.

Mais un juge du comté a rejeté cette action, disant que l’équipe de campagne n’avait pas épuisé ses recours auprès des officiels locaux.

Giuliani a indiqué que ces prolongements pourraient amener à aller plus loin que la plainte déposée aujourd’hui, ajoutant qu’il était dans l’Etat, faisant campagne pour Trump, durant tout le week-end et qu’il avait entendu des plaints selon lesquelles “deux ou trois bureau de vote ont été laissés ouvert deux ou trois heures”.

« Quoi qu’ils aient trouvé aujourd’hui vient probablement s’accumuler sur tout cela”, a expliqué Giuliani.

François Hollande fait « confiance au peuple américain »

Le président français François Hollande a déclaré mardi qu’il faisait « confiance au peuple américain » pour faire un choix conforme à ses « valeurs ».

Le président français François Hollande prend la parole lors de l'entretien annuel à la télévision lors de la fête nationale à l'Elysée à Paris le 14 juillet 2015 (Crédit : AFP PHOTO / POOL / ALAIN JOCARD)
Le président français François Hollande prend la parole lors de l’entretien annuel à la télévision lors de la fête nationale à l’Elysée à Paris le 14 juillet 2015 (Crédit : AFP PHOTO / POOL / ALAIN JOCARD)

Trump lance un appel de dernière minute à aller voter pour lui

Donald Trump a lancé sur Twitter un appel de dernière minute aux électeurs pour qu’ils aillent voter pour lui lors de la présidentielle américaine.

« Ne lâchez rien, continuez d’encourager les gens à aller voter. Cette élection est LOIN D’ETRE JOUÉE! Ca marche bien pour nous mais il reste encore du temps. EN AVANT LA FLORIDE! », a écrit le milliardaire dans son style Twitter inimitable.

Trump, symptôme du ras le bol de la pensée unique selon Sarkozy

Le succès de Donald Trump dans la campagne présidentielle américaine est le symptôme d’un ras-le-bol de la pensée unique, a estimé dimanche l’ancien président français Nicolas Sarkozy.

« Donald Trump pour moi c’est un symptôme, pas une cause », a déclaré M. Sarkozy sur la chaîne France 3, évoquant un « malaise de la démocratie » qui se retrouve également, selon lui, en Grèce, en Italie, en Espagne ou encore en Grande-Bretagne.

Pour Nicolas Sarkozy, battu en 2012 par le socialiste François Hollande et candidat à la primaire de la droite pour la présidentielle de 2017, « ce malaise vient du fait qu’une forme de pensée unique interdit de présenter des solutions et de parler des problèmes tels que les gens les vivent ».

Selon M. Sarkozy, le magnat de l’immobilier a « un discours qui fait écho à ce que pensent les Américains et l’Amérique profonde exaspérée par la pensée unique. Et je pense que dans toutes nos démocraties, il y a ce mur d’une pensée unique qui fait que quand on parle d’islam on est islamophobe, quand on dit qu’il y a trop d’immigration on est raciste, quand on dit les voyous ont le haut du pavé on est sécuritaire, et quand on dit on veut défendre les intérêts de la France on est nationaliste ».

« Moi je suis assez proche d’Hillary Clinton (…) mais la question qui est posée c’est pourquoi un discours aussi outrancier, excessif (que celui de M. Trump) est-il entendu ? », a insisté M. Sarkozy.

Selon les sondages, Nicolas Sarkozy est devancé par Alain Juppé, son ancien ministre des Affaires étrangères, à la primaire de la droite où il affronte aussi quatre de ses anciens ministres.

Nicolas Sarkozy, ancien président français et dirigeant du parti de droite Les Républicains pendant le conseil national du parti à Paris, le 13 février 2016. (Crédit : AFP/Lionel Bonaventure)
Nicolas Sarkozy, ancien président français et dirigeant du parti de droite Les Républicains pendant le conseil national du parti à Paris, le 13 février 2016. (Crédit : AFP/Lionel Bonaventure)

– AFP

Sondages de sortie d’urne : beaucoup sont ennuyés par Trump, un peu moins par Clinton

Une poignée de sondage de sortie d’urne donne des informations assez bonnes pour Clinton.

Un sondage de Fox News montre que 71 % des électeurs sont ennuyés par le traitement des femmes de Trump.

La chaîne annonce également que 62 % d’entre eux sont ennuyés par le scandale des e-mails de Clinton.

Cependant, 49 % des électeurs pensent que Clinton ferait un meilleur président, contre 46 % pour Trump.

Un sondage de CNN montre que 70 % des électeurs sont blancs, 12 % noirs et 11 % hispaniques. 42 % des électeurs ont choisi leur candidat parce qu’ils « préfèrent fortement » cette personne.

Cependant, un sondage MSNBC montre que 61 % d’entre eux voient Trump de manière défavorable, contre 54 % pour Clinton.

CNN annonce que 54 % des électeurs approuvent Barack Obama, et 80 % ont confiance dans le système électoral, qu’ils ne pensent pas truqué.

Les sondages de sortie d’urnes estimant les votes eux-mêmes ne seront pas publiés avant la fermeture des bureaux de vote, qui commence à 19h00, heure de la côte Est des Etats-Unis.

Les résultats du Sénat pourraient faire de Schumer le premier juif chef de la majorité

Le natif de Brooklyn pourrait faire l’histoire si les démocrates reprennent le contrôle du Sénat ; les sondages montrent que les partis sont au coude-à-coude.

Pour en savoir plus

Le sénateur Chuck Schumer (démocrate, New York) au troisième jour de la convention démocrate nationale à Philadelphie, le 27 juillet 2016. (Crédit : Joe Raedle/Getty Images via JTA)
Le sénateur Chuck Schumer (démocrate, New York) au troisième jour de la convention démocrate nationale à Philadelphie, le 27 juillet 2016. (Crédit : Joe Raedle/Getty Images via JTA)

BFMTV se fait piégé par un faux compte Twitter et annonce la victoire de Trump en Floride

Les bureaux de vote en Floride n’ont pas encore fermé. Donald Trump n’a pas gagné pour l’instant l’électorat du Sunshine state crucial.

Trump serait légèrement en tête dans le New Hampshire

Les sondages de sortie d’urne arrivent dans le New Hampshire, et montrent que Trump mène sur Clinton avec 52,5 % des voix contre 41 %, et 6,6 % pour Gary Johnson sur la base de 1 % des votes dépouillés.

L’état ne compte que quatre grands électeurs, mais est toujours considéré comme un état pivot pour une élection très contestée.

La plupart des bureaux de votes sont ouvert pour encore 35 minutes.

Des citoyens du New Hampshire font la queue pour voter à l’école élémentaire de la rue Amherst de Nashua, le 8 novembre 2016. (Crédit : AFP/Kayana Szymczak/Getty Images)
Des citoyens du New Hampshire font la queue pour voter à l’école élémentaire de la rue Amherst de Nashua, le 8 novembre 2016. (Crédit : AFP/Kayana Szymczak/Getty Images)

Trump mènerait sur Clinton dans l’Indiana

Les premiers chiffres sont à présent annoncés pour l’Indiana, où Trump devance Clinton avec 69,3 % des voix contre 27,5 %, sur la base de 1 % des bulletins de vote dépouillés.

Cela donne l’avantage à Trump dans les trois premiers états où des chiffres sont annoncés, mais il était attendu qu’il remporte ces trois états ou y fassent un bon score dans tous les cas.

L’Indiana est l’état du colistier de Trump, Mike Pence.

Le candidat présidentiel républicain américain Donald Trump (à droite) et le gouverneur de l'Indiana Mike Pence  pendant un meeting de campagne à Grant Event Center Park à Westfield, Indiana, le 12 juillet 2016. (Crédit : AFP/Tasos Katopdis)
Le candidat présidentiel républicain américain Donald Trump (à droite) et le gouverneur de l’Indiana Mike Pence pendant un meeting de campagne à Grant Event Center Park à Westfield, Indiana, le 12 juillet 2016. (Crédit : AFP/Tasos Katopdis)

La plainte de Trump sur le vote tardif au Nevada rejetée

La plainte déposée par le candidat républicain à propos de l’horaire de fermeture tardive d’un bureau de vote du Nevada a été rejetée par la juge, selon CNN, repris par le Point.

Selon un porte-parole du comté de Clark, où se situe le bureau de vote en question, les citoyens dans la file d’attente lors de la fermeture officielle du bureau, avaient effectivement le droit de voter.

George W. et Laura Bush auraient voté blanc

D’après un journaliste du New York Times, l’ancien couple présidentiel républicain n’a pas voté pour le candidat républicain à l’instar de nombreux républicains déçus par Donald Trump.

Des tirs survenus près d’un bureau de vote californien

Un bureau de vote proche de Los Angeles a été bouclé après une fusillade à proximité qui a blessé deux personnes.

Les électeurs d’Azusa, Californie, disent qu’il leur a été ordonné de rester dans le bureau de vote après des tirs entendus à proximité, selon les médias.

Deux personnes ont été transportées à l’hôpital avec des blessures par balles, annonce CNN.

Azusa est située à 50 km de Los Angeles. Il n’a pas été précisé si la fusillade était liée à l’élection.

Découvrez l’ambiance dans la Trump Tower

Notre correspondant Eric Cortellessa s’est entretenu avec des partisans du candidat républicain.

Pour en savoir plus

La « Pantsuit Nation » veut une marée de tailleurs-pantalons aux urnes

A l’origine, ce n’était qu’un petit groupe de partisans d’Hillary Clinton qui avaient décidé de porter sa tenue fétiche pour aller voter. « Pantsuit Nation » est désormais un phénomène national appelant à une marée de tailleurs-pantalons aux urnes mardi en faveur de la démocrate.

« Pantsuit Nation » (ou « Nation tailleur-pantalon »), un groupe secret formé sur Facebook par une cinquantaine de personnes, revendique aujourd’hui deux millions de partisans, d’après son compte Twitter.

Signe de son succès : la pop-star américaine Beyoncé a porté cette tenue, tout comme ses danseuses, le week-end dernier lors d’un spectacle en l’honneur de la candidate démocrate.

Le groupe entendait aussi apporter une dose bienvenue d’humour et d’optimisme à une campagne électorale particulièrement acrimonieuse.

Il a transformé en symbole d’espoir et de féminisme la tenue vestimentaire favorite de celle qui tente de devenir mardi la première présidente des Etats-Unis, et qui a été décrite comme ayant une allure « non présidentielle » par son adversaire républicain Donald Trump.

« Pantsuit Nation » voulait aussi manifester de façon subtile mais visible le soutien à la candidate démocrate dans les bureaux de vote, où les signes ou vêtements partisans y sont proscrits.

Incarnant de nouvelles voies créatives de communication politique, le groupe a appelé ses membres à se prendre en photo en tailleur-pantalon et à poster les clichés sur les réseaux sociaux, pour faire l’apologie de Clinton.

#pantsuitpower ou #pantsuitnation caracolent régulièrement en tête des mots-dièses les plus utilisés depuis plusieurs semaines sur Twitter, Facebook ou Instagram.

Le groupe sur Facebook est privé, accessible sur invitation uniquement, mais possède à présent un site internet (www.pantsuitnation.org), un compte Twitter et un profil Facebook ouvert bien que moins suivi que l’original.

D’après les médias américains, il a été lancé par une habitante du Maine (nord-est), Libby Chamberlain.

« Nous avons parlé de la façon belle et stoïque dont Hillary incarne la lutte des femmes pour l’égalité et le tailleur-pantalon », jadis une tenue exclusivement masculine, « est un symbole de cette lutte », a-t-elle déclaré à CNN.

Le tailleur-pantalon a aussi donné lieu à de nombreuses « flash mob » ou performances éphémères de soutien à l’ancienne Première dame.

Début octobre à New York, des dizaines de danseurs vêtus de tailleurs-pantalons multicolores, dont des femmes enceintes, se sont lancés dans une chorégraphie endiablée en l’honneur du « Pantsuit Power » (le pouvoir du tailleur-pantalon) sur l’air de « Can’t stop the feeling », tube de Justin Timberlake.

https://youtu.be/GxHT4kFG14M

Une vidéo de l’événement a fait le tour d’internet et d’autres rassemblements Pantsuit Power se sont déroulés notamment à Washington et à Oakland en Californie.

Dans le même esprit, de nombreux adeptes de la démocrate se sont réappropriés des propos de Donald Trump lors de leur dernier débat, le 19 octobre : il l’avait notamment traitée de « nasty woman » –« teigne »– et des T-shirts arborant le mot « nasty » portés avec fierté ont fleuri à travers le pays et sur les réseaux sociaux.

Le Kentucky et l’Indiana remportés par Trump, le Vermont par Clinton

CNN et Fox annoncent que Trump a remporté l’Indiana (11 grands électeurs) et le Kentucky (8 grands électeurs).

CNN annonce que Clinton a remporté le Vermont (3 grands électeurs).

La chaîne annonce que la Géorgie, la Caroline du Sud et la Virginie ont des résultats préliminaires trop serrés pour être départagés.

Le décompte de CNN, basé sur des sondages de sortie d’urnes, accorde 19 votes électoraux à Trump et 4 à Clinton.

L’élection américaine se joue dans des mini-scrutins dans chacun des 50 Etats et la capitale fédérale Washington, représentant au total 538 grands électeurs.

Trump en tête pour le vote populaire, avant les résultats par états

Un décompte du vote populaire par Fox News montre que Trump mène sur Clinton avec 67 % des voix contre 27 %, bien que ces nombres ne soient basés que sur des sondages dans le Kentucky, l’Indiana et le New Hampshire, trois fiefs républicains.

Les chiffres pour des états plus disputés comme la Floride, la Géorgie et la Virginie sont attendus dans les prochaines minutes.

1 mort et plusieurs blessés dans la fusillade en Californie – premier bilan

Selon le Los Angeles Times, la fusillade qui s’est déroulée à proximité d’un bureau de vote aurait fait un mort et trois blessés.

Le tireur serait « lourdement armé, » selon les rapports préliminaires.

Les premiers chiffres de la Floride montrent que Trump devance Clinton

Les premiers résultats arrivent de Floride, où Trump obtient 57,7 % des voix contre 28,3 % pour Clinton.

Gary Johnson rassemble 13,3 % des voix.

Les chiffres proviennent tous des comtés de Citrus et Lafayette, dans le centre et le nord de la Floride, deux zones rurales dont le soutien à Trump était attendu.

Si Trump perd la Floride, il perd l’élection

En Virginie, un autre état disputé, Clinton a un léger avantage sur Trump, avec 49,5 % des voix contre 45,5 %, sur la base de 1 % des bulletins de vote dépouillés.

Mais les premiers résultats étaient trop serrés pour avancer aucune hypothèse en Géorgie, Caroline du Sud et Virginie, selon les télévisions.

Les bureaux de vote devraient fermer dans l’Ohio et la Caroline du Nord dans les prochaines minutes.

Tous les regards sont braqués sur quelques Etats-clés qui pourraient décider l’issue du scrutin, en premier lieu la Floride.

Si le milliardaire populiste ne parvient pas à s’imposer dans cet Etat où le vote hispanique, apparemment en forte hausse, sera crucial, il devra dire adieu à ses rêves de présidence.

Les premeirs bureaux de vote ont fermé sur la côte Est à 19H00 (00H00 GMT mercredi). Le nom du vainqueur ne devrait pas être connu avant 03H00 GMT.

Les premiers sondages sortis des urnes montrent que les Américains n’aimaient ni Mme Clinton (54% en ont une opinion défavorable), ni M. Trump (64%), selon NBC. 64 % pensent aussi que M. Trump n’a pas le caractère pour devenir président. Pour la plupart de ces électeurs, l’économie est le souci numéro un.

– avec AFP

Trump et Clinton au coude à coude en Floride

En Floride, Clinton est légèrement en tête, avec 49,5 % des voix, contre 47,7 % pour Trump, sur la base des données de 30 % des bureaux de vote.

Les résultats de l’état devraient être serrés jusqu’à la dernière minute. La Floride est perçue comme une victoire obligée pour Trump pour qu’il puisse rassembler assez de grands électeurs pour remporter la Maison Blanche.

Dans le comté de Palm Beach, au nord de Miami, Clinton mène Trump avec 61 % des voix, contre 37 % pour son opposant républicain.

24 grands électeurs à Trump et 3 à Clinton selon les derniers résultats

L’Ohio et la Caroline du Nord trop serrés pour être départagés.

CNN annonce que la Virginie occidentale est remportée par Trump.

La chaîne annonce que les résultats de l’Ohio et de la Caroline du Nord sont trop serrés pour être départagés.

Les nouvelles projections attribuent 24 grands électeurs à Trump et 3 à Clinton. Il faut un total de 270 électeurs pour remporter l’élection.

#Stayinline exhorte la twittosphère

De nombreux électeurs américains, dont des stars, appellent sur Twitter leurs concitoyens à ne pas perdre patience et courage devant les longues fils d’attente avec le hashtag #Stayinline (qui signifie ‘restez dans la queue’)

Trump légèrement devant Clinton dans l’Ohio

Les premiers résultats arrivent pour l’Ohio, où Trump est légèrement en tête, avec 50,1 % des voix contre 46,4 % pour Clinton.

Les chiffres proviennent des comtés de Mahoning et Warren, tous deux situés dans des zones rurales de l’état pivot.

L’état est considéré comme une victoire obligée pour Trump. Aucun républicain n’a jamais remporté la Maison Blanche sans l’Ohio.

Trump en tête en Virginie et en Caroline du Nord

Les votes sont dépouillés en Virginie, un état perçu comme une victoire essentielle pour Clinton, mais où Trump est actuellement en tête, avec 53,8 % des voix contre 41,1 %, sur la base de 13 % des bulletins de vote.

La Floride est très serrée, les deux candidats y obtenant environ 49 % des voix.

En Caroline du Nord, Trump est en tête avec 63,4 % des voix contre 35 % pour Clinton, avec 130 000 votes dépouillés.

En Caroline du Sud, Trump n’a que quelques voix d’avance sur Clinton, mais moins de 2 500 bulletins de vote ont été dépouillés pour l’instant.

Hillary Clinton compte 68 électeurs contre 48

La candidate démocrate remporte quatre nouveaux États traditionnellement démocrates, selon CNN.

Hillary Clinton devance son rival républicain dans quatre nouveaux États : le New Jersey (14 grands électeurs), le Massachusetts (11 grands électeurs), le Maryland (10 grands électeurs) et le Delaware (3 grands électeurs).

Trump rafle l’Oklahoma (7 grands électeurs), la Caroline du Sud (9 grands électeurs), le Tennessee (11 grands électeurs) et le Mississippi.

Aucun de ces résultats n’est particulièrement surprenant.

Clinton compte 68 électeurs contre 48.

La Pennsylvanie devient avec l’Ohio et la Floride des états où il est trop tôt pour être départagés.

Marco Rubio réélu sénateur de Floride

Le candidat présidentiel républicain, le sénateur Marco Rubio (R-FL) lors de son discours au Republican Jewish Coalition au Ronald Reagan Building, le 3 décembre 2015, a Washington (Crédit :  Alex Wong / Getty Images / AFP)
Le candidat présidentiel républicain, le sénateur Marco Rubio (R-FL) lors de son discours au Republican Jewish Coalition au Ronald Reagan Building, le 3 décembre 2015, a Washington (Crédit : Alex Wong / Getty Images / AFP)

L’Alabama pour Trump, la Floride sur le fil du rasoir

L’Alabama et ses neufs votes ont été attribués à Trump, ce qui lui donne l’avantage dans le décompte des grands électeurs.

Les bureaux de votes sont fermés en Arkansas.

La Floride est toujours très serrée, Trump a quelques milliers de voix d’avance.

Selon le New York Times, Trump a 60 % de chances de victoire.

Le journal estime qu’environ 1,2 million de bulletins doivent encore être dépouillés, et que même si la plupart d’entre eux ont été glissés dans l’urne à Miami, fief de Clinton, beaucoup proviennent d’ailleurs dans l’état, où Trump est probablement plus soutenu.

Les Républicains garderaient le contrôle de la Chambre

NBC News projette que les républicains garderont le contrôle de la Chambre des représentants, comme cela était attendu.

Le Sénat est cependant toujours à prendre, alors que les démocrates tentent de l’arracher aux républicains.

Jusqu’à présent, les républicains ont réussi à résister aux démocrates, avec les victoires de Rob Portman dans l’Ohio, de Marco Rubio en Floride, et de Todd Young dans l’Indiana.

Beaucoup d’états trop serrés pour être attribués

Les médias américains ont annoncé la victoire de Trump dans le Kansas, le Nebraska, le Wyoming, le Dakota du Nord et le Dakota du Sud.

Clinton remporte New York.

Selon CNN, les résultats dans la plupart des états dont les bureaux de vote ont fermés sont encore trop serrés pour être attribués, comme dans l’Arizona, le Colorado, la Louisiane, le Michigan, le Minnesota, le Texas et le Wisconsin.

Dans la course aux 270 votes du Collège électoral, Clinton est à présent en tête avec 97 votes, contre 84 pour Trump.

Trump passe en tête dans les états pivots et le décompte du Collège électoral

Trump prend la tête dans les états pivots importants de la Floride, de l’Ohio et de la Virginie, ce qui rend l’élection bien plus serrée que beaucoup d’experts ne l’avaient anticipé.

En Floride, Trump a 130 000 voix d’avance, avec 93 % des bulletins dépouillés. Cependant, les démocrates gardent espoir puisque la plupart de ces votes proviennent du comté de Broward, à l’extérieur de Miami, perçu comme un bastion de Clinton.

Trump est en tête dans l’Ohio, avec 49,5 % des voix contre 46,5 % pour Clinton, avec 36 % des bulletins comptés.

En Virginie, état considéré comme une victoire obligatoire pour Clinton, Trump mène avec 48,8 % des voix contre 46,1 % pour la candidate démocrate, avec 82 % des bulletins dépouillés.

Le Texas et l’Arkansas ont été attribués à Trump, ce qui donne au candidat républicain une large avance au Collège électoral, avec 139 grands électeurs contre 97 pour Clinton, si l’on compte le Missouri, annoncé par Trump par une partie des médias seulement.

Le peso mexicain tombe à son plus bas niveau historique

Le peso mexicain est tombé mercredi, dans les échanges asiatiques, à son plus bas niveau historique, les cambistes redoutant une victoire de Donald Trump à l’issue d’une course à la Maison Blanche qui s’annonce serrée.

La monnaie mexicaine, baromètre de l’opinion des marchés ces dernières semaines sur l’issue du scrutin présidentiel américain, dévissait peu après 03h00 GMT à 20,3195 pesos pour un dollar, contre 18,1634 pesos un peu plus tôt.

Dans un bar de Jérusalem, les étudiants font nuit blanche pour “voir l’Histoire”

Pendant une soirée électorale dans le centre de Jérusalem organisée par le bar Mike’s Place, un groupe d’étudiants de 18 ans de la yeshiva Aish HaTorah est assis à une table, regardant les résultats de la première élection où ils ont pu voter.

« Nous sommes ici pour voir l’Histoire se dérouler », a déclaré Yeshua Soskil, originaire du Maryland. Il pense que les rabbins seront « probablement d’accord » même s’ils sont fatigués en classe demain. « Nous ne pouvons pas rater ça, on ne pouvait pas dormir pendant ce temps », dit Ezra Epstein, étudiant d’Aish HaTorah du New Jersey, qui a voté pour Gary Johnson.

« J’ai en gros le sentiment que le parti républicain est en train de mourir, ils sont repris par ce fou », dit-il.

Il pense qu’au final, les libertariens attireront de plus en plus et prendront finalement le contrôle des républicains.

« J’aimerai voir Trump gagner parce que je pense que ce sera amusant à regarder, dit Epstein. Même si me sentirais plus en sécurité avec Trump, j’ai l’impression que mes chances de survie sont meilleures avec lui. »

— Melanie Lidman

Trump maintient son avance en Floride

Reflétant une certaine panique démocrate après ce qu’il se passe en Floride, le stratège politique Steve Schale note sur Twitter que Trump fait mieux en Floride que tout autre républicain depuis la célèbre bataille George W. Bush – Al Gore.

Trump a maintenu son avance dans l’état, où 97 % des votes ont été comptés.

Le New York Times donne à présent plus de 95 % de chances de victoire de l’état à Trump, maintenant en vie son espoir d’être élu à la Maison Blanche.

En Pennsylvanie, un autre état pivot important, Clinton est cependant en tête avec 60 % des voix contre 37 % pour Trump, avec 14 % des bulletins dépouillés.

140 grands électeurs pour Trump et 104 pour Clinton

Le candidat républicain a à l’instant 140 grands électeurs tandis qu’Hillary Clinton en dispose de 104.

Trump s’est adjugé 17 États, alors que la démocrate en est à 9.

Donald Trump serait en passe de l’emporter en Floride. Selon les derniers résultats, Trump était en tête avec 49,2 % des votes, contre 47,7 % pour Clinton.

Trump prend la Louisiane et Clinton le Connecticut

Donald Trump remporte la Louisiane, qui lui apporte huit grands électeurs supplémentaires.

Clinton est donnée gagnante dans le Connecticut, qui représente sept votes électoraux.

Les deux résultats étaient attendus, mais pas le bon résultat de Trump, et les analystes pensent qu’il pourrait en fait, contre toute attente, remporter la Maison Blanche.

Trump mène en Géorgie, dans le Michigan, en Virginie et en Caroline du Nord.

Dans le New Hampshire, il n’a que quelques centaines de voix d’avance.

Clinton maintient pour sa part son avance dans le Colorado, le Nouveau Mexique, le Minnesota, le Michigan, la Pennsylvanie, le Maine et le Wisconsin.

New York Times : Trump a 58 % de chances de gagner

Le New York Times donne à Donald Trump 58 % de chances de remporter la Maison Blanche, un revirement remarquable pour un candidat dont les sondages annonçaient la défaite il y a quelques jours.

Trump maintient et consolide son avance en Floride, dans l’Ohio, le Michigan, la Caroline du Nord et en Géorgie.

En Virginie, Clinton a cependant réussi à réduire l’avance de Trump à moins d’un pourcent.

Clinton remercie son équipe de campagne

Ambiance modérée pour les démocrates de Tel Aviv

La tête plongée dans leurs téléphones, une vingtaine de démocrates israéliens est assis sur les chaises dépareillées ou sur les hamacs suspendus au plafond de l’Abraham Hostel de Tel Aviv.

Une femme enceinte seule porte un t-shirt bleu portant le slogan d’Hillary Clinton, « Stronger Together ». Les autres démocrates d’Israël sont plus modérés dans leur soutien.

Les démocrates de Tel Aviv regardent la soirée électorale à l'Abraham Hostel, le 9 novembre 2016. (Crédit : Judah Ari Gross/ Times of Israel)
Les démocrates de Tel Aviv regardent la soirée électorale à l’Abraham Hostel, le 9 novembre 2016. (Crédit : Judah Ari Gross/ Times of Israel)

Wolf Blitzer de CNN, projeté sur le mur, leur apporte de mauvaises nouvelles.

Leur candidate, Hillary Clinton, est menée de 31 grands électeurs.

Clinton a bien sûr encore le temps de revenir, certains des grands états clairement démocrates n’ayant pas encore été annoncés, dans un sens ou dans l’autre.

Mais alors que Jake Tapper, de CNN, mentionne les résultats « inattendus » de Trump, un partisan de Clinton qui vient d’arriver soupire et attrape une chaise.

— Judah Ari Gross

Clinton prend légèrement la tête en Virginie

Les démocrates jouissent d’une rare bonne nouvelle alors que Clinton passe légèrement en tête en Virginie, après le décompte des bulletins glissés dans l’urne près de Washington, D.C.

Clinton compte à présent 5 000 voix d’avance, avec 92 % des voix décomptées.

Trump remporte le Montana

Les bulletins de votes ont fermé dans plusieurs états de l’ouest des Etats-Unis, et Trump remporte le Montana et ses trois grands électeurs.

Les résultats dans le Nevada, l’Utah et l’Iowa sont trop serrés pour être annoncés.

Trump sourit tandis que l’angoisse monte chez les démocrates

Les soutiens de Trump à New York applaudissent ses victoires

Pendant la soirée électorale de Donald trump dans le centre de Manhattan, la foule est prête à repeindre la ville en rouge alors que le pays commence à regarder.

Avec des informations annonçant la victoire du candidat républicain en Floride, dans l’Ohio et en Caroline du Nord, des états qu’il doit remporter pour décrocher la Maison Blanche, une mer extasiée de partisans portant des chapeaux rouges « Make America Great Gain » se prépare à une victoire qui changerait profondément les Etats-Unis.

Les explosions de joie sont devenues fréquentes ici, tout comme le chant de « USA ! USA ! USA ! » à chaque fois qu’un état est remporté par Trump.

Carol Minor explose pendant la soirée électorale du candidat républicain Donald Trump à New York, le 8 novembre 2016. (Crédit : AFP/Chip Somodevilla/Getty Images)
Carol Minor explose pendant la soirée électorale du candidat républicain Donald Trump à New York, le 8 novembre 2016. (Crédit : AFP/Chip Somodevilla/Getty Images)

« Ils disaient qu’il ne pouvait pas le faire et il est en train de le faire, dit un partisan. Nous prouvons que tous les médias classiques, et particulièrement Clinton News Network, ont tort. »

Plus que tout, c’est un sentiment de revendication qui domine chez ces partisans de Trump. Il est trop tôt pour dire qui gagnera cette élection, mais pour le moment, ils ont le sentiment que leur destin est dans la balance, et que leur chef est prêt à tenir sa promesse de les emmener dans leur terre promise politique.

— Eric Cortellessa

CNN donne Trump gagnant dans l’état décisif de l’Ohio

CNN a attribué l’état de l’Ohio à Donald Trump, la plus grande victoire de la soirée du candidat républicain pour l’instant.

Au-delà de ses 18 grands électeurs, l’Ohio est aussi un état pivot crucial et aucun républicain n’a jamais remporté la Maison Blanche sans cet état.

D’autres mauvaises nouvelles arrivent pour Clinton, les analystes notant que la candidate démocrate ne domine pas vraiment Trump dans les villes de Detroit et Philadelphie, ce qui est un mauvais présage pour elle.

Dans un tweet rappelant quelqu’un qui tente de sourire devant une mauvaise nouvelle, Clinton remercie ses partisans « peu importe ce qu’il arrive. »

Le clan Trump à la Trump tower

Dans un bar de Jérusalem, les républicains sont optimistes

Des partisans de Trump à Jérusalem continuent à prendre confiance pendant une fête informelle au Mike’s Place alors que le résultats arrivent au fur et à mesure.

« Nous regardons une carte que nous n’attendions pas », a déclaré Marc Zell, directeur des républicains de l’étranger en Israël. « Je ne veux pas apporter le mauvais œil, mais cela semble vraiment bon. »

Israel Jacobowitz, originaire de Brooklyn qui a emménagé en Israël il y a un mois, a acheté une bouteille de vodka au bar et encourage les gens à prendre un shot avec lui. « Je ne suis pas fan de Donald Trump, et je n’aime pas son modèle, mais Hillary Clinton est une criminelle, qu’elle soit inculpée ou non ne compte pas », dit Jacobowitz.

Israel Jacobowitz offre des shots aux partisans de Trump dans un bar de Jérusalem, le 9 novembre 2016. (Crédit : Melanie Lidman/ Times of Israel)
Israel Jacobowitz offre des shots aux partisans de Trump dans un bar de Jérusalem, le 9 novembre 2016. (Crédit : Melanie Lidman/ Times of Israel)

Jacobowitz a refusé de voter pour l’un des candidats cette année, mais fête tout de même la soirée parce qu’il ne veut pas que Clinton gagne.

« Je suis optimiste, ça a été un peu dur au début, mais cela remonte avec le temps », dit Reuven Ashenberg, coordinateur de Beit Shemesh des républicains de l’étranger en Israël.

Les clients sont moins nombreux, passant d’une centaine de personnes au début de la nuit à environ 30 personnes. « Les inconditionnels sont là, c’est la clé », dit Ashenberg.

Les seuls partisans de Clinton du bar sont à une seule petite table, ainsi que d’autres journalistes.

“Je ne peux plus voir ça”, déplore un partisan de Clinton à Tel Aviv

Pendant un évènement des démocrates de l’étranger à Tel Aviv, deux personnes applaudissent mollement quand la télévision annonce que Clinton a remporté le Nouveau Mexique.

Le terne applaudissement est rapidement suivi par quelqu’un mentionnant un mot commençant par F, alors que CNN montre comment Donald Trump pourrait remporter l’élection.

Le nombre de « démocrates en Israël » portant des objets de la campagne de Clinton se maintient à un, mais un autre organisateur est arrivé avec quelques pancartes artisanales qu’ils utiliseront pour suivre quels états sont attribués à quel candidat.

Un partisan de Clinton regarde son téléphone et rafraichit FiveThirtyEight, le populaire site de projection, et me montre l’écran.

« Comment est-elle est à 51 % ? », demande-t-il. Précédemment, elle avait une chance de victoire proche de 75 %, selon le site.

Un autre, regardant les résultats qui arrivent, se détourne de l’écran : « je ne peux plus voir ça ».

— Judah Ari Gross

Soutien massif des juifs pour Clinton

Aucun groupe religieux n’a montré moins d’enthousiasme pour Donald Trump que les juifs.

Selon les sondages de sortie d’urne du New York Times, seuls 18 % des répondants ont voté pour le candidat républicain, et 74 % pour la candidate démocrate Hillary Clinton.

Des électeurs votent pour l'élection présidentielle américaine au centre communautaire juif d'East Midwood, à Brooklyn, le 8 novembre 2016. (Crédit : AFP/Angela Weiss)
Des électeurs votent pour l’élection présidentielle américaine au centre communautaire juif d’East Midwood, à Brooklyn, le 8 novembre 2016. (Crédit : AFP/Angela Weiss)

C’est le score le plus bas enregistré chez les électeurs juifs pour un républicain depuis 1996, quand Bod Dole avait récolté 19 % de leurs voix, selon les experts.

— Raphael Ahren

Le Nikkei chute de 5 % à la reprise, sur des craintes de victoire de Trump

L’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo chutait de 5 % mercredi après la pause du déjeuner, les investisseurs redoutant de plus en plus une victoire du candidat républicain Donald Trump à l’élection présidentielle américaine.

Le Nikkei des 225 valeurs vedettes est tombé à 16.314,92 points, soit une dégringolade de 856,46 points (-4,99 %), alors qu’un succès de M. Trump apparaissait possible dans l’Etat clef de Floride.

L’indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau dévissait pour sa part de 4,88 % à 1.296,92 points, après avoir pourtant passé, comme le Nikkei, une grande partie de la matinée en territoire positif.

L’activité était très dense, avec 1,5 milliard de titres échangés sur le premier marché rien que dans la matinée, presque l’équivalent d’une journée complète ces derniers mois.

Clinton remporte le Colorado, mais n’a qu’une faible chance de victoire, selon le New York Times

Associated Press et d’autres médias ont annoncé que Clinton remportait le Colorado, donnant une autre poussée à la démocrate.

Au New York Times, l’outil de suivi en direct du journal donne cependant à Trump 90 % de chances ou plus de remporter l’élection présidentielle, ce qui pousse les utilisateurs de Twitter à la dérision.

Le site de prédiction FiveThirtyEight donne 50 % de chance de victoire à Clinton, et 48 % à Trump, ce qui est bien inférieur aux chances précédemment accordées à la candidate démocrate.

Clinton a à présent 131 grands électeurs, et Trump 168.

Trump gagne la Floride et s’ouvre la voie à la Maison Blanche

Associated Press a annoncé la victoire de Trump en Floride, une victoire majeure pour le candidat et peut-être la plus importante jusqu’à présent.

CNN annonce que Clinton remporte la Californie et Hawaï, et Trump l’Idaho.

Les résultats de l’Oregon et de l’état de Washington ne sont pas encore connus.

Le seul état dont les bureaux de vote sont toujours ouverts est l’Alaska.

Trump compte à présent 201 grands électeurs, et Clinton 190.

Chute des marchés américains et asiatiques

La perspective que Donald Trump puisse devenir président des Etats-Unis pesait lourdement sur les marchés américains mardi à mesure qu’étaient publiés les résultats électoraux.

Vers 22h31 à New York, le contrat à terme sur l’indice Dow Jones chutait de près de 757 points avant de se ressaisir quelque peu.

A 23h00 GMT, alors que la Floride avait été attribuée à Trump, l’indice reculait de 691 points ou 3,78%.

L’indice S&P 500 reculait de plus 4,5 % en abandonnant 96,75 points.

L’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo chutait de 5 % mercredi après la pause du déjeuner, les investisseurs redoutant de plus en plus une victoire de Trump.

Le Nikkei des 225 valeurs vedettes est tombé à 16 314,92 points, soit une dégringolade de 856,46 points (-4,99 %), alors qu’un succès de Trump apparaissait possible dans l’état clef de Floride.

L’indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau dévissait pour sa part de 4,88 % à 1 296,92 points, après avoir pourtant passé, comme le Nikkei, une grande partie de la matinée en territoire positif.

L’activité était très dense, avec 1,5 milliard de titres échangés sur le premier marché rien que dans la matinée, presque l’équivalent d’une journée complète ces derniers mois.

— AFP

Trump gagne la Caroline du Nord, les chances de Clinton s’amenuisent

CNN annonce la victoire de Trump en Caroline du Nord, ce qui le mène à 219 votes électoraux, en comptant la Floride.

Les chances de Clinton se réduisent maintenant au Michigan, au Wisconsin et en Pennsylvanie.

Dans le Michigan, Trump est toujours en tête avec 48 % des voix contre 46,9 % pour Clinton, la moitié des votes environ ayant été comptabilisée.

Dans le Wisconsin, Trump maintient un avantage identique, avec 49 % des voix contre 45,8 % pour sa rivale démocrate, avec 60 % des bulletins dépouillés.

En Pennsylvanie, Clinton maintient son avantage avec 49,2 % des voix contre 47,3 % pour Trump, sur la base de 80 % des votes décomptés.

Trump remporte l’Utah

Fox News annonce que l’état de l’Utah a été remporté par Trump. Avec ces six votes électoraux, Trump compte maintenant 22 grands électeurs.

Cette victoire met également fin aux espoirs d’Evan McMullin d’empêcher Trump d’arriver à 270 grands électeurs.

L’Oregon pour Clinton, des Américains voudraient fuir au Canada

CNN a annoncé la victoire de Clinton dans l’Oregon, ce qui porte son total de grands électeurs à 197, toujours derrière les 222 de Trump.

Des Américains sembleraient mettre à exécution leur menace de fuir au Canada en cas de victoire de Trump, le site du gouvernement canadien qui détaille l’éligibilité à la nationalité étant saturé.

La menace de déménager au Canada de la part du camp du perdant est un phénomène courant des années d’élection présidentielle aux Etats-Unis.

“Enferme la” chantent les partisans de Trump à Jérusalem

Les 20 personnes toujours présentes au Mike’s Place de Jérusalem, où les républicains d’Israël organisent leur soirée électorale, commencent à chahuter, applaudissant et sautant de joie alors que Trump consolide son avance.

Alors que CNN donne la Floride à trump, le bar exulte de chants de « Enferme la ! », et un Américain à l’état d’ébriété particulièrement avancé commence à crier pour la fermeture des médias libéraux, particulièrement le Times of Israël.

Les partisans de Trump au bar Mike’s Place de Jérusalem, le 9 novembre 2016. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israel)
Les partisans de Trump au bar Mike’s Place de Jérusalem, le 9 novembre 2016. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israel)

Les journalistes et les partisans de Trump sont en nombre équivalent.

Alors que le reste du bar se précipite pour être photographié, une partisane solitaire de Clinton est assise en silence, la tête entre les mains.

— Melanie Lidman

Trump gagne le Wisconsin et l’Iowa, il ne lui manque que 32 grands électeurs

Fox News annonce que Trump remporte le Wisconsin et l’Iowa, ce qui lui apporte 16 grands électeurs supplémentaires. Il ne lui manque plus que 32 votes au Collège électoral pour gagner la Maison Blanche.

A la fête de Trump à New York, la foule applaudit vivement à la nouvelle, et explose aux chants de « Enferme la ».

CNN rejoint d’autres médias en annonçant la Floride pour Trump.

Dans le Michigan, Clinton a réduit l’avance de Trump à environ 26 000 voix, avec 62 % des votes décomptés.

L’avance de Trump est “triste et difficile à croire”

Steve Rabinowitz, qui dirige un super PAC juif pro-Clinton, répond avec chagrin aux victoires de Trump.

« C’est prodigieusement triste et incroyablement difficile à croire, dit-il. Pour ce que cela vaut, les juifs ont moins voté pour Trump que pour [Mitt] Romney et [John] McCain. »

— Rebecca Shimoni Stoil

Trump gagne la Géorgie, Clinton épingle l’état de Washington

CNN a annoncé la victoire de Clinton dans l’état de Washington, ce qui apporte 12 grands électeurs à la candidate, qui en compte à présent 209.

CNN a cependant attribué la Géorgie et ses 16 grands électeurs à Trump.

Le candidat républicain a à présent 254 grands électeurs, il ne lui en manque plus que 16 pour s’assurer la Maison Blanche.

Réaction de femmes aux résultats électoraux diffusés pendant l'évènement organisée par la candidate démocrate Hillary Clinton, à New York, le 8 novembre 2016. (Crédit : AFP/Drew Angerer/Getty Images)
Réaction de femmes aux résultats électoraux diffusés pendant l’évènement organisée par la candidate démocrate Hillary Clinton, à New York, le 8 novembre 2016. (Crédit : AFP/Drew Angerer/Getty Images)

Alors que les partisans de Clinton sont consternés et en larme, ceux de Trump font la fête.

La foule de partisans de Trump s’agrandit à Jérusalem

Les représentants républicains en Israël qui ont commencé la soirée avec pessimisme regardent maintenant de manière totalement différente les quatre années à venir, alors que la soirée électorale continue dans un bar de Jérusalem.

Au début de la soirée, Marc Zell, le directeur des républicains à l’étranger en Israël, avait prévenu le public que cela pourrait être une « courte nuit », sous-entendant une défaite précoce de Trump.

Mais maintenant, Zell étant déjà parti pour Tel Aviv pour donner des interviews télévisées, la foule recommence à s’agrandir alors que les gens se réveillent pour commencer leur journée. Les adolescents arrivent dans le bar avec leurs parents, et beaucoup de nouveaux visages commencent par chanter « Enferme la » plutôt que par une tasse de café.

« Je me sens bien mieux que beaucoup à Times Square, un ami vient de me dire que c’était silencieux là-bas », dit Abe Katsman, porte-parole des républicains à l’étranger en Israël. « Je ne suis pas surpris, si les sondages étaient sous-estimés de même un ou deux pourcents, ils étaient si proches dans tant d’états, que vous ne saviez vraiment pas. Mon sentiment personnel est que je ne suis pas un partisan sans faille de Donald Trump. Je suis ravi qu’il gagne, j’ai vraiment le sentiment que l’Amérique a évité une balle en n’ayant pas de présidence Clinton. Je suis content, mais pas euphorique. »

Katsman ajoute que c’est sa troisième campagne présidentielle en Israël, et qu’il est agréable d’être du côté du gagnant.

« Cela en dit beaucoup sur la mauvaise candidate qu’elle est. Elle a tant de lacunes et est détestée par tant de personnes, que même avec tous les médias derrière elle, et toutes les bonnes personnes avec elle, elle ne peut toujours pas battre Donald Trump, un homme qui n’a jamais gouverné, un personnage si controversé. Au final, je suis très encouragé par les personnes dont il s’est entouré, d’un point de vue américain et israélien. »

Quand les journalistes, même sur Fox News, expriment leur inquiétude de ce que Trump pourrait faire de l’Amérique, la foule insulte l’écran et montre le poing.

— Melanie Lidman

Trump maintient son avance dans le Michigan

Trump continue à mener dans le Michigan, d’environ 52 000 voix.

S’il remportait l’état, cela lui apporterait une importante et surprenante victoire, qui assurerait la présidence au candidat républicain.

Avec d’autres états déjà annoncés par différents médias, Trump atteindrait les 270 grands électeurs, le nombre magique nécessaire à la victoire présidentielle.

Pour un diplomate américain en poste en Israël, “c’est incroyable”

« C’est incroyable », déclare un important diplomate américain en poste en Israël, suite aux résultats électoraux arrivant pendant un évènement organisé par l’Institut pour la recherche en sécurité nationale (INSS) de Tel Aviv.

« J’espère que ce ne sera pas un autre Brexit. »

L’ambassadeur américain en Israël Dan Shapiro, qui doit s’exprimer, n’est pas encore arrivé.

— Raphael Ahren

La Californie légalise la marijuana récréative

La Californie est devenue le cinquième état américain à légaliser la marijuana à usage récréatif après l’adoption d’une mesure soumise à référendum, et les habitants de Floride ont autorisé son usage médical.

Le site du secrétaire d’état de Californie indique que la proposition 64 sur la légalisation de la marijuana, qui n’était pour l’instant autorisée qu’à des fins médicales dans cet Etat, a été approuvée à 55,5 % selon des résultats préliminaires.

La Floride est quant à elle devenue le premier Etat du sud avec un programme de marijuana médicale.

Neuf Etats en tout votaient mardi pour autoriser la marijuana à usage récréatif ou médical, les résultats n’étant pas encore tombés en Arizona, dans le Maine, le Massachusetts et le Nevada entre autres.

Les experts ont prédit que les victoires de la feuille étoilée dans les états géants de Floride et Californie présagent d’une légalisation progressive de cette drogue douce dans le reste du pays.

— AFP

Joie et prières pour les partisans de Trump à Jérusalem

Alors que de nouveaux partisans de Trump arrivent au Mike’s Place, certains des juifs religieux qui viennent d’arriver utilisent leur visage frais pour aider aux prières matinales. Les juifs pieux qui sont restés éveillés tout la nuit n’ont pas le droit de prononcer certaines bénédictions du matin, trouver quelqu’un qui a dormi pour les dire est donc une bénédiction pour eux.

Les partisans de Trump récitent les prières du matin au bar Mike’s Place de Jérusalem, le 9 novembre 2016. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israel)
Les partisans de Trump récitent les prières du matin au bar Mike’s Place de Jérusalem, le 9 novembre 2016. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israel)

« Je ne suis pas resté éveillé toute la nuit comme ça depuis 20 ans », dit Reuven Ashenber, coordinateur de Beit Shemesh des républicains à l’étranger en Israël.

« Habituellement, à Shavouot [une fête où les juifs religieux restent éveillés toute la nuit pour étudier], je dors en général quelques heures. Mais je suis un partisan de Trump, et je voulais le voir », dit-il.

Ashenberg ajoute qu’il priera spécialement quand Trump aura officiellement remporté l’élection. « Trump va réparer les Etats-Unis, il s’occupera de la criminalité, il construira le mur, dit-i. Il rendra l’Amérique à nouveau grande, et Israël aussi, parce que l’Amérique est notre meilleur allié. »

— Melanie Lidman

L’ambassadeur de France aux Etats-Unis déçu

https://twitter.com/GerardAraud/status/796216338490552321

Trump ne mettra pas en place toutes ses politiques, selon un ancien ambassadeur aux Etats-Unis

Alors que le monde est choqué de la victoire surprise de Trump, il doit se rappeler que le président élu ne mettra probablement pas en place toutes les politiques qu’il a soutenu pendant sa campagne, dit l’ancien ambassadeur israélien aux Etats-Unis Itamar Rabinovich.

« Il faut un ensemble d’idées et un ensemble de déclarations pour être élu, et un autre ensemble d’idées pour gouverner », dit-il pendant un évènement organisé par l’Institut pour la recherche en sécurité nationale (INSS) à l’université de Tel Aviv.

Si Trump suivait effectivement toutes ses propositions, cela « créerait un degré de troubles internationaux que le monde et les Etats-Unis ne peuvent pas affronter », dit Rabinovich.

« Nous verrons probablement une modération sérieuse de certaines des politiques. Aucun mur ne sera érigé à la frontière mexicaine. Les musulmans ne seront pas empêchés d’entrer aux Etats-Unis, etc. Cependant, il y aura des changements. »

Certes, ajoute-t-il, « il y aura des changements. Les changements seront spectaculaires. » Et pourtant, certains de ces changements seront modérés par les conseillers du président et d’autres ailes de l’administration.

— Raphael Ahren

Vu au bar Mike’s Place de Jérusalem

Cible vue au bar Mike's Place de Jérusalem, où se sont rassemblés des partisans de Trump, le 9 novembre 2016. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israel)
Cible vue au bar Mike’s Place de Jérusalem, où se sont rassemblés des partisans de Trump, le 9 novembre 2016. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israel)

L’or s’envole de 5,4%, à 1 337 dollars l’once

L’or, valeur refuge, s’est envolé de 5,4 % mercredi dans les échanges asiatiques, alors que le candidat républicain Donald Trump se rapprochait d’une victoire choc face à Hillary Clinton.

Le métal jaune est monté peu après 05h00 GMT à 1 337,38 dollars l’once, contre 1 268,30 dollars quelques heures plus tôt.

— AFP

“L’idée d’être un symbole de démocratie sera maintenant vue comme une blague”, pour un diplomate américain

La campagne Trump a « libéré certains aspects comportementaux qui seront difficiles à repousser : antisémitisme, préjugés contre les latinos, les immigrants, les femmes, etc », dit Dan Kurtzer, ancien ambassadeur des Etats-Unis en Egypte et en Israël.

Une victime de la probable présidence Trump serait la notion d’exception américaine, dit-il pendant un évènement organisé par l’Institut pour la recherche en sécurité nationale (INSS) à l’université de Tel Aviv via vidéoconférence.

« L’idée d’être un symbole de démocratie sera maintenant vue comme une blague, alors que des personnes comme David Duke et d’autres sont célébrées », ajoute-t-il.

— Raphael Ahren

Nouveau liveblog pour suivre cette élection

Les regards sont maintenant fixés sur le Michigan et le Wisconsin, Etats-clés que les pronostics donnaient à la démocrate Hillary Clinton, mais qui semblent pouvoir basculer d’un côté ou de l’autre.

Le Times of Israel suit en direct pour vous les élections.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
Dernière info: Nouveau liveblog pour suivre cette élection

Trump maintient son avance en Floride

Reflétant une certaine panique démocrate après ce qu’il se passe en Floride, le stratège politique Steve Schale note sur Twitter que Trump fait mieux en Floride que tout autre républicain depuis la célèbre bataille George W. Bush – Al Gore.

Trump a maintenu son avance dans l’état, où 97 % des votes ont été comptés.

Le New York Times donne à présent plus de 95 % de chances de victoire de l’état à Trump, maintenant en vie son espoir d’être élu à la Maison Blanche.

En Pennsylvanie, un autre état pivot important, Clinton est cependant en tête avec 60 % des voix contre 37 % pour Trump, avec 14 % des bulletins dépouillés.