Trump se dit « impatient » de parler du processus de paix
Rechercher
Dernière info: Bennett exhorte Trump à reconnaitre Jérusalem comme capitale israélienne

Trump appelle Netanyahu à profiter « des nouveaux partenariats » avec le monde arabe

Le président des Etats-Unis a accusé avec force, au premier jour de sa visite en Israël, l'Iran de soutenir les "terroristes" et a martelé la nécessité de faire en sorte que Téhéran n'ait "jamais" l'arme nucléaire

  • Le président américain Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, avant leur conférence de presse, à Jérusalem, le 22 mai 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
    Le président américain Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, avant leur conférence de presse, à Jérusalem, le 22 mai 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
  • Donald Trump et Jared Kushner au mur Occidental, le 22 mai 2017 (Crédit : US embassy Tel aviv)
    Donald Trump et Jared Kushner au mur Occidental, le 22 mai 2017 (Crédit : US embassy Tel aviv)
  • Cérémonie d'accueil du président américain Donald Trump sur le tarmac de Ben Gurion, le 22 mai 2017. De gauche à droite : Sara Netanyahu, Melania Trump, Nechama Rivlin, Donald Trump, le président Reuven Rivlin, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, et le ministre de la Défense Avigdor Liberman. (Crédit : capture d'écran YouTube/Maison Blanche)
    Cérémonie d'accueil du président américain Donald Trump sur le tarmac de Ben Gurion, le 22 mai 2017. De gauche à droite : Sara Netanyahu, Melania Trump, Nechama Rivlin, Donald Trump, le président Reuven Rivlin, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, et le ministre de la Défense Avigdor Liberman. (Crédit : capture d'écran YouTube/Maison Blanche)
  • Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant son discours d'accueil du président américain Donald Trump, sur le tarmac de Ben Gurion, le 22 mai 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube/Maison Blanche)
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant son discours d'accueil du président américain Donald Trump, sur le tarmac de Ben Gurion, le 22 mai 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube/Maison Blanche)
  • Le président américain à son arrivée en Israël, sur le tarmac de l'aéroport Ben Gurion, le 22 mai 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube/Maison Blanche)
    Le président américain à son arrivée en Israël, sur le tarmac de l'aéroport Ben Gurion, le 22 mai 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube/Maison Blanche)
  • Reuven Rivlin, le 22 mai 2017 (Crédit : Capture d’écran YouTube)
    Reuven Rivlin, le 22 mai 2017 (Crédit : Capture d’écran YouTube)
  • Le président américain Donald Trump et son épouse Melania, pendant l'hymne américain sur le tarmac de Ben Gurion, le 22 mai 2017. (Crédit : capture d'écran GPO)
    Le président américain Donald Trump et son épouse Melania, pendant l'hymne américain sur le tarmac de Ben Gurion, le 22 mai 2017. (Crédit : capture d'écran GPO)
  • Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara accueillent le président américain Donald Trump à son arrivée à Ben Gurion, le 22 mai 2017. (Crédit : capture d'écran GPO)
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara accueillent le président américain Donald Trump à son arrivée à Ben Gurion, le 22 mai 2017. (Crédit : capture d'écran GPO)
  • Air Force One, avec le président américain Donald Trump à bord, sur le tarmac de l'aéroport Ben Gurion, le 22 mai 2017. (Crédit : GPO)
    Air Force One, avec le président américain Donald Trump à bord, sur le tarmac de l'aéroport Ben Gurion, le 22 mai 2017. (Crédit : GPO)

Le président américain Donald Trump est arrivé lundi en Israël, deuxième étape d’un voyage qui l’a déjà mené en Arabie saoudite et qui se poursuivra par une visite au Vatican, puis des escales à Bruxelles (sommet de l’Otan) et en Sicile (sommet du G7).

Le Times of Israël suit pour vous, en direct, les évènements de lundi.

Mike Huckabee accompagne 4 000 fidèles juifs au Tombeau de Joseph

Le rassemblement de prière annuel « “Yesod She’Ba’Yesod » au Tombeau de Joseph, à Naplouse, en Cisjordanie, a attiré quelque 4 000 fidèles hier soir, indique l’armée.

L’un d’entre eux est un invité surprise, l’ancien gouverneur de l’Arkansas Mike Huckabee, deux fois candidat aux primaires républicaines pour la présidence, et leader évangélique.

Huckabee accompagne Yossi Dagan, le directeur du conseil régional de Samarie. Dans une vidéo publiée sur le site Israel National News, il est vu prier dans le Tombeau avec certains fidèles juifs.

Plusieurs Palestiniens de Naplouse ont jeté des pierres sur le convoi de bus et de véhicules sécuritaires. La police a arrêté quelques suspects. Il n’y a pas eu de blessé, et l’incident n’a pas perturbé les prières.

L'ancien gouverneur républicain de l'Arkansas Mike Huckabee dans la Trump Tower, àNew York City, le 18 novembre 2016. (Crédit : AFP/Dominick Reuter)
L’ancien gouverneur républicain de l’Arkansas Mike Huckabee dans la Trump Tower, àNew York City, le 18 novembre 2016. (Crédit : AFP/Dominick Reuter)

Média libanais : Trump et Sissi d’accord sur un sommet régional pour la paix

Le quotidien libanais Al-Akhbar affirme que le président américain Donald Trump et son homologue égyptien Abdel-Fattah el-Sissi se sont mis d’accord, pendant leur rencontre en Arabie saoudite ce week-end, pour organiser un sommet régional pour la paix, soit à Charm el-Cheikh, dans la péninsule du Sinaï, soit à Washington.

Le journal, allié du groupe terroriste du Hezbollah, dit que Trump discutera du sommet avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas quand il les verra ces deux prochains jours, indique Ynet.

Le journal cite une source diplomatique disant que la Jordanie et l’Arabie saoudite prévoient elles aussi de s’impliquer dans les discussions.

Le président américain Donald Trump, à gauche, avec son homologue égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, à la Maison Blanche à Washington, D.C., le 3 avril 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)
Le président américain Donald Trump, à gauche, avec son homologue égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, à la Maison Blanche à Washington, D.C., le 3 avril 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)

Les Palestiniens disent que les Saoudiens ont convaincu Trump de retarder le déplacement de l’ambassade

Des sources palestiniennes disent à la radio militaire que des responsables saoudiens ont convaincu le président américain Donald Trump de ne pas déplacer l’ambassade des Etats-Unis en Israël de Tel Aviv à Jérusalem.

Trump a promis à plusieurs reprises de déplacer l’ambassade pendant sa campagne présidentielle l’année dernière, disant même à ses partisans qu’il était différent des autres candidats comme George W. Bush et Bill Clinton qui avaient fait cette promesse sans jamais la tenir.

Depuis qu’il est président, Trump est resté silencieux quand les Israéliens lui ont demandé quand est-ce qu’il tiendrait sa promesse.

Selon des responsables palestiniens, une partie des réticences de Trump est causée par l’intervention du ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, qui a convaincu Trump de reporter le déplacement afin de pouvoir ouvrir une fenêtre d’opportunités pour reprendre les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, à droite, avec le représentant spécial du président américain Jason Greenblatt, pendant le sommet de la Ligue arabe, en Jordanie, le 29 mars 2017. (Crédit : Khalil Mazraawi/AFP)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, à droite, avec le représentant spécial du président américain Jason Greenblatt, pendant le sommet de la Ligue arabe, en Jordanie, le 29 mars 2017. (Crédit : Khalil Mazraawi/AFP)

Après la révolte, les ministres pourront serrer la main de Trump

Plusieurs ministres du gouvernement israélien protestaient hier en affirmant qu’il n’était pas nécessaire qu’ils soient présents à la cérémonie d’accueil du président américain Donald Trump, qui doit commencer dans une heure.

Ils ne sont que le « décor », s’est plaint hier un ministre pendant la réunion du cabinet, poussant le Premier ministre Benjamin Netanyahu à mettre fin prématurément à la réunion et à ordonner, énervé, à tous les ministres d’être présents, qu’ils soient d’accord ou pas.

Ce matin, le bureau du Premier ministre annonce que les responsables américains et israéliens se sont mis d’accord pour que Trump serre la main de tous les ministres israéliens, pour justifier leur présence.

Miri Regev, ministre de la Culture, explique le désarroi des ministres à la radio militaire : « Nous n’avons pas besoin d’être là pour la mise en cène. C’est une attente de quatre heures, des heures de travail, des appels, des mails, des réunions, j’ai des choses à faire pendant ces quatre heures. Nous traîner là-bas pour être un décor, c’est affreux. C’est en dessous de la dignité du gouvernement d’Israël, et ne montre pas plus de respect au président Trump. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et sa ministre de la Culture et des Sports Miri Regev pendant la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 11 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et sa ministre de la Culture et des Sports Miri Regev pendant la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 11 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Hamas accuse Trump d’attenter à la « résistance » palestinienne

Le mouvement terroriste palestinien du Hamas s’est insurgé dans la nuit de dimanche à lundi contre les propos tenus à son encontre par le président américain Donald Trump, y voyant une atteinte à la « résistance » palestinienne.

« Le vrai tribut payé à ISIS (le groupe Etat islamique) (…), à Al-Qaïda, au Hezbollah, au Hamas et à tant d’autres ne se calcule pas en nombre de morts, il se calcule aussi en générations de rêves évanouis », a dit M. Trump dimanche dans un discours à Ryad.

Le Hamas refuse d’être assimilé à une organisation « terroriste », a dit à l’AFP Fawzi Barhoum, porte-parole du Hamas dans la bande de Gaza, territoire gouverné sans partage par le mouvement islamiste depuis 2007.

Les propos de M. Trump « visent à souiller la réputation de la résistance palestinienne », a-t-il dit.

Fawzi Barhoum, porte-parole du Hamas. (Crédit : capture d’écran YouTube)
Fawzi Barhoum, porte-parole du Hamas. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Mouchir al-Masri, haut responsable du Hamas, a accusé M. Trump de « s’aligner sur les politiques de l’occupant », Israël.

– avec AFP

Le Pont des cordes de Jérusalem souhaitera la bienvenue à Trump en lumière

Le président Donald Trump ne devrait pas prendre la principale autoroute menant de Tel Aviv à Jérusalem durant son séjour, mais s’il devait échanger son hélicoptère pour une voiture (et s’il circulait pendant quelques heures lundi soir), il serait salué à l’entrée de la ville par un message projeté sur l’emblématique Pont des cordes de la ville.

En l’honneur de l’arrivée de Trump, des systèmes de sons et lumières habilleront de rouge, de blanc et de bleu les câbles massifs qui maintiennent le pont. Le mot « bienvenue » sera projeté en anglais sur l’ascension verticale du pont.

Dans la nuit de mardi à mercredi, en l’honneur du 50e anniversaire de l’unification de la ville, les câbles du pont seront ornés d’étoiles juives montantes et de rayures bleues et blanches pour rappeler le drapeau israélien.

Ces projections représentent l’installation de 4 000 pixels de lumières le long de 68 câbles sur 118 mètres de haut. Même si la vaste place du pont a doublé pour les concerts de la Journée de l’Indépendance israélienne et les feux d’artifice, cette addition d’ampoules est une première, selon la municipalité de Jérusalem.

Vue nocturne du pont des Cordes à l'entrée de Jérusalem, le 20 novembre 2013  (Crédit : Miriam Alster/Flash 90/file)
Vue nocturne du pont des Cordes à l’entrée de Jérusalem, le 20 novembre 2013 (Crédit : Miriam Alster/Flash 90/file)

– Lisa Klug

Grève en Cisjordanie pour les prisonniers palestiniens

Les Palestiniens de Cisjordanie observaient une grève générale largement suivie lundi en soutien aux prisonniers en grève de la faim dans les prisons israéliennes, le jour de l’arrivée de Donald Trump en Israël, ont rapporté les journalistes de l’AFP.

Tous les magasins étaient fermés et les rues vides à Ramallah, siège de l’Autorité palestinienne, préfiguration d’un Etat qui se fait toujours attendre et interlocutrice de la communauté internationale.

Aucun taxi ni transport ne circulait. A Hébron, dans le sud, magasins, écoles et bâtiments publics ont également fermé leurs portes, a rapporté un correspondant de l’AFP.

Des barrages de bennes à ordures ou de voitures garées en travers de la route ont été dressés devant les camps de réfugiés proches de Ramallah.

Des centaines de Palestiniens sont en grève de la faim dans les prisons israéliennes depuis 36 jours pour obtenir de meilleures conditions de détention.

Leurs supporteurs ont dit leur intention de sensibiliser M. Trump à la cause des prisonniers. M. Trump, attendu lundi en Israël, rencontrera mardi à Bethléem, en Cisjordanie, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

– avec AFP

Tillerson évoque « une opportunité de faire progresser la paix »

Le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson a estimé lundi, au moment où Donald Trump arrivait en Israël, qu’il existait une « opportunité de faire progresser les discussions de paix » entre Israéliens et Palestiniens.

Le président « a le sentiment qu’il y a une occasion à saisir », a déclaré le secrétaire d’Etat américain à bord d’Air Force One peu avant l’atterrissage.

« Le président a indiqué qu’il était prêt à s’impliquer personnellement », a-t-il ajouté.

Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, à Washington, D.C., le 23 mars 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)
Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson, à Washington, D.C., le 23 mars 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)

– AFP

Steinitz redit son inquiétude après les ventes d’armes de Trump aux Saoudiens

Le ministre de l’Energie, Yuval Steinitz, répète ses préoccupations au sujet de l’important accord de ventes d’armes signés par le président américain Donald Trump et les Saoudiens, et annoncé pendant la visite du président à Ryad pendant le week-end.

Sur le tarmac de l’aéroport Ben Gurion, où il attend l’arrivée de Trump, Steinitz dit à la Deuxième chaîne que « tout d’abord, nous saluons Trump et ses efforts pour renforcer la coalition anti-Iran au Moyen Orient. Ceci dit, des centaines de milliers d’armes sophistiquées pour l’Arabie saoudite, cela devrait nous mener à poser les bonnes questions. »

Il explique que « nous sommes au Moyen Orient. Aujourd’hui, nous sommes du côté des Saoudiens contre l’agression iranienne, demain, qui sait ce qu’il se passera en Arabie saoudite. C’est pour cela que notre avantage [militaire] qualitatif doit être préservé. »

Yuval Steinitz, ministre de l'Énergie, devant la Knesset, le 7 septembre 2015 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Yuval Steinitz, ministre de l’Énergie, devant la Knesset, le 7 septembre 2015 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Rivlin à Trump : « Israël a besoin d’une Amérique forte »

Le président Reuven Rivlin est le premier à s’exprimer, accueillant ses invités et saluant l’alliance israélo-américaine « inébranlable ».

« Israël a besoin d’une Amérique forte, et les Américains ont besoin d’un Israël fort », dit Rivlin.

« Au Moyen Orient, une région qui souffre du terrorisme, de l’oppression et de la folie, l’alliance entre les Etats-Unis et Israël brille comme un phare de liberté et de progrès. »

Le peuple d’Israël est excité par le premier voyage de Trump en Israël, pour lequel ils ont de « grandes attentes », ajoute le président.

« Votre visite est un symbole de l’alliance inébranlable entre Israël et l’Amérique. Vous êtes le président du plus grand et plus important allié d’Israël. Vous êtes un ami sincère d’Israël et du people juif », dit Rivlin.

Le président mentionne que cette semaine, Israël célèbre le 50e Yom Yeroushalayim, la Journée de Jérusalem, sans préciser qu’il marque la réunification de la ville après la guerre des Six Jours.

« Cela nous rend très heureux de savoir que le plus important allié d’Israël reconnait l’importance de Jérusalem pour le peuple juif, dit Rivlin. Jérusalem est le cœur battant du peuple juif, comme il l’a été depuis 3 000 ans. »

Enfin, Rivlin mentionne le fait que Trump, pendant son premier voyage présidentiel à l’étranger, aura visité les lieux saints des trois religions monothéistes.

« Nous avons des croyances différentes, mais nous louons tous le même Dieu, dit le président israélien. Nous pouvons travailler ensemble vers un futur meilleur. Nous devons continuer à le faire, ensemble. Bienvenue en Israël. Dieu bénisse Israël. Dieu bénisse l’Amérique. Dieu bénisse Israël. »

Reuven Rivlin, le 22 mai 2017 (Crédit : Capture d’écran YouTube)
Reuven Rivlin, le 22 mai 2017 (Crédit : Capture d’écran YouTube)

– Raphael Ahren

Netanyahu salue la “visite historique” de Trump

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prononce un discours, disant que la visite du président américain Donald Trump est « réellement historique ».

« Jamais auparavant, le premier voyage à l’étranger du président des Etats-Unis n’avait inclus une visite en Israël, dit-il. Merci, M. le président. Merci pour cette puissante expression de votre amitié pour Israël. »

« M. le président, hier, en Arabie saoudite, vous avez prononcé un discours vigoureux sur le terrorisme et l’extrémisme, et appelé les forces de la civilisation à affronter les forces du barbarisme. Depuis 69 ans, Israël fait exactement cela. Nous avons été sur la ligne de front de la civilisation. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant son discours d'accueil du président américain Donald Trump, sur le tarmac de Ben Gurion, le 22 mai 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube/Maison Blanche)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant son discours d’accueil du président américain Donald Trump, sur le tarmac de Ben Gurion, le 22 mai 2017. (Crédit : capture d’écran YouTube/Maison Blanche)

« En agissant ainsi, nous avons protégé toutes les religions, les musulmans, les chrétiens, chacun, poursuit Netanyahu. Dans tout le Moyen Orient, les communautés chrétiennes sont décimées. Nous sommes fiers de notre communauté chrétienne florissante. »

« La main d’Israël est tendue vers la paix avec tous nos voisins, notamment les Palestiniens. La paix que nous cherchons est sincère, dans laquelle l’Etat juif est reconnu, la sécurité reste entre les mains d’Israël, et le conflit prend fin une fois pour toute. »

« M. le président, vous venez de faire un vol Ryad-Tel Aviv, dit-il. J’espère qu’un jour, un Premier ministre israélien pourra voler de Tel Aviv à Ryad. »

« Je suis confiant pour que, sous votre direction, la remarquable alliance entre Israël et les Etats-Unis devienne encore plus grande, encore plus forte. »

« Au nom du gouvernement et de tout le peuple d’Israël, nous vous accueillons en Israël. Que Dieu vous bénisse, M. le président, que Dieu bénisse Israël, et que Dieu bénisse les Etats-Unis d’Amérique. »

Trump à Israël : « les Etats-Unis sont avec vous »

Le président des Etats-Unis Donald Trump a affirmé lundi, à son arrivée en Israël, sa conviction qu’il existait « une rare opportunité » d’apporter la paix dans la région.

« Merci, et shalom. C’est merveilleux d’être ici en Israël. Président Rivlin, Mme Rivlin, Premier ministre Netanyahu, Mme Netanyahu, merci beaucoup. Je suis profondément reconnaissant de votre invitation, et très, très honoré d’être avec vous. »

Trump salue « l’alliance inébranlable » entre Israël et les Etats-Unis. « Pour mon premier voyage à l’étranger en tant que président, je suis venu sur cette terre ancienne et sacrée pour réaffirmer l’alliance inébranlable entre les Etats-Unis et l’Etat d’Israël. »

« Sur cette terre, si riche d’histoire, Israël a construit l’une des plus grandes civilisations. Une nation forte, résiliente, déterminée et prospère. »

« C’est aussi une nation forgée sur l’engagement que nous ne permettrons plus jamais aux horreurs du siècle dernier de se répéter. A présent, construisons ensemble un futur où les pays de la région sont en paix, et où tous nos enfants peuvent grandir, forts et libérés du terrorisme et de la violence. »

« Pendant mon voyage ces derniers jours, j’ai trouvé de nouvelles raisons d’espérer. Je viens d’achever une visite en Arabie saoudite, où j’ai rencontré hier le roi Salmane et les dirigeants de tout le monde arabe et musulman. Pendant cette visite, j’ai conclu un accord historique pour poursuivre une [coopération] encore et toujours plus grande contre le terrorisme. »

« Nous avons devant nous une rare opportunité d’apporter la sécurité, la stabilité et la paix dans cette région et à ses peuples, en battant le terrorisme et en créant un futur d’harmonie, de prospérité et de paix. »

« Mais nous ne pouvons y arriver qu’en travaillant ensemble. Il n’y a pas d’autre moyen, M. le président, M. le Premier ministre, j’attends avec impatience de travailler avec vous deux pendant mon séjour. »

« Nous aimons Israël, nous respectons Israël, et j’apporte les salutations les plus chaleureuses de votre ami et allié, de tout le peuple des Etats-Unis d’Amérique. Nous sommes avec vous. »

Ex chef de la Ligue Arabe : seul un gel des implantations peut détendre les liens avec Israël

Amr Moussa affirme qu’il ne peut y avoir aucun mouvement vers la normalisation sans réel progrès sur une solution à deux états.

Amr Moussa au Forum économique mondial de Davos (Crédit : capture d'écran YouTube)
Amr Moussa au Forum économique mondial de Davos (Crédit : capture d’écran YouTube)

Pour lire l’interview en entier

Erdan parle par erreur à Trump d’une « attaque terroriste » à Tel Aviv qui n’en était pas une

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan commet ce qui pourrait être le premier faux pas de la visite officielle du président américain, parlant à Donald Trump, pendant qu’il serre la main des ministres du gouvernement Netanyahu, d’un « incident » qui a eu lieu aujourd’hui à Tel Aviv.

Erdan fait référence à un accident de la route dans le sud de Tel Aviv qui a fait cinq blessés légers et déclenché des craintes d’une attaque terroriste, mais la police a rapidement indiqué qu’il s’agissait d’un accident.

Erdan a passé les quatre dernières heures à attendre Trump à l’aéroport. Il a pu ne pas recevoir les dernières informations de la police.

Serrant des dizaines de mains, Trump s’arrête pour parler avec Herzog

Au moment de serrer la main du chef de l’opposition, Isaac Herzog, dans la ligne des dignitaires, le président américain Donald Trump s’est brusquement arrêté pour parler pendant une minute entière avec Herzog et le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Les micros n’ont pas permis d’entendre ce dont ils parlent, mais ceci ne s’est pas produit avec les autres dignitaires.

Hazan défie Netanyahu en prenant un selfie avec Trump

Les dizaines de ministres, de vice-ministres, de leaders religieux, les chefs de l’armée, de la police et du Mossad – tous ont été en mesure de serrer la main de Trump avec une dignité sereine.

Quelques-uns, comme le ministre de !’Education Naftali Bennett et le ministre de la Protection environnementale Zeev Elkin, lui ont demandé de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël.

Mais seul Oren Hazan, issu du Likud, au grand dam de Netanyahu – et malgré la tentative du Premier ministre de baisser le bras de Hazan et de l’en empêcher – a sorti son téléphone cellulaire et a pris un selfie aux côtés du président américain.

Il faut également noter que Hazan n’était pas supposé figurer au premier rang des dignitaires.

Un micro révèle les plaisanteries de Netanyahu et de Trump sur le protocole

La Deuxième chaîne a monté le son de ses micros lors de la cérémonie et donné un aperçu de la conversation entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président américain Donald Trump.

Les deux hommes se sont appelés « mon ami » l’un l’autre lors de leurs retrouvailles sur le tapis rouge.

« Bonjour, mon ami », a dit Trump.

« Bienvenue, mon cher ami », a répondu Netanyahu.

Alors qu’ils descendaient le tapis rouge, les deux hommes se sont interrogés sur le protocole.

Netanyahu a confessé : « nous avons tous ce protocole. Nous ne savons jamais en quoi il consiste ».

Truump a répondu : « Quel est le protocole ? Vous avez une idée de ce qu’il est ? »

Les deux hommes se sont esclaffés.

Trump atterrit à Jérusalem

Marine One a atterri à la First Station de Jérusalem, une zone de culture et de loisirs située dans le centre de la ville à proximité des appartements de Trump au King David Hotel.

‘Les médias nous haïssent mais la population nous adore, comme vous’, dit Sara Netanyahu à Trump

La Deuxième chaîne a attrapé les paroles adressées par Sara Netanyahu sur le tarmac de l’aéroport Ben Gourion au président américain Donald Trump et à sa femme Melania, disant qu’ils avaient quelque chose en commun.

« Vous savez en Israël tout le monde nous adore, les médias nous haïssent mais la population nous adore », a-t-elle dit au couple Trump. « Comme vous ».

“Nous avons beaucoup de choses en commun », a répondu Trump.

« Nous en parlerons pendant le dîner », a promis Sara Netanyahu.

Trump signe le Livre d’Or à la résidence présidentielle

Le président américain Donald Trump a signé le traditionnel Livre d’Or à la résidence présidentielle, signé par chaque chef d’État qui rend visite au président Reuven Rivlin.

Le message : « C’est un tel honneur d’être en Israël et être avec mes grands amis ».

Donald Trump signe le Livre d’Or à la résidence présidentielle (Crédit : capture d'écran GPO)
Donald Trump signe le Livre d’Or à la résidence présidentielle (Crédit : capture d’écran GPO)
Le message de Donald Trump inscrit sur le livre d'Or de la résidence de la présidence de Jérusalem (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
Le message de Donald Trump inscrit sur le livre d’Or de la résidence de la présidence de Jérusalem (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

Trump voit “un sentiment incroyablement bon” envers Israël parmi les Saoudiens

Le président américain Donald Trump dit avoir entendu un « sentiment incroyablement bon » envers Israël de la part des dirigeants saoudiens.

« Nous arrivons à peine d’Arabie saoudite. Nous avons été incroyablement bien traités. Il y a un sentiment incroyablement bon [envers Israël] », dit Trump au président Reuven Rivlin pendant sa visite à la résidence présidentielle de Jérusalem.

L’opposition partagée aux ambitions iraniennes dans la région a entraîné un changement, dit Trump.

« J’ai vu un sentiment si différent envers Israël de pays qui n’étaient pas si bien disposés envers Israël il n’y a pas si longtemps. C’est un vrai plus. Nous sommes très heureux de cela. »

« Vous avez une grande opportunité. Il y a un sentiment incroyable pour la paix. Les gens en ont assez des bains de sang. »

Pendant sa visite en Arabie saoudite, se vante-t-il, « ils disent qu’il n’y a jamais rien eu comme cela avant. C’était un vrai rassemblement. Et maintenant, être en Israël est très spécial. »

Rivlin affirme l’espoir de la paix. « Nous prions pour la paix et poussons pour la paix depuis 100 ans. »

Le président et la première dame Rivlin saluent le président américain, le 22 mai 2017 (Crédit : Avi Ohayon /GPO)
Le président et la première dame Rivlin saluent le président américain, le 22 mai 2017 (Crédit : Avi Ohayon /GPO)

Colère après le selfie de Hazan avec Trump

Les responsables israéliens sont furieux contre le député Oren Hazan, qui s’est frayé un chemin pour prendre un selfie avec le président américain Donald Trump.

« C’est une vraie honte », a déclaré un responsable israélien furieux pendant une conversation privée. « Il devrait être sanctionné pour cela. »

Hazan, député controversé du Likud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu, ne devait pas se trouver dans la ligne des dignitaires serrant la main de Trump, mais a réussi à s’y faire une place.

Donald Trump et Oren Hazan, le 22 mai 2017 (Crédit : Twitter/Oren Hazan)
Donald Trump et Oren Hazan, le 22 mai 2017 (Crédit : Twitter/Oren Hazan)

Rivlin réclame de « nouvelles idées » pour résoudre le conflit

Accueillant le président américain Donald Trump pour sa première visite en Israël, le président Reuven Rivlin a demandé de « nouvelles idées » pour faire avancer le processus de paix israélo-palestinien.

« Notre destin – Palestiniens et Juifs – est de vivre ensemble sur cette terre. Nous devons construire la confiance et la coopération entre nous », dit Rivlin à la résidence présidentielle de Jérusalem, le premier arrêt de la visite de deux jours de Trump. « Mais pour réussir cela, nous avons besoin de nouvelles idées, d’une nouvelle énergie, qui nous aidera à avancer, ensemble. »

Si Arabes et Israéliens concluent un accord de paix, la région pourrait devenir un « oasis », poursuit Rivlin. « Mais nous devons être certains que nous n’allons pas nous coucher avec un rêve pour nous réveiller avec un cauchemar : avec l’Iran, l’Etat islamique et le Hamas à nos frontières. Pour rêver, nous devons être certains que l’Iran est sorti, sorti de nos frontières, sorti de Syrie, sorti du Liban. »

Rivlin remercie son homologue américain de sa volonté pour faire progresser les négociations de paix israélo-palestiniennes. Rivlin dit « nous voulons progresser, et nous devons le faire, ensemble. »

Le président Reuven Rivlin aux côtés de son homologue américain Donald Trump, à la résidence présidentielle de Jérusalem, le 22 mai 2017. (Crédit : capture d'écran GPO)
Le président Reuven Rivlin aux côtés de son homologue américain Donald Trump, à la résidence présidentielle de Jérusalem, le 22 mai 2017. (Crédit : capture d’écran GPO)

Pendant son discours, le chef d’Etat israélien salue la nouvelle administration américaine pour sa détermination à réprimer le terrorisme, indiquant que la Maison Blanche devrait envisager d’autres actions militaires contre la Syrie.

« M. le président, nous sommes heureux de voir que l’Amérique est de retour dans la région. L’Amérique est revenue, dit Rivlin. Vous avez indiqué que la défaite de l’Etat islamique était l’une de vos missions prioritaires. C’est un objectif de la plus haute importance. Israël fera tout ce qui est son pouvoir pour vous aider dans cette mission. »

Jérusalem apprécie que Washington affronte le régime d’Assad en Syrie, qui a utilisé plusieurs fois des armes chimiques contre ses propres civils, poursuit Rivlin.

« Il y a des lignes rouges qui ne doivent jamais être franchies. Il y a un prix qui doit être payé par ceux qui violent les valeurs humaines les plus fondamentales. Des actions supplémentaires doivent être envisages face aux horreurs qui se déroulent, de l’autre côté de notre frontière. »

Trump décrit Israël comme un « pays merveilleux »

Trump a dit à Rivlin qu’Israël est un « pays merveilleux ».

« Ce que vous avait fait n’a surement jamais été réalisé ailleurs. Pour mon premier voyage à l’étranger, je me rends dans cette terre antique pour réaffirmer l’amitié indéfectible qui lie les États-Unis et l’État d’Israël. »

Trump exige que l’Iran « cesse ses essais et l’armement de ses groupes terroristes immédiatement »

Le président des Etats-Unis Donald Trump a accusé avec force lundi, au premier jour de sa visite en Israël, l’Iran de soutenir les « terroristes » et a martelé la nécessité de faire en sorte que Téhéran n’ait « jamais » l’arme nucléaire.

« Les Etats-Unis et Israël peuvent affirmer d’une même voix que l’Iran ne doit jamais posséder une arme nucléaire, jamais, et qu’il doit cesser le financement, l’entraînement et l’équipement meurtrier de terroristes et de milices, et qu’il doit cesser immédiatement », a déclaré M. Trump lors d’une brève allocution en présence du président israélien Reuven Rivlin.

« Nous ne sommes pas seulement amis de longue date, nous sommes aussi des alliés et des associés. Nous sommes ensemble. Cette période de l’histoire appelle au renforcement de la coopération, à l’heure ou Israël et l’Amérique font face à des menaces de la part de groupes comme l’État islamique, entre autres groupes terroristes, et de la part de pays comme l’Iran, qui parraine et fomente la violence ici et dans le monde entier. »

Il ajoute : « le plus important, c’est que les États-Unis et Israël puissent déclarer à l’unisson que l’Iran ne doit pas être autorisé à posséder l’arme nucléaire, jamais au grand jamais, et qu’il doit cesser l’entraînement et le financement de groupes terroristes et de milices ».

Il y a « un consensus profond dans le monde, y compris dans le monde arabe ».

Trump a parlé de son escale en Arabie saoudite durant le week-end. « Le roi Salmane s’inquiète réellement, et je peux vous le dire, rêve de voir la paix entre Israël et Palestiniens ».

« De nombreux [dirigeants musulmans] ont manifesté leur détermination à mettre fin au terrorisme et à la radicalisation. Les pays arabes voisins réalisent de plus en plus qu’ils partagent une cause avec vous, la menace de l’Iran. Et ne vous méprenez pas, la menace est réelle. »

Trump se dit « impatient » de parler du processus de paix

Donald Trump a ensuite abordé la question du processus de paix, et a remercié le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Reuven Rivlin pour leur « engagement envers la paix ».

Il a ajouté qu’il était « impatient de parler du processus de paix avec le président palestinien Abbas ».

« Les jeunes israéliens et les enfants palestiniens méritent de vivre en sécurité et de poursuivre leurs rêves, libérés de la violence qui a détruit tant de vies. »

Il appelle également à intensifier le commerce entre les États-Unis et Israël.

« Les États-Unis et Israël peuvent faire prospérer nos peuples en intensifiant les échanges et le commerce. »

Il s’est tourné vers Rivlin et a déclaré : » je vais tenter de réduire un tout petit peu ce déficit commercial. Ça vous va ? », puis s’est adressé au public, hilare, « il préfère laisser tel quel ».

Il conclut : « Je suis confiant qu’ensemble, nous pourrons réaliser de grandes choses, qu’ensemble, nous pourrons atteindre nos objectifs ».

Légère émeute à la Porte de Jaffa, la police disperse les manifestants

Une manifestation a éclaté près de la Porte de Jaffa, à l’entrée de la Vieille ville de Jérusalem, durant la visite du président américain Donald Trump dans la capitale, a indiqué la police.

Les manifestants sont des juifs, mais les motifs précis de l’émeute ne sont pas clairs.

Les forces de polices présentes sur les lieux ont rapidement dispersé les manifestants et la zone a été bouclée dans le cadre des procédures de sécurité pour le voyage de Trump, selon un porte-parole de la police.

Trump salue les dirigeants de plusieurs églises, et commence sa visite du Saint Sépulcre

Le président américain Donald Trump et sa femme Melania ont rencontré les chefs de plusieurs dénominations chrétiennes dans l’un des lieux les plus saints du Christianisme, l’Église du Saint Sépulcre, dans la Vieille ville de Jérusalem.

Rouhani : Le sommet de Ryad était un « show » sans « aucune valeur politique »

Le sommet ayant réuni à Ryad les Etats-Unis, les pays arabes et des Etats musulmans et au cours duquel l’Iran a été vivement critiqué, a été un « show’ sans « aucune valeur politique, a déclaré lundi le président iranien Hassan Rohani.

« La réunion en Arabie saoudite était un show qui n’a aucune valeur politique, ni concrète; l’Arabie saoudite a déjà organisé de tels shows par le passé », a déclaré M. Rohani à Téhéran lors de sa première conférence de presse depuis sa réélection vendredi.

Hassan Rouhani, président iranien, pendant une conférence de presse à Téhéran, le 17 janvier 2017. (Crédit : Atta Kenare/AFP)
Hassan Rouhani, président iranien, pendant une conférence de presse à Téhéran, le 17 janvier 2017. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

Fin de la visite du Saint Sépulcre, Trump en route vers le mur Occidental

Le convoi de Trump a quitté l’église du Saint sépulcre et s’est dirigée vers le mur Occidental.

Trump deviendra le premier président américain en exercice à se rendre au mur Occidental, le site de prière le plus saint du judaïsme.

Cette visite au mur Occidental avait suscité la controverse avant que Trump ait seulement quitté Washington, lorsque des responsables américains avaient refusé de dire si le site appartenait à Israël.

Affrontements pendant la visite de Trump : 3 Palestiniens blessés par des balles réelles

Le Croissant rouge palestinien a annoncé lundi dans un communiqué adressé au Times of Israël qu’il soignait trois Palestiniens touchés par des tirs à balle réelle pendant des affrontements en Cisjordanie entre les forces de sécurité israéliennes et des manifestants palestiniens.

Vingt-six autres Palestiniens sont soignés pour des blessures plus légères.

Les manifestations palestiniennes ont été organisées dans toute la Cisjordanie par solidarité avec les plus de 1 000 prisonniers palestiniens en grève de la faim dans les prisons israéliennes, qui en sont à leur 36e jour de grève.

Au moins deux Palestiniens ont été blessés par des tirs à balle réelle au checkpoint de Qalandiya, entre Israël et la Cisjordanie, selon le Croissant rouge, tandis que l’agence de presse palestinienne Maan parle de trois blessés par des tirs à balle réelle.

Des secouristes du Croissant rouge palestinien. Illustration. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Des secouristes du Croissant rouge palestinien. Illustration. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Une autre personne a été blessée par ces tirs pendant des affrontements dans le village de Nabi Saleh, trois autres personnes ont été brûlées et deux autres ont inhalé du gaz lacrymogène à Abu Dis.

De plus, dans le village d’Azzun, près de Qalqilya, le Croissant rouge indique que 18 personnes ont inhalé du gaz lacrymogène. A Khaduri, village proche de Tulkarem, deux personnes ont inhalé du gaz, et à Zif, une personne est soignée pour une blessure causée par une balle en caoutchouc.

Tous ceux qui ont été blessés par des tirs à balle réelle sont dans un état « stable ».

– Dov Lieber

Trump, premier président américain en exercice au mur Occidental

Donald Trump s’est recueilli lundi en milieu d’après-midi devant le mur Occidental, à Jérusalem, devenant le premier président américain en exercice à se rendre sur ce haut lieu du judaïsme.

Sous haute surveillance, Trump a posé la main sur le mur et a glissé, selon la tradition, un bout de papier dans les interstices entre les pierres. Il s’est rendu au mur sans être accompagné d’un dirigeant israélien.

Donald Trump et Jared Kushner au mur Occidental, le 22 mai 2017 (Crédit : US embassy Tel aviv)
Donald Trump et Jared Kushner au mur Occidental, le 22 mai 2017 (Crédit : US embassy Tel aviv)

Sa fille Ivanka Trump et son épouse Mélania se sont rendues dans la partie réservées aux femmes.

– AFP

La police enquête sur une possible attaque au couteau près de Jérusalem

La police annonce que les forces de sécurité ont « neutralisé » un Palestinien qui tentait de poignarder des garde-frontières à un poste d’Abu Dis, quartier de Jérusalem Est.

Aucun policier ne serait blessé. L’état de santé de l’attaquant n’est pas encore connu.

— Judah Ari Gross

Rouhani prévient Washington que ses tests de missiles continueront « si nécessaire »

L’Iran continuera ses tests de missile tant que ce sera « nécessaire », a déclaré lundi le président Hassan Rouhani après l’appel des Etats-Unis à les cesser.

« Sachez que lorsque nous aurons besoin techniquement de faire des tests de missile nous le ferons et nous ne demanderons la permission à personne », a dit Rouhani lors d’une conférence de presse, sa première depuis sa réélection vendredi pour un nouveau mandat.

– AFP

La police annonce que le Palestinien auteur d’une tentative d’attentat à l’arme blanche contre des militaires israéliens est mort

Le Palestinien touché par des balles alors qu’il tentait de poignarder deux agents de la police des frontières à un poste de garde situé dans le quartier d’Abu Dis à Jérusalem-est est décédé, a fait savoir la police.

Aucun membre des forces de sécurité israéliennes n’a été blessé dans l’incident.

Cette tentative d’attentat au couteau survient alors que le président américain Donald Trump visitait le mur Occidental dans la Vieille ville de Jérusalem.

Melania Trump et Sara Netanyahu en visite à l’hôpital Hadassah

Sara Netanyahu accompagne Melania Trump en visite à l’hôpital Hadassah Ein Kerem de Jérusalem.

Les deux premières dames ont été accueillies par la présidente d’Hadassah, Ellen Hershkin, et le directeur de l’hôpital, le professeur Zeev Rotstein.

Les deux femmes ont participé à un projet artistique avec les enfants hospitalisés dans le jardin de l’hôpital.

Trump : l’Iran devrait être “reconnaissant” pour l’accord nucléaire

Le président américain Donald Trump dit au Premier ministre Benjamin Netanyahu, pendant leur réunion à l’hôtel King David de Jérusalem, que l’Iran devrait être reconnaissant envers les Etats-Unis pour les bénéfices reçus dans le cadre de l’accord nucléaire de 2015.

« Nous leurs avons apporté richesse et prospérité […] et une capacité à poursuivre le terrorisme », dit-il.

Netanyahu le remercie de sa position de la veille contre l’Iran, dans un discours prononcé par Trump en Arabie saoudite.

Trump dit être « honoré » d’être le premier président américain à se rendre au mur Occidental.

Trump dément avoir dit aux Russes que le renseignement venait d’Israël

Le président américain Donald Trump dit à des journalistes qu’il n’a « jamais mentionné le mot Israël » pendant sa rencontre avec des responsables russes la semaine dernière, pendant laquelle il a divulgué un renseignement sensible qui proviendrait d’Israël.

A l’hôtel King David de Jérusalem, Trump dit aux journalistes qui les informations selon lesquelles Israël est la source de ce renseignement étaient à nouveau quelque chose « où vous vous trompez ».

Netanyahu ajoute que la « coopération sur les renseignements [entre Israël et les Etats-Unis] est géniale. »

Un drone israélien s’écrase au sud du Liban

L’armée a annoncé que l’un de ses petits drones tactiques s’est écrasé au sud du Liban aujourd’hui.

« Il n’y a aucun risque de fuite d’information », a assuré un porte-parole de l’armée.

Le drone était un modèle Skylark, qui est typiquement utilisé pour des missions de courte portée.

L’armée enquête sur les circonstances de cette chute du drone.

Ces derniers mois plusieurs drones Skylark se sont écrasés en Syrie, au Liban et à Gaza. L’armée affirme que ce n’est pas dû à une erreur systémique unique, mais d’évènements indépendants.

– Judah A. Gross

13 Palestiniens seraient blessés suites à des affrontements avec l’armée en Cisjordanie

Les forces israéliennes auraient blessé 13 manifestants palestiniens dans une série d’affrontements en Cisjordanie, en soutien aux détenus palestiniens qui observent une grève de la faim dans les prisons israéliennes.

Selon l’agence de presse palestinienne Maan, les forces de sécurité ont utilisé des balles réelles et des balles en caoutchouc pour disperser les manifestants qui défilaient depuis Ramallah jusqu’au checkpoint de Qalandiya.

Des manifestations de solidarité ont également été organisées à Hébron.

Des sources médicales palestiniennes ont indiqué que 5 manifestants ont été touchés par des balles réelles à Qalandiya, mais un porte-parole de l’armée affirme que seuls les gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc ont été utilisés pour faire régner l’ordre.

Ivanka Trump a jugé sa visite au mur Occidental « profondément enrichissante »

La fille du président américain Donald Trump, Ivanka, a déclaré que sa visite au mur Occidental plus tôt dans la journée était « profondément enrichissante »

« C’était profondément enrichissant de visiter le lieu le plus sain de ma religion et d’y laisser un papier, et d’y prier », a-t-elle déclaré sur Twitter.

Ivanka, convertie au judaïsme, s’est rendue sur la partie réservée aux femmes sur au mur Occidental, après que son père s’est rendu sur la partie hommes. Son mari, Jared Kushner, est l’un des plus hauts conseillers du Trump.

La rencontre entre Netanyahu et Trump se poursuit à huis-clos

Après une séance photo et un rapide point presse, Netanyahu et Trump ont poursuivi leur rencontre à huis-clos à l’hôtel King David de Jérusalem.

Le président américain est accompagné du Secrétaire d’État Rex Tillerson, de l’envoyé spécial pour les négociations internationales Jason Greenblatt, et du haut-conseiller à la Maison Blanche, Jared Kushner.

Du côté israélien, sont présents l’ambassadeur aux États-Unis Ron Dermer, le haut conseiller en politique étrangère Jonathan Shechter et l’envoyé spécial de Netanyahu Isaac Molcho.

– Raphael Ahren –

Netanyahu reçoit Trump dans sa « très modeste » résidence pour le dîner

Benjamin et Sara Netanyahu accueillent Donald et Melania Trump dans a « très modeste » résidence du Premier Ministre à Jérusalem poru le dîner.

Le couple Trump a signé le Livre d’Or avant de poser pour une photo officielle avec le couple Netanyahu.

Yair Netanyahu rencontre le président américain et sa femme et affirme qu’il est un « grand fan ».

Le député critiqué pour son selfie présidentiel assure que Trump a « adoré »

Le député du Likud Oren Hazan a rejeté les critiques dont il a fait l’objet, après avoir pris un selfie avec un Trump mécontent, à son atterrissage en Israël plus tôt dans la journée. Il a affirmé aux médias que le président américain a « adoré ».

« Les protocoles sont là, mais on peut les contourner », a déclaré Hazan, un politicien réputé pour ses frasques, à la Dixième chaîne.
« Je me suis présenté gentiment, et je lui ai dit que l’on me surnomme le ‘Trump israélien », et il a adoré. »

« Il a même dit ‘j’aimerais qu’il y ait davantage de gens comme nous’ », a ajouté Hazan.

Le député, habitué aux scandales, a également rejeté la désapprobation de Netanyahu, en plaisantât que peut-être que le Premier ministre était déçu de ne pas avoir été invité à se faire photographier.

Donald Trump et Oren Hazan, le 22 mai 2017 (Crédit : Twitter/Oren Hazan)
Donald Trump et Oren Hazan, le 22 mai 2017 (Crédit : Twitter/Oren Hazan)

Lors de la cérémonie d’accueil, Hazan a sorti son téléphone portable et a pris un selfie avec le président américain, à la consternation de Netanyahu, qui a tenté de baisser le bras de Hazan pour l’empêcher de prendre la photo.

Netanyahu : Israël peut « freiner l’avancée de l’agression iranienne »

Netanyahu a accueilli Trump et sa femme Melania à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, affirmant qu’il est « absolument ravi » de recevoir le président américain et sa femme dans la « capitale unifiée » d’Israël et de l’État juif.

Il a évoqué la visite de Trump au mur Occidental et au Saint Sépulcre, et a assuré au chef d’État américain qu’Israël « protège les sites chrétiens comme personne ne le fait dans la région ».

« Nous sommes engagés envers la liberté de toutes les religions », dit-il.

Netanyahu a félicité Trump, qui a été le premier président américain en exercice à se rendre au mur Occidental, et a ajouté que « le peuple d’Israël vous applaudissent pour cela ».

Il a poursuivi en disant que Trump et lui ont eu une rencontre « excellente » plus tôt, et a remercié Trump pour le « changement de politique en Iran » et la « réaffirmation du leadership américain au Moyen Orient ».

Il a indiqué qu’ensemble, les deux pays peuvent « freiner l’avancée de l’agression iranienne », et travailler de concert pour la paix au Moyen Orient.

« Ce ne sera pas simple. Mais pour la première fois depuis des années, et monsieur le président, pour la première fois de ma vie, je vois l’espoir d’un changement. »

Trump appelle Netanyahu à profiter « des nouveaux partenariats » avec le monde arabe

Durant la conférence de presse conjointe avec Netanyahu, Trump a manifesté son optimisme au sujet d’un « nouveau degré de partenariat possible » entre Israël, les États-Unis et le monde arabe.

« Il y a de nombreuses choses qui peuvent arriver maintenant, qui n’auraient jamais pu arriver avant », a affirmé Trump. « Nous devons les saisir ensemble, nous devons tirer profit de la situation. »

Le président américain a raconté avoir rencontré de nombreux dirigeant arabes lors de son escale à Riyad au début de la semaine, et a affirmé que le roi Salmane d’Arabie saoudite « veut voir de grandes choses dans le monde ».

« Nous sommes disposés à travailler ensemble. Je crois qu’un nouveau degré de partenariat est possible, et qu’il va se réaliser », a-t-il dit.

Trump a également fait preuve d’optimisme quant à un « effort renouvelé », qui mènera à un accord de paix entre Israël et les Palestiniens.

« J’ai entendu que c’est l’un des accords les plus difficiles qui soient, mais j’ai le pressentiment que nous finirons par y arriver, je l’espère », a-t-il poursuivi. « Il y a beaucoup d’amour dans tout cela. »

La Maison Blanche indécise sur le statut de Jérusalem

L’administration Trump hésite encore sur le changement définitif de la politique américaine en déclarant Jérusalem comme capitale d’Israël.

Il y a un peu plus d’une heure, sur le site de la Maison Blanche, le discours de Trump et Netanyahu était annoncé et la localisation indiquait « Jérusalem, Israël »

Le site de la Maison Blanche annonce la conférence en précisant "Jérusalem, Israel", le 22 mai 2017. (Crédit : capture d'écran The White House)
Le site de la Maison Blanche annonce la conférence en précisant « Jérusalem, Israel », le 22 mai 2017. (Crédit : capture d’écran The White House)

Un peu moins d’une heure plus tard, le format a été modifié, pour n’indiquer que « Jérusalem ».

Le site de la Maison Blanche annonce le programme de Trump en indiquant seulement "Jérusalem", le 22 mai 2017. (Crédit : capture d'écran The White House)
Le site de la Maison Blanche annonce le programme de Trump en indiquant seulement « Jérusalem », le 22 mai 2017. (Crédit : capture d’écran The White House)

Aucune explication n’a été donné quant à cette modification.

L’administration américaine avait annoncé, en amont de la visite présidentielle qu’il ne reconnaitrait pas Jérusalem comme la capitale d’Israël, contrairement à sa promesse de campagne.

Enregistrer

Bennett exhorte Trump à reconnaitre Jérusalem comme capitale israélienne

Le chef du parti Habayit Hayehudi Naftali Bennett a renouvelé ses appels à l’intention de Trump, l’invitant à reconnaitre Jérusalem comme la capitale d’Israël.

Dans un discours prononcé à l’occasion de Yom Yeroushalayim, Bennett a déclaré au président américain qu’il avait « touché les cœurs des israéliens » en se rendant au mur Occidental.

Bennett qualifie la non-reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël de la part de la communauté internationale une « anomalie historique ».

« Jérusalem est notre capitale depuis 3000 ans, plus longtemps que ne l’est Paris pour la Franche, Londres pour l’Angleterre ou Washington DC pour les États-Unis », a-t-il déclaré lors d’un événement organisé au Palais de Congrès, à l’occasion de Yom Yeroushalayim.

« En tant que dirigeant du monde libre, et en tant que meilleur ami d’Israël, vous avez l’opportunité historique d’être le premier dirigeant à reconnaitre Jérusalem comme capitale éternelle d’Israël », a affirmé Bennett.

« Au nom du peuple juif, de droite comme de gauche, et au nom des Juifs du monde entier, j’en appelle à vous, aujourd’hui : président Trump ! Entrez dans l’Histoire ! Reconnaissez Jérusalem comme capitale d’Israël. »

Visite de Trump en Arabie: « un tournant » pour le roi Salmane

Le roi Salmane d’Arabie saoudite a qualifié lundi de « tournant » dans les relations avec Washington la visite du président Donald Trump à Ryad, qui a été marquée par l’annonce d’accords d’une valeur excédant 380 milliards de dollars.

Pendant son séjour samedi et dimanche, Donald Trump s’en est pris très violemment à l’Iran chiite, rival de l’Arabie saoudite sunnite, marquant une rupture par rapport à son prédécesseur Barack Obama qui avait amorcé un début de rapprochement avec Téhéran.

« C’est un tournant dans les relations entre les deux pays », a déclaré le souverain saoudien en parlant de la visite de M. Trump qui effectuait son premier déplacement à l’étranger.

Le roi, qui s’exprimait lors de la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres selon l’agence officielle SPA, a ajouté que « les consultations, la coopération et la coordination » allaient « s’intensifier » entre les deux pays.

Washington et Ryad ont annoncé des méga-contrats excédant 380 milliards de dollars, dont 110 pour des ventes d’armements américains à Ryad visant à contrer les « menaces iraniennes » et à combattre les islamistes radicaux.

Le roi Salmane s’est félicité aussi de la création par les Etats-Unis et les pétromonarchies du Golfe d’un centre à Ryad pour assécher les sources de « financement du terrorisme » et du lancement également dans la capitale saoudienne d’un centre international dédié à la lutte contre l’extrémisme.

Baptisé « Modération », ce dernier centre a été inauguré dimanche soir par le souverain saoudien et M. Trump, en présence des dirigeants ayant participé à un sommet américano-arabo-musulman à Ryad.

– AFP –

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
Dernière info: Bennett exhorte Trump à reconnaitre Jérusalem comme capitale israélienne

Trump se dit « impatient » de parler du processus de paix

Donald Trump a ensuite abordé la question du processus de paix, et a remercié le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Reuven Rivlin pour leur « engagement envers la paix ».

Il a ajouté qu’il était « impatient de parler du processus de paix avec le président palestinien Abbas ».

« Les jeunes israéliens et les enfants palestiniens méritent de vivre en sécurité et de poursuivre leurs rêves, libérés de la violence qui a détruit tant de vies. »

Il appelle également à intensifier le commerce entre les États-Unis et Israël.

« Les États-Unis et Israël peuvent faire prospérer nos peuples en intensifiant les échanges et le commerce. »

Il s’est tourné vers Rivlin et a déclaré : » je vais tenter de réduire un tout petit peu ce déficit commercial. Ça vous va ? », puis s’est adressé au public, hilare, « il préfère laisser tel quel ».

Il conclut : « Je suis confiant qu’ensemble, nous pourrons réaliser de grandes choses, qu’ensemble, nous pourrons atteindre nos objectifs ».