Livni accuse Netanyahu d’instrumentaliser l’opération contre le Hezbollah
Rechercher

Livni accuse Netanyahu d’instrumentaliser l’opération contre le Hezbollah

Pour la cheffe de l'opposition, le Premier ministre "a transformé un événement d'ingénierie défensive en une opération militaire dramatique"

La députée de l'Union sioniste Tzipi Livni assiste à une réunion de sa faction à la Knesset, le 21 mai 2018. (Miriam Alster/FLASH90)
La députée de l'Union sioniste Tzipi Livni assiste à une réunion de sa faction à la Knesset, le 21 mai 2018. (Miriam Alster/FLASH90)

La cheffe de l’opposition israélienne Tzipi Livni a accusé mercredi le Premier ministre Benjamin Netanyahu d’avoir dramatisé à des fins politiques la découverte par l’armée de tunnels du Hezbollah destinés à des infiltrations en Israël.

Tzipi Livni, qui était ministre des Affaires étrangères lors de la guerre de 2006 contre le Hezbollah, a déclaré à la radio publique israélienne que si elle-même et le reste de l’opposition se félicitaient de la découverte par l’armée des tunnels et de leur destruction, les « proportions (de l’incident) devaient être gardées ».

« Nous ne sommes pas dans une situation où nos soldats sont derrière les lignes ennemies », a-t-elle déclaré. « Nous parlons d’activité d’ingénierie sur le territoire souverain de l’État d’Israël », a-t-elle ajouté, accusant Netanyahu d’avoir « exagéré les proportions de l’incident ».

Israël a annoncé mardi avoir découvert des tunnels du Hezbollah infiltrant son territoire depuis le Liban et lancé une opération pour les détruire.

Le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, porte-parole de l’armée, a déclaré que les « tunnels d’attaque » creusés par le mouvement terroriste chiite soutenu par l’Iran, principal ennemi d’Israël, n’étaient pas encore opérationnels.

Benjamin Netanyahu est intervenu à la télévision mardi soir pour expliquer la menace, le chef d’état-major de l’armée, Gadi Eizenkot, à ses côtés.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors d’une manifestation du Likud à Ramat Gan, marquant la première nuit de la fête juive de Hanoukka, le 2 décembre 2018. (Miriam Alster/Flash90)

Netanyahu cherche à maintenir sa coalition au pouvoir après la démission du ministre de la Défense, Avigdor Liberman, le mois dernier, à la suite d’un cessez-le-feu controversé à Gaza, le laissant avec une majorité d’une seule voix au Parlement.

Le Premier ministre est aussi confronté à des problèmes juridiques grandissants, la police ayant recommandé dimanche son inculpation et celle de son épouse Sara pour corruption.

Tzipi Livni estime que Netanyahu a voulu faire oublier les critiques des habitants du sud d’Israël qui affirment qu’il n’a pas réussi à éradiquer la menaces de tirs de roquettes sur leurs localités par les groupes armés palestiniens de la bande de Gaza.

« C’est la raison pour laquelle il a transformé un événement d’ingénierie défensive en une opération militaire dramatique », a-t-elle déclaré.

« Cela a été fait pour deux raisons : soit le Premier ministre panique lui-même, soit il veut semer la panique pour justifier ses actions, celle de retarder les élections et celle d’abandonner les habitants du sud d’Israël. »

Dans un entretien téléphonique avec des journalistes étrangers, Tzipi Livni a ensuite estimé que la communauté internationale devrait exercer davantage de pressions sur le Liban au sujet des activités du Hezbollah.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...