Rechercher

Logement: Israël aidera financièrement les vétérans de l’Armée du Sud Liban

Environ 400 vétérans qui ont combattu avec Israël dans le sud du Liban, des années 1980 jusqu'en l'an 2000, recevront une aide de 550 000 shekels

Deux miliciens de l'Armée du Liban du sud (ALS) dirigent un convoi de blindés dans le sud du Liban, le 3 juin 1999 (Crédit : Butros Wanna/AP)
Deux miliciens de l'Armée du Liban du sud (ALS) dirigent un convoi de blindés dans le sud du Liban, le 3 juin 1999 (Crédit : Butros Wanna/AP)

Les ministres du cabinet israélien ont donné le feu vert, dimanche, à un projet de loi qui accordera une subvention de 550 000 shekels, une aide qui sera distribuée à environ 400 soldats de l’Armée du Sud-Liban (ALS) qui leur sera versée pour l’achat d’une maison.

L’ALS, une milice chrétienne maronite, avait été formée en 1976 par des militaires ayant fait défection de l’armée libanaise et elle avait bénéficié du soutien d’Israël, qui avait formé ses membres, pendant la guerre civile sanglante qui avait déchiré le pays. L’État juif espérait, à ce moment-là, pouvoir favoriser l’émergence d’un gouvernement libanais avec lequel il pourrait faire la paix. Les deux pays sont officiellement en guerre depuis l’établissement d’Israël, en 1948.

Du milieu des années 1980 jusqu’à l’été de l’an 2000, les forces israéliennes avaient conservé des avant-postes dans le Sud-Liban – dans la dite « Zone de sécurité » – et elles avaient aidé l’ALS à garder le contrôle de la région et à empêcher les groupes terroristes du Liban d’attaquer le nord de l’État juif.

Avec le retrait des troupes israéliennes du Sud-Liban au mois de mai 2000, des milliers de combattants de l’ALS, qui craignaient des représailles et des persécutions – en grande partie à cause de la brutalité des milices du sud du pays à cette période et tout particulièrement à cause des violences commises à la prison al-Khiam de triste mémoire, où la torture était commune – avaient choisi l’exil.

Au total, entre 2 400 et 2 700 Libanais, dont des enfants, vivent encore en Israël, selon leurs familles au Liban, dont certaines ont coupé les ponts, craignant aussi d’être accusées de « collaboration ». D’autres également exilés en Israël ont ensuite opté pour l’Europe ou l’Amérique du Nord.

Le projet de loi de dimanche avait été suggéré par le ministre de la Défense, Benny Gantz, et par le ministre des Finances, Avigdor Liberman, après l’établissement par Tsahal, il y a quatre ans, d’un groupe de travail qui a examiné la question des « failles » dans l’intégration des vétérans de l’ALS en Israël.

Selon un communiqué, une aide de 550 000 shekels sera versée à des vétérans de l’ALS comme « solution à la crise du logement qui touche 400 familles n’ayant pas reçu d’hébergement approprié après leur arrivée en Israël », a indiqué l’armée. Les veuves de ces combattants de l’ALS pourront aussi toucher cette aide au logement « si elles résident en Israël », a précisé Tsahal.

Des activistes manifestent pour un meilleur soutien financier apporté aux soldats de l’armée du Sud-Liban (ALS) aux abords du ministère de la Défense à Tel Aviv, le 9 mars 2021. (Crédit : Flash90)

Ces subventions seront versées aux famille éligibles à partir de cette année et jusqu’en 2026, conformément à une liste prioritaire mise en place par une équipe qui sera chargée de distribuer l’argent, ont expliqué les militaires.

Gantz s’est réjoui de ce projet de loi, disant que cette aide « relève d’une justice historique à l’égard de ceux qui ont combattu à nos côtés et qui ont été chassés de leur pays ».

« En tant que responsable qui aura été celui qui aura fermé la porte lors de la sortie du Liban, il y a plus de vingt ans, je ressens une grande fierté et un grand honneur d’avoir figuré dans le premier cercle concernant ce texte également, au nom de tous ceux qui ont combattu à mes côtés et qui font dorénavant partie intégrante de la société israélienne », a-t-il ajouté.

Liberman a indiqué que le texte était la démonstration de « l’engagement moral » d’Israël à l’égard des vétérans de l’ALS. « Nous nous souviendrons toujours des combats des soldats de l’ALS qui étaient côte à côte avec les soldats israéliens », a-t-il dit.

Le ministre de la Défense Benny Gantz et le chef d’État-major de l’armée israélienne, Aviv Kohavi, lors d’une cérémonie pour un nouveau monument en mémoire des soldats de l’Armée du Liban sud tombés au combat, à Metulla, le 4 juillet 2021. (Crédit : Basel Awidat/Flash90)

« Nous avons le plus grand respect pour nos frères d’armes des soldats de l’Armée du Sud-Liban qui ont combattu à nos côtés pendant des années et ce, au péril de leur vie », a déclaré dimanche le chef d’état-major de l’armée israélienne Aviv Kohavi.

« Nous chérissons leur contribution apportée dans les victoires obtenues dans le sud du Liban et, au cours des années, nous n’avons pas oublié nos alliés et notre devoir moral qui est de leur fournir une vie décente et digne », a-t-il dit.

« Cela fait quatre ans que nous travaillons là-dessus et je suis heureux que nos efforts portent leurs fruits aujourd’hui. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir mais nous considérons cette avancée comme un aboutissement significatif et précieux », a-t-il ajouté.

L’armée a indiqué que le panel qui a été établi pour prendre en charge les dossiers liés aux soldats de l’ALS était aussi impliqué dans des missions de commémoration de ces combattants. Un nouveau mémorial a ainsi été inauguré, des vétérans ont été récompensés par une médaille pour leur service dans le sud Liban au cours de l’occupation israélienne et la construction d’un musée est en projet dans la ville de Metula, dans le nord du pays.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...