Israël en guerre - Jour 235

Rechercher

L’ONU craint l’effondrement de « l’ordre public » à Gaza après des pillages

Des milliers de Gazaouis s'introduisent dans des entrepôts, volant des denrées de base et des produits d'hygiène alors que les conditions s'aggravent dans le cadre du siège

Des Palestiniens envahissent un centre d'approvisionnement humanitaire géré par l'ONU, qui distribue de la nourriture aux familles déplacées, suite à l'appel d'Israël à plus d'un million d'habitants du nord de Gaza d'évacuer vers le sud pour leur sécurité, à Deir el-Balah, le 28 octobre 2023. (Crédit : MOHAMMED ABED/ AFP)
Des Palestiniens envahissent un centre d'approvisionnement humanitaire géré par l'ONU, qui distribue de la nourriture aux familles déplacées, suite à l'appel d'Israël à plus d'un million d'habitants du nord de Gaza d'évacuer vers le sud pour leur sécurité, à Deir el-Balah, le 28 octobre 2023. (Crédit : MOHAMMED ABED/ AFP)

L’ONU a mis en garde dimanche contre l’effondrement de « l’ordre public » dans la bande de Gaza après des pillages de ses centres.

« Des milliers de personnes ont pénétré (samedi) dans plusieurs entrepôts et centres de distribution de l’UNRWA dans le centre et le sud » du territoire, a affirmé l’agence onusienne dans un communiqué publié dimanche. « C’est un signe inquiétant que l’ordre civil commence à s’écrouler. »

Un journaliste de l’AFP a vu samedi des dizaines de Palestiniens piller l’un des centres de distribution de l’UNRWA, à Deir el-Balah (centre). L’entrepôt était utilisé pour stocker les fournitures des convois humanitaires qui ont commencé à entrer dans la bande de Gaza depuis l’Égypte le 21 octobre.

Des déplacés ayant fui leurs maisons dans le nord du territoire sortaient de ces centres, l’un portant un sac de farine sur l’épaule, l’autre des bouteilles d’huile sous le bras ou encore des sacs de lentilles ou de sucre.

Israël combat le Hamas depuis le 7 octobre, date à laquelle quelque 2 500 terroristes ont fait irruption en Israël depuis Gaza par voie terrestre, maritime et aérienne, tuant plus de 1 400 personnes en Israël, dont une majorité de civils à leur domicile et lors d’un festival de musique en plein air.

Le Hamas et les factions terroristes alliées ont également emmené plus de 230 otages – dont une trentaine d’enfants – dans la bande de Gaza, où ils sont toujours retenus captifs.

Israël a répondu par des frappes intensives contre les infrastructures du Hamas dans la bande de Gaza et par une opération terrestre qui s’étend progressivement, déclarant son intention d’éradiquer le groupe terroriste qui dirige la bande de Gaza.

Une famille dans la cour de récréation d’une école gérée par l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), transformée en refuge pour les Palestiniens déplacés à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 25 octobre. 2023. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)

Le ministère de la santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a déclaré samedi que plus de 8 000 personnes, dont de nombreux enfants, avaient été tuées au cours de la guerre. Les chiffres publiés par le groupe terroriste ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et incluent ses propres terroristes et hommes armés tués à Gaza, ainsi que les victimes des roquettes palestiniennes visant Israël qui ont atterri dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre.

À l’origine, Israël a imposé un blocus total sur les livraisons de nourriture, d’eau, de médicaments et de carburant à Gaza, mais a ensuite autorisé les convois d’aide humanitaire – à l’exclusion du carburant – à acheminer des fournitures depuis l’Égypte, et il a repris une partie de son approvisionnement en eau.

Depuis lors, l’UNRWA affirme que 84 camions d’aide ont traversé la bande de Gaza, mais les agences d’aide affirment que ces chiffres sont bien trop bas. Avant le conflit, les chiffres de l’ONU indiquaient qu’une moyenne de 500 camions par jour entraient dans la bande de Gaza.

« Les approvisionnements sur le marché s’épuisent tandis que l’aide humanitaire entrant dans la bande de Gaza par camions en provenance d’Egypte est insuffisante. Les besoins de la population sont énormes, ne serait-ce que pour les moyens de survie de base, alors que l’aide que nous recevons est maigre et incohérente » a ajouté M. White.

Selon lui, « un peu plus de 80 camions » d’aide seulement sont arrivés à Gaza via le terminal de Rafah depuis que l’acheminement de cette assistance humanitaire a commencé le 21 octobre.

« Le système actuel des convois est voué à l’échec. Très peu de camions, des processus lents, des inspections strictes, des approvisionnements qui ne correspondent pas aux besoins de l’UNRWA et des autres organisations d’aide, et surtout l’interdiction continue du carburant, tout cela est une recette pour un système en faillite », a-t-il averti.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s’est alarmé dimanche d’une situation « de plus en plus désespérée » dans la bande de Gaza et a réitéré ses appels à un cessez-le-feu.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres et le ministre népalais des Affaires étrangères Narayan Prakash Saud, à l’aéroport international Tribhuvan de Kathamndu, le 29 octobre 2023. (Crédit : PRAKASH MATHEMA / AFP)

« La situation à Gaza devient de plus en plus désespérée d’heure en heure. Je regrette qu’au lieu d’une pause humanitaire cruellement nécessaire, soutenue par la communauté internationale, Israël ait intensifié ses opérations militaires », a déclaré M. Guterres lors d’une visite au Népal, après un voyage de quatre jours au Qatar.

Il a qualifié de « totalement inacceptable » le nombre de civils tués et blessés dans la guerre entre Israël et le Hamas, déclenchée par l’attaque sanglante du groupe terroriste islamiste le 7 octobre sur le sol israélien.

« Le monde est témoin d’une catastrophe humanitaire qui se déroule sous nos yeux », a plaidé António Guterres à Katmandou, la capitale du Népal. « Plus de deux millions de personnes, qui n’ont nulle part où aller en toute sécurité, sont privées des éléments essentiels à la vie – nourriture, eau, abri et soins médicaux – pendant qu’elles sont soumises à des bombardements incessants », a ajouté le secrétaire général des Nations unies.

Réitérant son appel à un « cessez-le-feu humanitaire immédiat » dans le bande de Gaza, le chef de l’ONU a réclamé « l’acheminement d’une aide humanitaire soutenue à une échelle qui réponde aux besoins de la population » du territoire palestinien. « Nous devons unir nos forces pour mettre fin à ce cauchemar pour les habitants de Gaza, d’Israël et tous ceux qui sont touchés dans le monde, y compris ici au Népal. »

Dix Népalais sont morts dans l’assaut du Hamas et un onzième reste porté disparu.

A LIRE : Des Népalais pleurent leurs jeunes tués en Israël et leurs rêves détruits

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.