Rechercher

L’ONU dénonce l’exécution de 5 Palestiniens à Gaza

"Nous appelons l'Etat de Palestine à prendre des mesures énergiques afin de parvenir à l'abolition de la peine de mort sur son territoire", a déclaré Ravina Shamdasani

Des membres de l'aile armée du groupe terroriste Hamas ont défilé à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mai 2021, alors que le Hamas a revendiqué la victoire après un conflit de 11 jours avec Israël. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)
Des membres de l'aile armée du groupe terroriste Hamas ont défilé à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mai 2021, alors que le Hamas a revendiqué la victoire après un conflit de 11 jours avec Israël. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

Les Nations Unies ont condamné lundi l’exécution de cinq Palestiniens par le mouvement terroriste islamiste palestinien du Hamas, au pouvoir de facto à Gaza.

Le Hamas a annoncé dimanche avoir exécuté cinq peines capitales : deux pour « collaboration » avec Israël (l’un pendu, l’autre fusillé) et trois pour meurtre.

« Nous condamnons l’exécution de cinq prisonniers à Gaza et exhortons les autorités de facto à Gaza à décréter un moratoire sur toutes les exécutions », a déclaré la porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme, Ravina Shamdasani.

« Nous appelons l’Etat de Palestine à prendre des mesures énergiques afin de parvenir à l’abolition de la peine de mort sur son territoire », a-t-elle ajouté.

Ces exécutions constituent « une violation flagrante des lois de l’Etat de Palestine et de ses obligations légales internationales », a poursuivi la porte-parole.

« L’approbation du président palestinien n’a pas été obtenue, comme requis par les lois palestiniennes, et les prisonniers exécutés n’ont pas eu la possibilité de demander une mesure de grâce ou de clémence ».

L’Autorité palestinienne contrôle la Cisjordanie, où vivent près de trois millions de Palestiniens.

Le Hamas exerce le pouvoir dans la bande de Gaza, où 2,3 millions de Palestiniens vivent.

Le Hamas a chassé le Fath de Mahmoud Abbas en 2006 au prix d’une guerre fratricide sanglante.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...