L’opposition exige que Netanyahu indique si Israël vend des armes au Tchad
Rechercher

L’opposition exige que Netanyahu indique si Israël vend des armes au Tchad

Des sources tchadiennes indiquant que la visite d'Idriss Déby porte sur la "sécurité" et que Jérusalem a déjà équipé l'armée tchadienne pour combattre les rebelles au nord

Tamar Zandberg, dirigeante du Meretz, s'adresse aux militants après avoir été élue à la tête du parti, le 22 mars 2018. (Gili Yaari/Flash90)
Tamar Zandberg, dirigeante du Meretz, s'adresse aux militants après avoir été élue à la tête du parti, le 22 mars 2018. (Gili Yaari/Flash90)

La chef du parti Meretz Tamar Zandberg a appelé dimanche le Premier ministre Benjamin Netanyahu à révéler si la rencontre avec le président tchadien Idriss Déby en Israël portera sur des négociations sur la vente d’armées israéliennes au pays africain.

« Nous craignons que cette visite serve à des négociations sur des ventes d’armes secrètes, et qu’Israël vende des armes qui seront utilisées pour persécuter des opposants politiques, des militants des droits de l’Homme et des journalistes », a déclaré Zandberg dans un communiqué.

Le président Idriss Déby Itno est arrivé en Israël dimanche pour la première visite d’un chef d’Etat tchadien dans ce pays, après plus de quatre décennies de rupture des relations diplomatiques.

Le Tchad est l’un des Etats africains engagés dans la lutte contre Boko Haram et l’organisation jihadiste Etat islamique en Afrique de l’ouest. A ce titre, il a reçu des Etats-Unis il y a quelques semaines des véhicules et navires militaires d’une valeur de 1,3 million de dollars (1,15 million d’euros).

Benjamin Netanyahu et Idriss Déby à Jérusalem. (Crédit : Amos Ben Gershom GPO)

Pour faire face à des rébellions dans le nord et l’est du pays, l’armée tchadienne et l’Agence nationale du renseignement se sont équipées de matériels militaires israéliens, ont indiqué dimanche à l’AFP des sources sécuritaires tchadiennes.

« Le dirigeant tchadien est une personne abjecte qui est coupable de persécution contre les personnes issues de la communauté LGBT, qui arrête les journalistes, les dissidents de l’opposition et qui établit un régime dictatorial dans son pays », a déclaré Zandberg au sujet de Déby.

« Quand on peut choisir entre les démocraties libérales et les chefs d’Etat les plus contestables, Netanyahu choisit toujours les contestables. La politique étrangère de Netanyahu continue d’entacher la réputation d’Israël dans le monde », a ajouté la chef de l’opposition.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...