L’opposition fustige Netanyahu pour la vente de F-35 aux EAU
Rechercher

L’opposition fustige Netanyahu pour la vente de F-35 aux EAU

La commission des Affaires étrangères et de la Défense demande pourquoi Israël a accepté la vente par les USA de F-35 à Abou Dhabi, sans en informer le ministère de la Défense

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

La commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset se réunit pour discuter d'un projet de vente d'armes par les États-Unis aux Émirats arabes unis, le 9 novembre 2020. (Danny Shem-Tov/ Porte-parole de la Knesset)
La commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset se réunit pour discuter d'un projet de vente d'armes par les États-Unis aux Émirats arabes unis, le 9 novembre 2020. (Danny Shem-Tov/ Porte-parole de la Knesset)

La puissante commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset s’est réunie lundi pour discuter du projet de vente de l’avion de combat F-35 par les États-Unis aux Émirats arabes unis, ce qui a suscité des protestations de la part de membres des partis d’opposition contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui aurait approuvé l’accord comme condition de normalisation avec Abou Dhabi.

Bien que des représentants du cabinet du Premier ministre, du ministère de la Défense et du ministère des Affaires étrangères aient pris la parole devant la commission, ils n’ont fourni que peu d’informations au-delà de celles contenues dans les déclarations officielles déjà publiées par leurs cabinets ministériels.

La discussion a eu lieu à la demande de Nitzan Horowitz, membre de la commission, chef du parti Meretz.

Le projet de vente des avions de chasse furtifs de cinquième génération aux Émirats arabes unis, qui a été révélé pour la première fois par le journal Yedioth Ahronoth peu après l’annonce de l’accord de normalisation en août, a été un choc en Israël, en particulier pour les services de sécurité du pays, qui avaient été exclus des négociations avec Abou Dhabi par Netanyahu.

Jusqu’alors, les États-Unis avaient rejeté les demandes des pays du Moyen-Orient d’acheter les F-35 principalement par crainte que cela ne nuise à l’avantage militaire qualitatif d’Israël, ou QME [qualitative military edge], dont les États-Unis sont légalement tenus de garantir qu’il reste intact malgré toute vente d’armes américaines dans la région.

52 avions F-35 s’alignent pour un exercice de lancement à la Hill Air Force Base de l’Utah, en démonstration de force et de préparation au combat dans un contexte de tensions entre les États-Unis et l’Iran, le 6 janvier 2020. (US Air Force/R. Nial Bradshaw/Capture d’écran Twitter)

Le Premier ministre a nié à plusieurs reprises que l’approbation par Israël de la vente des F-35, ainsi que des drones avancés et d’autres armes, faisait partie de l’accord avec les Émirats arabes unis ou qu’il y avait des négociations secrètes à cet effet. Cela a été publiquement remis en question par le ministre de la Défense Benny Gantz et carrément contesté par les membres des partis d’opposition, y compris lors de la réunion de la commission.

Capture d’écran de la vidéo du député Nitzan Horowitz, chef du parti Meretz, s’exprimant lors d’une réunion de faction à la Knesset, le 29 juin 2020. (Twitter)

Horowitz, par exemple, a fait cette allégation lors d’une intervention de Reuven Azar, conseiller en politique étrangère de Netanyahu.

Le chef du Meretz a noté que l’une des réfutations du Premier ministre à l’affirmation selon laquelle il avait approuvé la vente de F-35 était une lettre envoyée au secrétaire d’État américain Mike Pompeo cet été, dans laquelle il réaffirmait l’opposition d’Israël à un tel marché d’armes, ce qui, selon lui, semblait indiquer que Netanyahu savait au moins que la question était à l’étude, et qu’il aurait dû en informer le ministère de Gantz.

Sinon, pourquoi le Premier ministre demanderait-il à son conseiller à la sécurité nationale de parler au chef de l’Armée de l’air israélienne de la position des militaires sur la question et de réitérer officiellement la position d’Israël aux États-Unis, a-t-il demandé.

« Netanyahu et son équipe savaient et savaient aussi, avant qu’il ne soit signé, que l’accord sur les avions était un élément central de [l’accord de normalisation]. Ils ont juste menti pour contourner les autorités de la Défense et empêcher une éventuelle opposition », a déclaré Horowitz.

Azar a nié que ce soit le cas, affirmant qu’Israël n’a été informé de la vente des F-35 qu’après les faits. Il a déclaré que la lettre à Pompeo avait été envoyée juste au cas où les Etats-Unis envisageraient de vendre l’avion aux Emirats.

Le haut-conseiller au Premier ministre et président-adjoint du Conseil national de sécurité Reuven Azar. (Capture d’écran: YouTube)

« Lorsque le chef du Conseil de sécurité nationale a parlé au commandant de l’armée de l’air, c’était pour s’assurer que notre position était à jour, dans l’idée que les Américains nous interrogeraient peut-être sur la question », a déclaré Azar à la commission.

Horowitz a rejeté cette affirmation comme constituant une farce, sans présenter de preuves.

Les représentants du ministère de la Défense et du ministère des Affaires étrangères ont déclaré n’avoir été informés d’aucun accord parallèle relatif à la vente d’armes.

« S’il y a eu des accords de sécurité avant la signature de l’accord, nous ne le savions pas et nous n’en avons pas été informés », a déclaré Dor Shapira du ministère des Affaires étrangères.

Le représentant du ministère de la Défense, Igal Ostonovsky, qui a participé aux discussions avec les Etats-Unis sur la manière dont Washington compenserait militairement Israël pour s’assurer que le QME reste intact, a déclaré qu’il n’était pas non plus au courant du moment où Israël a été informé de l’accord, mais que cela n’était pas pertinent pour son travail.

« La question de savoir s’il y avait des accords ou des ententes préalables était sans intérêt pour moi », a-t-il déclaré.

Le ministre de la Défense Benny Gantz, (à droite), et le secrétaire américain à la Défense Mark Esper signent une déclaration commune au Pentagone, le 22 octobre 2020. (Shmulik Almani/Ministère de la Défense)

Gantz s’est rendu à Washington à deux reprises et le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, est venu en Israël une fois en l’espace d’un peu plus d’un mois afin de définir le cadre général d’une manière dont les États-Unis assureraient l’avantage militaire d’Israël.

Selon Ostonovsky, cela comprenait la vente de systèmes d’armes supplémentaires et l’amélioration des systèmes existants.

Aucun membre du parti du Likud de Netanyahu ou ministre du gouvernement n’a pris la parole lors de la réunion de la commission de la Knesset.

Le député de Kakhol lavan Moshe Yaalon s’exprime lors d’une réunion de parti avant la prestation de serment de la 21e Knesset, le 30 avril 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Les politiciens de l’opposition ont dénoncé l’accord comme dangereux pour les intérêts de sécurité nationale d’Israël et ont accusé le Premier ministre de faire avancer ses propres objectifs personnels aux dépens de l’État et du bon fonctionnement du gouvernement.

« Cette discussion indique une culture gouvernementale pourrie – et ce n’est pas la première fois – [qu’elle agit] contre les intérêts nationaux », a déclaré l’ancien ministre de la Défense Moshe Yaalon, un ancien allié de Netanyahu.

M. Yaalon a fait remarquer que si le Premier ministre avait vanté l’accord de normalisation avec les EAU comme étant un deal du genre « paix contre paix », ce n’est que dans la presse américaine et arabe qu’il a été révélé que le véritable coût de l’accord était un gel des projets d’annexion de certaines parties de la Cisjordanie et l’approbation par Israël de la vente des F-35.

« Peut-être que le prix en vaut la peine… mais je n’en sais pas assez », a-t-il dit.

Le député Meretz Yair Golan, ancien chef d’état-major adjoint de Tsahal, a dénoncé le processus décisionnel concernant les F-35 comme étant terriblement insuffisant, compte tenu des capacités avancées de l’avion.

« A propos de systèmes d’armes beaucoup plus simples que les Etats-Unis pourraient vendre à l’Arabie Saoudite, nous avons discuté pendant des mois au sein des institutions de la Défense », a déclaré M. Golan.

Le général à la retraite a également déclaré que si la plupart des discussions se concentrent sur le F-35, le projet des Etats-Unis de vendre le drone Reaper n’en est pas moins inquiétant.

« Le Reaper est sans doute le meilleur au monde. Rien qu’à ce sujet, nous devons avoir des discussions approfondies », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...