L’Orchestre de Philadelphie fait un triomphe en Israël malgré les boycotteurs
Rechercher
"Pas sensibles au terrorisme culturel"

L’Orchestre de Philadelphie fait un triomphe en Israël malgré les boycotteurs

La tournée, marquée par une vague de manifestations du BDS, s'achève en harmonie à Jérusalem

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Yannick Nézet-Séguin, directeur musical de l'Orchestre de Philadelphie, a dirigé le concert final de la tournée en Israël avec corps et âme (Avec l'aimable autorisation de Jan Regan).
Yannick Nézet-Séguin, directeur musical de l'Orchestre de Philadelphie, a dirigé le concert final de la tournée en Israël avec corps et âme (Avec l'aimable autorisation de Jan Regan).

Le public a été très enthousiaste mardi soir lors de la troisième et dernière représentation de l’Orchestre de Philadelphie, qui s’est tenue au Centre international des congrès de Jérusalem, marquant la fin du voyage de l’orchestre symphonique en Israël pour marquer le 70e anniversaire du pays.

L’orchestre a été accueilli avec la même chaleur par le public à Tel Aviv et à Haïfa. A la fin de ce spectacle, au milieu des saluts et des applaudissements, le directeur musical Yannick Nézet-Séguin a remercié le public pour son ovation debout avec un simple « Todah raba, haverim » – « Merci beaucoup, amis ».

Dirigeant à peu près le même programme que les deux soirées précédentes, Nézet-Séguin, un chef d’orchestre énergique qui a sautillé sur ses pieds tout au long du spectacle, a conquis le public avec une interprétation magistrale de la « Deuxième Symphonie » de Leonard Bernstein, une pièce complexe qui passe des sons sombres de la musique de chambre aux rythmes jazzy, puis aux mélodies plus familières d’une comédie musicale de Broadway.

Cette œuvre a été jouée par le célèbre pianiste français Jean-Yves Thibaudet au clavier, une interprétation qui lui a valu plus d’une embrassade de la part de Nézet-Séguin.

La deuxième partie était consacrée à la « Quatrième Symphonie » de Tchaïkovski, une œuvre plus traditionnelle qui mettait en valeur l’éventail des capacités des musiciens de Philadelphie, passant du lyrisme doux des cordes à la grande puissance de l’ensemble.

Une salle pratiquement comble au Centre international des congrès de Jérusalem, lors de la troisième et dernière représentation de l’Orchestre de Philadelphie en Israël (Avec l’aimable autorisation de Jan Regan).

Il s’agissait d’un digne final de ce voyage, qui a valu à l’orchestre l’approbation et la censure dans le pays et à l’étranger.

Cette visite, qui a amené en Israël l’ensemble de l’orchestre ainsi que 60 de leurs mécènes, a été organisée en partie par la Fédération juive de Philadelphie et a été préparée depuis près de deux ans.

L’orchestre, qui a souvent voyagé à l’étranger, a voulu marquer le 70e anniversaire d’Israël. Il a finalement travaillé avec la Fédération juive locale du Grand Philadelphie, qui préparait son propre programme de missions pour les célébrations du 70e anniversaire.

L’orchestre avait également travaillé avec la section culturelle du Département d’État, a déclaré Ryan Fleur, président par intérim de l’orchestre qui est en Israël avec les musiciens, ainsi qu’avec l’ambassade et le consulat d’Israël pour la planification du voyage.

« Nous avons travaillé main dans la main avec l’orchestre », a déclaré Susanna Lachs Adler, présidente du conseil d’administration de la Jewish Federation of Greater Philadelphia. « Nous n’avons jamais hésité à aller de l’avant. Nous ne sommes pas sensibles au terrorisme culturel. »

Ce que l’orchestre n’avait peut-être pas prévu au départ, c’est le nombre de manifestations du BDS contre son voyage annoncé.

Les manifestations ont commencé avec le changement de climat politique à la suite de l’élection du président américain Donald Trump en 2016, suivie de sa décision de déplacer l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem.

Face aux manifestations du BDS, « nous avons dû être plus flexibles dans notre planning », a déclaré Fleur.

Des activistes pro-palestiniens ont manifesté devant le Kimmel Center – siège de l’orchestre – pendant plusieurs semaines, selon Philly.com, tandis que Susan Abulhawa, écrivain bien connu et militant des droits de l’homme de la région, a écrit une tribune dans le Philadelphia Inquirer en disant que la tournée en Israël était utilisée pour « détourner l’attention des crimes israéliens ».

Les manifestants ont également interrompu la représentation du Philadelphia Orchestra jeudi soir à Bruxelles, alors que deux femmes se sont levées en scandant « Palestine libre », ce qui a conduit Nézet-Séguin à cesser de diriger pendant environ 25 minutes.

La tournée de l’orchestre en Israël comprenait des ateliers, des Master Classes et des concerts improvisés, dont plusieurs prévus dans des villes arabes, bien que certains aient été déplacés ou annulés en raison de l’attention portée à l’orchestre.

Lors d’une table ronde à l’hôtel King David mardi, avec Fleur, James Snyder, ancien directeur du Musée d’Israël, Yossi Maurey, musicologue de l’Université hébraïque, et Udi Bar-David, violoncelliste de l’orchestre, les quatre ont discuté de la diplomatie culturelle dans le cadre de l’actuel voyage de l’orchestre.

Lors d’une table ronde le mardi 5 juin 2018, le violoncelliste Udi Bar-David (à gauche) de Philadelphie a été rejoint par Yossi Maurey, musicologue de l’Université hébraïque, James Snyder, ancien directeur du Musée d’Israël et Ryan Fleur, président intérimaire de l’orchestre de Philadelphie (Avec l’aimable autorisation de Jan Regan).

« La musique peut créer des communautés, construire des ponts ou faire tout cela de différentes façons », a déclaré Maurey.

Snyder a abordé les avantages du paysage interculturel au-delà de toutes les manœuvres géopolitiques, en s’appuyant sur plus de 20 ans d’expérience au musée qui s’est associé à des musées du monde entier malgré les problèmes politiques sous-jacents.

« Dans un pays comme Israël, qui a des relations très difficiles, la culture peut souvent jouer un rôle », a déclaré M. Snyder. « La culture peut être une bulle, non pas négative, mais positive. »

C’est peut-être le violoncelliste Ben-David, qui a grandi en Israël, qui a parlé le plus spontanément de la situation.

« J’essaie de donner un sens à tout ça, » a-t-il dit.

« Toutes ces choses que nous devons résoudre. Quel est le rôle de l’Orchestre de Philadelphie quand on va quelque part ? La prestation doit s’élever au-dessus de la situation. Tout ce que vous dites peut être interprété, c’est si volatil. Il ne faut pas faire comme si cela n’existait pas. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...