Israël en guerre - Jour 253

Rechercher

L’organisateur de la Gay Pride de Jérusalem rapporte à la police les menaces reçues

Son directeur a fait savoir que l’événement, programmé le 1er juin prochain, "aurait lieu" ; il demande aux forces de l’ordre de faire le nécessaire auprès des auteurs des menaces

Défilé sous haute sécurité lors de la Gay Pride, à Jérusalem, le 2 juin 2022. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)
Défilé sous haute sécurité lors de la Gay Pride, à Jérusalem, le 2 juin 2022. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)

Aux dires de son principal organisateur, la prochaine Gay Pride de Jérusalem fait d’ores et déjà l’objet de menaces de mort répétées.

L’organisateur de la « Journée portes ouvertes de Jérusalem pour la fierté et la tolérance » a déclaré, dimanche, avoir signalé à la police l’existence de menaces liées à l’événement, programmé le 1er juin dans la capitale israélienne.

« Nous sommes habitués à ce que la communauté LGBT fasse l’objet de manifestations de haine de la part d’organisations et d’individus extrémistes », a expliqué le directeur exécutif de la Journée portes ouvertes de Jérusalem, Alon Shachar, dans un communiqué.

« La Gay Pride aura lieu et il y aura de la place pour tout le monde, du moins tous ceux qui ont foi en l’amour, la tolérance, la liberté et l’égalité. »

Shachar a demandé à la police d’être prête à faire face à ces menaces « afin d’assurer la sécurité des manifestants et de permettre au défilé de se dérouler en toute sécurité ».

Contrairement à la version de Tel Aviv, la Gay Pride de Jérusalem est entourée d’importantes mesures de sécurité et de restrictions depuis qu’un extrémiste ultra-orthodoxe, Yishai Schlissel, a poignardé à mort l’adolescente Shira Banki lors du défilé de 2015.

Selon les responsables de la Journée portes ouvertes de Jérusalem, l’une des menaces disait : « J’espère que Yishai Schlissel sera là pour terminer le travail qu’il a commencé… Comment est-il possible de célébrer une maladie mentale ? »

Des personnes, défilant lors de la Gay Pride 2021, devant une photo de Shira Banki, assassinée par un extrémiste ultra-orthodoxe lors du défilé en 2015, à Jérusalem, le 3 juin 2021 . (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Schlissel avait perpétré l’attaque en 2015, quelques semaines seulement après avoir purgé une peine de 10 ans de prison pour avoir poignardé et blessé des manifestants lors de la Gay Pride de 2005. Il purge actuellement une peine de prison à vie.

La Journée portes ouvertes de Jérusalem a également publié un courriel de menace reçu il y a peu, disant : « Votre place n’est pas sur le mur mais sur l’arbre, pendu au bout d’une corde très épaisse et hissé sur la place de la ville, pour que tout le monde puisse le voir. »

Des menaces similaires avaient été proférées avant le défilé de l’an dernier, et un suspect avait été interpelé avant l’événement. Une dizaine de personnes avaient par ailleurs été arrêtées durant la journée, soupçonnées de vouloir s’en prendre aux manifestants.

Programmé le 1er juin prochain, le défilé de cette année donnera le coup d’envoi d’une série d’événements à l’échelle du pays en l’honneur du Mois de la fierté LGBTQ.

À l’occasion de la Gay Pride 2022, Mickey Levy avait été le premier président de la Knesset à prendre la parole lors d’un tel événement. On ignore à ce stade si l’actuel président de la Knesset, Amir Ohana, le premier homosexuel à occuper cette fonction, y participera cette année. Il avait défilé dans la capitale lorsqu’il était ministre de la Justice, en 2019.

Le président de la Knesset, Mickey Levy, prend la parole lors du défilé annuel de la Gay Pride à Jérusalem, dans le parc de l’Indépendance, le 2 juin 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le défilé de cette année devrait donner lieu à une petite contre-manifestation d’extrémistes, du même ordre que celle à laquelle ont, par le passé, pris part l’actuel ministre des Finances, Bezalel Smotrich, et le ministre de la Sécurité intérieure, Itamar Ben Gvir. Smotrich a d’ailleurs été à l’origine d’une « parade des animaux » destinée à assimiler les membres de la communauté LGBTQ à des animaux, ce qu’il a dit, plus tard, regretter.

Le député anti-LGBTQ Avi Maoz a déclaré en 2022 qu’il « veillerait » à ce que la Gay Pride de Jérusalem soit annulée une fois qu’il entrerait au gouvernement, affirmation que le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait réfutée à l’époque.

Le mois dernier, Maoz – qui a fait de l’activisme anti-LGBTQ un des chevaux de bataille du programme électoral de son parti, Noam – s’est dit « gêné » par la présence du mari d’Ohana lors d’événements officiels, affirmant que chacune de leur apparition conjointe est une forme d’« endoctrinement » contre les lois juives.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.