Rechercher
ELLE ÉTAIT BRILLANTE, SES TALENTS NE POUVAIENT ÊTRE ÉTOUFFÉS

Lorsque femmes et Juifs étaient exclus des sciences, une pionnière juive a persévéré

Gertrude Goldhaber a fui la Shoah pour devenir chercheuse et militante des droits des femmes aux Etats Unis ; son fils fait don de nombreux documents à l'Institut Leo Baeck

Gertrude Goldhaber dans son bureau, photo non datée. (Crédit : Collection Gertrude S. Goldhaber/Institut Leo Baeck)
Gertrude Goldhaber dans son bureau, photo non datée. (Crédit : Collection Gertrude S. Goldhaber/Institut Leo Baeck)

NEW YORK – Son père aurait voulu que Gertrude Scharff Goldhaber fasse des études de droit, mais c’était hors de question pour elle.

« Je veux comprendre de quoi le monde est fait », a-t-elle dit un jour à son père, selon son fils Alfred Goldhaber, dit Fred.

Il est avéré que le monde offrait à la fois des opportunités incroyables et des obstacles inimaginables. Née en Allemagne, Goldhaber a atteint sa majorité pendant l’ascension au pouvoir d’Adolf Hitler. Grâce à une détermination hors du commun, elle est devenue la première femme physicienne du laboratoire national de Brookhaven aux États-Unis et la troisième femme physicienne de l’Académie nationale des sciences.

D’ici peu, tout membre du public qui souhaiterait consulter ses documents pourra le faire grâce au fils de Goldhaber, qui en a fait don au Leo Baeck Institute du Center for Jewish History de Manhattan. Ces documents, qui seront disponibles dans la salle de lecture Lillian Goldman, constituent la plus grande collection du centre ayant pour auteur une scientifique de sexe féminin.

« Ces documents donnent une image de ce qu’était sa vie et celle des Juifs en Allemagne à cette époque, puis de ce qu’elle a dû affronter aux États-Unis à son arrivée », a déclaré Fred Goldhaber au Times of Israel lors d’un entretien téléphonique depuis sa maison de Long Island.

Parmi les documents contenus dans les 160 boîtes de la collection on peut trouver les recherches sur la fission nucléaire menées par Mme Goldhaber dans les années 1940, ainsi que la documentation sur ses efforts de sensibilisation à la cause des femmes dans les domaines scientifiques et technologiques. On y trouve également des carnets de notes et des papiers datant de ses années d’études dans l’Allemagne des années 1930, ainsi que la correspondance avec ses parents, qui ont été assassinés pendant la Shoah.

Fred et Suzan Goldhaber. (Crédit : Autorisation de Suzan Goldhaber)

« Les papiers de Gertrude Goldhaber et ceux de son mari, Maurice, font partie des collections scientifiques les plus importantes que nous détenons. Ce qui est absolument extraordinaire, c’est qu’il s’agit d’une femme scientifique qui a obtenu un doctorat en physique en Allemagne à une époque où si peu de femmes en obtenaient », a déclaré Renate Evers, directrice des collections de Bruno et Suzanne Scheidt à l’Institut Leo Baeck.

Fille d’Otto et de Nelly Scharff, née à Manheim, en Allemagne, en 1911, Goldhaber souhaitait dès son plus jeune âge étudier les mathématiques et la physique.

Ce qui est absolument extraordinaire, c’est qu’il s’agit d’une femme scientifique qui a obtenu un doctorat en physique en Allemagne, à une époque où si peu de femmes en obtenaient.

« Ses bulletins de notes sont brillants. Ses notes en chimie, en mathématiques et en physique étaient extraordinaires », a déclaré Mme Evers. « Elle était clairement si douée qu’elle ne pouvait pas être ignorée »

Au fil du temps, son père a assoupli sa position ; lui et Nelly soutenaient pleinement la volonté de leur fille de poursuivre ses études. Mais elle avait deux handicaps : elle était juive et c’était une femme.

Premier rang : Maurice Glodhaber, son père Chaim (Charles), et son frère Gerson.
Deuxième rangée, debout : Gertrude Goldhaber, la première femme de Gerson, Shula. Photo prise le 21 décembre 1964. (Crédit : Autorisation de Suzan et Fred Goldhaber)

Néanmoins, Goldhaber a persévéré.

Elle a terminé son doctorat à l’université de Munich en 1935, l’année même de la promulgation des lois de Nuremberg. Privée d’une bourse de recherche postdoctorale en Allemagne et pressentant les dangers à venir, elle part pour Londres. Elle y trouve un poste dans le laboratoire de George P. Thomson, qui a remporté le prix Nobel de physique en 1937 avec Clinton Joseph Davisson.

Une fois à Londres, Goldhaber reprend contact avec Maurice Goldhaber, un étudiant postdoctoral juif autrichien en physique qu’elle avait rencontré à l’université de Berlin pendant ses études en Allemagne.

« Ils se sont peut-être intéressés l’un à l’autre lorsqu’ils étaient à Berlin, mais je ne sais pas s’ils pensaient au long terme. Néanmoins, dès que mon père est arrivé en Angleterre, il lui a écrit pour lui dire qu’elle devait venir », a déclaré Fred Goldhaber.

Parmi les affaires que Goldhaber a apportées avec elle à Londres, il y avait un appareil photo Leica. Elle le vend dès son arrivée et vit avec l’argent de la vente pendant six mois, a déclaré sa belle-fille, Suzan Goldhaber.

En 1939, Goldhaber épouse Maurice. Ils immigrent aux États-Unis, où Maurice rejoint la faculté de l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign.

Goldhaber n’a pas cette chance.

Page de titre de « Spontaneous Emission of Neutrons from Uranium », reçu pour publication le 18 mai 1942, mais volontairement retenu jusqu’en 1946 afin de ne pas divulguer de secrets en temps de guerre. (Crédit : Collection Gertrude S. Goldhaber/Institut Leo Baeck)

En raison des interprétations strictes des lois sur le népotisme, elle se voit refuser un poste rémunéré à l’université. La seule façon pour elle de rester active en tant que chercheuse est de travailler comme assistante non rémunérée dans le laboratoire de son mari. C’est ainsi que Goldhaber poursuit son travail en physique expérimentale.

En 1942, elle découvre que la fission nucléaire spontanée s’accompagne de la libération de neutrons. Sa découverte est restée confidentielle jusqu’en 1946, après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Les documents de Mme Goldhaber revêtent également une grande importance par le fait qu’ils reflètent la lutte des femmes dans le domaine des sciences, de la technologie et de l’innovation. Ils s’inscrivent dans le cadre de la mission du Center for Jewish History, qui consiste à mettre en lumière le rôle des femmes juives, a déclaré Rachel Miller, responsable des services d’archives et de bibliothèque du centre.

« Ses documents mettent en évidence son parcours, depuis l’ostracisme dont elle a fait l’objet parce qu’elle était juive en Allemagne dans les années 30, jusqu’à la discrimination dont elle a fait l’objet parce qu’elle était une femme aux États-Unis, jusqu’à, finalement, son acceptation en tant que juive et en tant que femme », a déclaré Rachel Miller.

Ses papiers montrent également ce qu’était la vie d’un Juif allemand déplacé à cette époque.

En 1933, deux ans avant que Goldhaber ne quitte l’Allemagne, sa jeune sœur Lisette avait également quitté l’Allemagne. Ses parents étaient allés en Suisse, mais inquiets pour leurs affaires, ils sont revenus à Munich.

Entre 1940 et 1941, Nelly Scharff envoie plusieurs lettres à sa fille. La plupart de ses lettres sont plutôt légères : elle discute de la météo, s’enquiert de la santé de chacun et remercie Gertrude de lui avoir envoyé une photo de son nouveau bébé, Alfred.

Gertrude Goldhaber dans un portrait non daté. (Crédit : Collection Gertrude S. Goldhaber/Institut Leo Baeck)

Mais une autre boîte de correspondance – qui n’a pas encore été remise à l’Institut Leo Baeck – révèle les tentatives frénétiques des Scharffs pour obtenir des visas cubains et des billets de bateau, et pour confirmer que l’argent envoyé pour les visas a été reçu.

« Ces lettres racontent l’histoire atroce de la tentative des parents [de Goldhaber] de quitter Munich », a déclaré Suzan.

En novembre 1941, Nelly et Otto Scharff ont été déportés et mis dans un train qui se sera dirigé vers Riga, en Lettonie. Le 25 novembre 1941, le train s’est arrêté à Kaunas, en Lituanie. Les nazis locaux ont fait descendre les passagers du train et les ont abattus.

Selon Fred, ni Goldhaber ni son mari Maurice ne parlaient beaucoup de cette période.

« Ils allaient de l’avant, simplement », dit-il.

En 1950, les Goldhaber acceptent des postes au tout nouveau Brookhaven National Laboratory à Long Island, New York. Goldhaber est finalement autorisée à occuper un poste à temps plein. Maurice devient ensuite le directeur du Brookhaven National Laboratory de 1961 à 1973.

Pendant son séjour à Brookhaven, Goldhaber a étudié les noyaux dans des états excités et a apporté des contributions importantes à ce qui est devenu la théorie sur la structure du noyau atomique, pour laquelle Aage Bohr et Ben Mottelson ont reçu un prix Nobel.

« Je la voyais vraiment comme une pionnière. Elle a fait face à des défis considérables et n’a pas baissé les bras. Elle a défendu ses droits. Elle n’a pas toujours gagné, mais elle voulait que les femmes qui viendraient après elle aient un chemin plus facile », a déclaré Suzan Goldhaber.

Élue à l’American Physical Society en 1947 et à l’Académie nationale des sciences en 1972, Suzan Goldhaber a fait partie de nombreux comités professionnels, dont plusieurs ont cherché à obtenir une plus grande reconnaissance des femmes dans le domaine des sciences et à promouvoir l’éducation scientifique pour tous.

« Le cercle vicieux qui a été créé à l’origine par l’exclusion ouverte des femmes des mathématiques et des sciences doit être brisé… Il est de la plus haute importance de donner à une fille, dès son plus jeune âge, la conviction que les filles sont capables de devenir des scientifiques », a écrit Goldhaber.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...