Rechercher

Louisville : Démission du conseiller à la sécurité de la communauté juive

Josh Judah a été impliqué dans les violences policières contre deux Afro-Américains ; son embauche est "impossible" dans ces circonstances, dit une organisation

Le lieutenant-colonel Josh Judah, ancien officier de police du Louisville Metro Police Department, témoignant sur la façon dont la police a géré les manifestations et les troubles à l'ordre public en réponse au meurtre de Breonna Taylor, lors d'une audience en 2020. (Crédit : Jon Cherry/Stringer/Getty Images via JTA)
Le lieutenant-colonel Josh Judah, ancien officier de police du Louisville Metro Police Department, témoignant sur la façon dont la police a géré les manifestations et les troubles à l'ordre public en réponse au meurtre de Breonna Taylor, lors d'une audience en 2020. (Crédit : Jon Cherry/Stringer/Getty Images via JTA)

JTA — L’ancien policier de Louisville présent lorsque les forces de l’ordre avaient tué, en 2020, Breonna Taylor et David McAtee, deux Afro-américains, a démissionné de son nouveau poste de conseiller à la sécurité de la communauté juive de la ville après la fureur exprimée par les habitants de Louisville en général et l’inquiétude exprimée par certains membres de la communauté juive.

Josh Judah, un lieutenant-colonel à la retraite de la Police municipale de Louisville (LMPD), avait été recruté pour servir de conseiller en matière de sécurité par la Communauté juive de Louisville (JCL), un groupe de coordination qui comprend le Centre communautaire juif et la Fédération juive de la ville. La nouvelle fonction de Judah comprenait la supervision de l’initiative SAFE Louisville de la JCL, qui comprend la gestion des opérations de sécurité des institutions et organisations juives à travers le Kentucky, la réponse aux menaces et incidents antisémites et la supervision des formations à la sécurité communautaire.

Dans un courriel adressé aux membres de la communauté, jeudi, la directrice-générale et présidente de la communauté juive de Louisville, Sara Wagner, a écrit que « nous avions espéré continuer à nous engager dans un dialogue constructif au sujet du nouveau rôle tenu par Josh, qui était celui de mettre l’accent sur la sécurité de la communauté juive et au-delà. Malheureusement, il est impossible pour Josh de répondre à ces objectifs dans les circonstances actuelles. Reconnaissant ce fait, Josh a présenté sa démission au poste de conseiller régional à la sécurité dans le cadre de l’initiative SAFE à Louisville ».

Au mois de mars 2020, Judah était présent quand la police, munie d’un mandat de perquisition, était entrée sans frapper et avait ouvert le feu à six reprises sur Breonna Taylor, une Afro-américaine de 26 ans. Judah avait ultérieurement confirmé l’affirmation mensongère faite par un autre agent qui avait déclaré que Taylor se trouvait à ce moment-là sur le seuil de son domicile et qu’elle avait une arme à feu à la main.

Un ancien policier de la ville a plaidé coupable, mardi, de falsification d’une déclaration écrite sous serment en vue d’obtenir un mandat pour perquisitionner le domicile de Taylor. Trois autres agents et anciens agents – Judah ne figure pas parmi eux – risquent des mises en examen dans ce dossier.

Au mois de juin 2020, pendant le mouvement de protestation national qui avait enflammé l’Amérique en dénonçant les violences policières en direction des Afro-américains, Judah avait déployé des policiers et des membres de la Garde nationale dans un restaurant populaire de Louisville pour y disperser les manifestants qui avaient contrevenu au couvre-feu, qui avait été fixé à 21 heures. Les forces de l’ordre avaient utilisé des billes de défense au poivre pour convaincre la foule de partir et en réponse, David MacAtee, propriétaire afro-américain du restaurant, avait ouvert le feu à deux occasions. Il avait reçu en riposte deux balles en pleine poitrine et il était mort.

La police et des manifestants pendant une manifestation à Louisville, dans le Kentucky, le 23 septembre 2020. (Crédit : AP Photo/John Minchillo)

La famille de McAtee a porté plainte pour dénoncer une mort injustifiée contre les membres de la police et de la Garde nationale impliqués, notamment contre Judah, et le dossier passera devant un tribunal civil au mois d’avril 2023.

L’embauche de Judah avait immédiatement suscité une forte opposition doublée d’une pétition lancée par les membres de la communauté juive réclamant son départ de son poste. Selon la pétition, l’arrivée du policier à ses fonctions « vient menacer la sécurité et le bien-être » des Juifs de couleur et elle était susceptible de créer une rupture entre les communautés afro-américaines et juives.

Sadiqa Reynolds, président et directeur-général de la Louisville Urban League, une organisation de défense des droits civils des Afro-américains, avait lui aussi ouvertement critiqué cette embauche.

« Je ne suis pas sûr de comment cela va se terminer mais merci aux rabbins et aux leaders qui se sont exprimés pour faire part de leur désaccord avec la JCL et avec cette embauche qui ne les reflète ni eux, ni la tradition juive », a-t-il écrit jeudi sur Twitter.

Dans le courriel adressé à la communauté, Wagner a dit que « nous sommes déterminés à écouter les réactions qui représentent la diversité de la communauté juive, de nos partenaires et de nos voisins de tout Louisville en nous concentrant principalement sur la sécurité, la sûreté et la résilience de la communauté juive – et avec l’espoir que nos efforts pourront bénéficier aux autres communautés qui connaissent des problématiques comparables et similaires en lien avec les crimes de haine et les violences ciblées ».

Il n’a pas été possible d’entrer en contact avec un représentant de la communauté juive de Louisville pour une réaction avant la publication de cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...