L’UE donne 800 000 euros pour cartographier et protéger les cimetières juifs
Rechercher

L’UE donne 800 000 euros pour cartographier et protéger les cimetières juifs

Initiative pour les cimetières juifs européens espère défendre des milliers de sites européens menacés par la détérioration, le vandalisme et des projets de construction

De vieilles tombes juives usées par le temps au dessus du tombeau de Nathan, le disciple du rabbin  Nachman à Bratslav, en Ukraine, le 10 mai 2017  (Crédit : Sue Surkes)
De vieilles tombes juives usées par le temps au dessus du tombeau de Nathan, le disciple du rabbin Nachman à Bratslav, en Ukraine, le 10 mai 2017 (Crédit : Sue Surkes)

L’Union européenne a attribué 800 000 euros à un projet qui vise à cartographier et examiner pas moins de 1 500 cimetières juifs de l’est de l’Europe.

L’Initiative pour les cimetières juifs européens (ESJF) a annoncé jeudi avoir remporté un concours de l’UE et un chèque de 800 000 euros. Depuis la création de l’association en 2015 grâce à une subvention du gouvernement allemand, elle a permis la protection de 120 cimetières juifs dans sept pays d’Europe centrale et de l’est.

Permise par une technologie de pointe conçue spécialement pour le projet, la cartographie des sites implique la mise au point de drones inspectant et photographiant les lieux depuis les airs, conformément à des recherches historiques en profondeur menées dans des archives vieilles de plusieurs siècles dans de nombreuses langues et différents pays, précise l’ESJF.

L’association installe en général des barrières autour des cimetières pour les délimiter et réduire considérablement les dangers qui les menacent.

L’Europe centrale et de l’est compte pays de 10 000 cimetières juifs exposés à différents degrés de risque.

« Le but de notre mission sacrée et unique est de sauver et préserver les cimetières juifs, le lieu de repos de nos ancêtres », explique le rabbin Isaac Schapira, qui a fondé et préside l’ESJF. « Aujourd’hui ces cimetières font face à différentes menaces : détérioration, vandalisme et antisémitisme, problèmes financiers et projets d’aménagement locaux. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...